Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Honoré Aycard - 1634-7-15

From Fina Wiki


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Honoré Aycard - 1634-7-15
FINA IDUnique ID of the page  10476
InstitutionName of Institution. Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine
InventoryInventory number. Registre A, f° 44v
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Honoré Aycard
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . July 15, 1634
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature. Tamizey de Larroque 1898, VII, lettre n° CXXVII, p. 324-3251
KeywordNumismatic Keywords  bulla, greek, jerusalem, syria, seleucids, carthage
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62459169/f336.item
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 15 juillet 1634 (d’Aix) : « Parmi les médailles que vous avez envoyé, celle de plomb est des plus curieuses, car c’est une Bulle dont se servaient les prédécesseurs plus anciens de l’ordre des Chevaliers de Malte, l’inscription y étant encore fort lisible BVLLA MAGISTRI ET CONVENTVS HOSPITALIS IERUSALEM, avec une croix à double croisillon, comme celle qui était du temps de St Louis à la Ste Chapelle du palais de Paris. De toutes les autres il n’y a que celles que vous aviez enfermées dans un cornet à part qui montrent d’être venues de la Syrie. Du reste il y en a tout plein qui sont de Carthage ou de Barbarie; mais pour l’Archipelage il y en a fort peu ou point qui en soient assurément. Il faut qu’elles y aient été transportées de ces lieux-là respectivement puisque votre neveu les y a trouvées à vendre. Or il y en a une de celles du cornet à part qui a un temple sur le mont au revers, laquelle me servira grandement à l’éclaircissement de quatre ou cinq d’autres que j’avais, battues en la même ville. C’est pourquoi je vous en suis tout plein redevable, et bien confus tout ensemble que vous veuilliez que ce soit sans retour » (Carpentras, minutes, registre A, f° 44v ; Aix, collection Peiresc, registre I, f° 312; Tamizey de Larroque 1898, VII, lettre n° CXXVII, p. 324-325).

References

  1. ^  Tamizey de Larroque, Philippe (1898), Lettres de Peiresc. VII. Lettres de Peiresc à divers, 1602-1637, Paris.