Joseph Pellerin - Joseph Khell von Khellburg - 1765

From Fina Wiki


Joseph Pellerin - Joseph Khell von Khellburg - 1765
FINA IDUnique ID of the page  11220
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. NAF Ms. 1074, f° 104r-v
AuthorAuthor of the document. Joseph Pellerin
RecipientRecipient of the correspondence. Joseph Khell von Khellburg
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . 1765
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Paris 48° 51' 24.12" N, 2° 21' 5.26" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Louis-Léon de Brancas, Gian Domenico Tiepolo
LiteratureReference to literature. Tiepolo 17361
KeywordNumismatic Keywords  commodus, greek, dyrrachium, gargara, illyria, magistrate, names in full letters, collection numbers, coin weight, state of preservation, monounios, shape of letters, drawing, health, blindness
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084153v/f217.item.r=1074%20Pellerin
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre sans date (de Paris – écrite par Leblond) : « (f° 104r) M. Pellerin a reçu la lettre que le révérend Père Khell lui a fait l’honneur de lui écrire le … de ce mois, et une précédente dans laquelle il lui demandait un éclaircissement sur le nom et les qualités du possesseur de la médaille de Commode frappée dans la ville de Gargara. Pour lui répondre par ordre, il faut d’abord lui dire que le propriétaire actuel de cette médaille est M. le Comte de Lauraguais, membre de l’Académie royale des Sciences, et fils de M. le Duc de Brancas Villas. Il est fort à désirer pour le bien des lettres que le R. P. Khell publie les observations qu’il a faites sur les médailles de la ville de Dyrrachium. M. Pellerin pense comme lui qu’on ne peut supposer que les magistrats dont on avait les noms au nominatif sur un côté de ces médailles étaient fils de ceux dont les noms sont au génitif sur l’autre côté. Parmi celles de cette ville qu’il possède au nombre de plus de cinquante, il y en a plusieurs qui avec le nom de Meniscus ont au revers différents noms ; celles où l’on voit les noms de Machatas, Philotas, Xenon et beaucoup d’autres ont aussi les revers chargés de différents noms au génitif et certainement tous ces hommes portant différents noms n’avaient pas eu des fils appelés Meniscus, Xenon, etc. mais aux remarques faites par le R. P. Khell sur ce point-là il en ajoutera sans doute bien d’autres particulières et plus instructives que ne le sont les commentaires que divers antiquaires ont publiés sur ces médailles de Dyrrachium et les lettres ( ???) commissaires qui ( ???) (f° 104v) conformément à ce qu’il a marqué désirer par sa lettre ; le petit médaillon d’argent a été pesé exactement avec des poids de Paris et avec des poids de Nuremberg. Il pèse 214 grains poids de Paris et 220 grains poids de Nuremberg. Son poids a été aussi comparé à celui des trois médailles ordinaires des mieux conservées et il s’est trouvé que ces trois médailles ensemble étaient du même poids que le médaillon sans qu’il y ait eu la différence d’un seul grain mais les autres médailles qui ne sont pas si bien conservées pèsent de quelques grains moins les unes que les autres. Quoique le médaillon en question dont l’antiquité est indubitable soit très beau, et parfaitement bien conservé, il y a cependant quelque chose à redire à la manière dont le nom du roi y est écrit. Lorsque M. P. le publia, il finit la description qui lui avait été donnée d’avance par le vendeur, et ne pensa pas à la comparer avec celle décrite dans le Museo Teupoli. Quelque temps après, ayant eu occasion d’examiner ce médaillon, il s’aperçut d’une différence dont il fit notes alors dans son catalogue ; cette différence consiste dans les lettres qui composent le nom du roi écrit MONOΥNIOΥ dans le Museo Teupoli. Sur ce médaillon-ci la première lettre n’est figurée qu’à moitié, le coin ayant porté un peu à faux de ce côté-là, de sorte que cette lettre peut être prise aussi bien pour un A que pour une M. la dernière qui ressemble à une C peut bien être aussi un Y incliné. Conséquemment, le nom doit être MINIONOC ou MINIONOΥ, et même AINIONOC ou AINIONOΥ. La terminaison OC ne devrait avoir lieu qu’autant que le graveur aurait figuré la lettre O du milieu (f° 104v) comme un omicron au lieu d’un oméga ce qui aurait été nouveau, mais le R. P. K. jugera mieux lui-même ( ?) si le nom doit être lu par ( ?) du dessin qui ( ?) joint à cette lettre. & a été copié avec l’exactitude la plus scrupuleuse et l’on y peut compter autant que si l’on avait l’original sous les yeux. M. P. est ( ?) et reconnaissance de la part que le R. P. K. lui témoigne prendre au malheur qui lui est arrivé d’avoir perdu la vue presqu’entièrement et il le prie d’être toujours bien convaincu de son attachement et de son respect. Au Révérend Père. Le Révérend Père Khell professeur en la science des antiquités au collège thérésien à Vienne en Autriche » (Paris, BnF, f° 104r-v).

Nouvelles acquisitions françaises

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Tiepolo, Gian Domenico (1736), Musei Theupoli antiqua numismata olim collecta a Joanne Dominico Theupolo. Aucta & edira a Laurentio Equite et D. Marci Procuratore et Federico Senatore fratribus Theupolis, Venice, 2 vol.