Difference between revisions of "Guillaume Beauvais - Claude Picard Duvau - 1733-2-18"

From Fina Wiki
(Created page with "{{Correspondence |Institution=Paris, Bibliothèque nationale de France |Inventory=Manuscrits, Français 15186, f° 264r et v |Author=Guillaume Beauvais |Recipient=Claude Picar...")
 
 
Line 7: Line 7:
 
|Place=Orléans
 
|Place=Orléans
 
|Coordinates=47.90273, 1.90861
 
|Coordinates=47.90273, 1.90861
 +
|Numismatic keyword=roman; justinianus; goldsmiths; price; jews
 +
|CorrespondenceLanguage=French
 
|Grand document=Lettre du 18 février 1733 (d’Orléans) : « Je suis bien mortifié, Monsieur, de ce que l’indisposition que j’ai eue m’a empêché d’avoir l’honneur de vous écrire plutôt pour vous envoyer la médaille d’or de Justinien que vous souhaitez. Je n’ai pu voir plutôt que hier l’orfèvre à qui elle appartient, et qui en ( ?) qui ( ?) pas raison pour le prix ; j’aurais du m’en informer avant de vous l’annoncer et c’est ce que je ferai dans la suite ; voici donc la médaille, qu’on vous vendra 10tt. Cet homme qui se nomme Leho en voulait absolument un demi Louis d’or et c’est avec peine qu’il a diminué les 40tt. Si elle vous fait plaisir, vous la garderez et je le paierai ; sinon je vous prie de me la renvoyer et je lui rendrai, ne vous ( ?) que sous cette condition, c’est-à-dire que si elle ne vous convient point pour le prix que vous avez la liberté de la rendre. Je n’ai point pu faire mieux ; le malheur est que dans ces occasions on ne trouve point des médailles rares, car il m’en coûterait point d’avantage que pour les communes. Je vous suis, Monsieur, bien obligé d’avoir fait réduire le prix de la Livie à 12tt quoi qu’elle soit fort (fruste). Comme je n’en ai point d’autre, je la garderai jusqu’à ce qu’une plus belle la chasse de mon cabinet, au hasard de ne point trouver de celle-ci le prix qu’elle me coûta, mais il faut bien risquer quelque chose en curiosités. Je vous prie donc, Monsieur, de vouloir bien la payer et je vous ferai bon compte de cette somme. Je vais recommander la présente à la poste et ainsi j’espère que vous la recevrai demain. Je ferai en attendant que / vous me fassiez l’honneur de m’en mander la réception ; à ( ?) Monsieur s’il se présente quelqu’autre médaille, j’aurai ( ?) de vous en donner avis ; de notre côté s’il vous tombe quelque chose en bronze, je vous prie de songer à moi ; j’ai l’honneur d’être, Monsieur, très sensiblement votre très humble et très obéissant serviteur. Beauvais l’Aîné. A Orléans. Ce 18 février 1733 » (Paris BnF, Manuscrits, Français 15186, f° 264r et v).
 
|Grand document=Lettre du 18 février 1733 (d’Orléans) : « Je suis bien mortifié, Monsieur, de ce que l’indisposition que j’ai eue m’a empêché d’avoir l’honneur de vous écrire plutôt pour vous envoyer la médaille d’or de Justinien que vous souhaitez. Je n’ai pu voir plutôt que hier l’orfèvre à qui elle appartient, et qui en ( ?) qui ( ?) pas raison pour le prix ; j’aurais du m’en informer avant de vous l’annoncer et c’est ce que je ferai dans la suite ; voici donc la médaille, qu’on vous vendra 10tt. Cet homme qui se nomme Leho en voulait absolument un demi Louis d’or et c’est avec peine qu’il a diminué les 40tt. Si elle vous fait plaisir, vous la garderez et je le paierai ; sinon je vous prie de me la renvoyer et je lui rendrai, ne vous ( ?) que sous cette condition, c’est-à-dire que si elle ne vous convient point pour le prix que vous avez la liberté de la rendre. Je n’ai point pu faire mieux ; le malheur est que dans ces occasions on ne trouve point des médailles rares, car il m’en coûterait point d’avantage que pour les communes. Je vous suis, Monsieur, bien obligé d’avoir fait réduire le prix de la Livie à 12tt quoi qu’elle soit fort (fruste). Comme je n’en ai point d’autre, je la garderai jusqu’à ce qu’une plus belle la chasse de mon cabinet, au hasard de ne point trouver de celle-ci le prix qu’elle me coûta, mais il faut bien risquer quelque chose en curiosités. Je vous prie donc, Monsieur, de vouloir bien la payer et je vous ferai bon compte de cette somme. Je vais recommander la présente à la poste et ainsi j’espère que vous la recevrai demain. Je ferai en attendant que / vous me fassiez l’honneur de m’en mander la réception ; à ( ?) Monsieur s’il se présente quelqu’autre médaille, j’aurai ( ?) de vous en donner avis ; de notre côté s’il vous tombe quelque chose en bronze, je vous prie de songer à moi ; j’ai l’honneur d’être, Monsieur, très sensiblement votre très humble et très obéissant serviteur. Beauvais l’Aîné. A Orléans. Ce 18 février 1733 » (Paris BnF, Manuscrits, Français 15186, f° 264r et v).
 
}}
 
}}

Latest revision as of 07:44, 27 September 2019


Guillaume Beauvais - Claude Picard Duvau - 1733-2-18
FINA IDUnique ID of the page  1570
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Manuscrits, Français 15186, f° 264r et v
AuthorAuthor of the document. Guillaume Beauvais
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Picard Duvau
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . February 18, 1733
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Orléans 47° 54' 9.83" N, 1° 54' 31.00" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature.
KeywordNumismatic Keywords  roman, justinianus, goldsmiths, price, jews
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 18 février 1733 (d’Orléans) : « Je suis bien mortifié, Monsieur, de ce que l’indisposition que j’ai eue m’a empêché d’avoir l’honneur de vous écrire plutôt pour vous envoyer la médaille d’or de Justinien que vous souhaitez. Je n’ai pu voir plutôt que hier l’orfèvre à qui elle appartient, et qui en ( ?) qui ( ?) pas raison pour le prix ; j’aurais du m’en informer avant de vous l’annoncer et c’est ce que je ferai dans la suite ; voici donc la médaille, qu’on vous vendra 10tt. Cet homme qui se nomme Leho en voulait absolument un demi Louis d’or et c’est avec peine qu’il a diminué les 40tt. Si elle vous fait plaisir, vous la garderez et je le paierai ; sinon je vous prie de me la renvoyer et je lui rendrai, ne vous ( ?) que sous cette condition, c’est-à-dire que si elle ne vous convient point pour le prix que vous avez la liberté de la rendre. Je n’ai point pu faire mieux ; le malheur est que dans ces occasions on ne trouve point des médailles rares, car il m’en coûterait point d’avantage que pour les communes. Je vous suis, Monsieur, bien obligé d’avoir fait réduire le prix de la Livie à 12tt quoi qu’elle soit fort (fruste). Comme je n’en ai point d’autre, je la garderai jusqu’à ce qu’une plus belle la chasse de mon cabinet, au hasard de ne point trouver de celle-ci le prix qu’elle me coûta, mais il faut bien risquer quelque chose en curiosités. Je vous prie donc, Monsieur, de vouloir bien la payer et je vous ferai bon compte de cette somme. Je vais recommander la présente à la poste et ainsi j’espère que vous la recevrai demain. Je ferai en attendant que / vous me fassiez l’honneur de m’en mander la réception ; à ( ?) Monsieur s’il se présente quelqu’autre médaille, j’aurai ( ?) de vous en donner avis ; de notre côté s’il vous tombe quelque chose en bronze, je vous prie de songer à moi ; j’ai l’honneur d’être, Monsieur, très sensiblement votre très humble et très obéissant serviteur. Beauvais l’Aîné. A Orléans. Ce 18 février 1733 » (Paris BnF, Manuscrits, Français 15186, f° 264r et v).

Bibliothèque nationale de France