Joseph de Bimard - Jean-François Séguier - 1739-6-17

From Fina Wiki


Joseph de Bimard - Jean-François Séguier - 1739-6-17
FINA IDUnique ID of the page  1526
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Joseph de Bimard
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . June 17, 1739
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Paris 48° 51' 23.80" N, 2° 21' 5.40" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Jacques Martin, Scipione Maffei, Louis Jobert
LiteratureReference to literature. Jobert - Bimard 17391
KeywordNumismatic Keywords  book, quarrel, engraving, greek, roman
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=797
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 17 juin 1739 (de Paris) : « Ainsi, je crois que comme ami commun vous empêcheriez qu’il n’arrive rien qui puisse nous mettre aux mains, car je vous déclare que j’entre pour rien dans toutes les querelles qu’il peut y avoir entre les savants italiens, et de plus que je ne prends aucune part à tout ce que D. Jacques Martin vient de faire imprimer ici contre lui. C’est un in 4° assez épais qui contient diverses explications de bronzes, marbres et médailles antiques non encore publiées, et dont la moitié, au moins, est employée à attaquer des explications données par M. Maffei et les 1ers tomes de l’édition de Saint Jérôme faite à Vérone. C’est tout ce que je puis vous dire jusqu’à présent car l’ouvrage n’est pas encore exposé en vente et je vois qu’on imprime actuellement la préface. D. Jacques Martin est venu quelquefois chez moi et je lui ai même donné le dessin d’un bas-relief qui est dans l’église de Saint-Sauveur à Aix. C’est un homme vif et peu mesuré, qui prendra assez de peine pour ramasser des passages, mais dont la tête n’est pas assez philosophique pour les bien lier et bien raisonner en conséquence. Je crois donc que son ouvrage sentira le gâchis. Il l’a dédié à l’Académie des belles-lettres, chose qu’on ne peut empêcher ; mais il ne faut pas que M. Maffei croit que l’Académie approuve le contenu de l’ouvrage, vous pourrez l’en assurer de ma part. Cependant que ce que je vous marque avec liberté demeure s’il vous plait, entre nous./[f° 225 r°] J’ai vu l’inscription trouvée auprès de Pestius dans le 3e tome du journal de Vérone et j’avais déjà l’édition de M. Mettaire. Mattheo Egizio m’a communiqué une autre inscription toute pareille qui fut trouvée dans le même endroit et dans le même temps sur une autre lame de bronze. Elle est plus longue de près de la moitié que la première car elle a 107 lignes. Je la publierai avec une traduction latine dans un des volumens de nos mémoires, après l’avoir remaniée, car la copie est très défectueuse, ayant été faite par un homme qui ne sait pas le grec. La nouvelle édition de La Science des médailles, à laquelle j’ai ajouté mes remarques, s’imprime actuellement mais lentement, puisqu’il n’y en a encore que deux feuilles de tirées. J’y ai fait graver quelques-unes des médailles que M. Maffei s’était contenté de décrire, comme Livannus, Antoninus, la Pythoduris, le Cinstante d’or, l’Artavasde &c. J’ai donné aussi mes conjectures sur quelques têtes de rois inconnus, tels que Thontopatos, Bituis ΓΟΓΟ… et Læantolus. Dès que l’ouvrage sera achevé d’imprimer je vous en enverrai un exemplaire pour vous et un pour M. Maffei. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 139, f° 224-225).

References

  1. ^  Jobert, Louis (1739), La science des médailles antiques et modernes pour l’instruction des personnes qui s’appliquent à les connaître. Nouvelle édition, revue, corrigée & augmentée considérablement par l’Auteur avec quelques nouvelles découvertes faites dans cette science, Paris, 2 vol. De Bure.