Gisbert Cuper - Nicolas Thoynard - 1699-4-10

From Fina Wiki


Gisbert Cuper - Nicolas Thoynard - 1699-4-10
FINA IDUnique ID of the page  4303
InstitutionName of Institution. Uppsala, Universitetsbibliotek
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Nicolas Thoynard
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . April 10, 1699
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Johann Georg Graevius, Antoine Galland, Jean Foy-Vaillant, Antoine Pagi, Claude Nicaise, Jean Hardouin, Charles-César Baudelot de Dairval, Jacob Spon, Nicolaas Heinsius, Peter Lambeck, Jean-Baptiste Du Bos
LiteratureReference to literature. Baudelot de Dairval 16861, Hardouin 16932, Du Bos 16953, Galland 16974, Baudelot de Dairval 16985, Foy-Vaillant 1698, p. 156
KeywordNumismatic Keywords  greek, augustus, caracalla, greek, ptolemies, egypt
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 10 avril 1699 (de Deventer) : (f°1 de la lettre, recto) « Monsieur Grevius m’a fait tenir la lettre, que vous m’avez écritele 9 Fevrier; et j’en ai appris avec beaucoup de satisfaction, que [vous]je [pu] <pourray> prendre franchement la liberté, de m’entretenir quelque fois avec vous, dont je vous suis fort obligé. I’estime beaucoup le livre de Mr. Vaillant, parce qu’il y a une si grande quantité des médailles grecques, qu’on ne trouve pas dans les livres des autres Antiquaires (1): il y a des bévues assurément, et j’en pourrais donner des échantillons; mais je laisse tout cela à Mr. Galland, qui y a remarqué, comme vous me mandez, trois cent fautes. Faites [mo] <moy> le plaisir, je vous en prie, de [me fo] m’informer, si Mr. Galland ait publié ou expliqué quelques autres médailles, que ces quatre, dont il est fait mention dans le journal des Sçavans de l’an 1697 (2); il s’y connaît parfaitement, et il m’obligerait beaucoup, s’il me voulait apprendre, si la legende d’une médaille d’Auguste est telle, comme Mr. Vaillant nous la représente a la page 15 . Cæsarea ab Augustis magna, anno quarto; ou quartodecimo (3);car pros Sebastwn me fait de la difficulté, et les Grecs ne parlent pas ainsi; et si on lit sur la médaille de Caracalla a la page 133. , sub postatem Consulare-strabente Aurelio Antonio Eutyche (4). Illiud enim upatwr mihi nunquam (f° 1, verso). Lectum est, et upatos est consul, upatikos, Consularis. Je m’en suis entre-tenu par des lettres avec notre commun amy, le savant Mr. Grevius et il croit, que l’Emp. Caracalla méme est qualifie excellent Consul, en lisant epi execontos upatou, sub excellente Consule Aurelio Antonino Felice. Mais que faire d’or si le mot s’y trouve marqué ? je m’imagine, mais dubitabundus, que l’Emp. Caracalla est qualifié ici Consul ordinarius.Vous sçavez que les Grecs se soient servy de ce terme, et Mr. Du Cange nous en donne des preuves; et si rem acu tango, [l’on doit prendre I] l’on pourrait conclure, que les Grecs aient desja parlé ainsi du temps de Caracalla, ce qui seroit assez remarquable. J’ai gardé les copies des lettres, que j’ai escrites a Mr. l’Abbe Nicaise (5) et au P. Pagi (6),et je les leur envoiay, aussitost que j’auray le temps. L’on doit etre fait comme le pere Hardouin, pour soustenir, que les insciptions de Palmyre soient supposées (7); personne ne l’en croira sans doute; et comment est <ce> qu’on pourrait imaginer que des sçavans traverseroient les deserts de la Syrie pour y contrefaire des inscriptions anciennes. Le peintre qui a été dans la compagnie des Anglois (8), les a copiées, et il a depeint les restes de cette superbe ville; il a donnéc le tableau a Mr. Calkerner (9), Consul pour Mss. Les Etats Generaux a Aleppo, et celui ci m’en a fait present. Cet homme n’aurait pas fait mystere de dire de quelle façon les Anglois en avaientf° 2, recto.usé, s’il y avait eu quelqu’apparences de fraude, mais ce savant Iesuite donne dans le sublime, et aime trop les paradoxes, comme tout le monde en convient, et ce qu’il avance dans sa dissertation, de Nummus Herodiadum (10), en sont des preuves convainquantes. Ptolemæus Auletes et le poëte Dantes sont trop eloignez l’un de l’autre, et trop distinguez pour etre confondus; et si c’est une faute de Mr. Baudelot (11), a ne ipsoquidem oceano purgari potest... I’ay lu depuis peu en chemin faisant son livre De l’Utilité des voyages (12), il y a des remarques fort curieuses mais aussi des bevuesdont il devrait certainement retracter; car elles donnent dans la vuë, et si j’yvoulois joindre les mimatulas cerutas, que j’y ai faites sur les voyages de Mr. Spon, Mr. Wheler (13), et Mr. Du Mont (14), j’en pourrais faire un juste volumen. La crainte de votre amy n’est pas sans fondement; les Huguetans rimpriment incontinent ce que se publie a Paris (15); Mss. les Etats Generaux ne le peuvent pas empecher; et c’est une affaire, qui touche Mess. les Etats d’Hollande enparticulier.Si votre amy connoissoit quelqu’un de la suite de Mr. l’Ambassad. De France, qui est a La Haye, il se devrait adresser a lui, et voir si son Excellence vou[loit] <droit> permettre, qu’on en parloit en son nom a Mr. le Pensionaire Heinsius, ou au Mess. les Bourgemaitres d’Amsterdam; [ou quelqu’autre] mais je crois, que l’affaire sera difficile. F°2, verso. Le pere Bonjour (16) me mande aussi que Mr. Rostgard (17) travaille aux epitres de Libanius, et je crois, que feu Mr. Hostenius s’est servi du méme ms. Et qu’il en a tiré quelques unes, qui ont eté publiées par Lambecius au Tom. V. de la Bibliotheque de l’Empereur (18).Si vous avez la bonté de me repondre, et de me mander de vos nouvelles,[ayez la bonté d’] adressez (19) les lettres a Mr Gruterus Advocat de la courd’Hollande, demeurant dans le Nieuive Molfraat a La Haye, il me les fera tenir incontinent, et il y fait mes affaires. Faites mes baisemains a Mr. l’Abbé du Bos (20); Mr. Nicaise me mande, qu’il fait imprimer les Vindiciae de ses quatre Gordiens; je desire de les lire; et s’il me donne des raisons valables, je me deferai incontinent de mon sentiment, et Fasces ipse submittam lubens libens. Je suis Monsieur Votre tresh. et tresob. Serv. Cuper (Université d’Uppsala, Waller Ms benl-00213, sur Europeana, en cherchant «Creator», Galland, page 10 des résultats. Ni le destinataire ni les folios ne sont précisés ; transcription et notes de Guy Meyer).

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

Guy Meyer 1) Il s’agit des Numismata imperatorum augustarum et cæsarum, à populis Romanæ ditionis græce loquentibus ex omni modulo percussa... per Joan. Vaillant bellovacum, doct(orem) medicum, & serenissimi ducis Cenomanensis antiquarum, publié pour la première fois à Paris, chez Cramoisy, en 1698, suivi d’un second tirage, en 1699, à Paris, chez Jombert, et, enfin, d’une seconde édition, pour le compte des frères Huguetan, à Amsterdam, en 1700. 2) Allusion au petit volume de Galland, Lettre de M. G. touchant quatre médailles antiques nouvellement publiées par le R. P; Chamillard (Caen, 1697), 54 pages in 8°, chez Cavelier. Il en est rendu compte dans le JS de 1697, pp. 433-434, en date du lundi 16 décembre 1697. 3) Il s’agit en fait d’une monnaie de Néron, et non d’Auguste, page 15 des deux tirages de la première édition (1698 et 1699), page 17 de la seconde, au Cabinet du roi. La légende a été mal lue, il faut déchiffrer KAISARIA H PROS SEBASTWLIMENIL , soit Caesarea Maritima, année XIV, cf. RPC, I, n° 4862. 4) Il s’agirait d’une monnaie de Smyrne (p. 111 de l’édition de 1700), mais la monnaie est soit fausse, soit retouchée, soit mal lue et mal attribuée. Elle absente du monnayage de Smyrne. Le nom curieux Aur. Antôn. Eutychès ne se retrouve pas non plus dans Leschhorn, Lexicon, vol. II. 5) La correspondance de Cuper avec l’abbé Nicaise est publiée partiellement par E. Caillemer, «L’abbé Nicaise et sa correspondance», Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 21 (1885), pp. 235-260, LXVIII-LXXV; il signale d’autres lettres dans le Ms Fr 9359, 234-251. 6) Antoine Pagi (Roques, Gard, 1624-Aix, 1699) faisait des recherches sur la chronologie. Il est l’auteur des Critica historico-chronologica in Annales ecclesiasticos Baronii (1689). 7) Le père Jean Hardouin, jésuite, soutenait des positions paradoxales. Entre autres, il croyait que Palmyre ne se trouvait pas à l’endroit des ruines de la cité et il doutait que les inscriptions palmyréennes soient authentiques. 8) Cette expédition fut publiée dans les Philosophical transactions, 19 (1695-1697), sous le titre: «A relation of a voyage from Aleppo to Palmyra in Syria; sent by the Reverend Mr. William Halifax to Dr. Edward (late) savilian Professor of Astronomy in Oxford, and by him communicated to Dr. Thomas Smith Reg. Soc. S.», pp. 83-110. Cornelius De Bruyn, reproduit le texte de la description de Palmyre, Voyage au Levant, II (17252; première édition hollandaise, Delft, 1698; première édition française, Delft, 1700), pp. 381-425, avec une planche face à la page 380, inspirée par le tableau mentionné par la suite qui aurait été réalisé par G. Hofsted van Essen (le peintre cité par Cuper). Comme De Bruyn ne c’est pas rendu lui-même à Palmyre, il semble qu’il ait eu accès aux papiers communiqués à Cuper soit à Alep, soit en Hollande, cf. Bianca Chen, «Politics and Letters: Gisbert Cuper servant of two Republics», in M. Keblusek, V. Noldus (edd.), Double agents: cultural and political brockerage in early modern europe, p. 92. 9) Il faut corriger en Calckberner. Conraad Calckberner fut consul des Pays-Bas à Alep, de 1687 à 1694, cf. H. El-Mudarris, O. Salmon, Les relations entre les Pays-Bas et la Syrie Ottomane: les 400 ans du consulat des Pays-Bas à Alep [Alep, 2007, chez l’Auteur], pp. 56 et 70. Il adressa à Cuper les notes de voyage avec des copies des inscriptions levées par les Anglais à Cuper en 1694, sur les relations entre Cuper et Clackberner, cf. Bianca Chen, «Politics and Letters: Gisbert Cuper servant of two Republics», in M. Keblusek, V. Noldus (edd.), Double agents: cultural and political brockerage in early modern europe, pp. 89-92; et sur le tableau des ruines de Palmyre, aujourd’hui au Allard Pierson Museum d’Utrecht, p. 71 et fig. 6, pour le tableau. 10)Titre complet: Chronologiae ex nummis antiquis restitutae prolusio de nummis Herodiadum (Paris, 1693), repris dans les Opuscula selecta, pp. 328-356 (Amsterdam, 1709). 11) Allusion au livre de Baudelot de Dairval, Histoire de Ptolémée Aulète, dissertation sur une pierre gravée du Cabinet de Madame (Paris, 1698). Galland dans une lettre qui circula sous le manteau, cf. M. Abdel-Halim, Antoine Galland (Paris, 1964), pp. 378-380, critiqua cet ouvrage. 12) De l’utilité des voyages, en deux volumes, à Paris (1693). 13) Jacob Spon et George Wheler firent ensemble un voyage au Levant. Jacob Spon publia le premier son récit, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant fait aux années 1675 et 1676 par Jacob Spon docteur médecin agrégé à Lyon et George Wheler gentilhomme anglois (Lyon, 1678), en 3 vol., reproduit l’année suivante à Amsterdam, avec des illustrations imaginaires, en deux volumes.Wheler fit paraître son Journey into Greece in company of Dr. Spon of Lyons, à Londres, en 1682, seulement, traduit en français, en deux volumes en 1689, Voyage de Dalmatie de Grèce et du Levant (Paris). 14)Jean Dumont, Huguenot français émigré en Hollande, auteur des Voyage de Mr. Du Mont en France, en Italie, en Allemagne, à Malthe, et en Turquie (La haye, 1699), en 4 vol. Les Nouveaux Voyages (La haye, 1694) du même auteur sont une version abrégée du précédent. 15) Libraires-imprimeurs originaires de Lyon, huguenots réfugiés en Hollande, s’étaient spécialisés dans les rééditions pirates de ce qui était publié en France. 16) Le père Guillaume Bonjour (Toulouse, 1670-Chine 1714) était aussi un correspondant de Nicaise. Assistant du Cardinal Noris, il s’était spécialisé dans l’étude du copte. 17) Conseiller d’Etat du roi du Danemark.Son édition de Libanius ne fut jamais achevée, mais servit de base à l’édition de Wolfius, parue à Amsterdam en 1738. 18) Lambecius (ou Lambeck) publia un catalogue de la Bibliothèque impériale de Vienne sous le titre Commentariorum de augustissima bibliotheca Caesarea Vindobonensi, les lettres de Libianus préparées par Holsten devraient se trouver au vol. V, consultable sur Europeana. 19) Le Z final recouvre un R écrit avant la rature. 20) Sur les Quatre Gordiens de l’abbé Du Bos, parent de Vaillant, et la polémique qui s’en suivit, cf. Abdel-Halim, Antoine Galland, pp. 360-369. (fr)

References

  1. ^  Baudelot de Dairval, Charles-César (1686), De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherches des antiquitez procure aux sçavans. 2 vol. Paris: P. Auboüin et P. Emery.
  2. ^  Hardouin, J. (1693), Chronologiae ex nummis antiquis reslilulae. Prolusio de nummis Herodiadum, Apud Joannem Anisson. Paris.
  3. ^  Du Bos, Jean-Baptiste (1695), Histoire des quatre Gordiens, prouvée et illustrée par les médailles, Paris
  4. ^  Galland, Antoine (1697), Lettre de M. G. touchant quatre médailles antiques nouvellement publiées par le R. P. Chamillard, Caen, 54 pages in 8°, chez Cavelier
  5. ^  Baudelot de Dairval, Charles-César (1698), Histoire de Ptolémée Aulète, dissertation sur une pierre gravée du Cabinet de Madame, Paris.
  6. ^  Foy-Vaillant, Jean (1698), Numismata imperatorum augustarum et cæsarum, à populis Romanæ ditionis græce loquentibus ex omni modulo percussa... per Joan. Vaillant bellovacum, doct(orem) medicum, & serenissimi ducis Cenomanensis antiquarum, à Paris, chez Cramoisy.