Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1783-3-16

From Fina Wiki


Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent - Jean-François Séguier - 1783-3-16
FINA IDUnique ID of the page  5038
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms. 149, f° 180-181
AuthorAuthor of the document. Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 16, 1783
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Joseph Pellerin, Jean Foy-Vaillant, Thomas Andres Gusseme y Delgado, Abraham Michelet d'Ennery
LiteratureReference to literature. Gusseme y Delgado 17731, Pellerin 17782
KeywordNumismatic Keywords  legend, greek, africa, roman, book
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=1052
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 16 mars 1783 (d’Aix) : « Rien n’est plus heureux et plus ingénieux, Monsieur, que la manière dont vous avez rétabli la légende de la médaille dont j’ai eu l’honneur de vous faire part. Je souhaite de tout mon cœur que vos conjectures soient fondées. Cette médaille serait très précieuse si elle était de la ville d’Oea. C’est la première médaille grecque qui porte le nom de cette colonie. On n’en connaissait jusqu’à présent que deux latines, que le dictionnaire numismat. rapporte d’après Vaillant. Mais malheureusement je crains bien qu’il ne faille lire ΘΕΑ au lieu de OEA. Le trait qui coupe le Θ est visible et on ne saurait le méconnaître. Je prendrai encore la liberté de vous faire 2 questions sur le changement que vous proposez. Parlait-on grec dans la partie de l’Afrique où la ville d’Oea était située ? En second lieu je vous prie de me dire si le titre de ΒΑΣΙΛΕUΣ donné à un prince aussi modeste qu’Antonin ne vous fait aucune peine. Y a-t-il quelqu’autre médaille où on lui donne ce titre ? Il est vrai que les Grecs prodiguaient à leurs maîtres les titres et les honneurs. Je me ressouviens à présent d’avoir vu dans le recueil de M. Pellerin une médaille de ce même Antonin où la ville d’Antioche lui donne le titre de KYPIOS qui vaut bien celui de roi et cela suffirait pour justifier votre conjecture. Je prends la liberté de joindre ici la forme du fragment de couteau qu’on m’a envoyé. On m’a promis de faire de nouvelles recherches pour m’en [fol. 180v°] qui soit moins mutilé. Si j’en puis avoir un entier je vous l’enverrai par la première occasion. C’est ce me semble une antiquité qui mérite de vous être offerte. On m’a aussi envoyé le dessin d’une pierre aiguë qui y a été trouvée. On croit qu’elle pouvait servir à être mise au bout d’une flèche. Je la joins à la figure du fragment de couteau. J’ai vu avec grand plaisir les catalogues des livres et des médailles de M. Pellerin. Je ne suis plus en temps de demander des livres. La vente en est déjà faite et c’est grand dommage car il y a plusieurs ouvrages sur les médailles qui me manquent. Quant aux médailles j’ai prié M. d’Ennery de m’en procurer une vingtaine en or du Bas-Empire qui embelliraient la collection que j’ai de cette partie qui est déjà assez riche. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 149, f° 180-181).

References

  1. ^  Gusseme y Delgado, Thomas Andres (1773), Diccionario numismatico general, para la perfecta inteligencia de las medallas antiguas, sus signos, notas e inscripciones y generalmente de todo lo que se contiene en ellas..., vol. 1 (A-B), imprimé par D. Joachim Ibarra, Madrid.
  2. ^  Pellerin, Joseph (1778), Additions aux neuf volumes de recueils de médailles de rois, de villes, etc. Imprimés en 1762, 1763, 1765, 1767, 1768 & 1770 ; avec des remarques sur quelques médailles déjà publiées, La Haye.