Esprit-Claude-François Calvet - Jean-François Séguier - 1781-5-15

From Fina Wiki


Esprit-Claude-François Calvet - Jean-François Séguier - 1781-5-15
FINA IDUnique ID of the page  2169
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms 140, f° 223
AuthorAuthor of the document. Esprit-Claude-François Calvet
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . May 15, 1781
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Avignon 43° 56' 57.30" N, 4° 48' 21.24" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords  roman, tiberius, forgeries, trajan
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=299
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 15 mai 1781 (d’Avignon) : « Rien n’est plus singulier que ce qui m’arrive au sujet de deux médailles de mon cabinet, je croyais l’une antique, c’est le Tibère, l’autre me paraissait fausse, c’est le Trajan. Deux connaisseurs sont venus me voir et m’ont entièrement tourné la tête, ils ont décidés que le Trajan était bon et sûr, et que le Tibère était incontestablement de coin moderne, je m’y perds, vous seul, Monsieur, pouvez décider ce très petit différent. Je vous envoie les deux médailles et, je vous prie après un examen attentif de m’en dire votre avis sans égard, sans complaisance et surtout sans préjugé pour le mien. Depuis 36 ans que je m’occupe de l’Antiquité, rien de pareil ne m’était arrivé, je vous avoue que je voudrais que ces messieurs eussent raison, car cet arc de triomphe s’il est antique sera une vraie jouissance pour moi. Malgré cela décidez franchement, vous ne serez point cité. Rien ne presse de me renvoyer ces pièces, c’est votre loisir et la sureté de l’occasion qui doivent en décider » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms 140, f° 223).