Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Pieter Paul Rubens - 1623-6-29

From Fina Wiki


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Pieter Paul Rubens - 1623-6-29
FINA IDUnique ID of the page  706
InstitutionName of Institution. Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine
InventoryInventory number. Manuscrits de Peiresc, LIII, f° 450
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Pieter Paul Rubens
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . June 29, 1623
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution.
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Nicolaas Rockox, Philip Rubens, Wenceslas Cobergher, Charles Brooman, Jan Gaspar Gevaerts, Hubert Goltzius, Jacques de Bie, Charles III de Croÿ, duke of Arschot, Jean de Lauson
LiteratureReference to literature. Goltzius 1618b1, Rooses - Ruelens 1900, no. 336, p. 185-1862, Scheller 1978, p. 65, note 1073, Callataÿ 2017, p. 105-106, n° 122.4
KeywordNumismatic Keywords  collection, roman, septimius severus, argeus, roman provincial, price, augustus, tiberius, domitila, matidia, plotina, engraving, gems, weights, manuscript, book
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia http://www.numisbel.be/KBGN%20175 Callatay.pdf
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Memoir (about June 29th, 1623): “Si la grande suite des médailles de cuivre du feu duc d’Arscot se met en vente soit en France, ou en Pays-Bas, et qu’il soit loisible d’en distraire une médaille de Septimius Severus, qui a un Sérapis au revers tout debout portant d’une main le mont Argée, ce me serait une infinie obligation et à Mr Rubens et à Mr Rockox ou autre qui y pourrait être intéressé s’il leur plaisait de m’en accommoder au prix qu’ils jugeront raisonnable soit que ce soit jusqu’à six écus, ou jusqu’à dix écus si besoin est. Je l’ai vue au Sr Coberger qui m’avait une fois promis de m’en accommoder mais puis cela fut rompu. Elle me sert à un petit discours d’anticailles fait de longue main sur cette montagne, avec plusieurs médailles et gravures que j’ai mises ensemble servants à la même matière. M. Rubens pourra faire un peu de recherche chez ses amis pour recouvrer un grand Auguste et un grand Tibère en médailles de cuivre bien conservées, ensemble s’il pouvait avoir quelqu’une de ces femmes Augustes rares comme la Domitilla, Julia Titi, Domitia, Plotina, Matidia et Marciana, pour les employer au Sistre, Miroir, etc. qu’il sait. Mais il faut se hâter pour ce regard pour voir de faire quelque chose tandis que je suis à Paris. Quand Mr Rubens fera graver en taille douce quelqu’une de ses belles pierreries il obligera son serviteur de lui en envoyer quelqu’épreuve, sur l’assurance qu’on lui donne qu’elles ne seront point divulguées, ne pas seulement vues et les empreintes seront encore plus cher de beaucoup quand elles se peuvent recouvrer. On voudrait savoir si Mr Broumans est encore en vie, s’il est encore curieux ou non, et spécialement des poids antiques qu’il avait recueillis. Il faudra saluer Mr Rockox, Mr Gevartius de la part de leur très humble serviteur, et les avertir que j’écrivis à Mr Rockox incontinent après votre arrivée et lui renvoyai une médaille qu’il avait mise dans sa lettre et réécrivit à M. Gevartius quinze jours après tant seulement. J’aurais besoin de l’Auctarium de Golzius pour la Grecia qu’on a imprimé depuis quelques années, sans me charger des autres volumes déjà ci-devant imprimés. Je pense que les marchands qui l’ont fait imprimer ne feront pas difficulté d’en séparer quelque exemplaire car du commencement ils en avaient vendus plusieurs séparés, avant que j’en fusse averti, car je m’en serais pourvu, je rendrai l’argent qu’il coûtera, et en adressant le livre ici chez Mr le Président de Lauson près des enfants rouges on me le rendra sûrement au cas que je ne fusse ici quand il viendra. On voudrait bien savoir au vrai en quoi consistent les livres de Golzius faits à la main que le Sr de Bie avait achetés, quels volumes il y a, s’il y a rien de complet, et quelle espérance il y a qu’on les puisse jamais voir au jour, M. Coberger était saisi d’un volume de toutes les impériales généralement tant grecques que latines on pourrait savoir de lui à Bruxelles s’il l’a encore. Il faudrait savoir aussi dudit Sr Coberger s’il a encore le livre qu’il avait dessiné de sa main de médailles de tout son cabinet ou non” (Carpentras, Bibliothèque et Musée Inguimbert, Manuscrits de Peiresc, LIII, f° 450; Rooses et Ruelens III 1900, no. 336, p. 185-186; Scheller 1978, p. 65, note 107).

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

Note: on Coberger [Wenceslas Van Obbergen], see the notice transmitted in 1600 to the Archduke Albert: “Wencislaus van Obbergen, ordinairement appelé à Rome : il signor Vincenzo, est natif de la ville d’Anvers, ayant servi autrefois à un peintre fameux nommé de Vos, est âgé d’envion quarante ans, de bonne représentation, courtois, et lequel se fait bien vouloir de sa nation et des étrangers. Il est marié pour la seconde fois depuis naguère avec une jeune fille âgée d’environ quinze à seize ans, native de Bruxelles, ayant le père d’elle demeuré à Paris et Rome quatorze ou quinze ans, se tenant encore présentement à Rome. Il parle italien, français et flamand, et encore qu’il ne parle ni latin ni grec, si est-ce toutefois qu’il se sait si bien aider desdites langues s’en sert en son étude de médailles et antiquités de telle manière qu’il peut être réputé entre les médiocres versés, à laquelle étude des dites médailles il surpasse la plus grande partie de ceux qui sont à Naples ou à Rome, et les a collecté avec tel soin qu’il n’y a épargné nul argent. Il a réduit les effigies en un volume beaucoup plus grand que celui de Golzius, mettant l’un et l’autre côtés desdites médailles, toutes tirées à la plume de sa main propre, avec l’interprétation des incriptions et figures en langue italienne, le tout en bon ordre, soit qu’on regarde le livre par lui composé et réduit ou aussi les médailles qu’il a disposées en son comptoir par layettes, et à un bon jugement de connaître les adultérines ou fausses. En la peinture qui est sa principale profession, il est très excellent et est tenu un des premiers de l’Italie” (Bruxelles, AGR, Correspondance historique, III, collection des Papiers d’Etat et de l’audience; Rooses & Ruelens 1900 III, p. 188-189). (fr)

References

  1. ^  Goltzius, Hubert (1618), Sicilia et Magna Graecia, sive Historiae urbium populorumq. Graeciae ex antiquis nomismatibus. Liber Primus, ex officina Gerardi Wolfschat, sumptibus Iacobi Biaei, Antwerp.
  2. ^  Rooses, M. and Ch. Ruelens 1900, Correspondance de Rubens et documents épistolaires concernant sa vie et ses œuvres, III. Du 27 juillet 1622 au 22 octobre 1626, Anvers.
  3. ^  Scheller, R. W. (1978), Nicolaas Rockox als oudheidkundige, Anvers.
  4. ^  Callataÿ, Fr. de (2017), “Glory and misery of Belgian numismatics from the 16th to the 18th c. as seen through three milestones (Goltz 1563, Serrure 1847 and the Dekesels) and private correspondences”, in J. Moens (ed.), 175 years of Royal Numismatic Society of Belgium. Proceedings of the Colloquium ‘Belgian numismatics in perspective (Brussels, 21 May 2016’), Brussels, pp. 37-129.