Esprit-Marie Cousinéry - Joseph Eckhel - 1796-6-2

From Fina Wiki


Esprit-Marie Cousinéry - Joseph Eckhel - 1796-6-2
FINA IDUnique ID of the page  3076
InstitutionName of Institution. Vienna, Kunsthistorisches Museum
InventoryInventory number. MK Archiv V, 51
AuthorAuthor of the document. Esprit-Marie Cousinéry
RecipientRecipient of the correspondence. Joseph Eckhel
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . June 2, 1796
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Izmir 38° 24' 55.22" N, 27° 8' 40.09" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Domenico Sestini, Robert Ainslie, Hubert Goltzius, Nemsey Osman-Bey
LiteratureReference to literature. Williams 2019, p. 379-380.1
KeywordNumismatic Keywords  collection, forgeries, roman, recutting, greek, shape of letters, patina, vitellius, ilium
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 2 juin 1796 (de Smyrne): « [f. 1r] Monsieur, Lorsque vous m’avés temoigné le désir d’avoir mon opinion sur les médailles de la collection d’O(sman) B(ey) que j’ai achetées il y a environ trois années et que M(onsieur) L’Abbé Sestini avoit publiées parmi les medailles rares de la collection de M(onsieur) Ainslie, vous avés invoqué la verité pour réunir plus de moyens de purger l’étude de la numismatique de tout ce qui la rendoit obscure & pénible, ainsi que vous le faites avec tant de succès. Nulle considération ne pouvoit m’empêcher de me rendre à vos instances; mais en vous dénonçant un nouveau Golzius, je dois à M(onsieur) L’Abbé Sestini la justice d’avouer que j’ai eu plus d’avantages que lui dans l’inspection des médailles du cabinet dont il s’agit: Je pourrois même vanter les connoissances de cet auteur, si son ouvrage que vous cités souvent avec éloge n’en étoit une preuve. Ce n’est en effet que par dégres que je suis parvenu à connoitre la maniere du faussaire: diverses médailles latines d’argent de sa collection très maladroitement refaites au burin et que je conserve, ont déterminé mes soupçons. De là mes doutes sur l’intégrité de nombre de piéces en bronze, soit grecques, soit latines. J’ai réuni toutes les suspectes, & c’est à force de comparaisons et de soins que j’ai pu épurer ma propre collection du facheux supplément qui s’y étoit introduit. Le nombre de ces médailles toutes refaites, s’est monté à près de deux-cents cinquante; c’est le fruit d’un travail presque inconcevable. Les lettres y ont toujours la même forme, souvent inégales, tantôt trop lâches, tantôt trop serrées, rarement [f. 1v] conservées sur la ligne horisontale, enfin c’est toujours l’effet du burin & non du coin. Mes observations ont aussi porte sur le vernis qui a été employé partout où le burin a travaillé, soit sur le profil des têtes, soit sur les légendes. Ce vernis est d’un verd pâle & aisé à enlever. Je me suis aussi apperçu que sur certaines piéces l’eau forte a eté employée, et qu’elle a laissé un grain qui démasque la main du faussaire; je suis enfin parvenu à distinguer ses progrès dans l’art de métamorphoser les médailles communes en médailles rares, jusqu’à celle de Vitellius d’Ilium qui en est le chef d’oeuvre. Il est donc aisé de justifier M(onsieu)r L’Abbé Sestini, par la lenteur que j’ay mise à mes découvertes en ce genre, et par la multiplicité de mes moyens de comparaison. Vous scavés, Monsieur, que nombre de sçavants ont eté jettés souvent dans l’erreur par d’habiles faussaires. M(onsieu)r Sestini a pu d’autant moins éviter le piége qui étoit tendu à sa curiosité, qu’il étoit plus éloigné des lieux où l’on fait métier de falsifier le travail des anciens, et qu’il imaginoit qu’Osman Bey, résidant parfois dans l’Asie, y avoit fait emplette de toutes les médailles qu’il lui montroit bien rangées dans des tablettes. Il est à ma connoissance qu’O(sman) B(ey) s’est joué de la crédulité de diverses personnes, et j’ay lieu de croire que pendant le séjour qu’il faisoit de tems en tems à Constant(ino)ple il a vendu indirectement des piéces fausses, qui peuvent s’être glissées dans la collection de M(onsieu)r Ainslie. J’ay examine derniérement dans cette capitale une collection entreprise depuis peu de tems, et j’y ai trouvé des médailles [f. 2r] qui sont décidément de la même main. » (Wien, KHM, MK Archiv V, 51 ; Williams 2019)

Münzkabinett (numismatic collection) of the Kunsthistorisches Museum (Vienna Art History Museum)

Kunsthistorisches Museum Wien (Vienna Art History Museum)

References

  1. ^  Williams, D. (2019), "Osman Bey of Constantinople: a late 18th century forger of ancient coins”, Revue numismatique, 176, pp. 361-383.