Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1709-4-23

From Fina Wiki


Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1709-4-23
FINA IDUnique ID of the page  3516
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Antoine Galland
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . April 23, 1709
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Jean-François Foy-Vaillant, Anselmo Maria Banduri, Jean Hardouin, Louis Dufour de Longuerue, Adriaan Reland, Otto Sperling, Nicolas Henrion
LiteratureReference to literature. Abdel-Halim 1964, p. 591-594, n° CCLXXV1
KeywordNumismatic Keywords  roman, trajan, commodus, crispina, gordianus, manuscript, jesuits, errors, smyrna, samaritan
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 23 avr. 1709 (de Deventer) : « J’ai commis une lourde faute dans ma dernière lettre, et je vous prie de vouloir remettre le nom de Marc Antonin au lieu de Trajan […] Ce que vous dites, Mr., des médailles de Commode et de Crispine est fort vraisemblable […] Je n’ai rien à dire davantage de la médaille de Gordien […] La mort (nb : de Vaillant fils) est une grande perte pour l’étude des médailles, et nous avons perdu un grand appui. Est-ce qu’on ne trouve rien parmi ses papiers qu’on pourrait publier ? Je me souviens que vous m’avez mandé autrefois qu’il avait lu une ou plusieurs dissertations dans votre Académie, et qu’elles avaient eu l’approbation de cet illustre corps. Je me gouvernerai à l’avenir selon que vous le désirez, et je vous marquerai toujours la grandeur des médailles […] » ; « Vous parlez, Mr., du froid. Croyez-moi, il a été ici si extraordinaire et si rude, que les vieillards les plus avancés n’en aient senti jamais un pareil. Tout est gelé, tout est comme mort, et il m’a été impossible d’avoir pu mettre la plume sur le papier. Nous avons eu aussi abondance de neige au même temps que vous marquez, et après une gelée aussi excessive que la première, l’air s’est remis un peu, mais le froid a recommencé le septième de ce mois, quand j’étais à Campen » [sur les médailles représentant les colonnes de Trajan et d’Antonin Pie ; sur Anselme Banduri, son caractère, et sa venue empêchée en Hollande] « Je vous suis, Mr., fort obligé de la Déclaration que les Jésuites de Paris ont publiée, et voilà le Père Hardouin réfuté et réduit aux aubois de ses confrères ; et je m’imagine que toute sa nouvelle machine est tombée en ruine ; quoique je sois néanmoins persuadé qu’on trouvera, par çà et par là, des gens qui tâcheront de la relever en secret, pour affaiblir les témoignages des Anciens. C’est assurément dommage que Mr. de Longuerue n’est pas communicatif, et qu’il n’est pas d’humeur à communiquer ses découvertes et ses lumières aux autres » [sur la médaille de Smyrne représentant Homère ; explication de médailles samaritaines par Reland ; difficulté d’interprétation de ces médailles et controverses savantes à leur propos ; sur diverses médailles énigmatiques des villes grecques] ; « Pour ajouter enfin quelque chose de mon chef, je vous prie de me vouloir apprendre ce que veut dire une médaille dont l’on m’a envoyé copie, car j’y suis plane davus. Il y a un N. d’un côté, et de l’autre V., tous deux dans un cercle […] Vous avez vu sans doute, Mr., la dissertation de Mr. Sperlingius sur une médaille de Tranquillina […] » ; « J’ai reçu la lettre de Mr. Henrion, avec le plan du Traité historique et chronologique des monnaies romaines. Je n’ai pas le temps à lui pouvoir répondre ; mais j’en vois que c’est assurément un « labor Herculeus ». Je vous prie de me vouloir excuser auprès de lui, et de le remercier en mon nom de ce qu’il m’a fait l’honneur de me louer dans son plan, pour peu de chose que j’ai eu le bonheur de lui envoyer de mon pauvre cabinet » (Abdel Halim, p. 591-594, n° CCLXXV).

References

  1. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.