Claude Gros de Boze - Jean-Pierre de Bally de Bourchenu - 1753-3-24

From Fina Wiki


Claude Gros de Boze - Jean-Pierre de Bally de Bourchenu - 1753-3-24
FINA IDUnique ID of the page  6289
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des médailles
InventoryInventory number. ACM 03-05
AuthorAuthor of the document. Claude Gros de Boze
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-Pierre de Bally de Bourchenu
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 24, 1753
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution.
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Alexandre-Xavier Panel, Louis XV of France, Guillaume Beauvais
LiteratureReference to literature. Sarmant 1994, p. 124, note 851
KeywordNumismatic Keywords  roman, quintilianus, madrid, medallions
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 24 mars 1753 ( ?) : « J’apprends indirectement, Monsieur, que vous avez trouvé une médaille d’or de Quintillus, dont vous avez envoyé la description d’abord au Père Du Pineau, de Sainte-Geneviève, et ensuite à M. de Beauvais l’aîné à Orléans. C’est ce dernier qui m’en donne l’avis, en me marquant que vous lui avez ajouté que le P. Panel vous en demandait la préférence pour le Cabinet de Madrid. Je me flatte, Monsieur, que je n’aurai pas besoin de vous solliciter à donner cette préférence au Cabinet du roi notre maître, où la médaille en question manque aussi ; je sais trop comment vous pensez, et je vous ferais injure si pour cette négociation, je m’adressais à Monsieur votre frère, où que je vous fisse écrire une belle lettre par M. votre intendant, qui passa hier chez moi toute la soirée, moins encore que je vous rapellasse nos anciennes liaisons, ni les marques publiques que je n’ai cessé de vous donner de mon attachement dès le temps de M. le président de Valbonnais. Tout ce que je puis ajouter, c’est que je sens très bien qu’il n’est pas juste que la préférence que je vous demande pour le Cabinet du roi, quelle que conforme qu’elle soit à vos sentiments et à votre caractère, porte aucun préjudice à la valeur de la médaille que la fortune vous a présentée. Soit donc que vous y vouliez mettre un prix, soit que vous aimiez mieux quelques médailles rares de grand bronze, qui peuvent manquer à votre suite, ou enfin ce que vous jugerez à propos, je ferai mon possible pour que vous soyez content, je publierai même le mérite de l’action, et si vous aviez quelque vue particulière à cet égard, je la ferai valoir de mon mieux auprès de nos ministres et du roi même, qui ne dédaigne pas d’entrer souvent dans ces détails » (Paris, BnF, ACM 03-05 ; Sarmant 1994, p. 124, note 85).

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Sarmant, T. (1994), Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale (1661-1848), Paris.