Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Claude Saumaise - 1634-10-2

From Fina Wiki
Revision as of 07:23, 18 April 2021 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Institution=Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine |Inventory=Ms. 1876, f° 51v-54 |Author=Nicolas-Claude Fabri de Peiresc |Recipient=Claude Saumaise |Corre...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Claude Saumaise - 1634-10-2
FINA IDUnique ID of the page  11211
InstitutionName of Institution. Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine
InventoryInventory number. Ms. 1876, f° 51v-54
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Claude Saumaise
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . October 2, 1634
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature. Bresson 1992, lettre 11, p. 146-71
KeywordNumismatic Keywords  massalia, greek, celtic
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 2 octobre 1634 (d’Aix) : « De Marseille, il ne reste quasi aucuns vestiges ne masures du siecle de leur republique grecque, seulment pour les murs tant s’en fault qu’il y aye des figures habillées, l’air de la mer estant fort corrosif et les pierres peu dures pour y resister. Bien se treuve-t-il des médailles ou monnoyes de Marseille en quantité d’argent et de cuyvre et de divers siecles sans qu’il y aye que fort peu des figures, ains sulement des testes ou visages de leurs dieux ou deesses, Apollon, Diane, Mercure, la Victoire. Du reste, il n’y a que des animaux soit lyons ou taureaux et le trepied. Il se trouve bien auscy des petites monnoyes de Gaulois battües en Languedoc par les peuples VOLCAE AEROCOMICI où se voit une figure d’homme avec la toge à la romaine qui leur avait donné le surnom de togata pour la difference de braccata. Je vous en envoyeray si vous voulés et si besoing était, je ferai contrefaire en bois de Venise la figure de ce Metrodoros, afin que vous le puissiés voir et considerer de tous côtés » (Carpentras, Bibliothèque Ingimbertine, Ms 1876, f° 51v-54; et Paris, BnF, Ms Fr 9532, f° 189-191, 196-197, copies partielles ; voir A. Bresson 1992, lettre 11, p. 146-7).

RemarksRemarks regarding the annotation. (fr)

Note Guy Meyer : l’allusion à Métrodoros concerne une statue provenant, peut-être, de Smyrne représentant un stéphanéphore, avec une base inscrite que Peiresc avait vue et copiée à Venise chez Federico Contarini, I. Smyrna, II, 1, 655, et déjà S. Reinach, «Statue de stéphanéphore», RA, 31 (juillet-décembre 1897), pp. 341-342. (fr)

Bibliothèque nationale de France

References

  1. ^  Bresson, Agnès (ed.) (1992), Nicolas-Claude Fabris de Peiresc, Lettres à Claude Saumaise et à son entourage (1620-1637), Florence.