Gisbert Cuper - Mathurin Veyssière de La Croze - 1715-4

From Fina Wiki


Gisbert Cuper - Mathurin Veyssière de La Croze - 1715-4
FINA IDUnique ID of the page  3890
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Mathurin Veyssière de la Croze
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . April 1715
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Johann Carl Schott, Antoine Galland, Jean-Paul Bignon, William Sherard
LiteratureReference to literature. Cuper 1743, L, p. 165-81
KeywordNumismatic Keywords  quarrel, theft, smyrna, catalogue
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://books.google.be/books?id=YfS7N-XEdWkC&pg=PA603&dq=gisbert+cuper+1743+lettres+litt%C3%A9raire&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiv bygqLrkAhUSJFAKHQ7kAgQQ6AEIKTAA#v=onepage&q&f=false
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du lundi de Pâques 1715 (d’Oxen) : p. 165 : « La dispute entre Mr. Galland et Mr. Schott est finie ; car le premier est mort, comme Mr. L’Abbé Bignon me l’a fait savoir ; j’en suis tout-à-fait affligé, et j’y perds un grand et un intime ami, qui m’aimait et m’honorait, et qui répondait très régulièrement à toutes mes difficultés, et les expliquait à merveille. J’ai trois volumes des lettres, que nous nous sommes écrites, j’en fais grand cas, à cause de l’érudition, qui se trouve dans celles qui sont sorties de la plume de ce grand antiquaire. Je suis bien persuadé après les éclaircissements que vous me donnez de la part de Mr. Schott, que les médailles, où l’on trouve selon quelques savants le Pentagenum et le mot , sont toutes imaginaires » ; vol de la collection de monnaies du consul d’Angleterre à Smyrne, M. Gerards, p. 167 : « L’on vient de m’envoyer une nouvelle de Smyrne, qui m’est fort désagréable. J’ai eu l’honneur de vous mander que Mr. le consul de la Grande-Bretagne avait une belle collection de médailles fort rares, ce qui paraît par les listes, qu’il m’en a fait tenir de temps en temps. Ila eu le malheur, qu’un de ses domestiques l’a volé, et lui a pris ses médailles d’or et d’argent, et peut-être aussi celles de bronze. Ce coquin s’est sauvé, et il a fondu toutes les médailles en faisant des masses d’or et d’argent. Mr. Gerards en est malade et comme interdit. En vérité je plains le triste sort de ce curieux et savant consul, dont les raretés assemblées avec tant de peine, tant de dépenses, et dont on pourrait tirer un incroyable profit pour les antiquités, s’en sont allées en fumée, et mises hors de l’usage entièrement. Si on n’a pas conservé des catalogues, je me félicite de les avoir ; et si mon ami le trouve bon, je les pourrai faire imprimer quelque jour, pour apprendre au monde savant quelle grande perte il a fait par le vol d’un infidèle coquin » (Cuper 1743 L, p. 165-8).

References

  1. ^  Cuper, G. (1743), Lettres de Critique, de Litterature, d ́Histoire, etc, ecrites a divers savans de l’Europe, Amsterdam.