Jean-Paul Bignon - Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas - 1726-10-8

From Fina Wiki


Jean-Paul Bignon - Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas - 1726-10-8
FINA IDUnique ID of the page  1723
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Man., Fr. 22234, f° 47v
AuthorAuthor of the document. Jean-Paul Bignon
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . October 8, 1726
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution.
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Louis XV of France, Jean-René de Longueil
LiteratureReference to literature. Sarmant 1994, p. 113-114, note 531
KeywordNumismatic Keywords  exchange, duplicates, price
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 8 octobre 1726 ( ?) : sur un échange de 2 médailles contre 45 : « Permettez-moi de vous dire que je ne vois pas bien ce que vous voulez que j’examine sur cela, et que j’ai l’honneur de vous en dire. Il ne m’appartient certainement pas de prescrire des bornes au libéralités du roi, et moins encore à l’égard d’une personne du rang et du mérite de M. de Maisons ; Sa Majesté peut lui donner ce qu’il demande et plus encore, sans que personne y trouve à redire, et les réflexions que je pourrais vous faire vous sont sans doute aussi présentes qu’à moi […] Si c’était un autre curieux que M. de Maisons qui me vint proposer cet échange, je croirais ne pouvoir sans trahir mon devoir lui en offrir plus de trois, aucune de ces médailles n’étant d’une rareté à les porter à des prix extraordinaires. Et les 45 doubles du Cabinet, aussi bien que les deux de M. de Maisons, ne valent au plus que deux fois le poids du métal. Si avant de conclure un pareil échange avec cet autre curieux, je vous demandais votre décision à mon ordinaire, je m’imagine que vous ne trouveriez pas bon que je le fisse d’une manière plus désavantageuse au roi. Voilà ce me semble mes règles, que certainement vous n’ignorez pas. Vous n’ignorez pas non plus que quand j’ai proposé au roi d’acheter ces 45 médailles doubles, ce n’a été que dans l’espérance qu’elles serviraient à faire des échanges contre un nombre à peu près égal de médailles pareilles que nous n’avons pas. Après cela, qu’attendez-vous donc que j’ai l’honneur de vous répondre, Monsieur ? Encore une fois, à Dieu ne plaise que je désapprouve ce que S. M. voudra faire en faveur de M. de Maisons. Je suis tout prêt d’y souscrire, et je lui ferai remettre ces 45 médailles au moment que vous me l’ordonnerez. Je ne prends même la liberté de vous parler comme je fais que parce que vous me le prescrivez, et pour éviter le reproche que je pourrais mériter, si après un tel ordre, je ne vous rappelais pas tout ce qui peut vous mettre au fait » (Paris, BNF, Man., Fr. 22234, f° 47v ; Sarmant 1994, p. 113-114, note 53).

References

  1. ^  Sarmant, T. (1994), Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale (1661-1848), Paris.