Fourcroy - Claude Picard Duvau - 1735-10-25

From Fina Wiki
Revision as of 08:52, 19 November 2019 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Institution=Paris, Bibliothèque nationale de France |Inventory=Manuscrits, Français 15185, f° 149r et v |Author=Fourcroy |Recipient=Claude Picard Duvau |C...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Fourcroy - Claude Picard Duvau - 1735-10-25
FINA IDUnique ID of the page  5369
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Manuscrits, Français 15185, f° 149r et v
AuthorAuthor of the document. Fourcroy
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Picard Duvau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . October 25, 1735
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Clermont 49° 22' 54.41" N, 2° 24' 28.48" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords  roman, trajan, goldsmiths, price
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9065154d/f153.item.r=duvau%20correspondance%20numismatique.zoom
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 25 octobre 1735 (de Clermont) : « Suite à votre dernière, j’ai Monsieur terminé la négociation de la médaille que vous trouverez ici incluse. L’orfèvre s’est bien persuadé qu’il en tirerait ce qu’il avait résolu d’en avoir. Je l’ai cependant eu pour 35tt en sorte que j’aurai 20s à vous rendre. Il m’a avoué qu’on ne lui en avait rien offert à Paris parce qu’il n’avait pas eu le temps d’y rester ayant été obligé de partir pour Versailles, mais il croit que c’est la personne qu’il n’a pu voir qui lui en a fait offrir 33tt depuis son retour, il était Monsieur inutile de m’envoyer de largesse. L’avance qu’il s’agissait de faire était si peu importante que vous ne devriez point douter que je ne l’eusse faite avec plaisir. Je souhaite que cette conquête vous procure bien celui dont vous vous êtes flatté. Vous trouverez en la voyant tout ce que j’ai eu l’honneur de vous en marquer. Je vous rends mille grâces de vos nouvelles ; elles ont rassuré les dames de ce pays dont les maris sont en Allemagne » (Paris, BnF, Manuscrits, Français 15185, f° 149r et v).

Bibliothèque nationale de France