Joseph de Bimard - Jean-François Séguier - 1740-5-20

From Fina Wiki
Revision as of 17:05, 28 September 2019 by FDeCallatay (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Joseph de Bimard - Jean-François Séguier - 1740-5-20
FINA IDUnique ID of the page  1529
InstitutionName of Institution. Nîmes, Bibliothèque Carré d'Art
InventoryInventory number. Ms. 139, f° 230-231
AuthorAuthor of the document. Joseph de Bimard
RecipientRecipient of the correspondence. Jean-François Séguier
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . May 20, 1740
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Paris 48° 51' 23.80" N, 2° 21' 5.40" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Scipione Maffei, Louis Jobert
LiteratureReference to literature. Bimard 17301, Jobert - Bimard 17392
KeywordNumismatic Keywords  book, autopsy
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia https://www.seguier.org/correspondance/edition.aspx?id=800
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 20 mai 1740 (de Paris) : « Vous trouverez dans ma lettre un petit paquet de ces semences de sensitive que vous m’avez demandées. Si vous avez un libraire à Vérone qui soit le correspondant d’Argelati, faites demander à ce dernier un paquet qu’il lui a été envoyé dans un ballot de D. Martin Bouquet adressé à M. le marquis Maffei, dans lequel il y a un exemplaire de la nouvelle édition de la Science des médailles pour M. Maffei et un pour vous. J’admire la patience que vous avez eue de lire mes dissertations et je sais prendre au rabais les louanges que votre amitié pour moi vous suggère. Apprenez-moi si il sera fait mention de ce livre-là dans les observations du marquis. Le bien de la République des lettres demanderait qu’on fit sentir qu’il n’y a pas beaucoup à compter sur tous ces monuments tirés des recueils manuscrits et la plupart du temps défigurés. Il semble qu’on ne travaille qu’à mettre des pierres au travers du chemin qui conduit à la vérité. On ne bâtira sur un terrain ferme que quand on se sera accoutumé à ne publier que les médailles et les inscriptions qu’on a vues soi-même ou du moins qui ont été vues et examinées par des gens sur lesquels on peut entièrement compter. » (Nîmes, Bibliothèque municipale, Ms. 139, f° 230-231).

References

  1. ^  Bimard, Joseph de (1730), De vita, rebus gestis, nummis T. Didii Consulis et Gente Didia. Geneva.
  2. ^  Jobert, Louis (1739), La science des médailles antiques et modernes pour l’instruction des personnes qui s’appliquent à les connaître. Nouvelle édition, revue, corrigée & augmentée considérablement par l’Auteur avec quelques nouvelles découvertes faites dans cette science, Paris, 2 vol. De Bure.