Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1782-2-12

From Fina Wiki


Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1782-2-12
FINA IDUnique ID of the page  5036
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms. 149, f° 176-177
AuthorAuthor of the document. Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . February 12, 1782
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Pierre Séguin
LiteratureReference to literature. Séguin 16651
KeywordNumismatic Keywords  greek, book, roman provincial, antoninus pius, hieropolis, marcus aurelius, subaerata, egypt, ptolemies, letters
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1049
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 12 février 1782 (d’Aix) : « Je fais mon carnaval avec des médailles grecques que je viens de recevoir. Avec de la patience et des livres je suis venu à bout de les toutes déchiffrer, ce qui m’a fait le plus grand plaisir. Il n’y a rien de rare dans ce dernier envoi. Il y a deux médaillons très bien conservés, l’un de bronze d’Antonin Pie au revers de Sérapis, le même que Seguin donne dans ses Selecta numismata p. 3. L’autre est d’argent de nommée de la ville d’Hieropolis, au revers de Cibèle assise sur un lion avec la légende ΘΕΑC. CYPIAC. IEPOΠΟΛΙΤΩΝ. Il y a une autre de cette ville avec la tête de Marc Aurèle. Ma passion pour les médailles va toujours en augmentant. Il n’y a point de soins ni de dépenses que je n’emploie pour m’en procurer. Cela m’a rappelé que vous me fîtes l’honneur de m’écrire il y a 2 ans qu’un orfèvre de Nîmes avait des médailles saussées dont il séparerait cent au choix. S’il ne s’en était pas défait je vous prierais de me faire ce choix. Peut être y trouverais[-je] des médailles que je n’ai.[fol. 176v°] Pardonnez-moi mon indiscrétion. Sur la réponse que vous voudrez bien me faire je vous ferai passer le prix que vous aurez fixé et en les adressant à M. de Nicolai à Arles, je les recevrais bien. Pardonnez-moi Monsieur encore une fois et soyez persuadé que rien n’égale la reconnaissance des bontés que vous me témoignez, que l’attachement sincère et respectueux avec lequel j’ai l’honneur d’être, Monsieur, Votre très humble et très obéissant serviteur, Saint Vincens. Parmi les médailles que j’ai reçu il y en a une de Ptolémée avec le revers de l’aigle et la légende ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ. BαΣΙΛΕΩΣ. Dans les jambes de l’aigle il y a trois lettres EYΛ. Sont-ce des lettres numérales ou marquent-elles le nom de la ville où la médaille a été frappée ? Je n’ai pu trouver aucun écclaircissement là-dessus. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 149, f° 176-177).

References

  1. ^  Séguin, Pierre (1665), Selecta numismata antiqua, ex museo Petri Seguini, sumptibus Ioannis Jombert, Paris.