Félix Cary - Claude Picard Duvau - 1733-12-4

From Fina Wiki
Revision as of 11:07, 27 September 2019 by FDeCallatay (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Félix Cary - Claude Picard Duvau - 1733-12-4
FINA IDUnique ID of the page  2392
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Manuscrits Français 15185, f° 16r
AuthorAuthor of the document. Félix Cary
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Picard Duvau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . December 4, 1733
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Marseille 43° 17' 46.21" N, 5° 22' 11.82" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Claude Gros de Boze
LiteratureReference to literature. Sarmant 2003, p. 206, note 561
KeywordNumismatic Keywords  price, pertinax, roman, exchange, nero, marcus aurelius, phocas, engraving, casts
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9065154d/f19.image.r=Duvau%2015185
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 4 déc. 1733 (de Marseille) :« J’ai reçu les cinq médailles que vous avez eu la bonté de m’envoyer. Les 4 qui me viennent de vous, sont assez belles exceptée celle de la famille Claudia qui est fort maltraitée et qui pour le prix paraît un peu chère à 40tt mais ce n’est pas la peine de réclamer de ce prix. A l’égard de mon Pertinax, je suis charmé que M. de Boze l’ait décidé bon et je me range volontiers à son sentiment. Cependant j’aime mieux le vôtre et comme un seul me suffit et que le mien est d’une plus belle conservation, j’espère que vous voudrez bien me faire l’amitié de me céder l’un pour l’autre pour laisser cependant le maître de ( ?) en supplément si vous le jugez nécessaire. La consulaire Claudia, le Néron et le Marc Aurèle pour la somme de 96tt ; il faut déduire 30tt pour le Focas, soit à 66tt. Je vous envoie donc dans cette lettre 3 louis qui font 72tt, les 6tt de plus seront pour la plus ou moins valeur (que je ne fixe pourtant point) du Pertinax que je joins ici, persuadé que vous voudrez bien adhérer à ma proposition. Je ne suis pas surpris quand de Boze ne juge de mon Uranius Antoninus que par la gravure de ma médaille, ( ?)la légèreté était altérée, cette gravure est très infidèle et a été faite contre mon sentiment, sur une simple empreinte ; quand on verra la médaille que je porterai au premier voyage que je ferai à Paris, on sera d’un autre sentiment. Je suis parfaitement… » (Paris, BnF, Manuscrits Français 15185, f° 16r ; Sarmant 2003, p. 206, note 56).

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Sarmant, Th. (2003), La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières, Paris.