Antoine Galland - Gisbert Cuper - 1707-6-24

From Fina Wiki
Revision as of 19:12, 5 January 2020 by FDeCallatay (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Antoine Galland - Gisbert Cuper - 1707-6-24
FINA IDUnique ID of the page  5559
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Antoine Galland
RecipientRecipient of the correspondence. Gisbert Cuper
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . June 24, 1707
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Paris 48° 51' 23.80" N, 2° 21' 5.40" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Jean-François Foy-Vaillant, Louis Dufour de Longuerue, Jean Hardouin, Nicolas-Joseph Foucault, Bernard de Montfaucon, Anselmo Maria Banduri, Filippo Antonio Gualtieri, Giusto Fontanini, Giovanni Vignoli, Charles Patin, Jean Foy-Vaillant, Jean Bourdelot
LiteratureReference to literature. Montfaucon 17081, Hardouin 17092, Banduri 17113, Hardouin 17144, Abdel-Halim 1964, p. 542-545, n° CCXLIX5
KeywordNumismatic Keywords  dictionary, conob, legend, ex s.c., legend, errors, roman, cleopatra, titus, engraving, roman, antoninus pius, drawing, greek, cappadocia
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 24 juin 1707 (de Paris), comme il me l’a assuré la seule fois que je pus le voir depuis: [sur le titre de flamen du Dictionnaire historique et numismatique ; sur les lettres ZA et IO qu’on lit au revers de certaines médailles antiques] « M. Vaillant vous fait bien son remerciement sur votre compliment à l’occasion de la mort de son père. Il lut il y a quelque temps dans notre Académie des inscriptions et des médailles un discours sur l’explication des lettres CONOB, qui se voient sur tant de médailles. Je ne m’y trouvai pas ce jour-là, de manière que je ne puis vous en rien dire. Il a pris ce qu’il en dit des mémoires du défunt, qui tenait pour certain que son explication était la véritable, comme il me l’a assuré la seule fois que je pus le voir depuis mon retour de Caen, quelques jours avant qu’il mourût : mais il ne s’en expliqua pas davantage. Il me remit seulement un discours, qu’il préparait pour en faire la lecture à l’Académie. Il ajouta qu’il avait de bons témoignages pour garants, et qu’il avait fait convenir de la vérité de son explication, M. l’Abbé de Longuerue, qu’il consultait fort sur ses doutes et qui est un habile homme dans l’histoire ecclésiastique. J’ai l’honneur de connaître aussi cet abbé : mais je n’ai pu encore trouver le loisir de lui aller rendre mes respects, à cause de l’éloignement de sa demeure. La première fois que je rencontrerai M. Vaillant, ou quelqu’un de nos académiciens qui l’auront entendu, je le prierai de me faire part de cette explication » ; « Il faut que l’on se soit mal expliqué sur ce que l’on m’avait dit des deux volumes de dissertations du P. Hardouin, qu’on allait imprimer en Hollande, ou que je l’aie mal entendu. Ce père vient quelquefois voir quelques-unes des médailles du cabinet de M. Foucault, et il les explique d’une manière qui ne mérite pas qu’on y fasse attention » [critiques des méthodes numismatiques du Père Hardouin ; sur la signification des lettres SC. ou EX. S.C des médailles romaines, sujet d’un discours de Galland à l’Académie] « Puisque j’en suis sur cette matière de mes discours lus dans l’Académie depuis mon retour de Caen, j’aurai l’honneur de vous dire, que dans la première assemblée d’après Pâques, qui fut publique à l’ordinaire, comme associé nouvellement reçu, j’y fis la lecture du discours sur la médaille de Cléopâtre, femme de Titus, dont je vous envoie ici la gravure, comme je vous avais mandé que je devais le faire. Il fut un d’un peu plus d’un quart d’heure ; et je puis dire qu’il fut écouté avec attention par tout l’auditoire, qui était très nombreux » [discussion au sein de l’Académie à propos de cette médaille] « Il y a déjà du temps que la Palaeographie grecque de Dom Bernard de Montfaucon est sous la presse ; et pour ce qui est de l’ouvrage de Dom Anselme Banduri, on en est à la première feuille. Ces deux révérends pères, à qui j’ai fait voir l’endroit de votre lettre où vous parlez d’eux, ont pour vous toute la vénération que méritent votre grand savoir, votre probité, et le grand honneur que vous faites aux belles-lettres. Je m’étais mépris en prenant M. Fontanini pour M. VIgnoli. Il n’est encore arrivé à Paris aucun exemplaire du livre De columna Antonii Pii, de M. Vignoli. M. Vignoli en a néanmoins envoyé une caisse ; mais à l’adresse du cardinal Gualterio, ci-devant nonce en cette cour, qui n’était plus en France lorsqu’elle fut apportée à Marseille par mer. Je crois qu’elle y est encore en attendant l’ordre de ce cardinal. Je ne doute pas qu’il y en eut un exemplaire pour M. Foucault dans cette caisse, en considération de la médaille d’Antonin Pie, FELICITAS AVGVSTI, avec le type de la colonne historiale de cet empereur, dont je lui ai envoyé le dessin de la part de M. Foucault, et qui doit avoir beaucoup servi à illustrer son ouvrage » [observations sur les médailles romaines publiées par Charles Patin ; sur la médaille portant Trimalcio publiée par Bourdelot] « J’ai achevé, ces derniers jours, de débrouiller l’histoire des rois de Cappdoce, pour tâcher de l’illustrer par huit têtes différentes de ces rois, que M. Foucault possède sur des médailles de son cabinet. Elle m’a donné beaucoup de peine à coudre ensemble tous les lambeaux qu’on en trouve dans les anciens auteurs, et surtout dans un si grand nombre de rois du même nom, à attribuer à chacun ce qui lui appartenait. Je la laisse reposer, pour la reprendre et la revoir, avec tout le soin et toute l’exactitude qu’elle demande (nb : mémoire jamais retrouvé). Comme j’ai écrit cete lettre à plusieurs reprises, j’ai eu le temps d’être informé sur l’explication que feu M. Vaillant a donnée aux lettres CONOB […] » (Abdel Halim, p. 542-545, n° CCXLIX).

References

  1. ^  Monfaucon, Bernard de (1708), Palaeographia Graeca, sive, De ortu et progressu literarum graecarum, Paris.
  2. ^  Hardouin, Jean (1709), Opera selecta. Nummi antiqui populorum et urbium illustrati, Amsterdam.
  3. ^  Banduri, Anselmo (1711), Imperium orientale sive antiquitates constantinopolitae, Jean-Baptiste Coignard. Paris.
  4. ^  Hardouin,J. (1714), ‘Sentimens du P. Hardouïn sur deux médaillons d’Annie Faustine, dont on a parlé le mois passé’, Journal des Sçavans pour le mois de janvier 1714, augmenté de divers articles tirez des Mémoires de Trévoux 55 (1714), pp. 535-68
  5. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.