François Hemsterhuis - Adelheid Amalia von Schmettau - 1783-8-21

From Fina Wiki


François Hemsterhuis - Adelheid Amalia von Schmettau - 1783-8-21
FINA IDUnique ID of the page  8786
InstitutionName of Institution. Münster, Universitäts- und Landesbibliothek
InventoryInventory number. Gallitzin-Nachlaß Band 6
AuthorAuthor of the document. François Hemsterhuis
RecipientRecipient of the correspondence. Adelheid Amalia von Schmettau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . August 21, 1783
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. The Hague 52° 4' 29.82" N, 4° 16' 10.85" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. William Hamilton, Friedrich Samuel Schmidt von Rossan, Arnout Vosmaer, Johan Herman Sigismund van Nagell
LiteratureReference to literature. Sluis 2010, lettre 4/63, p. 1611
KeywordNumismatic Keywords  greek, collection numbers, forgeries, coin price
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.rug.nl/library/heritage/hemsterhuis/brieven
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 21 août 1783 (de Den Haag) : « La Princesse se porte mieux. Le chevalier Hamilton est à Francfort. S’il vient à Cassel vous le verrez aparenment, et examinez alors bien ce qu’il a. J’ai eu ici un Baron Smit, envojé de Hesse Cassel à Francfort, homme aimable et des grands et routinés brocanteurs que j’ai jamais vu. Il voulut me vendre quelques centaines de medailles grecques en bronze. Jamais je n’ai vu de pareilles friponneries. Ceux qui ne sont pas versé dans l’art de la gravure, et dans la langue grecque en même temps, y doivent être pris necessairement. Je lui ai dit ma pensée sans sonner le mot de fripon, dont il me parut fort content. D’ailleurs cet homme me plut assez. En sortant de chez moi la derniere fois, il me dit qu’il s’adresseroit à Vosmaer. Comme Nagel voit cet animal à la Cour quelques fois, je lui dit chretiennement de le prevenir. Nagel remet ce message deux jours, et lorsqu’il vint le troisieme pour l’executer, le Vosmaer lui dit qu’helas il avoit deja tout achetté. Or ce tout ne valoit pas certainement le cuivre ». (Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Gallitzin-Nachlaß Band 6 ; Sluis 2010, lettre 4/63, p. 161).

References

  1. ^  Sluis, Jacob van (2010), François Hemsterhuis. Ma toute chère Diotime. Lettres à la princesse de Gallitzin, 1783, Hemsterhusiana, volume 4, Berltsum - Van Sluis