Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1764-3-25

From Fina Wiki


Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1764-3-25
FINA IDUnique ID of the page  5003
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms. 149, f° 139-140
AuthorAuthor of the document. Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 25, 1764
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Anselmo Maria Banduri, Charles du Fresne, Charles Patin
LiteratureReference to literature. Banduri 17191
KeywordNumismatic Keywords  book, roman, constantius, roman, letters
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1008
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 25 mars 1764 (d’Aix) : « [fol. 139v°] J’ai acquis depuis quelques jours une médaille en petit bronze qui je crois n’a jamais été publiée, au moins je ne la trouve pas ni dans du Cange ni dans Banduri. C’est la tête de l’empereur Constance Fl. Jul. Constancius mob. C. Au revers il y a une figure assise sur un espèce de siège d’une forme singulière sans dossier. On ne saurait distinguer si c’est un homme ou une femme. Elle est habillée à la longue et a la tête couverte /de quelque chose qui ressemble a un casque/. Elle tient de la main droite une tête, et de la gauche un bâton court assez épais qu’on peut prendre pour un sceptre. La légende est VOTA VIC CENNALIOB. On ne peut distinguer si la dernière lettre est un R ou un B. J’oubliais de vous dire que la tête de Constance est ceinte d’un diadème sans ornement qui ressemble assez à une couronne de laurier. Au reste cette petite médaille est à fleur de coin et est d’un très bon goût. Pour le dessin et pour la gravure elle égale tous les monuments du meilleur âge. Je vous prie de me dire si vous aviez quelque connaissance de cette médaille. Comme la bizarrerie se mêle assez souvent à la curiosité, je cherche avec beaucoup d’empressement les médailles du Bas Empire. C’est un champ assez vaste et dans lequel il reste encore à glaner. Je me reproche d’abuser plus long temps de vos moments et je finis en vous renouvelant l’assurance des sentiments d’attachement avec lesquels je ne cesserai jamais d’être,Monsieur. Votre très humble et très obéissant serviteur. Saint Vincens [Fol. 140] Ma lettre écrite je viens de m’apercevoir que Banduri tom. 2 p. 345, rapporte une médaille toute pareille du jeune Constantin. Patin l’avait déjà publiée et il expliquait la légende du revers viannalia orbis, explication assez ingénieuse mais qui serait renversée si sur ma médaille il y avait un B au lieu d’un R, ce que je n’affirme pas. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 149, f° 139-140).

References

  1. ^  Banduri, A. (1719), Bibliotheca nummaria sive auctorum qui de re nummaria scripserunt, Hamburg, Apud C. Liebezeit and T.C. Felginer