Chifflet, Claude-Nicolas - Collection Chifflet

From Fina Wiki
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Chifflet, Claude-Nicolas - Collection Chifflet
FINA IDUnique ID of the page  9067
TitleTitel of the book. Collection Chifflet
InstitutionName of Institution. Besançon, Bibliothèque municipale
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Besançon 47° 14' 16.87" N, 6° 1' 27.70" E
InventoryInventory number. Collection Chiflet, Ms 111, (1)
AuthorAuthor of the document. (Collector) Claude-Nicolas Chifflet
Catalogue dateDate when the catalogue was issued: day - month - year .
LanguageLanguage of the correspondence
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Henri-Thomas Chifflet, Christina of Sweden, Louis XIV of France, Jean-Baptiste Boisot, Hubert Goltzius
LiteratureReference to literature. Chifflet 16281, Chifflet 16552, Chifflet 16563, Chifflet 16574, Patin 16635
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
KeywordNumismatic Keywords  catalogue, roman, roman republican, roman provincial, greek, collection sale, gems, abrasax, coin price, tiberius, drusus, claudius, vespasianus, domitia, tripolis, marcianopolis, caesarea, pescennius niger, pergamum, caracalla, valerianus, gallienus, vetranius, manuscript, collection numbers, local finds, tournai, childeric
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Besançon,Bibliothèque Municipale de Besançon, Collection Chiflet, Ms 111, (1), in Documents généalogiques sur des familles nobles originaires de Franche-Comté ou alliées à des maisons de cette province, manuscrit de 153 feuillets (numérisé sur le site de la BMB: Mémoire vive: patrimoine numérisé de Besançon, http://memoirevive.besancon.fr), à partir du f° 116 (2), « deux catalogues du médailler des Chifflet»: f° 115 (numéroté aussi 152, planche imprimée, Nummi familiarum romanarum argentei à Trajano restitui; f° 116 (157): «médailles qui manquent» et «Liste des consulaires que je souhaiteroient avoir»; f° 117 (159), «Nummi familiarum, tabula secund. Patinum», sur deux colonnes; verso, non paginé, «Nummi imperatorum», sur deux colonnes; f° 118 (161), suite; f° 119 (163), suite; verso (?), suite; non numéroté, suite; f° 120 (165), suite; verso, suite; f° 121 (169), d’une autre main, sur trois colonnes, ave les titres: «Ex urbi Epiri», «Ex urbi Peloponesi», «Ex urbi Arcadiae insulae (sic)», «Ex urbi Laconiae», «Ex urbi Insulae Cretensis», «Ex Africa, Ex Cyrenes urbi», «Ex Asia et urbi Bithinia seu Ponti», «Ex urbi Asiae propriae», «Ex urbi Pamphiliae», «Ex urbi Capadociae», «Ex urbi Ciliciae», «Ex urbi Armeniae majoris», «ex urbi Cypri», «Ex urbi Syriae et Pheniciae», «Ex urbi Palestinae»; f° 122 (172), début de l’extrait d’une lettre pour la vente du cabinet, cf. rubrique Correspondance; f° 141 (209) [liste de médailles retenues pour le cabinet du Roy; titre de la table au début du manuscrit: «Notes sur quelques Médailles de M. <Chiflet envoyées par> l’Abbé Boisot (3), [envoyées] pour le Cabinet du Roi....209], «On renvoye a Monsieur l’abbé Boizot 15 Médailles qui ont esté mouslées sur les Antiques[,] deux qui sont plus belles au Cabinet du Roy, & on en garde 25 pour le Cabinet du Roy. Pareillement ont retient 11 Abraxas dont il y en a une de feslee, & l’autre de cassée. On retient pareillement six petites Gemmes et on renvoye les autres. On garde la 2° Médaille qui est un Tybere R Drusus. Elle est estimée 66≠. Un Claude moyen bronze grec R une tête casquée 15. La 7° un Vespasien grec R la tête de Titus 18. La 8° un Domitia 15. La 9° une médaille grecque de Tripolis R le nom de Trajan 8. La 10e une Sabine grecque frappée a Pergame 9. La 11e Severe Grec frappée a Marcianopolis 12. La 12e un Severe d’argent grec frappé a Cesarée 8≠. La 13 un Pescennius d’argent R Victoria Augusti 120 [verso] La 14e un autre Pescennius R Moneta Augusti, le dernier mot ne se lit point 100≠. La 15e un Geta grec R un temple 8. La 16e un Caracalle d’Adrianopolis 8. La 17e un autre caracalle grec R Bacchus 10. La 18e un Carinus envoyé pour un Macrin grec 1≠. La 19e un Alexandre Severe grec 3. La 20e un Verus Grec 6. La 21e un Trebonian Gallus grec 4. La 23e un Valerien R Pacatori orbis 3. La 24e un Gallien grec R &c. trois poissons 10. La 25e un Vetraniano R In hor Signo Victor eris 10. La 28e une Médaille grecque 3. La 29e une Médaille grecque 6. La 30e une médaille d’argent grecque 6. La 40e une autre Médaille grecque d’argent 10. La 42e Une autre Médaille grecque d’argent 3. Les Abraxas & les gemmes que l’ont retient sont estimées 66. Les 2 manuscrits de Goltzius in 4° sont estimés les deux 300.»Soit 25 monnaies avec leur estimation, les Abraxas et les gemmes, et deux manuscrits de Goltzius in-4°; le tout pour 826 livres; je comprends, d’après la lettre qu’on a gardé 25 monnaies sur un envoi de 42 (25 gardées + 15 médailles moulées + 2 plus belles déjà au cabinet du roi); f° 142 (213) «État en abrégé du cabinet des Médailles de Mr Chiflet cons(eill)er au parlement de Besançon» «Médailles greques (sic)» «Trois cent cinquante Médailles grecques parmi lesquelles il peut y avoir 200 médaillons d’argent, le reste en argent, et bronze, voici l’ordre que l’on y a tenu;»«Ex Regibus Macedoniae»; verso suite des royaumes; f° 143 (215), suite; verso, suite; f° 144 (217), suite, puis «Coloniae Graecorum in Europa»; verso, reprend la suite des royaumes grecs, puis «Ex Sapientibus legislatoribus heroibus Poetis» (seulement le titre); f° 146 (221), reprend la suite des villes grecques; verso (?), suite de villes grecques (d’après l’ordre géographique devrait venir avant la précédente); f° 147 (223), reprend la suite des villes grecques là où la laisse le recto du f° 146; verso suite des villes grecques; f° 148 (229)fin des familles romaines (Consulaires), puis «Impériales» «La suite des imperiales est divisée en or; en argent, en grand bronze, et en moien, et petit bronze. La suite en or n’est pas nombreuse, le bas empire en fait la rareté, soit par rapport aux Empereurs dont les médailles sont presque toutes rares, soit par rapport au thresor dont elles ont esté tirées. L’Archiduc Leopold gouverneur des païs bas, au temps qu’on fit a Tournay la decouverte du tombeau de Childeric, donna a Jean Jacque Chiflet pour recompenser de l’histoire qu’il fit de ce thresor toutes les médailles d’or qui s’y retrouverent doubles, avec deux abeilles d’or, telles qu’on les voit dans le Cabinet du Roy, a qui l’Empereur envoya ce thresor. Voyés Anastatis Childerici Francorum Regis a Joanne Jacobo Chifletio; les médailles du haut Empire sont», suit la liste. Verso (?), fin des monnaies des Villes grecques, avec cette remarque: «Il y a trente médailles a la fin qui n’ont pas encor eté mises en ordre; puis trente médailles d’argent puniques, ou médailles d’Espagne», suit le titre «Consulaires», avec le début de la liste des familles manquantes précédée de cette remarque: «Il y a deux cent septante Consulaires toutes de differens revers, a l’exception de trente, et elles contiennent cent quarante cinq familles differentes dez cent septante deux de Monsieur Patin, voici la liste de celles qui manquent»; La liste n’est pas complète: le reste des impériales manque ainsi que le bas Empire, etc.

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

Notes de Guy Meyer : 1) Claude-Nicolas Chifflet (on trouve les deux orthographes «Chiflet» ou «Chifflet»), issu d’une dynastie d’érudits bisontins, dont l’aumônier de la reine Christine, Henri-Thomas Chifflet, auteur d’une dissertation posthume sur les monnaies d’Othon en bronze, de Othonibus areis (Anvers, 1656, imprimé avec l’ouvrage de Claude Chifflet, ci-après), mais aussi Claude Chifflet (mort en 1580, à Dôle), auteur d’un de Antiquo numismate (Louvain, 1627), Jean Chifflet dit le Jeune, auteur d’un Abraxas (Anvers, 1657) [dont les pierres font parties du cabinet familiale ainsi que celles qui ont servi à la redaction d’un Socrates (s.l., 1661), et surtout Jean-Jacques Chifflet, auteur d’une trentaine d’ouvrages dont l’Anastasis Childerici primi, Regis Francorum (Anvers, 1655). Claude-Nicolas fut conseiller au Parlement de Franche-Comté, en 1715. Il s’était marié en 1698. Sur les Chifflet, N.-A. Labbey-De-Billy, Histoire de l’Université du comté de Bourgogne, I (Besançon, 1814), pp. 235-252 (liste plus complète que dans L. Delobette et P. Delsalle, Autour des Chifflet: aux origines de l’érudition en Franche-Comté (Besançon, 2007) qui ne donnent qu’un tableau simplifié des principaux Chifflet», des premières générations, pp. 15-16). 2) la pagination ou foliotation est erratique, de même que l’ordre dans lequel sont reproduites les pages: e.g. les pages de la suite impériale ne sont pas dans l’ordre chronologique des règnes, même chose pour la lettre écrite pour la vente du cabinet, infra«Correspondance». 3)Le nom de l’abbé est transcrit Boisot dans la table moderne et la table ancienne au début du manuscrit et Boizot dans la pièce originale. Ce personnage semble avoir jouer un rôle d’intermédiaire. (fr)

References

  1. ^  Chifflet, Claude (1628), De numismate antiquo. Liber posthumus, Typis Cornelii Coenesteynii, Leuven.
  2. ^  Chifflet, Jean-Jacques (1655), Anastasis Childerici I, Francorum regis illustrata, sive thesaurus sepulchralis Tornaci Nerviorum effossus, et commentario illustratus, Plantin, Antwerp, gr. in-4.
  3. ^  Chifflet, Henri-Thomas 1656. Dissertatio de Othonibus aereis. Antwerp: Officina Plantin.
  4. ^  Chifflet, Jean (1657), Ioannis Macarii canonici ariensis Abraxas seu apistopistus quœ est antiquaria de gemmis Basilidianis disquisitio, Pantin, Antwerp.
  5. ^  Patin, Charles (1663), Familiae Romanae in antiquis numismatibus, ab urbe condita ad tempora Divi Augusti ex bibliotheca Fulvii Ursini cum adjunctis Antonii Augustini, episc. Llerdensis, Jean du Bray, Pierre Variquet e Rober de Ninville, Paris.