Johann Joachim Winckelmann - Giovanni Ludovico Bianconi - 1758-6

From Fina Wiki


Johann Joachim Winckelmann - Giovanni Ludovico Bianconi - 1758-6
FINA IDUnique ID of the page  7104
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Johann Joachim Winckelmann
RecipientRecipient of the correspondence. Giovanni Ludovico Bianconi
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . July 1758
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Rome 41° 53' 35.95" N, 12° 28' 58.55" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Christina of Sweden, Francesco Maria Carafa
LiteratureReference to literature. Rehm 1952, n° 218, p. 372 et 3741, Callataÿ 2007, 593-592
KeywordNumismatic Keywords  paleography, shape of letters, polemon, pontus, parthia, alexander the great, capua, tiano, south italy
LanguageLanguage of the correspondence Italian
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre de fin mai-début juin 1758 218 (de ?) : « La Medaglia piu antica in cui si trova Ω scritto ω, quanto ho potuto rintracciare, è del Rè Polemon di Ponto in argento coll’epigr. ΒΑCΛΕωΣ ΠΟΛΕΜωΝΟΣ (nel Museo de’Franciscani a s. Bartol. Nell’Isola). Voler giudicare dall’eleganza sola del carattere può indurre in errori. Ho veduto Medaglie (nel Museo Faucault a Napoli e in quella delle Regina di Suezia in casa Bracciano) de’Rè de’Parti con un carattere elegante ma d’un disegno e improto più che barbaro. Ma anche sull’eleganza sarebbero da stabilirsi certe regole v.g. I punti o globetti all’estremità delle lettere greche principiano al tempo d’Alessandro Magno e fanno il carattere meno elegante che non era prima. Se Dio mi presta la Vita ho destinato di scrivere una Palaeographia de Medaglie ... (p. 374) Un’Ercole giovane e barbuto si rassomiglia nelle medaglie Greche e in quelle di Capua e Tiano (nel Museo del Duca di Noja à Napoli) coll’iscrizione erroneamente stimata Etrusca (inscriptions osques des monnaies de Capoue et de Teanum [2 légendes présentées à la suite l’une de l’autre]) (Rehm I 1952, n° 218, p. 372 et 374 ; Callataÿ 2007, 593-594)

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

(« La plus ancienne médaille, du moins autant que je sache, sur laquelle se trouve un Ω a plus ancienne ω, est celle de Polémon, roi de Pont, avec cette inscription: ΒΑCΛΕωΣ ΠΟΛΕΜωΝΟΣ. Elle est dans le cabinet des pères Franciscains, à San Bartholomeo all’Isola. Il est facile de se tromper lorsqu’on ne veut juger que d’après l’élégance des caractères. J’ai vu dans le cabinet de Faucaulti à Naples, ainsi que dans le cabinet de la reine de Suède, chez le duc de Bracciano à Rome, des médailles des rois de Pont (sic!), dont les caractères sont d’une grande élégance, mais dont le dessin et le coin sont plus que barbares. À l’égard de la beauté même des caractères, on pourrait établir quelques règles : les points et les boules aux bouts extérieurs des caractères grecs, par exemple, commencèrent à être en usage du temps d’Alexandre le Grand, et ôtèrent beaucoup de l’élégance que ces caractères avaient eue jusqu’alors. Je me suis proposé d’écrire une Paléographie numismatique, si Dieu m’en accorde le temps... (p. 265) La figure d’un autre Hercule plus jeune & avec une barbe plus fournie, ressemble parfaitement à celle de ce héros qu’on voit sur les médailles grecques de Capoue & de Téano, qui sont dans le cabinet du duc de Noïa à Naples. La médaille de cette dernière ville porte cette inscription (lettres osques)» (trad. : Recueil de lettres de M. Winckelmann sur les découvertes faites à Herculanum, à Pompéii, à Stabia, à, Caserte & à Rome, I, Paris, 1785, p. 245-6 et 265 – traduction à nouveau fautive ou approximative en maints endroits). (fr)

References

  1. ^  Rehm, Walther (ed.) (1952), Johann Joachim Winckelmann. vol. I : 1742-1759, Berlin.
  2. ^  Callataÿ, François de (2007), "Winckelmann et les monnaies antiques", Revue des Etudes Grecques, 120, juil.-déc., pp. 553-601.