Jean Foy-Vaillant - frères Hughetan - 1699-10-2

From Fina Wiki


Jean Foy-Vaillant - frères Hughetan - 1699-10-2
FINA IDUnique ID of the page  5390
InstitutionName of Institution. Sint-Petersburg
InventoryInventory number. autographs 139, nr. 114
AuthorAuthor of the document. Jean Foy-Vaillant
RecipientRecipient of the correspondence. Frères Hughetan
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . October 2, 1699
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Paris 48° 51' 23.80" N, 2° 21' 5.40" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Pietro Santi Bartoli, Fulvio Orsini, Charles Patin, Hubert Goltzius, Jean-Baptiste Du Bos
LiteratureReference to literature. Goltzius 15661, Orsini 15772, Patin 16633, Foy-Vaillant 16824, Foy-Vaillant 17015, Sarmant 2000, p. 91, note 1086, Longpérier 18617, Sarmant 2003, p. 123, note 56, p. 323, note 1218
KeywordNumismatic Keywords  egypt, ptolemies, book, engraved plates, engraver, draftsman, roman republican, roman provincial, book price, price, proof reading, errors
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia http://bibnum.enc.sorbonne.fr/files/original/2c83f4b01d332811e8a1032ac1ceaaac.PDF
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 2 octobre 1699 (de Paris) : « Messieurs, selon votre lettre du 22 septembre, j’ai remis entre les mains de M. Foissin le manuscrit de la vie et histoire des Ptolémées rois d’Egypte, de qui je vous cède tous les droits, j’y ai ajouté le petit appendice des médailles de ce royaume frappées sous les empereurs que j’ai nommé AEGYPTVS NVMISMATICA, où il se trouve des choses très curieuses. Je lui ai aussi remis entre les mains une boîte à votre adresse où sont tous les cuivres en médaillons et médailles marqués tous vec des numéros où sont les pages à qui ils appartiennent qui ont relation avec leurs impressions qui sont au même endroit dans le livre. Dans la même boîte vous trouverez 140 autres médailles en cuivre que vous m’avez dit d’y joindre pour embellir le livre des médailles grecques qui joints avec celles que vous a choisi M. l’abbé Du Bos, feront un très bel effet, et vous avez trouvé le secret par ce moyen de faire un ouvrage qui devient très utile et très nécessaire aux curieux. Quand je vous mandé que j’avais 80 ou environ de médailles c’était au temps de M. de la Boissière, qui a gravé celles du roi, que du Signor Pietro Santi qui a gravé la Colonne Trajane qui me les a fait à Rome. Il serait à souhaiter que toutes vos autres fussent de cette force. Il vous plaira donc me faire tenir par M. Foissin 70tt pour lesdits cuivres. Cependant j’ai à vos dire qu’il me semblerait à propos, de fairegraver comme aux Séleucides une vignette qui marqua l’Egypte et ce qui lui appartient. Vous avez à Amsterdam des gens savants qui en pourront bien donner le dessin et l’exécuter, sinon j’y penserai et pourrai bien le faire ici, si vous l’ordonnez ainsi. J’ai encore à vous dire si les médaillons de chaque roi vous les placerez comme à mes Séleucides, on les pourrait mettre seuls en une feuille au devant de leur vie cela dépendra de votre volonté, comme aussi de mettre à chaque page leurs médailles et mettre une vignette à la fin pour remplir le livre, ce qui le grossirait. Ce que j’ai encore à vous prier comme je ne suis pas à mon ouvrage, de faire revoir soigneusement par quelque personne savante les épreuves, parce que étant toujours appliqué il échappe toujours quelques fautes. Car c’est un des plus beaux ouvrages qu’on puisse faire de nos jours en ces matières. Il est présentement question de parler sainement de l’ouvrage qui est à faire touchant les familles romaines, vous aviez pensé de réimprimer celles d’Ursin et Patin, et je m’étais engagé à vous expliquer toutes celles de Goltzius qui ne sont pas dans Ursin, qui se montent à 457 et environ 100 des miennes nouvelles, pour lesquelles nous étions convenus de 500tt en vous donnant avec cela trois livres in-4° où sont rangées toutes les médailles de Goltzius qui a imprimé en 1573 devant Ursin qui n’a donné son livre qu’en 1577, ensuite les siennes, après celles de Patin séparées et les miennes à la fin. Comme je ne devais rien toucher à ce qu’ont écrit Ursin et Patin, j’ai donc voulu travailler à l’ouvrage. Je n’ai pu trouver à y mettre un ordre, et il est impossible de le faire. Je me suis mis ensuite à lire le livre d’Ursin, que j’ai trouvé la plupart défectueux. Je ne parle pas de Patin qui n’a rien fait qui vaille. J’ai consulté la plupart des gens très savants sur ces matières qui se sont moqués de moi sur ce sujet disant que l’on abandonne les médailles des familles romaines parce que Fulvius Ursinus n’en enseigne presque rien, qu’il n’explique presque point les têtes qui elles sont, et ne dit aucune chose des revers, pourquoi ils ont été faits, n’alléguant que plusieurs beaux passages qui ne sont que pour les familles et rien pour l’instruction des médailles, et passe le plus souvent ce qu’il y a de difficile. Tellement que tous ont dit que s’il y a quelque chose de beau à faire ce serait de faire l’histoire des familles tirées de Goltzius, d’Ursin, Patin et des nouvelles, les ranger par ordre des temps, les expliquer tant par les têtes que revers, et n’y rien omettre, marquer par un G. celles de Gotlzius, F. celles de Fulvius Ursinus, P. celles de Patin et V. les miennes. Or comme je n’en devais expliquer que 550, il en faut présentement ajouter 757 ou environ d’Ursin et 150 environ de Patin, qui sont presque les deux tiers davantage. Si le livre que je vous propose vous agrée, c’est un ouvrage de plus d’une année, et comme je le trouve digne de vous autres Messieurs, je veux bien y travailler, et je vous demande seulement 1000tt, mais sans y avoir été embarqué j’en voudrais 1500tt il n’y a que de l’honneur et pas du pain à manger comme on dit communément, sinon faites réimprimer l’ouvrage d’Ursin et Patin comme elle est, si elle vous plaît et vous me ferez plus de plaisir à ne me pas employer dans celle-là. L’histoire des rois et reines est ici fort souhaité, elle sera je vous l’assure d’un grand débit. Je l’aurai achevée pour la fin de l’année. Je suis Messieurs très certainement votre très humble et très obéissant serviteur, Vaillant » (copiée à la Bibliothèque impériale de Saint Petersbourg, volume 139, n° 114 par M. Emmanuel Miller, publiée dans la RN, ns. 6 (1861), p. 64-67 (article signé A(drien de) L(ongpérier) ; Sarmant 2000, p. 91, note 108, 2003, p. 123, note 56, p. 323, note 121).

References

  1. ^  Goltzius, Hubert (1566), Fastos magistratum et triumphorum Romanorum ab urbe condita ad Augusti obitum ex antiquis tam numismatum quam marmorum monumentis restitutos, Bruges.
  2. ^  Orsini, Fulvio (1577), Familiae romanae quae reperiuntur in antiquis numismatibus ab Vrbe condita ad tempora divi Augusti ex Bibliotheca Fulvi Vrsini, Adjunctis familiis III ex libro Antoni Augustini, ep. Llerdensis, Rome.
  3. ^  Patin, Charles (1663), Familiae Romanae in antiquis numismatibus, ab urbe condita ad tempora Divi Augusti ex bibliotheca Fulvii Ursini cum adjunctis Antonii Augustini, episc. Llerdensis, Jean du Bray, Pierre Variquet e Rober de Ninville, Paris.
  4. ^  Foy-Vaillant, Jean (1682), Seleucidarum Imperium sive Historia Regum Syriae ad fidem numismatum accommodata, Joannes Guignard, Paris.
  5. ^  Foy-Vaillant, Jean (1701), Historia Ptolemæorum Ægypti regum, ad fidem numismatum accommodata, Apud G. Gallet, Praefectum Typographiae Hughetanorum, Amsterdam.
  6. ^  Sarmant, Th. (2000), "Roma Triumphans. Les frontispices des livres de médailles aux XVIIe et XVIIIe siècles", Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 158, pp. 69-95.
  7. ^  Longpérier, Adolphe de (1861), "Lettre de Vaillant", Revue Numismatique, n.s. 6, p. 64-67.
  8. ^  Sarmant, Th. (2003), La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières, Paris.