Antoine Galland - Gisbert Cuper - 1701-2-19

From Fina Wiki


Antoine Galland - Gisbert Cuper - 1701-2-19
FINA IDUnique ID of the page  5515
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Antoine Galland
RecipientRecipient of the correspondence. Gisbert Cuper
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . February 19, 1701
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Caen 49° 10' 58.08" N, 0° 22' 8.69" W
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Nicolas-Joseph Foucault, Jean-Baptiste Du Bos
LiteratureReference to literature. Cuper 17191, Abdel-Halim 1964, p. 351-353, n° CXLVIII2
KeywordNumismatic Keywords  elephant, drawing, levant, smyrne, alep, constantinople, market, tiberius, dissertation, roman, book
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 19 févr. 1701 (de Caen) : « Je ressens très vivement les témoignages de bonté et d’amitié que vous avez bien voulu me marquer par votre lettre du 6 de ce mois. C’est pour moi en même temps un honneur, et un bonheur si grand que je n’ai point de termes dont je puisse me contenter pour vous en témoigner ma reconnaissance. J’ai bien plus de sujet de m’estimer heureux du commerce que je vais avoir avec une personne comme vous, consommée dans les belles-lettres, que vous n’en avez de l’entretien que vous vous proposez d’avoir avec moi, quelquefois, touchant la curiosité des médailles antiques. J’avoue que je pourrai avoir lieu de vous communiquer sur cette matière des nouveautés qui vous feront plaisir ; mais, je vois bien que je mettrai du cuivre pour retirer de l’or » (remarques sur les médailles décrites par Cuper dans sa letre précédente) ; « J’ai reçu l’ordre de M. Foucault qui a voulu que je lui fisse la lecture de votre lettre, et qui en a été très satisfait, de vous envoyer tout ce qu’il y aurait dans son cabinet de propre à orner votre dissertation sur les médailles marquées d’un ou de plusieurs éléphants. Mais, parmi toutes celles qu’il a, que je vois bien que vous aurez pu tirer de votre cabinet ou d’ailleurs, je n’en ai trouvé que deux que je crois que vous n’aurez pas vues, dont je joins ici les dessins » (explication des deux médailles)« Vous rendez, Monsieur, un très grand service à la République des lettres, en prenant le soin d’amasser des médailles, et surtout de vous en procurer par les habitudes que vous pouvez avoir en Levant. C’est de là particulièrement qu’il en peut venir tous les jours de nouvelles. Je le sais par une expérience de quinze ou seize ans sur les lieux. Vous en pouvez tirer par le moyen de vos marchands qui sont à Smyrne et à Alep. Les gens du pays, du ministère desquels ils sont obligés de se servir pour la facilité de leur négoce, se feront un plaisir d’en chercher d’abord qu’ils en auront été sollicités. D’un nombre qui me furent envoyées de Constantinople l’année passée, j’en ai mis plus de vingt dans le cabinet de M. Foucault » (suivent quelques exemples de médailles)« Lorsque vous aurez achevé votre Réponse à M. l’Abbé Dubos, et que vous prendrez la peine de lire la mienne, je crois que vous y trouverez fort peu de choses où nous nous serons rencontrés. Vous remarquerez que je me suis attaché simplement à me défendre sur les endroits par où j’ai été attaqué en mon particulier, et que je me suis bien gardé de plaider une cause qui est entre les mains d’un si excellent avocat. M. Foucault m’a chargé de vous bien remercier de votre compliment obligeant, et en vous assurant de son amitié, de vous faire offre de son cabinet de médailles, n’y ayant rien qui ne soit à votre service » ; « Je continue toujours le Selecta des médailles impériales de ce cabinet, et j’en suis aux grecques de Tibère. De ce que j’en ai déjà fait, je connais que celles des douze premiers empereurs fourniraient un juste volume. Je tâche de ne rien dire que de nécessaire sur chaque médaille, et de la sorte, je ne suis pas trop concis, ni aussi trop diffus » (Correspondance de Caen ; Abdel Halim, p. 351-353, n° CXLVIII).

References

  1. ^  Cuper, G. (1719), De elephantis in nummis obviis, Exercitationes duae nunc primae editae, The Hague.
  2. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.