Ferdinando Galiani - Joseph Pellerin - 1770-12-16

From Fina Wiki


Ferdinando Galiani - Joseph Pellerin - 1770-12-16
FINA IDUnique ID of the page  5497
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. NAF Ms. 1074, f° 22-23
AuthorAuthor of the document. Ferdinando Galiani
RecipientRecipient of the correspondence. Joseph Pellerin
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . December 16, 1770
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Naples 40° 50' 9.35" N, 14° 14' 55.61" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Abraham Michelet d'Ennery, Alessandro Albani, Francesco Maria Carafa, Francesco Alfani
LiteratureReference to literature. Sarmant 2003, p. 292, note 1021
KeywordNumismatic Keywords  rome, contorniates, roman, catalogue
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084153v/f52.image
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 16 décembre 1770 (de Naples) : « Monsieur, vous ne sauriez imaginé le plaisir que m’a cause votre lettre du 23 que je viens de recevoir. Tout ce qui part de Paris réveille mon âme assoupie, et annéantie dans un vide affreux de plaisirs, de grandes occupations, et de vrais amis. Tout me paraît petit ici, et cette petitesse de tous les objets m’ennuie. Au reste, je me porte bien ; j’ai été bien reçu du roi, et du ministre, ce qui fait que je me tiens à l’écart autant que je puis, crainte des morsures des envieux, qui abondent d’autant plus ici qu’il y a peu d’étoffe à partager, et qu’en général le ton des ministres n’est pas d’être prodigue en bienfaits. Voilà à peu près tout ce que je puis vous dire de mon existence actuelle ; qui sera la même jusqu’au printemps ; après ce temps je n’en sais rien. Bien des choses peuvent arriver en peu de mois. Mon long séjour à Gênes a fait faire le(s) plus étranges almanacs. Je ne croyais pas être aussi important dans le monde pour occuper le loisir des nouvellistes. Cependant il n’y a jamais eu rien de plus simple. J’ai éprouvé un effet merveilleux de l’air et du climat de Gênes pour le rétablissement de ma santé, et cela m’y a fait rester, d’autant plus que je n’avais pas le courage d’avancer par terre, crainte du mauvais air, et que je ne voulais pas absolument m’embarquer, parce que je voulais voir Rome et le Pape duquel j’ai reçu les plus grandes caresses aussi bien que du card(inal) secrétaire d’Etat mon ancien ami. Venons à présent aux médailles. Je vous ai mandé de Florence mes recherches et le peu de profit que j’en ai tiré. A Rome je n’ai trouvé presque rien. Il y a une suite de cent contorniates à vendre chez l’héritier de Bonioni ( ?). Une douzaine de médailles rares qui me manquent sont chez le nommé Cacianino, la plupart mal conservées. Voilà tout ce que j’ai vu. Je sais qu’il y a une suite assez belle de 160 médailles d’or, parmi lesquelles il y en a des rares. J’en aurai peut-être le catalogue que je vous communiquerai, ou du moins je vous indiquerai les plus importantes. Mons. d’Ennery est arrivé après mon départ à Gênes, à Florence, à Rome. Je ne sais rien de ce qu’il fait. L’abbé Giraldi qui est ici et qui est très brouillé avec lui n’en sait rien non plus. Ce Giraldi a acheté autant de bonnes médailles d’or qu’il a pu à Rome, pour les lui enlever. Je ne crois pas que d’Ennery puisse vendre d’autre chose en Italie que des médailles d’argent au cardinal Albani qui en refait une suite. Si tôt qu’il viendra ici je vous manderai les mensonges les plus vraisemblables qu’il m’aura débités. L’abbé Alfani est parti d’ici ces jours passés pour paraître au mois d’août à Paris. Il est bien heureux à son âge d’avoir pu se métamorphoser en hirondelle. Voici quelques médailles pour vous qu’il y a à vendre ici avec les prix. Une médaille d’Aquino pareille à celle que vous rapportez dans votre ouvrage excepté que la légende est écrite non pas AQVINO mais ACVINO. Prix 10 livres. Un Maxime Caesar moyen br(onze) : deux figures qui s’embrassent. Elle est médiocrement conservée. Prix 18 livres. Germanicus petit br(onze) avec une époque : 20 livres. Auguste. La tête de Tibère dans le revers avec une légende que je ne sais pas déchiffrer. On y voit à peu près ces lettres NNMKOPA. Prix 6 livres. Un Emilien grand bronze très beau dans le revers Apollini Conservatori. Prix 50 livres. Mais la plus belle de toutes celles que j’ai vues me paraît être une médaille de Nola de bronze. On la croit unique ici puisque personne n’en a vu qu’en argent. Elle ressemble aux médailles napolitaines avec le bœuf. La légende n’est pas dans le revers, mais autour de la tête, et c’est une médaille bien conservée. Dites moi si elle vous manque et je tâcherai de l’avoir du possesseur, qui pourtant l’estime fort cher, au moins un Louis. J’ai vu dans une collection une médaille de moyen bronze qui m’a parue très singulière. La tête est de l’empereur Titus ou Vespasien, et n’est pas trop conservée. Le revers est bien conservé, et je vous en envoie le dessin. Je ne sais pas si elle appartient à la colonie Pella ou à d’autres et je ne croyais pas que cette colonie eût jamais mis d’époque sur ses médailles, et en général, je ne me souviens pas d’avoir jamais vu d’époque de ville en légende, et en chiffres latins. Dites-moi ce que vous en pensez. Je vous envoie cette lettre sous l’enveloppe de Mr de la Meinière pour vous en épargner le port, et je vous prie de m’envoyer vos lettres de même avec un contresein pour les avoir franches jusqu’à Rome, ou par quelque autre voie qui m’en épargna les frais de la poste qui sont odieux. Je vous prie de me donner quelques détails du reste de la vente de Mr du Hauvent, et si le petit bronze en est vendu. Ce pays ne fournit aucune nouvelle politique. Le cabinet du duc de Noja avec tout le recueil de marbres, bronzes, et pierres gravées sera bientôt acheté par le roi. Je suis après à faire arranger cete affaire. Il y a un cabinet de médailles siciliennes à vendre à Palerme. On m’en a promis les catalogues que je vous enverrai. Soyez persuadé que rien n’égale l’attachement, et la reconnaissance avec lquelle j’ai l’honneur d’être votre très humble et obéissant serviteur. Galiani. Mes respects à Mr de La Porte » (Paris, BnF, Ms. N. acq. fr. 1074, f° 22-23 ; Sarmant 2003, p. 292, note 102).

Nouvelles acquisitions françaises

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Sarmant, Th. (2003), La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières, Paris.