Ferdinando Galiani - Joseph Pellerin - 1770-2-24

From Fina Wiki


Ferdinando Galiani - Joseph Pellerin - 1770-2-24
FINA IDUnique ID of the page  5478
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Fonds Français, n. acq., 1074, Correspondance numismatique de Joseph Pellerin, f° 4-5
AuthorAuthor of the document. Ferdinando Galiani
RecipientRecipient of the correspondence. Joseph Pellerin
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . February 24, 1770
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Naples 40° 50' 9.35" N, 14° 14' 55.61" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Abraham Michelet d'Ennery, Mattia Zarrillo
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords  price, postage, aemilianus, roman, exchange, duplicates, vitellius, diadumenianus, gordianus, pertinax, smyrna, contorniates, alexander severus, local finds, rome
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084153v/f15.image
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 24 février 1770 (de Naples) :« Monsieur. J’ai eu l’honneur de vous expédier il y a deux ordinaires une petite pacotille des onze médailles d’argent à l’adresse de Mr de la Meinière. C’était un achat que j’ai fait pour vous, et qui n’a coûté que 22 livres. La semaine passée j’ai expédié de même une petite boîte dans laquelle il y a l’Emilien, et la médaille d’Agrino. La médaille de Nolas en bronze plût à Mr d’Enneri. Il offrit de la payer à Mr Zarillo (nb : l’abbé Mattia Zarrillo, 1729-1804) 36tt comme je trouvai que c’est un prix fou je le lui permis de la vendre, puisque je ne vous aurais jamais conseillé de l’acheter à ce prix. Il a de même acquis la médaille sardianos que je ne regrette point, puisqu’elle était mal conservée. Il aurait voulu de même avoir l’Emilien et la médaille d’Aquino, mais je n’y ai pas consenti. Pour l’Emilien j’ai payé à Mr Zarillo 50 livres. La médaille d’Aquino, il l’estime 100tt. Si elle vous fait plaisir à ce prix-là, vous pourriez la garder. Si vousne vous en souciez pas, il n’y aura aucun mal ; vous la remettrez à Mr d’Ennery à son arrivée à Paris. Il souhaite de l’avoir et l’abbé Zarillo s’entendra avec lui pour le prix. J’avais pris la liberté de vous dire que s’il vous était commode et agréable de m’envoyer deu médailles en troc de celles du premier envoi, j’en aurais été charmé. Je vous en dis autant de ces cinquante, ou soixante livres. Si vous voulez les payer en argent, vous pourriez les faire remettre à Mr Nicolaï, secrétaire de l’ambassadeur de Naples. Si vous voulez m’envoyer d’autres médailles voici en tout celles de vôtre suite double de grand bronze qui me manquent. Il n’y en a que quatre. . Vitellius. C. Vitellius Censor. Trois figures. 2. Diaduménien de la colonie barite. 3. Gordien d’Afrique jeune. Virtus Augg. 4. Pertinax. Beau. Je n’ignore pas que ces médailles sont de grand prix, aussi je ne compte achever le marché que lorsque je vous aurai envoyé assez de bonnes et belles médailles pour égaler le prix de ces quatre. En attendant vous pouvez garder les cinquante ou soixante livres car je me flatte de vous envoyer bientôt d’autres médailles. Je dois voir une pacotille qui est arrivée de Smyrne, et je vous en rendrai compte. Le temps me presse. Je suis arrivé dans l’instant de Caserta. Conservez-moi votre précieuse amitié. Mr d’Enneri est parti. Il n’a pas fait de grandes acquisitions. Il a pris de très beaux contorniates ici. A Rome il a eu des belles médailles d’or et cinq ou six de grand bronze impériales, surtout un amphithéâtre d’Alexandre Sévère qu’on venait de tirer de sous terre. Vous connaissez l’amitié et le respect de votre Galiani » (Paris, BnF, Fonds Français, n. acq., 1074, f° 4-5).

Bibliothèque nationale de France