Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1779-12-15

From Fina Wiki


Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1779-12-15
FINA IDUnique ID of the page  5029
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms. 149, f° 156-158
AuthorAuthor of the document. Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . December 15, 1779
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Andreas Morell, Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, Joseph Pellerin
LiteratureReference to literature. Pellerin 17781
KeywordNumismatic Keywords  egypt, roman republican, dealer, market, levant, price, collection sale, marseille
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1028
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 15 décembre 1779 (d’Aix) : « L’explication que vous donnez aux médailles sur lesquelles j’ai pris la liberté de vous consulter est de la dernière évidence. Il est certain que la médaille de fabrique égyptienne a échappé à Morell et à tous ceux qui ont écrit sur les médailles de famille. Sur le premier mot que je vous en dis, et avant que de l’avoir vue, vous l’avez reconnue et m’en avez donné l’explication la plus détaillée. Je vous remercie bien des médailles que vous avez eu la bonté de m’envoyer. Je les conserverai parce qu’elles me viennent de vous, et par la même raison qui fait que je conserve dans mon cabinet plusieurs monuments qui me viennent du célèbre Peiresc. Il est bien étonnant qu’il n’y ait personne dans une ville comme [fol. 160v°] Nîmes qui fasse le commerce des antiquités. Dans ma jeunesse, j’ai vu dans toutes nos villes des gens qui faisaient ce commerce avec intelligence et probité. Le S. Guerin interprète de langue que vous avez connu à Marseille, est mort depuis quelques années et n’a pas été remplacé. M. Pellerin en tire beaucoup de médailles, mais il traite directement avec des gens qui reviennent des échelles du Levant. Son état de cécité et ses quatre-vingt-quinze ans ne l’empêchent pas de s’occuper uniquement de tout ce qui a trait à l’antiquité. Vous avez pu voir dans un dixième volume de ses recueils qu’il a donné l’année passée, la méthode dont il se sert pour écrire sans y voir : cela tient du prodige. Depuis un an il a acheté pour plus de douze mille francs de médailles à Marseille. Il travaille à faire une nouvelle suite pour remplacer celle qu’il a vendu au roi. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 149, f° 156-158).

References

  1. ^  Pellerin, Joseph (1778), Additions aux neuf volumes de recueils de médailles de rois, de villes, etc. Imprimés en 1762, 1763, 1765, 1767, 1768 & 1770 ; avec des remarques sur quelques médailles déjà publiées, La Haye.