Félix Cary - Claude Picard Duvau - 1731-1-5

From Fina Wiki
Revision as of 18:02, 11 August 2019 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Institution=Paris, Bibliothèque nationale de France |Inventory=Manuscrits Français 15186, f° 99r et v et 100r |Author=Félix Cary |Recipient=Claude Picard...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Félix Cary - Claude Picard Duvau - 1731-1-5
FINA IDUnique ID of the page  2331
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Manuscrits Français 15186, f° 99r et v et 100r
AuthorAuthor of the document. Félix Cary
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Picard Duvau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . January 5, 1731
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Marseille 43° 17' 46.21" N, 5° 22' 11.82" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Anselmo Maria Banduri
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords 
LanguageLanguage of the correspondence
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9065154d/f102.item.r=15185%20Duvau.zoom
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 5 janvier 1731 (de Marseille) : «  Je vous ai écrit, Monsieur, il y a deux courriers un peu à la hâte ; je suis à présent plus de loisir et je vous remercie de tous mon cœur des petits soins que vous vous êtes donné pour former le marché du Trajan que vous avez eu la bonté de m’envoyer ; il est un peu cher à 70tt mais les médaillistes ardents sont accoutumés à surpasser et vous ce que j sais en douter) de mon mieux le prix que les médailles me coûtent lorsque les marchés me paraissent désavantageux. Quoiqu’il en soit, Monsieur, je vous dois au moyen de cette acquisition 202tt vous avez raison de dire que peut-être n’aurais-je pas sitôt occasion de vous faire tenir cette somme en médailles d’or ; les découvertes ne sont pas bien fréquentes ; ils ne s’en présentent pas quand on les cherche et viennent au moment qu’on y pense le moins. Vous êtes donc le maître dedisposer de cette somme. Si vous voulez que je vous la fasse tenir à Paris, j’en chercherai le moyen. J’ai vu l’autre jour une méd. d’or d’Héraclius et son fils sur la dernière planche qui est au 2e vol. du P. Bandury, pag. 681 à quelques lettres près du Rv. J’ai déjà la même et je n’en suis pas curieux ; si elle vous manque, marquez moi ce que vous souhaitez que j’en donne et je vous l’enverrai ; je n’ai pas demandé ce qu’on veux / la vendre. Un curieux de ma connaissance me propose un Priscus Attalus d’or pour un Vitellius de même métal ; je vis dans une suite qu’une de ces dernières médailles et (…) Priscus Attalus (…) bonne médaille ; je ne saurais en faire l’acquisition puisque le possesseur ne veut s’en défaire qu’à ce prix. Si vous aviez quelque Vitellius double, je pourrais faire ce marché pour vous, mais il ne faut pas parler de votre Vitellius (qui ?) est très douteux. Vous avez encore 4 médaillons d’argent, je ne veux vous faire aucune proposition sur ceux que vous avez en (…) il n’est pas juste que vous les donniez pour moins que ce qu’ils vous ont coûé et je ne les estime guère ce que (…) les a vendu ; mais si celui que vous avez eu du P. Cyrille (à qui je vous prie de faire mes compliments) V. une Julie Tite en argent, ne vous tient pas fort à cœur, je m’en accomoderai volontiers ; je puis vous offrir une médaille d’or que vous n’avez pas, c’est un quinaire de Théophile bien conservé et beau pour le temps, c’est le premier dans la description de Bandury / tome 2, pag. 718. Si cet échange est de votre goût je vous enverrai une médaille dès que j’aurai reçu votre réponse. J’ai l’honneur… » (Paris, BnF, Manuscrits Français 15186, f° 99r et v et 100r [en ligne sur Gallica]).

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Banduri, Anselmo (1711), Imperium orientale sive antiquitates constantinopolitae, Jean-Baptiste Coignard. Paris.