Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1713-3-1

From Fina Wiki


Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1713-3-1
FINA IDUnique ID of the page  3580
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Antoine Galland
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 1, 1713
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Jean-Paul Bignon, Johann Carl Schott, Jean Hardouin
LiteratureReference to literature. Schott 17111, Abdel-Halim 1964, p. 644-645, n° CCCXIII2
KeywordNumismatic Keywords  roman, augustus, gems
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 1 mars 1713 (de Deventer) : « Je plains de tout mon cœur Mr. l’Abbé Bignon, comme aussi vous-même, parce que vous avez été attaqués d’une colique néphrétique ; et je suis tout-à-fait joyeux que vous en êtes délivrés. Je ne sais pas précisément quelle sorte de colique ce soit ; mais j’ai été, il y a deux ans et demi, fort sujet au même mal » ; « Pour venir à cette heure à votre duplicata, il faut que je dise devant d’en parler en détail, que je vous rends un million des [grâces] de ce que vous m’y apprenez tant de choses curieuses, et que je suis fort content que vous approuvez quelques-unes de mes remarques et que vous donnez un grand jour à mes doutes. J’approuve ce que vous me mandez […] » ; « Mr. Schot m’a envoyé, il y a plus qu’un an son Explication de la médaille d’Auguste, et je ne sais comment j’ai pu oublier de vous en parler […] « Je vous suis obligé pour vos multos annos. Je me porte, grâce à Dieu, bien ; et les travaux politiques, ou ceux auprès de soi, les études et les correspondances, ne m’incommodent pas, quoique je sois entré septembre dernier dans l’année LXIX, où je n’ai pas besoin de lunettes, où je marche en jeune homme, ou je voyage, oui, où je monte quelquefois à cheval, mais stratore opus est, outre les étriers, car je suis gros et gras. Que dites-vous, Mr. vous qui êtes médecin, de cette disposition ? Ne croyez-vous pas que ma santé est aussi bonne que la vôtre ? Je prie Dieu qu’il la veuille continuer, et à vous et à moi, et que nous pourrons nous encore entretenir longtemps sur la belle littérature » [critiques d’ouvrages du Père Hardouin ; description d’une pierre gravée envoyée d’Italie à Cuper, représentant « un chien, ou quelqu’autre animal, sur une chaise » et sur laquelle il demande l’avis de Galland] (Abdel Halim, p. 644-645, n° CCCXIII).

References

  1. ^  Schott, Johann Carl (1711), Explication d'une médaille énigmatique d'Auguste sur laquelle d'habiles antiquaires ont diversement prononcé, Ulric Liebpert, Berlin.
  2. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.