Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Lucas Holstenius - 1629-3-2

From Fina Wiki


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Lucas Holstenius - 1629-3-2
FINA IDUnique ID of the page  11167
InstitutionName of Institution. Vatican City, Biblioteca Apostolica Vaticana
InventoryInventory number. Biblioteca Barberini, vol. 79, n° 16
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Lucas Holstenius
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 2, 1629
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Claude Ménestrier
LiteratureReference to literature. Tamizey de Larroque 1894, lettre XVIII, p. 307-3081
KeywordNumismatic Keywords  local finds, massalia, greek, legends (letters), lead cast, montpellier, apollo, mercury, brettii, crete, south italy, marks of value
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 2 mars 1629 (d’Aix) : « À quoi j'ai cru devoir ajouter à faute d'entretien de livres qu'il s'est trouvé depuis quelque temps en Languedoc en un lieu nommé Murviel, MVRO VETERI, par delà Montpellier, grande quantité de médailles grecques antiques de cuivre dont il m'est tombé quelques-unes en main; elles sont la plupart de la ville de Marseille; seulement y en a quelques autres mêlées de 2 sortes, l'une où il y a d'un côté un lion fort golfement fait qui est possible tout autre animal qu'un lion, au dessous duquel se lisent clairement ces lettres BHTEPPAT, comme si cétait pour Béziers qui n'est pas loin de là, n’y ayant qu'une tête ce semble de femme de l'autre côté. L'autre sorte est un peu plus grandette et a d'un côté une tête de Mercure avec son petasus et son caducée et au revers un tréped d'Apollon avec l'inscription ΛOΓΓOCTAΛHTΩN, lequel nom de ville m'est tout à fait inconnu, et je voudrais bien que vous m'en pussiez déchiffrer quelque chose. En un autre lieu du Languedoc, il s’est en ême temps trouvé plusieurs autres médailles de Marseille sur une montagne qui se nomme vulgairement le Mont Teulon, parmi lesquelles il s'en est rencontré plusieurs fort petites et fort pareilles aux Marseillaises où est représentée d'un côté une tête d'Apollon et de l’autre un sanglier avec les lettres ΣAT. Je voudrais bien que vous vissiez un peu si vous vous souviendriez d'avoir rien vu qui eut du rapport à cela en ces quartiers ici. Je vous ai envoyé des empreintes de plomb de celles de Béziers et de cet autre lieu qui pourrait bien dépendre possible d’un lieu de cette côte ici que nous nommons vulgairement l'Esterel prez de Lerins s'il ne se trouve chose plus certaine. Avec cez deux empreintes j'en ai ajouté une troisième d'une médaille de même poids, grandeur et manière de celles de l'Abruzzo BPETTIAN, où se lit fort bien ΛΥKIANΩN; il faudra voir s'il y aurait en ces quartiers-là chose qui y peut répondre, car de l'aller chercher en Candie la manière y était un peu différente de celle de Magna Gracia; vous verrez si cela vous pourrait servir. J'en ai deux autres où est écrit ORRA, où est representé un Cupidon d'un côté qui sonne de la lyre et de l'autre une tête de déesse couronnée de myrthe, et une troisième plus petite où est la même tête de femme et au revers une aigle ou plutôt colombe volante qui porte une autre couronne de myrthe. Or la manièe est fort semblable à celles de Rome et d'alentour, et y sont les ballottes pour marque des onces, à savoir aux grandes en nombre de cinq pour le quincunx et deux à la petite pour le sextans. Je voudrais que cela vous fut duisable, ou quelque-une de ces pièces pour le moins. Au reste puisque nous sommes sur les médailles, je vous veux envoyer l'inscription de trois qui seront cotées au billet ci-joint dont vous pourrez voir l'empreinte de l'une en mains du sieur Ménestrier. Je voudrais bien avoir pu déchiffrer le lieu où elles peuvent avoir été cognées; songez y un peu, je vous supplie, et m'en écrivez votre avis à votre loisir, tandis que je serai attendant de vos nouvelles et que je demeurerai, Monsieur,… » (Rome, Biblioteca Barberini, vol. 79, n° 16 ; Tamizey de Larroque 1894, lettre XVIII, p. 307-308).

References

  1. ^  Tamizey de Larroque, Philippe (1894), Lettres de Peiresc. V. Lettres de Peiresc à Guillemin, à Holstenius, à Menestrier, Paris.