Difference between revisions of "Jean-Pierre Magi - Jean-François Séguier - 1776-8-6"

From Fina Wiki
(Created page with "{{Correspondence |Institution=Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art |Inventory=Ms. 145, f° 64 |Author=Pierre Magi |Recipient=Jean-François Séguier |Correspondence date=1776/08...")
 
 
(One intermediate revision by the same user not shown)
Line 2: Line 2:
 
|Institution=Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
 
|Institution=Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
 
|Inventory=Ms. 145, f° 64
 
|Inventory=Ms. 145, f° 64
|Author=Pierre Magi
+
|Author=Jean-Pierre Magi
 
|Recipient=Jean-François Séguier
 
|Recipient=Jean-François Séguier
 
|Correspondence date=1776/08/06
 
|Correspondence date=1776/08/06

Latest revision as of 17:15, 29 April 2020


Jean-Pierre Magi - Jean-François Séguier - 1776-8-6
FINA IDUnique ID of the page  8060
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms. 145, f° 64
AuthorAuthor of the document. Jean-Pierre Magi
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . August 6, 1776
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Toulouse 43° 36' 16.06" N, 1° 26' 39.30" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Guillaume Beauvais, Nicolas Audibert
LiteratureReference to literature. Beauvais 17671
KeywordNumismatic Keywords  exchange, roman, coin price, claudius, nero, anastasius, septimius severus, roman republican, goldsmiths, local finds, claudius gothicus, toulouse
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=179
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 6 août 1776 (de Toulouse) : « Si vous aviez quelques médailles doubles /[fol. 64 v°] en or et en argent dont vous voudriez vous défaire, je les prendrai au prix de Beauvais ou en échange. Mon médailler est peu de chose, mais je pourrais proposer, jusqu’ici, un Claude et quelques Nérons en or dons les revers ne sont pas rares, avec deux Anastases du grand module et cinq à six du petit aussi en or, et un Severus quinaire. Vous me feriez le plaisir de me faire savoir ce que vous avez de reste, et en argent tout ce que vous ne voudriez pas, surtout des consulaires, dont j’ai déjà quelques-unes. Ne pouvant pas avoir des rares, je ramasse les communes. Je les sauve par là du creuset. Si ce que j’ai l’honneur de vous proposer n’a pas lieu, j’aurai au moins la satisfaction d’avoir fait connaissance avec un homme qui mérite nos hommages. Comme j’allais fermer ma lettre, je me suis ressouvenu d’une inscription latine sur laquelle je serais bien aisé de savoir votre avis. Il y a environ six mois qu’en faisant fouiller dans un champ qui est à l’extrémité du faubourg Saint-Michel de cette ville, au pied de la colline de Vieille-Toulouse, on découvrit parmi les débris d’urnes cinéraires, qu’on trouve depuis longtemps /[fol. 65 r°] en grande quantité, et de la même forme que celles dont a parlé l’abbé Audibert dans sa dissertation sur les origines de Toulouse, un petit marbre de quelques pouces d’épaisseur, et large d’un pied en carré, avec l’inscription dont vous trouverez ici la copie figurative. M. de Montégut et moi ne sommes pas d’accord sur la leçon du premier mot CVPIIVS, et sur la signification du mot domesticÆ & c. Nous prions donc, Monsieur, de vouloir nous dire votre avis là-dessus, ainsi que sur tout le reste de l’inscription, et dans quel temps, à peu près, la placer? On a trouvé aussi des larminatoires de même deplusieurs grandeurs, un petit vase de bronze d’environ un pouce ½ de diamètre, avec deux anses et une petite chaîne, et d’une forme assez semblable à nos lampes d’église, un petit coq aussi de bronze, une petite cornaline sur laquelle est gravée en creux une abeille. On a trouvé de tout temps dans cet endroit des médailles de bronze du Bas-Empire, depuis Claude 2, des patères, ou couvercles d’une terre légère avec un vernis rougeâtre, assez ressemblantes à celles des vases étrusques qu’on voit à Sainte-Geneviève. On a trouvé encore d’autres choses, dont je ne parle pas, parce que je ne les crois pas aussi antiques qu’on le dit ici. Le champ où l’on fait aujourd’hui les fouilles est près de la chapelle de ND du Feretra, dont parle Catel dans ces mémoires, p. 128. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 145, f° 64).

References

  1. ^  Beauvais, Guillaume. 1767. Histoire abrégée des empereurs romains et grecs, des impératrices, des césars, des tyrans, et des personnes des familles impériales pour lesquelles on a frappé des médailles depuis Pompée jusqu’à la prise de Constantinople par les Turcs, sous Constantin XIV, dernier empereur grec avec les légendes que l’on trouve autour des têtes des princes & princesses, la liste des médailles connues de chaque regne, en or, en argent & en bronze, le degré de leur rareté, & la valeur des têtes rares. 3 vols. Paris: De Bure.