Gisbert Cuper - Mathurin Veyssière de La Croze - 1716-6-1

From Fina Wiki


Gisbert Cuper - Mathurin Veyssière de La Croze - 1716-6-1
FINA IDUnique ID of the page  3896
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Mathurin Veyssière de la Croze
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . June 1, 1716
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Francesco Bianchini, Ernst Salomon Cyprian, Charles-Joseph-Procope de Ligne
LiteratureReference to literature. Cuper 16971, Cuper 17192, Cuper 1743, LIII, p. 183-43
KeywordNumismatic Keywords  hoard, local finds, roman, vespasianus, gordianus, copies, elephant
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://books.google.be/books?id=YfS7N-XEdWkC&pg=PA603&dq=gisbert+cuper+1743+lettres+litt%C3%A9raire&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiv bygqLrkAhUSJFAKHQ7kAgQQ6AEIKTAA#v=onepage&q&f=false
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 1 juin 1716 (de Deventer) : « Je suis très content que le trésor trouvé proche d’Arnhem vous ait donné de la joie. Le passage d’Agathias y vient très à propos, et je vous en suis obligé. Il n’y a point de doute que l’on doit ranger ces médailles d’or dans les dona militaria, principalement entre ceux que les empereurs et leurs généraux donnaient aux princes, ducs ou rois des peuples barbares, qui étaient amis des Romains, et défendaient les frontières de l’Empire contre d’autres barbares, qui les attaquaient. Mr. Bianchini, chambellan d’honneur du Pape, dont vous connaissez l’érudition, m’a écrit une très savante et très excellente lettre sur ce sujet, et prouve fort clairement ce dernier fait par des passages d’auteurs contemporains. Il y joint de semblables médailles d’or, mais non pas si grandes, à savoir de Vespasien, de Gordien, de Trajan Dace, et une petite statue de cuivre qui représente un prince barbare vultu et cultu, portant au col une médaille de Constantin. Tout cela mérite d’être imprimé, mais je n’ose prendre cette liberté sans le consentement de cette illustrissime ministre du Pape. Il me semble que je vous ai envoyé une copie du médaillon d’Honorius, dont le revers était fort maltiré ; je vous fait maintenant part d’une autre qui est conforme à l’original. Un de mes amis y a été trompé misérablement, et suivant ce bizarre habillement, il en faisait un arlequin qui avait diverti les noces d’Honorius et de Maris, auquel temps il jugeait que la médaille devait avoir été frappée. Risum teneamus amici. Je suis bien aise que le plan de mes éléphants mérite votre approbation, et j’espère que celui de mes Gordiens qui sera mis dans le tome suivant aura le même bonheur. J’ai reçu depuis peu une liste de médailles romaines, dont les revers sont marqués d’un ou de plusieurs éléphants ; elles sont dans le cabinet du Duc de Saxe-Gotha, et j’ai prié Mr. Cyprianus de me vouloir faire tenir la copie d’une, qui a d’un côté une tête de Bacchus, et de l’autre un éléphant. Il l’attribue à Domitien ; mais feu Mr. le Prince de Ligne m’a envoyé il y a quelques années une empreinte d’une autre, qui a aussi une tête de Bacchus avecla légende CEBACTOC , et de l’autre côté une vigne et . Je parlerai de ces deux monuments dans mes Eléphants, et j’examinerai si on doit les attribuer à Domitien, à Caracalla, qui est dit ou à Héliogabale, et je me persuade qu’ils seront d’un singulier ornement à ma seconde dissertation. J’ai parlé dans ma première, comme vous avez vu parle plan, des médailles qu’on dit avoir été marquées d’un éléphant, et du mot UGEIA avecle pentagone. J’apprends par les Nouvelles littéraires de La Haye du 1§ de mai de cette année qu’un Mr. Lovher de Nuremberg a fait une dissertation De Pentagone Hygeia. Je la désire passionnément, comme aussi les autres, dont l’on y fait mention. Mais puisqu’elles ne sont pas encore imprimées, je vous prie de me vouloir informer de ce qu’on doit juger de ce savant, et si les médailles, qu’on dit être venues de Paris et d’Italie, ont été publiées » ; p. 184 : « P.S. J’ai mal compris les médailles, dont parle Mr. Locher. En relisant ce passage je trouve qu’elles ont été frappées en l’honneur de ces médecins nouveaux qui y sont nommés, et que Mr. Locher mettra dans la dissertation, dont il y parle » (Cuper 1743 LIII, p. 183-4).

References

  1. ^  Cuper, G. (1697), Historia trium Gordianorum, Apud Albertum Fronten, Deventer.
  2. ^  Cuper, G. (1719), De elephantis in nummis obviis, Exercitationes duae nunc primae editae, The Hague.
  3. ^  Cuper, G. (1743), Lettres de Critique, de Litterature, d ́Histoire, etc, ecrites a divers savans de l’Europe, Amsterdam.