Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1708-11-15

From Fina Wiki


Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1708-11-15
FINA IDUnique ID of the page  3501
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Antoine Galland
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . November 15, 1708
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Nicolas-Joseph Foucault, Anselmo Maria Banduri, Gilbert Burnet
LiteratureReference to literature. Abdel-Halim 1964, p. 574-576, n° CCLXVIII1
KeywordNumismatic Keywords  cabinet, price, greek, smyrna
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 15 nov. 1708 (de Deventer) : « Et voilà encore une nouvelle de Mr. l’évêque de Salisbury. J’en avais parlé dans une lettre que je me suis donné l’honneur d’écrire à ce vénérable et savant prélat, qui m’a toujours honoré de son amitié depuis qu’il a été à La Haye, il y a vingt ans ; et voilà sa réponse : ‘Quae de gazophylacio Foucautiano mones, non sunt negligenda. Si indiculus totius supellectilis una cum omnium pretio ad nos transmissus fuerit, videbimus si summus aerarii quaestor, sit ad omnia de reginae nomine movendus ; nam pretium, ni fallor, privatos sumptus excedit’. Je crois que M. Foucault y fera la même réponse, et qu’il laisserait voir son cabinet à un connaisseur envoyé pour cela, et qu’il parlerait alors du prix. Quoi qu’il en soit, je crois que l’illustre M. Foucault sera bien aise à entendre le cas qu’un évêque d’un grand savoir fait de son cabinet » [sur quelques médailles grecques] « Don Anselme Banduri me pourra répondre à son loisir, il n’y a rien qui presse, et je ne suis pas d’une humeur à incommoder mes amis. Je crains de l’importuner, et je l’entretiendrai sans cela sur une autre médaille, et sur une antique dont on m’a envoyé copie de Smyrne, qui me semblent fort difficiles »… « Votre discours sur la médaille où il y a une colonne ne peut pas être que bon […] » ; « Je me donnerai l’honneur de vous entretenir sur quelques petits points [de numismatique] dont une partie a été traitée dans nos autres lettres […] » (Abdel Halim, p. 574-576, n° CCLXVIII).

References

  1. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.