François-Michel Le Tellier de Louvois - Paul Barillon - 1684-3-3

From Fina Wiki
Revision as of 18:07, 26 April 2020 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Institution=Paris, Service Historique de l’Armée de Terre |Inventory=A1711, f° 31 |Author=François-Michel Le Tellier de Louvois |Recipient=Paul Barillon...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


François-Michel Le Tellier de Louvois - Paul Barillon - 1684-3-3
FINA IDUnique ID of the page  7916
InstitutionName of Institution. Paris, Service Historique de l’Armée de Terre
InventoryInventory number. A1711, f° 31
AuthorAuthor of the document. François-Michel Le Tellier de Louvois
RecipientRecipient of the correspondence. Paul Barillon
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . March 3, 1684
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Versailles 48° 48' 12.74" N, 2° 7' 36.08" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Louis XIV of France, Jean Foy-Vaillant
LiteratureReference to literature. Sarmant - Masson 2007, lettre n° 307, p. 1081
KeywordNumismatic Keywords  pescennius niger, coin price, roman, coin cabinet (acquisitions)
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 3 mars 1684 (de Versailles) : « Le sieur Guillaume Haiskens [?] remettra à M. Daubeil un médaillon de Pescennius en consignant 40 pistolles d’or. Je vous supplie de faire que ledit sieur abbé Daubeil reçoive ce médaillon et consigne cet argent entre les mains de quelqu’un à la satisfaction de celui qui a le médaillon et de la votre, en sorte que l’on soit assuré que, si ledit médaillon ne plaît pas, que l’on soit assuré que ledit sieur Daubeil puisse retirer l’argent en rendant ledit médaillon au bout d’un mois. Je vous supplie de m’adresser ensuite ledit médaillon et, s’il se trouve assez beau pour entrer dans le cabinet du roi, je ferai payer à Paris à celui que vous me manderez les quarantes pistoles d’or. Sinon, je vous le renverrai et vous en serez quitte pour le port. » (Paris, Service Historique de l’Armée de Terre, A1711, f° 31 ; Sarmant & Masson 2007, lettre n° 307, p. 108).

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

Daubeil: le père Jean-François d’Obeilh, chapelain de l’ambassadeur, Paul de Barillon d’Amoncourt. «Plutôt que d’un médaillon, il doit s’agir d’un aureus de l’empereur romain Pescennius Niger (193-194, au revers de Jupiter assis, pièce d’une extrême rareté» (notes des edd.).Claude Gros de Boze, «Réflexions sur les médailles de Pescennius Niger...», Mémoires de l’Académie, 24 (1756, lu le 10 mars 1750), pp. 105-108 est formel, il n’y avait pas de Pescennius d’or au cabinet du roi ni dans aucun autre, avant qu’on ne lui en propose un, en juillet 1749 (p. 108). D’autre part, A. Schnapper, Le géant, la licorne la tulipe (Paris, 1988), p. 152 pense que ce médaillon de Pescennius correspond à celui acheté par Vaillant, puis revendu par lui au cabinet du roi. Je ne le crois pas. Il cite un extrait des Comptes des bâtiments, II, col. 537, qui se rapporte à la transaction du 22 février 1684 et qui ne concerne donc pas Vaillant: «16 avril [1684]: au sieur CLERY, pour son remboursement de ce qu’il a payé à Londres pour le prix d’un médaillon d’argent de l’empereur Pescennius Niger, envoyé au Roi par M. de BARILLON, ambassadeur à Londres... 440 (livres)». Vaillant avait payé le sien 30 louis d’or. (10 livre valent une pistole; soit 40 pistoles = 400 livres, j’ignore à quoi correspondent les 40 livres supplémentires). Vaillant a acquis cette monnaie avant 1692. Voir lettre 370, ci-après. (fr)

References

  1. ^  Th. Sarmant, R. Masson (2007), Architecture et beaux-arts à l’apogée du règne de Louis XIV: édition critique de la correspondance du marquis de Louvois, surintendant des bâtiments du roi, arts et manufactures de France, 1683-1691, conservée au Service Historique de la Défense, Tome 1, années 1683 et 1684, Paris.