Jean-Paul Bignon - Claude Gros de Boze - 1726-5-13

From Fina Wiki
Revision as of 06:15, 21 September 2019 by FDeCallatay (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Jean-Paul Bignon, Versailles

Jean-Paul Bignon - Claude Gros de Boze - 1726-5-13
FINA IDUnique ID of the page  1717
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Man., Fr. 22234, f° 26
AuthorAuthor of the document. Jean-Paul Bignon
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Gros de Boze
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . May 13, 1726
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Versailles 48° 48' 12.74" N, 2° 7' 36.08" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Louis XV of France, Jacques Hardion
LiteratureReference to literature. Sarmant 1994, p. 102, note 29Sarmant 1994
KeywordNumismatic Keywords  Coin Cabinet , Gems , Versailles
LanguageLanguage of the correspondence French
External LinkLink to external information, e.g. Wikpedia 
Map
Loading map...
You can move or zoom the map to explore other correspondence!
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 13 mai 1726 ( ?) : « Le roi souhaite, Monsieur, avoir une double clé du bureau où sont ses agathes et pierres gravées et des armoires de son Cabinet de médailles antiques et modernes. Je sens tout l’inconvénient de cette double clef, mais quel qu’il soit, le roi n’en est pas moins le maître, et nous ne devons jamais songer qu’à lui obéir. Il faut donc la lui faire faire sans perte de temps. Arrangez-vous sur cela avec M. de Champcenetz, premier valet de chambre de quartier auprès de S. M., et même avec M. Gabriel, contrôleur des bâtiments. Vous pouvez encore mener avec vous M. Hardion chez l’un et chez l’autre, car en pareille circonstance on ne saurait avoir trop de témoins. Si je n’étais pas à Versailles quand cette double clef sera faite, ne m’attendez point pour la remettre au roi. Donnez-la lui vous-même tout aussitôt ; et tâchez encore que ce soit en présence de quelqu’un qui soit en fonction, comme M. de Champcenetz, ou de M. Le Bret, concierge du château » (Paris, BnF, Man., Fr. 22234, f° 26 ; Sarmant 1994, p. 102, note 29).