Civille - Claude Picard Duvau - 1738-3-22

From Fina Wiki
Revision as of 22:07, 19 August 2019 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Institution=Paris, Bibliothèque nationale de France |Inventory=Manuscrits, Français 15186, f° 50r |Author=Civille |Recipient=Claude Picard Duvau |Correspo...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Civille - Claude Picard Duvau - 1738-3-22
FINA IDUnique ID of the page  2646
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Manuscrits, Français 15186, f° 50r
AuthorAuthor of the document. Civille
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Picard Duvau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 22, 1738
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution.
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords 
LanguageLanguage of the correspondence
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 22 mars 1738 (de) : « Monsieur et très estimable ami, (Une) personne de condition à laquelle je tiens par le (respect ?) et la reconnaissance voudrait faire acquisition de ces (médailles) et s’adresse à moi pour en savoir le prix, et l’antiquité. ( ?) mauvaise affaire donc je vous prie instamment de ( ?) que je rougis de mon ignorance : elle est allée ( ?) abbé : mais pour ne point induire personne à (cœur ?) ; je (crois) qu’en donnant trois pistoles de chacune de ces pièces, attendu que ( ?) Cavati qui donc a quelques vues, ce le soit les payer loyalement. ( ?) de l’antiquité. Les 2 petites hastes de la figure debout me (semblent) antiques et les trois autres comme plus que suspects, quoique (nous so)yons dans un temps de pénitence je vous donne permission ( ?) réjouis au dépens de ma stupidité et ignorance crasse. ( ?) agréable d’acquiescer à ma requête et ma ( ?) je (suis) avec l’attachement le plus respectueux, Monsieur, votre très humble … » (Paris, BnF, Manuscrits, Français 15186, f° 50r).

Bibliothèque nationale de France