Louis-Robert de Saint-Victor - Joseph Pellerin - 1770-8-23

From Fina Wiki


Louis-Robert de Saint-Victor - Joseph Pellerin - 1770-8-23
FINA IDUnique ID of the page  10951
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. NAF Ms. 1074, f° 149
AuthorAuthor of the document. Louis-Robert de Saint-Victor
RecipientRecipient of the correspondence. Joseph Pellerin
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . August 23, 1770
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Rouen 49° 26' 25.66" N, 1° 5' 38.29" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Abraham Michelet d'Ennery
LiteratureReference to literature. Doyen - Rambach 2020, p. 201
KeywordNumismatic Keywords  quinarius, roman, tiberius, plotina
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53084153v/f307.item.r=1074%20nouvelles%20acquisitions
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 23 août 1770 (de Saint-Victor) : « Monsieur et très respectable maître, ma première inquiétude de votre silence roule sur votre santé. Je connais votre exactitude, et je m’alarme de voir plus de 15 jours écoulés sans avoir reçu de réponse à la lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire. Peut-être ne vous est-elle point parvenue. Elle était sous enveloppe et contenait un petit quinaire d’or que je vous envoyais à juger, sans oser, je crois, avancer la moindre conjecture. J’étais en ce moment trop affecté du tour récent et perfide que m’a joué le brocanteur d’Ennery, pour avoir pu m’empêcher de vous en rendre compte. Il se propose d’en jouer un tour pareil à peu près à Mr du Thuison avec lequel je suis en correspondance, et qui se flatte d’être au nombre de vos amis. Je finissais par vous conjurer, avec toute l’instance possible, Monsieur, de daigner subvenir dans cette conjoncture où je voyais renversées sans ressource toutes mes espérances pour l’embellissement de mon cabinet, je vous suppliais, Monsieur, de vous donner la peine d’examiner dans vos doubles hors suite, et de voir s’il vous serait absolument impossible de m’en composer une petite pacotille, pour laquelle je déposerais à vos pieds un peu de monnaie moderne, n’en possédant point d’antique digne de vous être offerte. Je crois aussi que je prenais la liberté de vous demander les causes de la rareté des Tibères en grand bronze, tandis que les médailles de ce prince en tous autres modules et métaux sont si communes. Voilà, Monsieur, à quoi je réduisais toute ma dernière, que j’aime à m’imaginer s’être égarée, parce que cet accident est le moindre qui puisse venir à ma pensée. Je vous prie de me calmer sur toute autre inquiétude et de me croire avec l’attachement le plus sincère et le plus profond respect, votre très humble et très obéissant serviteur. Desaint-Victor. PS. Mon adresse est toujours à Rouen. Si je suis assez heureux pour que vous me daignez faire quelque envoi, je vous prie de l’y adresser. Vous (ai-je) déjà dit, Monsieur, que la Plotine était une des médailles capitales dont l’absence déshonorait le plus ma collection d’argent ?» (Paris, BnF, Manuscrits, Français N. Acq. 1074, f° 149; Doyen - Rambach 2020, p. 20).

Nouvelles acquisitions françaises

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Doyen, Jean-Marc - Rambach, Hadrien (2020), Concordia augg – Deux notes sur un aureus à bustes jumelés de Gallien et Salonine", Bulletin du Cercle d'Etudes Numismatiques, 57/3 p. 12-21.