Félix Cary - Claude Picard Duvau - 1733-11-4

From Fina Wiki


Félix Cary - Claude Picard Duvau - 1733-11-4
FINA IDUnique ID of the page  2391
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Manuscrits Français 15185, f° 19r et v
AuthorAuthor of the document. Félix Cary
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Picard Duvau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . November 4, 1733
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Marseille 43° 17' 46.21" N, 5° 22' 11.82" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords  phocas, price, pertinax, nero, roman, exchange
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9065154d/f22.image.r=Duvau%2015185
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 4 nov. 1733 (de Marseille) : « Pour répondre à votre dernière lettre, j’aurai l’honneur de vous dire que vous êtes le maître de disposer du Focas, mais il me paraît que le prix de 22tt que vous lui donnez est un peu bas ; dans une ( ?) que j’ai pris chez vous, il est estimé davantage, celui-ci d’ailleurs revient au moins à 30tt et il pourrait dans mon esprit en valoir 40tt. Je m’accomoderai avec plaisir de votre Pertinax Provid. Deor. que vous voulez bien me céder mais je compte que vous voudrez bien avoir la bonté de prendre le mien sur lequel j’ai peut-être mal à propos des soupçons, d’autres envieux s’en accomoderont sans peine ; d’ailleurs je n’ambitionne pas encore d’avoir les têtes rares doubles. Les trois médailles d’or que vous m’offrez, de la famille Claudia, le M. Aur èle P.M. Tr. P. XIX, et celle de Néron, P.M. Tr. P. VIII conviendront assez à ma suite, je suppose que cette dernière est Tr. P. VII car j’ai Tr. P. VIII absolument égale. A l’égard du prix quoi qu’il ne soit pas extrêmement ( ?) attendu que les pièces sont toutes des plus communes, je n’en réclamerai pas si elles sont conservées ; je vous prie donc, Monsieur, de me les envoyer par le courrier en prenant les précautions ordinaires et d’y joindre votre Pertina Provid. Deor. Dans ( ?) où je sis que vous voudrez bien me faire l’amitié de vous accomoder du mien : si vous estimez que je vous doive du retour, je vous laisse le ( ?) de la ( ?) vous me direz s.v.p. comment je vous fera tenir les ( ?) dont je vous serai débiteur. J’ai l’honneur… » (Paris, BnF, Manuscrits Français 15185, f° 19r et v [en ligne sur Gallica]).

Bibliothèque nationale de France