Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Nicolaas Rockox - 1609-5-6

From Fina Wiki
Revision as of 10:23, 16 April 2021 by FDeCallatay (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Nicolaas Rockox - 1609-5-6
FINA IDUnique ID of the page  593
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Nicolaas Rockox
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . May 6, 1609
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Abraham van Goorle, Hubert Goltzius, Joseph Juste Scaliger
LiteratureReference to literature. Ruelens 1885, IV, p. 94-961, Callataÿ 2017, p. 100, n° 104.2
KeywordNumismatic Keywords  collection, casts, roman, faustina, aelius, hadrian, matidia, otho, book, engraving
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia http://www.numisbel.be/KBGN%20175 Callatay.pdf
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

6 May 1609 (from Aix): “Je plains bien la mort du pauvre Gorlé (nb: Goorle) et voudrais bien savoir quel train prennent les affaires de son cabinet et entre les mains de qui elles sont pour tomber, mais je plains encore bien davantage la perte de Monsieur de l’Escalle (nb: Juste Joseph Scaliger) car il n’en est point de pareil et n’en saurait presque pas rester. J’ai vu fort volontiers l’empreinte de votre Faustine d’or, qui est des plus belles médailles qui se puissent voir, et ensemble l’impression que vous en avez fait faire en taille douce. Si nous avions de tels ouvriers, nous leur ferions bien faire quelque chose de curieux. La médaille d’Aelius en or est bien rare ; je ne sache point d’en avoir vu ; je me réjouis infiniment que vous ayez fait de si belles acquisitions. De l’Hadrien avec Hercule Gatidianus, je vous prie de m’en envoyer une empreinte, ou bien m’écrire s’il y a rien de plus qu’une simple figure d’Hercule et de me faire savoir, par un sûr moyen de votre commoditié, quelques autres beaux revers que vous avez recouvré et principalement en Hadrien, s’il y a rien de curieux. Pour moi, je n’ai rien recouvré qui vaille, qu’une Matidia d’or et un médaillon d’argent, du poids de quatre drachmes, un Otho grec, battu en Antioche, fort conservé et du tout hors de soupçon de moderne. Je vous remercie de la peine que vous avez prise pour le Golzius que je désirais ; si l’homme de Bruxelles en avait encore, je serais quasi d’avis de le payer à sa poste, pour n’en être privé de longtemps, et quant aux autres planches que j’en avais vues, je ne puis que vous exhorter à les faire imprimer, et vous assure que, telles qu’elles sont, elles seront toujours très bien reçues de ceux qui s’en délectent” (Ruelens 1885, IV, p. 94-96).

References

  1. ^  Ruelens, Ch. (1885), "Les amis de Rubens. I. Nicolas Rockox", Bulletin-Rubens, II, pp. 89-124.
  2. ^  Callataÿ, Fr. de (2017), “Glory and misery of Belgian numismatics from the 16th to the 18th c. as seen through three milestones (Goltz 1563, Serrure 1847 and the Dekesels) and private correspondences”, in J. Moens (ed.), 175 years of Royal Numismatic Society of Belgium. Proceedings of the Colloquium ‘Belgian numismatics in perspective (Brussels, 21 May 2016’), Brussels, pp. 37-129.