Antoine Galland - Gisbert Cuper - 1702-7-14

From Fina Wiki
Revision as of 14:05, 4 January 2020 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Author=Antoine Galland |Recipient=Gisbert Cuper |Correspondence date=1702/07/14 |Place=Caen |Coordinates=49.1828, -0.36908 |Associated persons=Nicolas-Joseph...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Antoine Galland - Gisbert Cuper - 1702-7-14
FINA IDUnique ID of the page  5523
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Antoine Galland
RecipientRecipient of the correspondence. Gisbert Cuper
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . July 14, 1702
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Caen 49° 10' 58.08" N, 0° 22' 8.69" W
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Nicolas-Joseph Foucault
LiteratureReference to literature. Abdel-Halim 1964, p. 430-432, n° CLXXXIII1
KeywordNumismatic Keywords  quarrel, corinth, publisher, amandus
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 14 juillet 1702 (de Caen) : « Quelques jours avant l’arrivée de vôtre paquet de 4e de ce mis, j’avais reçu de Paris une copie de la lettre prétendue d’Amsterdam, faite sur un exemplaire venu de Hollande à la Bibliothèque du roi. Je ne laisserai pas de vous avoir la même obligation que si je ne l’avais pas reçue en aucune manière. J’aime beaucoup mieux l’avoir imprimée que manuscrite. Vous me marquez assez ce que vous en pensez ; mais, Monsieur, que croyez-vous que j’en pense moi-même ? Je l’ai vue, je l’ai lue, j’en ai ri. Quelque autre aurait jetté feu et flamme, aurait protesté de faire repentir l’auteur de son style si atroce, et d’en prendre bien sa revanche ; et moi j’en ai ri, et je continuerai d’en rire, et je me garderai bien de prendre la plume pour lui faire réponse. Si j’étais assez riche, je ferais réimprimer sa lettre pour en distribuer des exemplaires à tout l’univers, et c’est toute la réponse que je voudrais lui faire. Je suis certain que même ses meilleurs amis n’approuveraient pas un écrit trempé dans le fiel et le vinaigre. Un autre peut-être triompherait de l’avoir mis dans un si grand excès de colère ; et moi, j’ai un véritable chagrin de voir de sa part une opiniâtreté si grande, à persister en des faussetés si énormes, et à les défendre d’une manière qui ne peut lui attribuer que du blâme, pendant qu’il me fait beaucoup d’honneur. Ce qui me fait de la peine, c’est que vous n’avez pas encore vu les Observations qui m’ont attiré cette lettre. Le porteur m’a assuré lui-même qu’il a livré mon paquet ; mais je le tiens un menteur. Je vous les enverrais par la poste si j’osais prendre cette hardiesse. Elles ne sont pas extrêmement grosses, quoi qu’il y ait 96 pages. Je vous supplie de me mander si je puis vous les envoyer, j’en ferais couper les marges. Si vous le jugez à propos peut-être que quelque libraire de chez vous pourrait les réimprimer, et cela servirait, en vos quartiers, de réponse à la Lettre« [observations sur quelques médailles de Corinthe mentionnées dans la lettre de Cuper, sur une médaille portant la légende C. C. Augusti, des titres de dignités, de charges, d’onneurs sur les médailles antiques]« Je me suis plains aux auteurs des Mémoires de Trévoux de la négligence de leur correcteur d’imrimerie, qui a laissé dans ma Lettre touchant Amandus, Capis au lieu de Caius et Alberius au lieu d’Albertus, de quoi ils ont fait un errata dans le tome du mois de janvier de cette année. L’impression de leur ouvrage se fait à près de cent lieues d’eux, de sorte qu’ils ne peuvent voir les épreuves après leur correcteur. Quand je n’aurai pas d’occupations qui m’en empêchent présentement, cela seul me détournera de leur commniquer davantage de quoi remplir leur ouvrage. M. Foucault, nonobstant les douleurs et les incommodités que les hémmorhoides lui font souffrir depuis trois semaines en le retenant au lit, ne laisse pas d’être très sensible à vos compliments » (Correspondance de Caen ; Abdel Halim, p. 430-432, n° CLXXXIII).

References

  1. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.