Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1704-11

From Fina Wiki
Revision as of 17:33, 2 September 2019 by FDeCallatay (talk | contribs) (FDeCallatay moved page Gisbert Cuper- Antoine Galland - 1704-11 to Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1704-11)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Gisbert Cuper - Antoine Galland - 1704-11
FINA IDUnique ID of the page  3420
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gisbert Cuper
RecipientRecipient of the correspondence. Antoine Galland
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . November 1704
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Deventer 52° 14' 57.37" N, 6° 10' 34.07" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Jacques Bary, Jean Foy-Vaillant
LiteratureReference to literature. Abdel-Halim 1964, p. 467-470, n° CC1
KeywordNumismatic Keywords  manuscript, dictionary, cabinet, sevilla, iberian, roman provincial
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre sans date faisant réponse à celle de Galland du 3 oct. 1704 (de ) : [remarques sur quelques médailles énigmatiques que possède Cuper ; celui-ci souhaite que soit publiés les ouvrages de numismatique de Galland, Dictionnaire et Selecta, sur lesquels il compte pour l’explication de nombreuses médailles curieuses] «Je viens enfin à ce dont vous parlez presqu’au commencement de votre lettre, et je vous entretiendrai du cabinet que j’ai vu à Amsterdam. Mais, Mr, je ne sais par où commencer ; et si je vous en devais faire un détail tout à fait exact, croyez-moi, j’y emploierais au moins une semaine toute entière. C’est un cabinet, Mr, qui est un des plus curieux et des plus riches qu’on puisse voir entre les mains d’un particulier, et peut-être que je ne me tromperais pas si je disais d’un prince. Le possesseur se nomme Jacques Bary. Il a été consul à Séville de la part de Mess. les Etats Généraux. Il a fait beaucoup de remarques en voyageant par l’Espagne de temps en temps. Il en a apporté huit mille pièces entre qui il y a de très beaux médaillons, et des médailles frappées presque dans toutes les colonies et villes d’Espagne et de Portugal, tant connues qu’inconnues, dont un grand nombre ne se trouve pas dans Mr. Vaillant, et qui nous apprennent tant de belles choses que je ne les pu assez admirer, et que je suis confus et hors de moi-même quand j’y pense. Nous nous écrivons de grandes lettres presque tous les quinze jours, en français ; nous tâchons de développer les mystères qui se trouvent sur les médailles, et dans les inscriptions et les bas-reliefs, dont il a aussi quelque provision » [observations sur diverses médailles espagnoles provenant de ce cabinet ; suit une longue liste d’échatillons de pièces rares, afin de permettre à Galland de juger de la richesse d’une telle collection] « P.S. L’on imprime en Allemagne les Médaillons du roi ; et j’y trouve des très beaux et très rares. Mais apprenez-moi si l’on ne doit pas y faire un commentaire. Il me semble que j’ai lu quelque part que Mr. Vaillant s’en est chargé » [suivent des remarques sur les médailles rapportées dans cet ouvrage] (Abdel Halim, p. 467-470, n° CC).

References

  1. ^  Abdel-Halim, M. (1964), Antoine Galland, sa vie et son œuvre, Paris.