Gottfried Wilhelm Leibniz - Sophie Charlotte von Hannover - 1710-4

From Fina Wiki
Revision as of 21:36, 26 July 2020 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Author=Gottfried Wilhelm Leibniz |Recipient=Sophie Charlotte von Hannover |Correspondence date=April 1710 |Associated persons=François d'Aix de La Chaise; L...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Gottfried Wilhelm Leibniz - Sophie Charlotte von Hannover - 1710-4
FINA IDUnique ID of the page  9935
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Gottfried Wilhelm Leibniz
RecipientRecipient of the correspondence. Sophie Charlotte von Hannover
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . April 1710
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution.
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. François d'Aix de La Chaise, Louis XIV of France
LiteratureReference to literature. Klopp 1874, III, p. 310, Lettre CCCXCI)1
KeywordNumismatic Keywords  connoisseurship, lyon
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre sans date [avril 1710] : « J'étais à paris quand le Père de La Chaise fut appelé de Lyon pour être le confesseur du roi à la place du Père Ferrier qui venait de mourir [le 29 octobre 1674]. C'était environ l'an 1673 ou 1674, car je ne le saurais bien dire. Le Père de La Chaise avait enseigné à Lyon avec beaucoup d'applaudissement et, outre l'intelligence de la nouvelle philosophie, peu ordinaire à un homme de son ordre, il excellait dans la connaissance des médailles. C'est ce qui avait porté l'archevêque de Lyon à lui confier son cabinet et avait peut-être contribué à le faire recommander au roi ; car le père joignait un jugement solide à une grande érudition. C'est de quoi on ne saurait douter en voyant que dans les dialogues du Père Fabry, jésuite très savant, il est désigné par le nom d'Hedraeus qui veut dire de La Chaise en grec. On voit dans ces dialogues que ce père avait coutume de prendre le parti le plus raisonnable sans s'attacher trop aux opinions qui règnent dans les écoles ». (Klopp 1874, III, p. 310, Lettre CCCXCI).

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

Remarque : Leibniz résida à Paris de 1672 à 1676. Le père Ferrier décéda le 29 octobre 1674. Son successeur fut pressenti dès janvier 1675 sur la recommandation de Nicolas de Neuville, frère aîné de l'archevêque de Lyon. Le père de La Chaise devint le confesseur du roi le 12 février 1675. (fr)

References

  1. ^  Klopp, Onno (1874), Correspondance de Leibniz avec l'électrice Sophie de Brunswick-Lunebourg, II, Hannover.