Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Pieter Paul Rubens - 1620-12-16

From Fina Wiki
Revision as of 10:57, 12 April 2020 by FDeCallatay (talk | contribs) (Created page with "{{Correspondence |Author=Nicolas-Claude Fabri de Peiresc |Recipient=Pieter Paul Rubens |Correspondence date=1620/12/16 |Place=Aix-en-Provence |Coordinates=43.52984, 5.44747 |L...")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Pieter Paul Rubens - 1620-12-16
FINA IDUnique ID of the page  7432
InstitutionName of Institution.
InventoryInventory number.
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Pieter Paul Rubens
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . December 16, 1620
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation.
LiteratureReference to literature. Fauris de Saint-Vincent 1819, p. 62-631
KeywordNumismatic Keywords  roman, constantinus, valentinianus, antioch, constantinople, treves, constantius
LanguageLanguage of the correspondence French
LinkLink to external information, e.g. Wikpedia
Map
Loading map...
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

-Lettre du 16 décembre 1620 (d’Aix) : sur le manuscrit du Calendrier de Constantin : « Les figures sont majestueuses; mais elles ne différent pas du profil de leurs médailles. Avant le calendrier, ou a représenté les sept planètes habillées exactement à l'antique. Il y manque seulement Jupiter et Vénus. Le soleil est justement tel que l'Apollon de Daphné; la lune a le croissant derrière les épaules et une corne renversée ; il y a immédiatement, avant les planètes, ce que le livre renferme de plus beau; c'est la représentation de deux tables, sur lesquelles il est écrit : natales caesarum, et l'on y voit la statue de l'empereur, de la poitrine en-dessus, avec le cercle autour de la tête. Il a un globe sur lequel est le phénix, ressemblant presque à un génie, ainsi qu'il est sur les médailles dudit Constance. En face desdites tables, on voit une grande figure de la Victoire ayant l'aigle auprès d'elle, et un écu rond à la main, sur lequel elle écrit: SALVIS AVGVSTIS FELIX VALENTINVS, Il y a en outre, avant la Victoire, quatre grandes figures : l'une, de Rome, casquée, avec le globe et une petite Victoire qui la couronne : la seconde, d’Alexandrie, debout, ayant auprès d'elle les vaisseaux égyptiens ; la troisième, de Constantinople, debout, mais portant des tours, et comme occupant la place d'Anlioche. La dernière est de Trêves, dans les Gaules ; elle conduit un barbare captif : cela me fait présumer que le manuscrit vient de ces endroits-là. Si chaque figure n'avait pas, auprès d'elle, son inscription et son propre nom, j'aurais pensé que la troisième était Antioche et la dernière Constantinople, parce que, dans les médailles de Constance, la figure de Constantinople est casquée; et, s'il m'en souvient bien, il y a, près d'elle, quelques captifs ou quelques trophées. C'est peut-être une faute du copiste : car je n'ai jamais vu Constantinople avec des tours, ni Antioche sans eu avoir » (Fauris de Saint-Vincent 1819, p. 62-63).

References

  1. ^  Fauris de Saint-Vincent, Jules-François de (1819), Correspondance inédite de Peiresc avec Jérôme Aléandre, etc., Imprimeris Porthmann, Paris.