Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Père célestin de Sainte-Lidivine - 1633-4-29

From Fina Wiki


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Père célestin de Sainte-Lidivine - 1633-4-29
FINA IDUnique ID of the page  10494
InstitutionName of Institution. Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine
InventoryInventory number. Registre III, fol. 42-45; minute corrigée et complétée de la propre main de Peiresc
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Père célestin de Sainte-Lidivine
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . April 29, 1633
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature. Tamizey de Larroque 1898, VII, lettre n° CCCLXXVII, p. 855-8661
KeywordNumismatic Keywords  mountains, syria, seleuceia, trajan, roman provincial, mount kasios
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62459169/f873.item
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 29 avril 1633 (d’Aix – à Alep) : « Quant à l’Antre, l’on dit que son embouchure était sur la façade orientale et qu’il n'était pas loin du sommet de ladite montagne, dont l’image se voit mise en forme d’idole dans le temple de Jupiter Cassius, en plusieurs médailles antiques de Trajan et d’autres princes, battues en la susdite ville voisine de Séleucie. Et ressemble une quille percée sur le haut avec l’inscription ZEYC KACIOC CEΛEYKEΩN ΠΙΕΡIAC. Et pour distinguer la forme de cette idole de l’aspect que les anciens y ont affecté, de cette montagne, par la comparaison de ce qui en peut paraître de reste, je vous prie de me faire un peu de griffonnement des quatre aspects de ladite montagne, car je crois bien que si on la regarde par le Septentrion, la vue en sera bien large, tout de même si on la voit par le Midi, et au contraire elle sera bien étroite à la vue, si on la regarde par l’Orient du côté d’Alep, ou par le Ponant de la côte marine d’Alexandrette, estimant qu’elle paraîtra facilement une quille, de l’une et de l’aultre de ces deux vues là, comme la plupart des autres grandes montagnes du monde qui sont communément étendues et accompagnées de diverses suites en tirant du Levant au Ponant, du moins les plus hautes croupes ou crêtes, encore qu’il se fasse des vallées traversières de çà et de là d’icelles, qui ne sont jamais de pareille hauteur » (Carpentras, minutes, registre III, fol. 42-45; minute corrigée et complétée de la propre main de Peiresc; Tamizey de Larroque 1898, VII, lettre n° CCCLXXVII, p. 855-866).

References

  1. ^  Tamizey de Larroque, Philippe (1898), Lettres de Peiresc. VII. Lettres de Peiresc à divers, 1602-1637, Paris.