Property:Grand document

From Fina Wiki

Name der Seite. (de)

Showing 100 pages using this property.
A
-Lettre du 7 mars 1732 (de Marseille) : « J’ai reçu Monsieur votre lettre par un frère minime que le P. Revetz m’a envoyé, et ayant facilement reconnu qu’elle a été ouverte par la cire d’Espagne qui manquait à moitié (cela n’étant point gracieux) de crainte que la même chose arrivât à celle que je vous envoie, j’ai pris le parti de la mettre à la poste ; je n’ai pas pu vous écrire plutôt. C’a été un […] de joie pour moi d’avoir que nous ayons un curieux aussi riche que vous en médailles d’or. Le P. Revetz m’avait donné de vos nouvelles en quelques occasions. Il n’était point besoin de me dire que M. Gravier, M. Cosy le fils et le P. René encore pourront me dire que vous vous portez volontiers à obliger vos amis. L’estime que j’ai de vous me l’aurait fait concevoir, et ce sera un plaisir bien doux pour moi si vous voulez me souffrir au nombre de vos dits amis ; je me fais un plaisir de les obliger aussi quand je le puis, et ce qui me déplaît aujourd’hui c’est de ne pouvoir pas vous donner les preuves de ce que je vous dit car m’étant accommodé depuis quelque temps avec un étranger qui [passe ?] à Marseille de quelques médailles au nombre desquelles sont les deux d’or que vous me marquez dans votre lettre. Je suis fâché de ne pouvoir pas vous faire plaisir en ce rencontre, et de répondre en même temps à vos offres généreuses, mais s’il me serait occasion dans la suite de trouver quelque chose encore qui me passât digne de votre cabinet à pouvoir vous accommoder, je le ferais bien volontiers ; je suis cependant avec tout l’attachement pôssible, Monsieur, votre très humble, et très obéissant serviteur. L’abbé Boullez » (Paris, BnF, Manuscrits, Français 15185, f° 247).  +
-Lettre du 3 août 1732 (de Marseille) : « Quelques petites affaires, Monsieur, m’ont empêché de répondre plutôt à votre lettre que j’ai reçue le 21 ou 22 du mois passé ; parce que je vous ai écrit le 7 mars de cette année, vous deviez penser que si j’avais pu vous accommoder je l’aurais fait de tout mon cœur pour vous faire plaisir, d’autant plus que les propositions de votre première lettre sont les mêmes que celles de votre dernière comme je l’ai vérifié ; je suis bien aise de vous dire que dans le plan que je me suis fait aujourd’hui touchant les médailles, j’ai résolu de mêler les grecques et les lartines dans la suite des bronzes, et celles d’argent de les mêler avec celles qui me viennent en or comme cela les suites sont plus belles, et plus instructrices attendu qu’il y a des médailles qu’on ne peut pas trouver d’une façon, et qu’on trouve d’une autre ; j’ai pro[ ?] dans moi-même, et je me suis fait une loi de ne me plus défaire de certaines pièces que je ne […] doubles pas même pour mon frère car il m’est arrivé que pour m’être défait depuis longtemps de plusieurs médailles rares je me trouve dans le déplaisir de ne pouvoir plus les recouvrer peut être malgré tous les soins, et les peines que je me donne pour cela ; cependant, Monsieur, s’il me venait de notre Maison du Levant, ou de quelque autre endroit quelques pièces en or […] a pouvoir vous accommoder, je le ferais très volontiers comme je vous ai dit dans ma première lettre. Car j’aime à faire plaisir si je le puis aux personnes que je considère et malgré l’éloignement entre nous je veux véritablement trouver l’occasion de pouvoir vous rendre service, et de vous faire connaître en même temps avec combien d’attachement je suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. L’abbé Boullez » (Paris, BnF, Manuscrits, Français 15185, f° 245).  +
Lettre du « 29 de l’an 1732 » (de Reims) : « Mon Révérend Père, Si vous ne trouvez pas la juste valeur de mon médaillon, je vous prie de m’en donner avis et je le ferai réviser par quelqu’un de mes amis en vous indemnisant des ports de lettre qu’il nous a fait coûter et peut-être que ce seul médaillon pourra me faire vendre un ( ?) que j’ai et qui est composé par un millier de médailles entre lesquelles est une petite médaille d’or qui m’est tombée dernièrement entre les mains et dont je ne connais pas la figure que je crois gothique quoique les lettres soient romaines et voici l’inscription qui est du côté de la tête : INTICIVATASPOV ce qui n’est distingué d’aucun point ; quant au revers, la multitude des lettres m’empêche quasi d’en connaître le commencement que je crois cependant être ainsi : ANOONUIIVRI AVG. Quant aux petites lettres, je n’ai pas bien pu les déchiffrer. Si cependant vous souhaitez la voir, je vous l’enverrai. Je vous prie s’il vous plaît de vouloir bien continuer vos soins pour moi et de croire que personne n’est avec plus de respect que moi, mon Révérend Père, votre très humble et obéissant serviteur. Brulon fils » (Paris, BnF, Fonds français 17703, f° 265r).  +
-Lettre du 14 juin 1778 (de Paris) :« Monsieur,Il y a très longtemps que je désirais trouver une occasion de vous faire mon compliment sur l’excellent ouvrage que vous avez publié sur les médailles. En voici une qui se présente et je la saisis avec empressement. Mr Pellerin vient de faire imprimer des Additions à ses neuf volumes, et il m’a chargé de vous en faire parvenir un exemplaire : vous y trouverez des observations qui vous regardent ; je ne sais si elles seront tout à fait de votre goût, quoi qu’il en soit vous pouvez croire qu’il sait vous rendre justice, ainsi que les personnes qui connaissent votre ouvrage. Le nombre n’en est pas grand dans ce pays-ci car la frivolité à laquelle on se livre plus que jamais ne permet pas de cultiver les sciences, et elle dégoûte absolument de tout ce qui s’appelle érudition. Il n’y a personne qui fasse plus de cas de cet ouvrage que moi et je le regarde comme un des meilleurs qui ait paru en ce genre ; et quand il aurait quelques articles sur lesquels on ne serait pas dans le même avis, cela ne doit rien faire pour le fonds. Je serais très flatté si la commission dont Mr Pellerin m’a chargé pour vous pouvoir me ménager l’honneur de votre correspondance ; et pour la commencer permettez-moi / je vous prie Monsieur de vous demander votre avis sur une petite dissertation que j’ai lue, il n’y a pas longtemps, à l’Académie, tout le monde n’est pas de mon avis sur ce point de critique. Votre décision sera une loi pour moi ; quand vous l’aurez eue, je vous prie de vouloir bien me la renvoyer par le courrier de Mr l’Ambassadeur de l’Empire qui vient ordinairement tous les mois à Paris ; il m’a permis de me servir de cette voie quand j’ai quelque chose à recevoir de Vienne ou à y envoyer. J’ai l’honneur d’être avec toute l’estime possible, Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur l’Abbé LeBlond de l’Académie des Belles-Lettres » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 11 ; Callataÿ 2013, p. 222).  +
-Lettre du 10 avr. 1779 (de Paris) : « Monsieur,J’ai assurément besoin de toute votre indulgence et je ne sais quelle opinion vous avez de moi. Mon intention fut d’abord d’entrer dans quelques détails pour répondre à la première lettre que vous me fîtes l’honneur de m’écrire, et en voulant faire plus que vous n’exigiez de moi, il s’est insensiblement écoulé un long intervalle de temps qui m’a fait perdre tout à fait de vue mes obligations à cet égard. Mais j’ai été charmé que votre dernière lettre me présentât une occasion de vous en faire mes excuses et de renouveler avec vous une correspondance qui me sera toujours très précieuse : je vous promets aussi d’être plus exact par la suite. Quoi que Mr Pellerin soit mon maître et mon ami et que je lui sois attaché pour la vie, je ne vous dissimulerai point néanmoins qu’il ne m’a point paru mettre ni assez d’aménité ni même assez de justice dans la manière dont il a parlé de vous ; mais je puis vous assurer aussi qu’il ne vous avait point / en vue quand il a parlé de certains auteurs possédés d’une basse jalousie ; je sais même très bien à qui cela s’adresse. Du reste les observations que vous avez bien voulu me communiquer m’ont paru en général fort judicieuses, et quand elles paraîtront imprimées, je m’empresserai d’en faire l’acquisition. Je pense aussi tout à fait comme vous sur la légende bizarre de cette médaille dont vous avez bien voulu m’envoyer l’empreinte ; ce ne peut être qu’une faute de monétaire comme il y en a tant d’exemples. Vous connaissez sans doute la dissertation de Mr l’abbé Belley sur l’année sacrée ; elle est imprimée au tome XIX des Mémoires de l’Académie des Belles Lettres, je n’y ai rien trouvé qui puisse avoir rapport à la légende en question. D’ailleurs, si j’avais moi même quelques doutes et que trouvasse quelques difficultés sur de semblables matières, je me ferais un devoir de vous consulter. J’espère que le premier volume de la description des pierres gravées de Mr. le Duc d’Orléans pourra paraître dans deux mois s’il n’arrive point quelqu’obstacle imprévu. Toutes les gravures des pierres de ce 1er. volume qui sont au nombre de cent, sont achevées ; le frontispice et les vignettes sont aussi gravées, ainsi que le plus grand nombre des culs de lampe ; il ne reste plus que quelques-uns de ces derniers à graver / et à peu près cent vingt ou cent trente pages à imprimer, ce qui formera à peu près trois cent cinquante pages pour le 1er volume, ce qui joint aux gravures fera environ cinq ou six cent pages. Je désire fort que cet ouvrage mérité votre approbation quand il paraîtra. J’ai beaucoup profité dernièrement pour un de nos articles de votre savante observation sur la médaille de la famille Plautia au revers de laquelle on voit l’Aurore tirant quatre chevaux ; et je vous en ai fait hommage. J’aurais bien désiré d’être à portée de vous consulter pour le reste. J’aurais profité avec bien de la reconnaissance de vos conseils et de vos lumières. J’ai l’honneur d’être avec un respectueux attachement Monsieur Votre très humble et Très obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 12 ; Callataÿ 2013, p. 222-223).  
-Lettre du 15 sept. 1780 (de Paris) : « L’approbation d’un homme tel que vous, Monsieur, doit nous encourager infiniment et assurer le succès de notre ouvrage ; mais ce premier jugement que vous avez porté est dicté sans doute par votre politesse et votre indulgence. Quoique je sois persuadé que cet ouvrage n’est pas mal fait, je sais aussi qu’il y a encore bien des points qui mériteraient de nouvelles discussions et qu’il y a même des fautes qui s’y sont glissées. Quand vous l’aurez lu, je vous prierai de me dire tout ce que vous y aurez trouvé de défectueux ; cette franchise, loin d’offenser mon amour-propre deviendra pour moi la marque la plus certaine de votre amitié. Si j’avais pu mettre plus souvent à profit votre excellent ouvrage, le nôtre n’en serait devenu que plus intéressant. Agréez, je vous prie, tous les sentiments d’estime et de reconnaissance avec lesquels je suis Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond. P.S. Un savant de Vienne ne m’a point paru satisfait de l’explication que j’ai donnée du Bœuf à face humaine« (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 13 ; Callataÿ 2013, p. 223-224).  +
-Lettre du 23 sept. 1786 (de Paris) : « J’ai lu avec le plus grand intérêt l’ouvrage que vous avez eu la bonté de me faire parvenir. Je n’ai pas eu l’honneur de vous en faire mes remerciements plutôt parce que j’ai voulu le lire attentivement et par ailleurs j’ai manqué une fois l’occasion du Courier de Vienne. Votre ouvrage intitulé Nummi veteres anecdoti est certainement très précieux pour la science numismatique ; mais celui-ci ne l’est pas moins et quand on est comme vous si fort au dessus de sa matière, on n’a guère besoin de conseils. D’ailleurs vous trouverez peu de personnes à Paris qui soient même assez instruites dans cette partie pour vous entendre. Depuis la mort de Mr. Pellerin, nous n’avons plus ici que Mr. l’abbé Barthélemy, car je ne compte pas quelques curieux qui rassemblent des médailles, sans aucune connaissance. Il n’y a qu’un moyen de vous être utile ici : c’est de faire quelquefois des vérifications au cabinet du Roi par rapport à des médailles publiées par Mr. Pellerin, / alors vous pourrez avoir recours à Mr. l’abbé Barthélemy qui se fera sans doute un plaisir de vous obliger. Je suis aussi à vos ordres et pour cela et pour tout ce qui dépendra de moi. Je n’entrerai point dans de longs détails sur votre ouvrage, car il faudrait le copier pour vous rendre compte de tout ce qui m’a paru utile : j’ai remarqué entr’autres la note sur les médailles de Rhegium pag. 12. Le médaillon d’argent de Messine Tab. II, n° 10. Les médailles puniques ibid n° 13, 14 et 15. La petite médaille d’argent de Therma Sicilia, pag. 22. Celle de Trajan Dèce pag. 44. Le médaillon d’Hadrien pag. 47. Le cistophore de bronze de Tralles pag. 49. Cesarea Panias pag. 59. Quant au prénom ou au nom de Lucius Livius donné à Galba sur ses médaillons d’argent, il n’y a rien qui doive vous surprendre. Mr. Pellerin en avait quatre dans son cabinet avec les mêmes noms, ainsi que je m’en suis assuré par le catalogue manuscrit de ce cabinet qui m’appartient et qui est unique, étant de la maison de Mr. Pellerin lui-même. Le mot CHMACIA que vous substituez à celui de CHMANC pag. 73 mériterait peut-être de nouvelles observations, et je crois que / le dernier se lit très distinctement sur la médaille de Vérus publiée par Mr. Pellerin. Vos réflexions sur les noms terminés en OM, pag. 91. et sur ceux terminés en NO. pag. 95 me paraissent très judicieuses. J’ai encore remarqué la médaille de Régalien et quelques autres ; mais ce qu’il y a surtout d’intéressant dans votre ouvrage c’est ce qui a rapport aux médailles d’Antioche et l’on doit convenir que pour le fonds et pour la forme cet ouvrage est excellent. Je le relirai, la plume à la main, pour en profiter et faire des additions à un dictionnaire numismatique que j’espère faire paraître dans quelque temps et dont je rassemble les matériaux depuis plus de dix ans. Je suis tout à fait de votre avis sur les dictionnaires : cependant si celui que je prépare était bien fait, il ne laisserait pas d’être utile à ceux qui désirent d’être initiés à la connaissance des médailles, et ils les prédisposeraient à lire les savants ouvrages de Mr. Pellerin de Mr. l’abbé Eckhel et de Mr. l’abbé Neumann. Je ne connais que de réputation l’ouvrage que vous avez publié / sur le cabinet impérial et je désirerais bien en faire l’acquisition. Agréer je vous prie les sentiments de ma reconnaissance et du respectueux attachement avec lequel je suis Monsieur Votre très humble et obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 14 ; Callataÿ 2013, p. 224-225).  
-Lettre du 4 avr. 1787 (de Paris) : « Lorsque vous m’avez fait l’honneur, Monsieur, de m’envoyer votre excellent ouvrage intitulé Sylloge prima &c, je me suis empressé de le lire, et en vous priant d’agréer tous mes remerciements pour ce beau présent je vous ai rendu compte de l’intérêt avec lequel j’avais lu cet ouvrage qui contenait des vues nouvelles et une érudition profonde. Ma lettre avait été remise à un courrier de sa Majesté Impériale et je crois bien que vous l’avez reçue dans le temps. Je désire fort de voir la continuation que vous nous promettez et je ne négligerai rien pour me procurer toutes les productions dont vous enrichissez la littérature. Je vois souvent un de vos ouvrages cités dans le Dictionnaire numismatique de Rasch (nb : Rassche)), sous le nom de Catalogue ; je vous prie de vouloir bien me faire savoir ce que c’est que ce Catalogue, s’il est imprimé à Vienne, et s’il est différent (comme cela doit être) du catalogue du cabinet impérial imprimé in fol. en langue latine. Je vous prie d’agréer mes offres de service pour ce pays-ci, et d’être persuadé des sentiments du sincère et respectueux attachement avec lequel je suis Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 15 ; Callataÿ 2013, p. 225  +
-Lettre du 7 juil. 1787 (de Paris) : « Monsieur, J’apprends avec le plus grand plaisir que vous vous occupez de la collection des pierres gravées du Cabinet Impérial. C’est une entreprise digne de vous, et à laquelle le public ne peut qu’applaudir puisque vous ouvrez tous les trésors de S.M. Impériale, et que vous accompagnez d’explications si intéressantes les monuments que vous publiez. Je serai trop heureux si je puis vous être de quelque utilité, et je vous prie de disposer de moi avec une entière confiance. Je ne doute nullement que l’Empereur ne possède de très beaux camées ; celui dont je connais la gravure, et qu’on voit dans l’ouvrage de Jacques le Roi est sûrement un des plus magnifiques et pour l’étendue et pour la finesse du travail. J’en connais un autre qui a été publié dans l’ouvrage du Baron de Stosch et qui vient de reparaître dans le recueil de M. Bracci de Florence : il représente un sphinx. Je vois avec peine que vous proposiez d’écrire votre ouvrage en français ; je crois qu’il serait d’un usage plus général s’il était écrit en latin, et je vous assure que si j’avais sçu écrire aussi élégamment que vous dans cette langue je n’aurais pas balancé à la choisir. Si vous n’avez point fait l’acquisition de la description des pierres gravées de M. le Duc d’Orléans je vous prierai d’en agréer un exemplaire, et si vous ne voulez pas l’accepter / comme un présent, je vous demanderai en échange, soit votre catalogue du Cabinet des médailles que je n’ai pu encore me procurer, soit votre Description des pierres gravées que vous préparez. Nous nous servirions dans ce cas pour nos envois respectifs du moyen de M. le Garde noble chargé des paquets de la Cour, moyen que M. le Prince de Kaunitz a bien voulu permettre que j’employasse à la recommandation de M. le Comte de Merci ambassadeur de l’Empereur en France, et qui m’honore de sa bienveillance ; j’en préviendrais alors M. de Blumendorf secrétaire d’ambassade qui a aussi pour moi toutes sortes de bontés. Sans doute vous aurez eu recours à M. Mansfeld pour la gravure de vos pierres ; il m’a paru d’après ses ouvrages que c’est un bon artiste, et comme je ne crois pas qu’ils soient en très grand nombre à Vienne, il pourrait bien être le meilleur ; mais je ne dois pas sur cela vous donner de conseils. J’ai l’honneur d’être avec la plus parfaite estime Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond. P.S. Dès que le Catalogue de M. d’Ennery paraîtra je m’empresserai de vous en faire parvenir un exemplaire » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 16 ; Callataÿ 2013, p. 226).  
-Lettre du 21 oct. 1788 (de Paris) : « Monsieur,J’ai fait porter chez M. l’Ambassadeur de l’Empereur, il y a environ un mois un paquet destiné pour vous : il contient deux exemplaires du second volume de la description des pierres gravées de M. le Duc d’Orléans, l’un pour vous, l’autre pour M. de Rosenberg. J’y ai joins une lettre qui contient mes remerciements et mes compliments bien sincères. Permettez que dans celle-ci je vous renouvelle la demande que je vous fais dans la première, c’est qu’au lieu de m’envoyer le prix de l’exemplaire de M. le Comte de Rosenberg, je vous prie de me faire parvenir le plutôt possible par le prochain Courier un exemplaire de votre choix des pierres gravées. Quelqu’un à qui j’ai fait connaître cet excellent ouvrage a dû en demander à Vienne six exemplaires. Je vous fais parvenir une lettre de M. l’Abbé Chaupy ; elle contient un catalogue de médailles que je vous prie de communique à Monsieur / l’Abbé Neumann que j’en ai prévenu. Je vous prie d’être persuadé des sentiments d’estime et d’attachement avec lesquels je suis Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 19 ; Callataÿ 2013, p. 229).  +
-Lettre du 4 oct. 1788 (de Paris) : « J’ai l’honneur de vous envoyer deux exemplaires du second volume des Pierres gravées de M. le duc d’Orléans. Le premier est pour vous comme nous en sommes convenus ; le second est destiné pour M. le comte de Rosenberg. Au lieu des 45 (livres) que vous voudrez bien vous faire payer pour ce dernier par son Excellence, je vous prierai de me faire parvenir encore un exemplaire de votre Choix de pierres gravées du cabinet de l’Empereur. J’ai lu cet ouvrage avec empressement et beaucoup d’intérêt. La plupart des pierres qui y sont décrites, surtout les premières, sont infiniment précieuses, et vos explications plus précieuses encore. On doit vous savoir un gré infini de l’indication que vous avez donnée des pays où l’on pourrait retrouver ces belles matières, qu’il semble que la nature ait formées avec une sorte de complaisance, et dont les / artistes grecs ont si bien su profiter. La forme qui représente Orestes matricide est devenue entre vos mains un sujet d’autant plus intéressant qu’il explique le bas-relief qui avait causé tant d’embarras à Winckelmann. Il eût été à désirer que vous eussiez trouvé des artistes qui eussent répondu à vos vues ; mais où en trouver maintenant. Il faut pourtant convenir que votre ouvrage, tant pour les gravures, et l’exécution typographique, doit être mis au rang des plus beaux. Vous pouvez croire que je le ferai connaître ici, et que j’engagerai nos amateurs à se le procurer. Je ne sais comment vous exprimer ma reconnaissance pour les choses honnêtes que vous avez bien voulu dire de notre ouvrage, malgré les fautes qui s’y sont glissées, et que j’ai reconnues depuis. J’ai l’honneur d’être avec un inviolable attachement, Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 20 ; Callataÿ 2013, p. 229-230).  +
-Lettre du 15 avr. 1788 (de Paris) : « Monsieur, J’ai reçu de M. Avril la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 2. du même mois avec votre prospectus, la lettre de M. Neumann, la note des médailles que vous désiriez acquérir l’un et l’autre et la lettre de change de trois mille livres qui y était jointe. Si vous n’avez pas reçu par la même voie que M. Neumann le catalogue de M. d’Ennery, c’est qu’il y avait un trop grand nombre de paquets chez M. l’Ambassadeur pour le Courier de Vienne. Vous serez surpris de recevoir dans ce paquet votre lettre de change ; mais elle me devient inutile et voici pourquoi : la vente doit se faire le 28 de ce mois par vacations et il y en aura je crois 8. Dans chaque vacation on vendra une partie de Rois, une partie de Villes, une partie de médailles Impériales &c. de sorte que pour se procurer une médaille de roi, ou de ville ou d’empereur, on sera obligé d’en acheter 20, 30 ou peut-être 40, ce qui n’entre vraisemblablement point dans vos arrangements. Si l’on eût vendu médaille à médaille, je me serais trouvé présent à chaque vacation et j’aurais acheté moi-même les médailles que vous m’aviez indiquées. / En général, elles sont toutes parfaitement bien conservées et très authentiques à l’exception de trois ou quatre qui sont portées sur le catalogue. L’Antiochus nicéphore par exemple, en or, a été moulé sur un médaillon d’argent, ce qui se reconnaît à l’inspection et surtout au poids qui n’est point analogue aux autres médailles (d’or) de ce temps. Je suis bien fâché que les circonstances ne vous aient point permis de proposer à l’Empereur de faire l’acquisition de ce cabinet. J’aurais pu négocier cette affaire et le procurer à S. M. pour 200 ou 220 mille livres. Vous auriez eu quelques doubles, mais aussi le cabinet des médailles de Vienne aurait pu le disputer à celui de Paris, qui cependant est bien magnifique, puisqu’il était déjà composé de vingt mille médailles avant la réunion de celui de M. Pellerin qui en contenait trente-deux mille. Comme j’avais le projet de faire toucher par prudence la somme assignée par la lettre de change sur M. Busoni et de l’envoyer chercher par un ( ?) que j’avais mis mon acquit au dos de la dite lettre ; mais étant exactement au courant des conditions de la vente et voyant que je ne pourrais faire aucun usage de votre argent, je me suis présenté chez M. Busoni à qui j’ai dit ce qui s’était passé et qui m’a conseillé / de ne point toucher l’argent pour vous éviter des frais et de vous renvoyer votre lettre de change tout de suite, ce que je fais. C’est lui-même qui a effacé mon acquit ; ainsi tout me paraît en règle ; mais je n’en suis pas moins fâché, que vous ne le serez, de ce que je ne puis vous procurer aucune médaille de ce beau cabinet. Quant à votre ouvrage sur les pierres gravées je vous prie de m’en faire parvenir un exemplaire par le moyen de M. l’abbé Neumann, qui sait à qui il faut s’adresser pour cela ; j’aurai soin, à la première occasion, de vous envoyer le second volume de nos pierres gravées, dont le prix est exactement le même, c’est-à-dire 48 (livres). Dans une autre occasion j’enverrai celui qui manque à M. de Rosenberg. J’ai trouvé un moyen de me procurer votre Museum Vindobonense et j’espère qu’on voudra bien me l’envoyer. Je vous prie donc de ne faire à ce sujet aucune démarche. Vous recevrez incessamment, par quelqu’un de Mrs les Courriers, le Catalogue de M. d’Ennery, car il y a deux mois, comme j’ai eu l’honneur de vous le dire, qu’il y en a un destiné pour vous chez M. l’Ambassadeur et que je vous prie d’accepter en présent. J’ai l’honneur d’être avec une parfaite estime Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 17 ; Callataÿ 2013, p. 227-228).  
-Lettre du 8 sept. 1788 (de Paris) : « Monsieur, Je viens de recevoir votre description des pierres gravées du Cabinet Impérial, avec votre lettre, du 24 Mai ; comme je viens d’essuyer une longue maladie, et que j’entre à peine en convalescence, il ne m’a pas été possible de lire ce bel ouvrage avec attention ; j’ai seulement jeté les yeux sur les gravures qui m’ont parues fort bien exécutées. Je connaissais déjà la première, qui est gravée dans l’ouvrage de Jacques le Roi intitulé Achates Tiberianus. Amsterdam. (praestant Bruxellensis apud (foremus cum ?) Foppens 1683 fol.) et sur quoi je prendrai la liberté de vous observer qu’ici la gravure qui est fort belle, est dans un sens contraire de la vôtre, c’est-à-dire que l’Auguste, par exemple, qui est le personnage principal, regarde de gauche à droite, tandis que dans la vôtre, il regarde de droite à gauche ce qui n’est pas indifférent, comme je l’ai / remarqué ailleurs, et pour cela il est souvent nécessaire de faire la gravure au miroir ; mais il s’agit de savoir en quel sens les gravures sont posées sur la pierre originale. L’auteur a donné une explication de ce sujet, et sans doute vous la connaissez. (je vois en ouvrant votre livre que vous la connaissez en effet). Vous avez toute raison de trouver bizarre la disposition de vente des médailles de M. Dénnery (nb : d’Ennery)) ; aussi ce cabinet qui était estimé trois cent mille livres de France n’en a-t-il été vendu que cent quatre mille. On m’a permis de faire enfin parvenir à Vienne par le prochain Courier les paquets qui sont destinés et pour vous et pour M. l’Abbé Neumann, et qui sont en séquestre chez M. l’Ambassadeur depuis près de six mois. Vous ne recevrez encore cette fois que le catalogue de d’Ennery. Le second vol. de nos pierres que je vous dois sera pour un autre courrier, et ensuite viendra l’exemplaire / de S. E. M. le Comte de Rosenberg. Je vous prie de croire qu’il n’y a dans tous ces délais aucune négligence de ma part, et que je me ferai toujours un vrai plaisir d’exécuter vos ordres avec le plus grand empressement. J’ai l’honneur d’être avec un respectueux attachement Monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur Le Blond » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, lettre 18 ; Callataÿ 2013, p. 228).  
-Lettre du 6 juillet 1764 ( ?) : sur un aureus de Vespasien découvert par La Falloize : « Le Cabinet des médailles du roi n’est point de mon district ; c’est M. l’abbé Barthélemy qui est chargé de la collection des médailles de Sa Majesté. Je pense qu’il faut que vous lui écriviez pour savoir si celle que vous avez découverte peut avoir sa place dans ce Cabinet ; c’est un homme très versé dans ce genre, qui vous dira ce qu’il en pense » (Paris, Archives Nationales, O1 1910, f° 63 ; Sarmant 1994, p. 194, note 73).  +
-Lettre du 9 jan. 1772 (de Paris) : « M. Baggiano banquier en cette ville vient, Monsieur, de me présenter votre lettre en date du 9 décembre dernier, et je lui ai remit sur le champ toute la pacotille de livres que je vous ai annoncé à laquelle j’ai cru devoir joindre un nouvel ouvrage qui vient de paraître sous le titre d’observations de quelques médailles du cabinet de M. Pellerin ; il est de la façon de l’abbé Leblond sous-bibliothécaire de la bibliothèque mazarine mais au style on reconnaît les impressions de M. Pellerin (passage raturé) sur l’édition de cet ouvrage, qui par son format et le caratère paraît destiné à former une suite aux productions de ce savant antiquaire, aussi est-ce pour cette raison que je me suis déterminé à vous l’envoyer. Quand vous aurez reçu ce premier article, faites-moi le plaisir de me marquer si vous en êtes content, et si vous juger à propos, je continuerai à vous ramasser ce qui paraîtra de plus intéressant sur la curiosité et quand j’en aurai formé une demi douzaine de volumes, je vous les adresserai par la même voie. Je vous étais redevable de huit sequins pour prix de la bague que vous avez eu la bonté de me céder ; j’en ai déboursé neuf pour l’emplette de vos livres ainsi ce sera un sequin, dont vous me tiendrez compte sur les premières commissions que je prendrai la liberté de vous donner puisquer vous me permettez d’en user ainsi. M. l’abbé Barthélemy n’a pas quitté sa place de garde du cabinet du roi, ce serait une perte bien réelle et dont en mon particulier je serais inconsolable ; c’est M. l’abbé Belley, garde de la bibliothèque et des pierres gravées de M. le du d’Orléans que nous venons de perdre ; ce membre de l’académie royale des inscriptions s’était distingué dans cet illustre corps par un nombre considérable de savantes dissertations chronologiques qu’on trouve répandues dans les mémoires de l’académie et qui rassemblées en /corps particulier formerait une excellente suite aux époques du cardinal Noris. Quoique nous ayons perdu plusieurs confrères habiles, il nous en reste encore quelques-uns capables de ranimer cette branche expirante de la curiosité et je vous assure que je n’épargne rien pour les exciter. En attendant celle de la curiosité naturelle est au comble de sa gloire, et dans le courant de ce mois, il va paraître plus d’un ouvrage neuf sur cette matière ; deux des plus intéressants sont de M. Lesage ( ?), l’un des membres de l’académie des sciences, et de M. de Romé de Lisle ; le premier offrira une nouvelle minéralogie par l’analyse des corps soutenue par d’expériences répétées, qui, à ce que je crois, apportera bien du changement aux idées reçues jusqu’à ce jour dans cette partie. Le second sera un essair de cristallographie où l’on développera les formes géométriques que la nature suit constamment dans les principes de différents corps … Votre très humble et très obéissant serviteur d’Ennery. PS : oserai-je vous demander des nouvelles du docteur Bianchi que j’ai eu le plaisir de connaître à Rimini ; s’il a l’avantage d’être connu de vous, vous me feriez plaisir de me marquer comment il se porte, et ce que sont devenues ses médailles » (Paris, BnF, Man. Fr. N. acq. 14898, f° 134).  
-Lettre du 2 déc. 1771 (de Paris) : annonce la parution d’un ouvrage de l’abbé Leblond : « Il vient, Mon Révérend Père, de paraître une brochure in-4° de 67 pages, qui par son format, le caractère de son impression et la nature du sujet paraît destiné à servir de suite aux ouvrages de M. Pellerin ; ce sont des observations sur quelques médailles du cabinet de ce savant par M. l’abbé Leblond, sous-bibliothécaire de la bibliothèque Mazarine. Ce titre doit vous annoncer que les pièces gravées dans les deux planches dont vous m’avez fait l’honneur de me parler dans votre précédente, ont servi de base à cet ouvrage qui me paraît dirigé par M. Pellerin et fait sous ses yeux, et quoiqu’à la page 12 la médaille de Gargara soit rapportée, on a respecté vos plaisirs scrupuleusement, et l’on a rendu à votre sagacité toute la justice qui lui est due. Vous jugerez par cet essai que l’auteur se présente de bonne grâce dans la carrière et qu’il ne craint pas de se mesurer avec nos plus grands maîtres, si on n’a pas eu l’attention de vous envoyer l’ouvrage dont il s’agit, je me ferai un vrai plaisir de vous le procurer. Il y a apparence que l’abbé Leblond ne s’en tiendra pas là, puisque je lui communiquai il y a quelques jours deux médailles fort intéressantes de mon cabinet pour en prendre les dessins, l’une en grand bronze de Tibère frappée à Hippone avec le titre de Libera et la figure de Julie assise au revers entre les syllabes IVL. AVG. dans le champ en gros caractères, la seconde Drusus au ( ?) de Tibère en moyen bronze frappée dans la même ville et avec le même titre de Libera ; au surplus rien de neuf en curiosité de notre genre ; s’il survient quelque chose, j’aurai l’honneur de vous en faire part. J’ai celui d’être avec respect, mon Révérend Père, votre très humble et très obéissant serviteur, D’Ennery » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, enquête personnelle en oct. 2010).  +
-Lettre du 10 fév. 1772 (de Paris) : évoque la collection Savorgnan et l’abbé Belley : « J’ai reçu, mon Révérend Père, vos deux derniers ; et si j’ai différé d’y répondre jusqu’à ce jour, c’était pour vous accuser l’envoi de deux exemplaires de l’Abbé Leblond par le courrier de notre ambassadeur. J’ai eu l’honneur de vous l’annoncer comme le début d’un jeune athlète, aussi ne le trouverez-vous pas à l’abri de toutes critiques, mais on doit plus d’indulgence à un pareil essai qu’aux productions d’un antiquaire qui a vieilli sous le harnais. J’ai vérifié sur la médaille même de Gargara la position du Telesphore qui est exactement rendue dans la gravure ; ainsi il ne faut avoir aucun égard au piédestal que le dessinateur a jugé à propos d’imaginer dans le dessin à l’égard de l’existence de la médaille de ΠΙΟΥ ou de ΠΙΘΥ. Je vous en rendrai compte par ma première après avoir fouillé dans tous nos cabinets afin de ne rien vous laisser à désirer. Vos idées sur le type des cydoniates me paraissent justes et bien mieux fondées que tout ce qu’en dit l’abbé Leblond, d’après la position de ces hommes nus dont tout l’effort porte sur la corde de l’arc, et d’après l’attitude du chien, on doit y reconnaître une préparation à la chasse, et la lampe dans l’un de ces revers ainsi que le flambeau dans l’autre présentent naturellement une composition préparée au feu dont on enduit la corde pour lui donner plus de ressort et de flexibilité. J’en ai conféré avec M. Pellerin qui m’a parut goûter cette explication, à l’égard de la tête adolescente qui se remarque sur les médailles des cydoniates, la couronne de pampres ne permet pas de la donner à une autre qu’à Bacchus jeune. Vous êtes bien instruit sur la destinée du cabinet de votre ancien ami, le sénateur Savorgnan, car à mon passage par Venise en 1770, je n’ai pu obtenir la permission de jeter un coup d’œil, quoique je me fusse présenté à la maison sous le titre d’acquéreur, c’est peut-être le seul cabinet intéressant de toute l’Italie que je n’ai pu voir. Peut-être serais-je plus heureux dans un autre voyage. Je suis bien fâché du retard qu’a souffert ma lettre que je ne puis attribuer qu’à la friponnerie de mon domestique puisque je l’avais chargé expressément de l’affranchir mais j’espère que cela n’arrivera plus parce que je vous adresserai mes lettres sous l’enveloppe de notre ambassadeur, et vous pourrez remettre les vôtres à M. l’abbé Georgel son secrétaire d’ambassade sous une double enveloppe, la première à M. d’Ennery rue Neuve des Bons Enfants à Paris et une autre adressée à M. Lebègue au Palais de Monseigneur le Prince de Soubise à Paris. Au moyen de cet arrangement nos paquets nous arriveront sans ( ?) et sans frais. J’accepterais avec plaisir de votre main un exemplaire broché du supplément aux Praestentiora de Vaillant et votre ouvrage sur la Magnia Urbica de l’abbé Belley que nous avons perdu depuis quelques mois. J’ai le reste de vos ouvrages dont je fais tout le cas qu’ils méritent. Si je puis vous être de quelque utilité, disposez de mes services et comptez sur un zèle qui ne peut être ( ?) que par l’estime et l’attachement avec lesquels j’ai l’honneur d’être, mon Révérend Père, votre très humble et très obéissant serviteur. D’Ennery » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, enquête personnelle en oct. 2010).  
-Lettre du 3 mai 1772 : a reçu le complément à Vaillant : « J’ai reçu, mon Révérend Père, vos deux lettres par la dernière desquelles je vois que vous avez enfin reçu le paquet que je vous avais fait passer dans celui de notre ministre ; vous avez raison de penser que par cette voie notre commerce sera et plus sûr et moins dispendieux, et je crois que dans une correspondance littéraire, ce double objet n’est point à négliger. J’ai reçu votre supplément à Vaillant et votre ouvrage sur Magna Urbica que je lirai avec plaisir, en attendant permettez-moi de vous représenter qu’à l’ouverture du livre je suis tombé à l’article Pacatianus p. 167 où je ne retrouve ni les traits ni la vraie légende de ce tyran qui ne portait point les prénoms de T. IVL mais ceux de TI. CL. ainsi que je me suis assuré par toutes les médailles de ce prince qui passent pour indubitables ; et vous pouvez être sûr que celles où vous ne reconnaitrez pas les mêmes prénoms de Tiberius Claudius sont d’une fabrique moderne, c’est une erreur que j’ai déjà fait corriger dans plusieurs ouvrages, et je me flatte que vous ne me saurez pas mauvais gré de vous avoir communiqué mes idées à ce sujet. Quelques recherches que j’ai fait jusqu’à présent, je n’ai pu découvrir aucune médaille de ΠΙΟΥni de ΠΙΘΥ, pas même au cabinet du roi ; je verrai si dans le nombre de mes correspondants, il ne s’en trouverait pas quelqu’un qui possédât l’une ou l’autre de ces médailles dans son cabinet, et je vous ferai part des découvertes que je pourrai faire à ce sujet. Je suis fâché que l’on vous ait enlevé le plaisir de publier les deux médailles de rois qui terminent l’ouvrage de l’abbé Leblond ; mais quand vous aurez fini celui de villes et que vous en serez aux rois, on tâchera de vous fournir de quoi réparer cette perte. Portez-vous bien, conservez-moi votre estime et soyez persuadé du retour exact avec lequel j’ai l’honneur d’être, mon Révérend Père, votre très humble et très obéissant serviteur. D’Ennery » (Vienne, Kunsthistorisches Museum, enquête personnelle en oct. 2010).  
25 Oct. (1557) (from Antwerp): “Maer ick verblyde mij met v dat ghij wederom gesondt syt geworden, ende oock om dat ghij medaglien gecocht hebt, wilt mij toch schryven wat figueren ende scriften dat op de reversen staen daer na sal ick haer weerde wel estimeren ende wilt desen brief aen desen schilder bestellen die welcke oock veele medalien heeft silver, copere, ende oock gouden (so ick meijne). Desen brief houdt inne dat jih de syne soude willen oversenden ende de selve estimeren om hier te betalen, oft hij het weygert te doene van sorgen oftse achter beleven sonder gelt, wilter ghij voor spreecken. Ick bender v goet voore, maer dates sekerlycken bestelt worden. Oft die al nyt en geschiede so wilde ick weld at ghyse eens te siene quaemt ende besaecht oft daer geen rare medaglien onder en waeren als Julius, Otho, Vitellius, Avidius Cassius, Helvius Pertinax, Septimius Geta, Opelius Macrinus, Pescennius Niger, Didius Julianus, Elegablus. (Desen soudt ghij daer aen kennen want hij heft gemeeynlycken op de reverse een inscriptie: Summus Sacerdos Dei Solis. Dit schrijve ick v want hij en heet anders nyt dan Antoninius Pius ende is sonder baert). Dese sijn al quaelycken te becomen, ick en hebber nauwelycken egeene. Voort van ander medalien met seltsaeme reversern, als die wat anders syn dan een vrouken, want medalien die op haer reversen maer slechts een enckele personagie en hebben die syn redelycken gemeyn,wtgenomen dese boven genoemde die syn gansch ende in als seltsaem. Vrouwen aensichten syn rare, wtgenomen dese Faustina, Lucilla, Crispina, ende sommijge meer, maer dese syn oock seltsaem, Antonia, Agrippna, Sestilia, Domitilla, Julia, Livia, Plotina, Sabina, Paulina, Messalina ende noc andere. Maer in somma alle medaglien die net syn ende een seltsaeme reverse hebben die syn ser weerdt. So veel van medaglien gesproecken” (New York, The Morgan Library & Museum: LHMS, Unbound International Ortelius; Hessels 1887, nos 7, 2-8, p. 15-17).  +
3 July 1559 (from Antwerp): “Sy hebben gelt gestroijt te dier tijt, waer af icker eene gecocht hebbe, op deen zijde staen onsen coninck ende syn nieuwe hijsvrouwe nae het leven met deze inscriptie Philippus et Elisabeth dei gracia R. R. Hispanie; op dander syde een pauwinn met Mercurij caduceo, de inscriptie Concordia, die scrijve ick v tot een lieteeken der waerheijt” (Hessels 1887, no. 8, p. 18).  +
19 Jan. 1587 (from Antwerp): “Grata mihi fuit nepos carissime diligentia et cura tua in indagando Wigandecuae situ. Quam modo cognosco ex fragmento tabulae ad te misso, atque à te remisso, habeo gratias. Lubens quoque intellexi te circa historiam versari, cum ceterarum rerum enim et scientiarum cognitio ad multa conducit, sed pro natura loci, personae, aut temporis; habet hoc propriae historia, quod Semper, ubique, et omni homini, situ sui, utilitati, et honori. Sed fortassae derunt tibi in hoc negocio libri. Si paud me esses, erorum copias haberes; habeo namque (absit verbo iactancia) bibliothecam mediocriter instructam. Huic addidi numismatum ex omni aere numerum et delectum talem, ut de iis cum quovis his regionibus contenderè ausim. His enim, libris nempe et nummis, credo me impendisse ultra duo millia coronatorum. Quaeris an nullus exstet liber qui aversas numismatum partes explicet: non quod sciam, generatim; imò neque ullus singulatim, pro argumenti exignetia. Quidam Aeneas Vicus edidit duodecim primorum Imperatorum numismata, cum índice nomenclatorio (ut ea voce utar) ómnium rerum quae in eijs spectantur, quem laborem non possum non laudare. Alius quidam Sebastianus Ericius longa commentari scripsit in Imperatorum numismatum postica singna: sed frigida sanè. Constantius quidam Landus idem praestitit felicius, sed in valde pauca. In Julii, Augusti, et Tiberij, scripsit commentaria Wolfgangus Lazius, docta, peritis tamen antiquaris non ita satisfacientia. Fulvius Ursinus meo iudicio omnium doctissimè, ad consulares nummos, in eo volumine, quod de Familiis Romanorum inscripsit. A. Occo, et H. Goltzius qui praestiterit, ex eius lucubrationibus quae exstant, te minimè ignorare puto. Huius auctoris, Julij Caesaris exemplar tibi mitto, quod boni consules. Accipies illud per Joannem Woudnellum quem nesoti, alterum eiusdem, quod cum tuo coniunxi D. Emanueli trades, meo nomine. Adieci his icones nympharum quasdam, Petro fratri tuo, et imagunculam ex argeno, Isabellae sororculae tuae. Per eundem mittit soror mea quaedam semina ex hortulo (horto dicere nequeo) nostro, sed ni fallor, ululas Athenas. Eidem dedi semina Maraviliae, et si fortè non habeas, floris solis. Africani floris nancisci non potui, alias quoque missurus. Quae de Graecorum nummis ex me scire cupis, ignoro, tu mob eius linguae imperitiam, tum ex talium nummorum raritatem. Si maior eorum copia nobis esset, fortè collatio eorundem in his aliquid lucis adferret. Est Philippi nummus apud me valde integer, in quo haec (inverted )CC sine ullis punctis, ut hic vides. Tu cogita de caractere, in ordine octavo, hac ut vides forma (inverted sigma), numeri notam ne significet, non enim est sygma, etsi inversa videatur, nam haec hoc modo C. in omnibus quos hactenus viderim nummis expirmitur. Opus meum quod sub Plantini prelo est, circa D. Johannis festum absolvebitur, opitulante Deo, atque tunc de profectione ad vos cogitabimus. Sed dies docebit. Interim vale” (New York, The Morgan Library and Museum, LHMS, Unbound International Ortelius; Hessels 1887, no. 149, p. 345-347).  
2 May 1591 (from Antwerp): “S. P. optime nepos. Litteras tuas argumenti plenas gratissime accepi. Tu nondum quae ego cum Woudnellii mercibus miserum, intellego. Accipies autem, spero. Nummos quos apud Askum vidisti, novi memoria, eosdem enim mihi ostendit olim, quae desiderat, desideranda sunt, potis quam possidenda, quis enim Pescennium Nigrum ex AE? Si vellet carere aureo suo Caro, haberet à me Alex. Magnum, aut Philippum eius patrem, etiam ex auro, extra omnem controversiam antiquum, praeterea integerrimum. Scis, et scit quantum auro sint ponderosiores prisci hi nummi, qua milli declinantis Imperii, sub quo Carus. Theatrum meum recudo, eius media pars recusa ante annum fuit, inter quam folium quod Britannicas continet; itaque illud iam mutari non potest. De huius virginibus quod tam benè mereri studeas, te laudo plurimum” – comments on various plates of the Theatrum but without numismatic relevance (Paris, Fondation Custodia, Frits Lugt Collection, 1972 A-3; Hessels 1887, no. 196, p. 473-474).  +
6 May 1592 (from Antwerp): “Ad id quod scribis tibi futilem illet (sic enim eum voco [quamvis insigniter litterarum] et nosco) Lugduno scribere, de magno illo viro (Justus Lipsius), non habeo quod dicam; nempe an Pontificius sit vel Calvinianus : mihi hoc enim non liquet” ; “Nuper (aliud hoc) nactus sum Didium Julianum ex auro, cuius aversa pars RECTOR ORBIS. Parvulum quoque Procopium ex aere. Valde mihi cuperem Commodum ex auro; haberem seriem integram Imperatorum ad vigesimum quintum usque” (Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, MS III 936, no. 12; Hessels 1887, no. 214, p. 513-514).  +
27 Jan. 1593 (from Antwerp): “S. P. carissime nepos, litteras tuas, et in iis appositè impsitum nummum accepi, elegantem et rarum sanè; quo, quod in mei amorem carere volueris, gratias ago. Littere in eo ab una parte, et ab altera , sic interpetor (subdubito an rectè) Dinocrates princep Hipponensium eritque itaque Hipponensium, in Magna Graecia, urbis. Ad saltatrices illas cum igne nescio quo referam, nec etiam litteras his adscriptas . Queris de D. N. PHOEI. P. F. AVG. Mihi prorsus ignotus hic Imperator, et quod miror, etiam Panvinio, quo neimen hactenus legi in Impetatoribus nominandis numerandisque diligentiorem. Num prava sculptura, pro PHOCAS ?” (Sotheby’s sale 1968, lot 337: buyer Kenneth Mummery (Bournemouth); Hessels 1887, no. 228, p. 546-548).  +
4 Jan. 1595 (from Antwerp): “Goltzii Augustus hic minime venalis, solet divendi quinque florenis” (Catalogue of Valuable Continental Books and Autograph Letters, Sotheby & Co., London, sale 17–18 June 1968, lot 339. Buyer listed as Nico Israel (Amsterdam); Hessels 1887, no. 261, p. 614).  +
23 March 1596 (from Antwerp): “S. P. Nepos carissime, vides quid prodest Deorum cultura, cum tu enim assiduus fere apud me inter eos (nummis nempe ex libris) fueris, hos Neptunum videlicet et Aeolum tibi tam faventes effeceris” (Den Haag, Koninklijke Bibliotheek, MS 79 C 4 (091), f° 168; Hessels 1887, no. 286, p. 680-681).  +
Without date but likely 1592 [year of the death of Filips van Winghe] (from Antwerp): “Litteras tuas ad Monavium et ad me accepi. Illas eras ad eum diss (?). Salutem a Schotto viro bono per te lubens audivi. Ad eundem scripsi ante aliquot dies, et ad(?) tuas ad Monavium excusas. Queris quid nummorum apud me cum cruci. (?) unquam, an ante ad tuum gis(?), tu videris. In primis mihi magnus (?) est, antiquas extra controversam : in (carris ?) adversa pars Heraclius Imp. in aversa, idem in carra triumphali, cum cruce in dextra. Iustiniam etiam eaque et (am ?à), dextra globulus tenens, cui in fixa crucis imago. Non te fugere puto que (?) habet Sindas on verbo Iustinianus. Faicent illa ad hunc numum. Aurens (?) hic ab (aversa) parte victoria sigillum prefert qu(ae) sinistra eumdem globulum cum cruci habet, in sinistra hastam, in cuius apice etiam crucem, sed forma hac laterali. a) Prorsus eiusdem symboli Tiberium P. Alium etiam Hercali(em) cuius pars aversa crucis figura quam in ora huius via(?). b) Alium Iustinianum, item Zenonem ; utrumque cum victoria, cuius dextra crucem hac forma. c) Valens, et Valentinianus quoque pater (meos) quibus ab altera parte imperator, qui dextra labarum cum (chrisme), et sinistra victoriosam. Atque mihi septem ex auro. Ex aere hi sunt apud me, Focas, Theophilus, cum globulo et cruce. Alter Theophilus cum rucis magior(?) galea imposta. Gratianus item, cui ab altera parte imperator paludatus, cum labaro, in quo (chrisme). Decentius, etiam Magnentius, quibus ab altera parte hoc (?) Hos omnis ex aere autem. Ex argento imus Valentinianus” (Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, Manuscrits, Ms. III 1483, f° 38; information given by Jeannine De Landtsheer).  +
13 Apr. 1601 (from Delft): “Eersame besondere goetgunstighe Vrindt V. L. brieff vanden 20. Martis lestleden, heb ick ontfangen. Waerop ten goeder antwoort sal dienen, dat soo veel belanget de gouden medalien, vande welcke Levinus Hulsius aldaer soude een Lyste gelaten hebben, achte deselve over een wyl tytts gecocht, ende tot myne voorganede gevoecht te hebben, waer door het vervolgen der genighe ick van goude hebben tamleycken is versterct. Sulcx genighe ick my nu bevinde in gouden Imp. Pieces 500, Griecsche over de pieces 100, ende consulaires pieces 30. Makende tsamen pieces 630 gouden medalien, alle tsamen verscheyden van inscriptien, renversern &c. Welcke gehooren tot myne silveren medalien, waer van de Griecsche groot ende cleyn zyn over de neghen hondert, consulairen, pieces 1500. Ende Impp. Inde pieces 5000. Ende coperen over de pieces 2000, alle verscheyden als voren. Dergenige die ick dubblet hebbe van gout, ende te connen missen zyn over de pieces 230. Soo d’Heere Baron deselve begeeren, wil die wel tsamen derven. Dan den prys soude passeren het dubbelt gewichte van ‘t gout. Ende dewyl hy een Edelman heft hem des verstaende, soo can men desaenganede te beter handelen. Dan soude ten eersten wel bescheet begeeren, dewyl andere my oock daer van hebben geschreven. Ick kan oock yemanden gerieven met silveren ende coperen, die ick tweemael hebbe, videlicet ontrent pieces 3000. Onde de voorseyden gouden zyn Iul: Caes: Gaius ende Galba. Wanneer ick de dubbelde stamen quyt worded, conde V. L. in redelicheyt gerieft wordden. Hier bevorens heft V. L. my geschreven te hebben van coper een Marius, ende van silveren Mag. Max; ende Julianus. Mach ick daer mede geaccommodeert wesen, sal my seer aengenaem zyn, mits die betalende. De familien Consularien hier onder vermelt, soude ick wel begeeren, soo die aldaer te becommen waren. Hebbe etlyche derselven, dan zyn nyet genoechsaem near mynen sinne. Hiermede gegroet ende in schuts des almachtigen bevolen. Delft den xiij April, stilo novo” (annotated by Cool with the total of the numbers given by Goorle: “Abrahami Van Goorle 13260 medaglien”) (Leiden, Universiteitsbibliotheek Leiden: MS BPL 2755 ; Hessels 1877, letter no. 325, p. 763-764). (English translation by Johan van Heesch): "Honourable and dear friend, I have received your kind letter of March 20. In reply I can say that on the matter of the gold medals, of which Levinus Hulsius is said to have left a list there, I must have bought these some while ago, and I added them to the ones I had, so I increased fairly considerably what I have in gold. In such a way that I now possess 500 imperials in gold, more than 100 Greek pieces, and 30 consular pieces, altogether 630 medals of gold, all with different inscriptions, reverses etc. Under my silver medals are, nine hundred Greek ones large and small, 1500 Consular pieces, and 5000 imperial pieces, as well as more than 2000 copper pieces, all different as before. Those duplicates that I have in gold, and could spare, are more than 230 pieces. So if the Lord Baron is interested in these, I am willing to do them away as a block. Then the price would exceed that of double the weight of the gold. And because he hath with him a gentleman who understands the matter, one can negotiate more easily. But I would like to have a swift decision, as others also wrote me about this. I can also help someone with [medals of] silver and copper, that I possess twice, videlicet about 3000 pieces. Among those are Iulius Caesar, Gaius and Galba. If I could get rid of the duplicates together, I could provide them for you at a reasonable price. Earlier you wrote me that you possess a copper of Marius, and a silver one of Mag. Max. and of Julianus. If I could be satisfied with these, this would please me well, and I will pay for them. The consular families mentioned below, I would very much like to obtain, if they should be available there. I have several of them, but they are not entirely to my satisfaction. I greet you and ask for your protection by the Almighty. Delft April 13 1601, stilo novo. Your dear and loyal friend A van Goorle Alliena Apronia Caecina Cestia Cornuficia Fabrinia Gallia Horatia Itia Labiena Livia Minutia Numonia Oppia Statia Statilia Titinia [added in a different hand: Cole’s according to Hessels:] 500 golden imp 100 golden Greeks 30 golden consular 900 Greek silver 1500 consular silver 5000 imperial silver 2000 imperial copper 230 duplicates of gold 3000 silver and copper duplicates Abrahami Van Goorle 13260 medals [On the other side the letter is addressed to:] Honorable sr. Jaques Coole merchant in Lymstreet in [??????] London"  
Achillini, Claudio (Giovanni Filoteo) (1466-1538) -Bologne, Biblioteca universitaria (Ms. 410, fol. 143v) : poésie sur les numismates et sur la confiance dans l’histoire qu’inspirent les monnaies : « Oltra gli autori, puoi veder l’historia/ In alcun de li tuoi numismi antiqui/ ch’al picciol studio tuo (de Claudio Achillini) dan qualche gloria./ Questi non vanno per sentieri obliqui/ Fede gli dà, fra gli altri, il Policiano ;/ Romani al coniar non fur iniqui./ Pomponio Leto al Gimnasio romano/ primario al tempo vostro i dà gran fede,/ di quei dunque il diletto non è vano » et « Fra gli antiquarij vo parte del giorno/ Per contemplar numismi, et petre fine/ il cui taglio tal’hor pon l’huomo in scorno./ Convien haverne buone discipline/ Che gente gli è, che da questo per quello/ Moderne per antiche, anzi divine » (Traversa 1992, p. 155-157 ; voir Missere Fontana 1995, p. 174-176).  +
-Lettre du 5 octobre 1781 (de Münster) : « Mon cher Socrate, je n’ai point parlé des medailles originales que je n’ai point vus, mais de la collection gravée de Dorville qui m’a frappé par sa beauté, ayant vue d’autres livres numismatiques, de medailles grecques, romains etc., mais jamais d’aussi belles que le sont celles qu’on attribue dans cet ouvrage à la Scicile. Je suis très contente de les avoir vus, mais je serois tres fachée de le posseder à vos depends. Ainsi, mon cher Socrate, je vous rends des graces infinies de votre bonne volonté ». (Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Gallitzin-Nachlaß ; Sluis 2014, lettre I.247, p. 285-286).  +
-Lettre du 12 septembre 1781 (de Paderborn) : « Une des choses dont j’ai joui le plus dans la superbe biblioteque de Göttingue, où nous avons passé chaque jour quelques heures, c’est de l’immense collection des livres sur les antiquités restantes qui s’y trouvent. J’ai vu quantités des livres de numismatique, une sphere qui m’etoit absolument inconnue, et entr’autre les medailles et monnoies de la Scicile qui m’ont frappés par leur beauté; chacune d’elle semble une pierre gravée, la collection de Dorville, un cabinet (j’ai oublié lequel, mais qui ne contient aussi que des medailles de la Scicile etc. etc.). Il faut avouer que les ressources d’instruction sont immenses à Göttingue, surtout parce que ceci peut être la seule biblioteque au monde où on a la complaisance de permettre, que chacun (pourvu qu’il soit connu pour un être raisonnable des biblioteques) ose emporter et garder chez lui les livres dont il a besoin ». (Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Gallitzin-Nachlaß ; Sluis 2014, lettre I.241, p. 276-277).  +
-Lettre du 28 septembre 1781 (de Münster) : « Votre non plus ultra est toujours enfermé hors les moments où il sert, et dans le meme ordre que lorsque vous me l’avez pretté. Si les medailles que d’Orville a donné au public dans son ouvrage, c.à.d. si les originaux qu’elles doivent representer ne valent rien, cela me donne une grande idée de son gout grecque, car chacune de ses medailles est ou semble être une pierre gravée, tant elles m’ont paru belles. Au reste, mon cher Socrate, lorsque vous vous melez de dessiner, surtout de copier, vous faites comme d’Orville, vous savez mettre et vous mettez l’elegance grecque partout, meme là où il ne s’en trouve pas l’ombre dans l’original, car je me souviens encore qu’un jour vous fites un Appollon de l’Envie que surement vous n’aviez (d’ordinaire) pas de disposition à flatter ». (Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Gallitzin-Nachlaß ; Sluis 2014, lettre I.245, p. 283).  +
-Lettre du 14 mars 1783 (de Münster) : « Voici un catalogue de feu Stosch qu’il faut me renvoyer avec le retour du courier. Lisez y seulement les articles derniers concernant les souffres. Une collection d’environ 20.000 des plus beaux cabinets que Mr. de Furstenberg auroit envie d’acquerir pour l’academie d’ici, et il vous prie de nous dire tout d’abord jusqu’où on peut aller pour le prix. Et puis le tout dernier article des pierres gravés. Vous en connoissez quelques unes, dites moi sur lesquels il faut mettre un prix et quel prix. Il y a au reste come vous verrez une collection superbe de desseins, gravures, portraits etc. etc., mais tous cela se vendra collectivement, il n’y faut pas penser. Nous serons trop heureux d’attrapper les souffres pour l’Academie, et si vous les jugez bonnes, quelques pierres gravés si on peut les avoir pour un prix tolerable. Si je n’avois point d’enfans, ou plutot si je n’avois point de compte à vendre, je vendrai je crois ma maison pour acquerir moi ces souffres, et aussi car ces choses vaillent plus aux enfans meme que 1000 ecus, qui de pauvres gens n’en font pas des gens riche. De grace renvoyez nous tout de suite le catalogue; nous n’avons que celui là, et la vente se fait le mois prochain.». (Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Gallitzin-Nachlaß Band 2 & Band 3 ; Sluis 2015, lettre II.19, p. 149-150).  +
-Lettre du 15 février 1785 (de Münster) : « A propos d’Amsterdam, je me rapelle qu’un jour Van Damme me promit pour mes enfans les medailles consulaires, comme une chose de peu de valeur pour lui. Ne pourriez vous l’en faire souvenir? Elles auroient quelque valeur pour mes enfans, relativement à l’histoire.». (Universitäts- und Landesbibliothek Münster, Gallitzin-Nachlaß Band 2 & Band 3 ; Sluis 2015b, lettre III.12, p. 27).  +
5 Nov. 1582 (from Augsburg): evokes the misanthropy of Peutinger who refuses to show his library and his Table; agrees with Ortelius on the reading of a monetary legend: “ad tuam sententiam de dictione facile tibi assentior et fieri potuit ut pro legerim, de nummo cujus sit, non mihi satis constat cuius sit, forte dom. Marci, videbo per occasionem” (Austin, Harry Ransom Center: HRHRC Collection, HRC 55; Hessels 1887, no. 117, p. 277-279).  +
4 May 1598 (from Augsburg): “Cum decreverim libellum meum Impp. Assiduo amicorum hortatu denuo mittere in publicum, neminem habeo, Vir clarissime, quem illum commendem nisi tibi, aut nepoti tuo Jacobo Colio, idque vetere motus amicitia et familiarite, quae ante annos plus munus XX vivente adhuc parente meo p. m. inter nos inita erat, eo praecipue tempore quando nobiscum erat Clarissimus dominus Joannes Vivianus cui maxima intercessit cum parente meo familiaritas et amicitia, sicut haud ita pridem me per literas admonuit, hac igitur ratione ductus iam tibi quoque hunc meum libellum (quem modo mitto) commendo ea commendatione quae potest esse maxima et diligentissima, et quia scio tibi ingravescente iam aetate et aliis negociis occupato, id fore difficile et laboriosum forte, peto ut id nepotii tuo Colio comittas, qui ob eam quam in ipso percepi humanitatem et benevolentiam et amorem etiam in studium antiquitatis, forte haud gravatim quicquid erit operae aut laboris subibit, promovendo et monendo dominum Moretum, ut Plantinianis vestigiis insistens, hunc quoque emendatione in publicum prodire velit” (Den Haag, Koninklijke Bibliotheek: MS 79 C 4 (161), f° 165; Hessels 1887, no. 320, p. 750-751).  +
6/16 Febr. 1599 (from Augsburg): “S. P. Gratissima mihi fuit epistola tua doctissima qua ad incomptas meas literas respondere dignatus es vir clarissime, illa que ad Graecorum nummorum considerationem hortaris facerem id quidem perlubenter nisi et aetas et valetudo ab hoc studio quasi retraheret: faciam tamen quod potero dum mihi superstiti esse contigerit, atque eo in negotio utar opera etiam Dom. Hoschelii qui me de aliis atque aliis interpretationibus subinde admonet. Id autem totum negotium Dom Freer expediendum relinquam, cuius foetum expectamus, et quid praestiterit in antiquitatis studio videbimus, quae vero tu in huius argumenti genere observaveris, lubentissime si miseris videbo, et vicissim mittam ea, quae ex Graecis aliquot nummis descripsi. Res est magni laboris et industriae et ego non tantum mihi sumo ut huic operi quale potes satisfacere possim, quare posteris commendabo, Goltzius in Graecia sua multa praestitit, atque aliis ansam cogitandi praebuit, cuius exempla in officinis non amplius extare doleo; possent enim multis esse usui, hoc idem fiet in aliis eius operibus, quae iam magna ex parte desiderantur, ita fieri solet plerumque omnibus bonis autoribus: Quod ad diligentiam tuam attinet, quam in libellum meum impendisti maximas tibi gratias et habeo et ago, relaturus si potero, atque utinam gratificari tibi possem emendis his quos petis nummis, sed nulli venales extant: Julium aureum cum imagine ipsius ne videre quidem me memini. Scis qui sint alii cum Hircio et Planco ni fallor. Galba et Caius rari quoque sunt ut scis, de Diadumeniano aereo videbo si vixero, non satis mihi constat an viderim nec se, scio thesaurum aereum in quo nisi reperiam frustra alibi perquirendo laborabo: Libello meo Impp. Nihil insuper addendum puto, Graeca cum Latinis aut Romanis parum conveniunt. Lazius nec satisfecit in opere suo illo Graeco, sed variae sunt hominum sententiae et suum cuique pulchrum. Ad me quod attinet clarissime Coli, faciam ut beneficia quibus respondere non possum grata recordatione et memoriam colam, maiora ni sunt et illustriora quam solvendo iis esse possit tenuis et angusta suppellex mea. Vale mi clarissime et…” (Leiden, Universiteitsbibliotheek Leiden: MS BPL 2755; Hessels 1887, no. 324, p. 761-762).  
-Lettre du 17 juin 1671 (de Rome) : lettre qui permet d’identifier « il Bancherotto » avec Antonio Cavalieri (Firenze, ASF, Mediceo 5541, f° 42 ; L. Giovannini 1979, p. 165, note 51).  +
65-21 Sept. 1583 (from Ferrara): “Si verò de antiquarum verum delectamento loqueremur numismatum nempe, ac inscriptionum huic negocio per aliquot annos dedi operam, non nullaque apud me sunt non indingè : neque ineruditè, conservata ; et ex his unum, et laterum satis celebre : Pertinacem habeo aureum atque adeo perfectum ; ut modò è terra eutum diceres : vel hodie exculptum, at cum tu Imperatores habeas in serie aurea : argentea : et aenea videris mihi omnium ditissimus : de Ottone aureo (antiquo inquam) rari quippe apparent ; erat quidam mercator Germanus Venetiis : qui de tali iactabat se dominum ; et merito, erat enim numisma illud vere Germanum, et antiquum : serenissimus meus Princeps simile habet : tum praeterea argenteum ; cum tamen vulgare sit omnibus ; nam et ego penes me tali fruor non spernendo nec vili. habet, et ipse Princeps, aeneum Otonem antiquum, et vere Germanum : attamen forma, ipsius eadem est ; et antiqua ; et excusa qualis est aureus nempe, et argenteus, neque grandiori forma quemquam unquam vidi licet ego habeam grandiusculum ; et litteris etiam ipsius nomen OTHO declarantibus ; sed non sum credulus illi ; licet in aureo circulo ornaverim : Didium Julianum pariter, et Pertinacem ; aereum haberemus scerum super omnia(.) numismata Greca tum argentea, tum aenea profiteor, me non pauca habere illaque eruditione celebri, imo :multa quoque suis Elogiis fulcita à nostro Ligorio omnium qui in humanis degunt antiquitatum peritissimo et haec sunt quae apud nostros huius studii Celebres in pretio habentur. Oh si videres quali quantaquè (tua venia dixerim) admiratione honestaque afficerere invidia; sed haec omnia coram, non autem per epistolam sunt tractanda; nimis enim distat ortus ab occidente. Verum si reliqua facie ad faciem permutare; et tractare daretur forte. Quod meus ortus habet tibi me donare licebit; si dederis nobis quod tuus hortus habet” (Den Haag, Koninklijke Bibliotheek: MS 79 C 4 (011), f° 154-155; Hessels 1887, no. 129, p. 301-303).  
La Haye, Museum Meermanno-Westreenianum (Ms. 7 C 3 [1]), traduction néerlandaise réalisée en 1617 par A. J. van Wouw des XI Dialogos d’Antonio Agustin, suivi du douzième dialogue (fol. 274r-291r) inventé par Andreas Schott (Scheller 1978, p. 77-78).  +
-Madrid, Biblioteca Nacional de Espana, Ms. 2639, f° 40r-55v : Antonii Augustini Musei Antiquiora Numismata (voir Agustin 1774, VIII, p. 311-338 ; Carbonell i Manils 1992-1993, p. 171, n° 8).  +
-Paris, BnF, Méd., Rés. 10007 VAT F° :Jean-Jacques Barthélemy, Observations sur les commentaire de M. l’abbé Vénuti sur les médailles de cardinal Albani. XVIIIe s. 4 p. 200 x 150 mm. Relié en tête d’Antiqua numismata maximi moduli aurea, argentea, aerea ex museo Alexandri, S.R.E. card. Albani... par R. Venuti, Rome, 1739, t. I (ex-libris de Mionnet).  +
-Lettre du 15 février 1740 (de Pontida): “Desidererei oltre il cenno che mi fece allora, un più espresso sentimento intorno la [c. 649 v.] medaglia prima della tavola seconda colle lettere credute etrusche. La prego pure della di lei intelligenza e spiegazione della leggenda della medaglia prima della tavola quinta. Le suppongo nota quella del Sig. Havercamp ne’ suoi Commentarj al tesoro morelliano delle Famiglie Romane alla pagina 142 colla quale occasione esamina ancora le altrui opinioni. Finalmente la prego motivarmi la di lei opinione circa la spiegazione delle lettere [...] nelle medaglie di [...] non essendo intieramente persuaso dalla spiegazione del Noris, Harduino ed altri che ho veduti. E se ha qualche altra notizia nummaria massime intorno la tribunizia podestà, che possa illustrare o correggere le mie opinioni a lei già note, mi farà sommo favore a comunicarmele. Attenderò poi una piena notizia della di lei opera a stampa sopra li Medaglioni toscani, che mi è stato significato aver’ella fra le mani, e a quest’ora crederei sotto il torchio. Supplirà ella colla di lei dottrina ed erudizione a difetti della mia, ed io avrò piacere d’imparare e correggermi.” (Firenze, Biblioteca Maculleriana, BVII, 18, f° 649r-v – online).  +
Bologna, Biblioteca Universitaria, Ms. Aldrovandi 74: Vocabula pertinentia ad militiam, ad vasa, ad ornatum muliebrem, ad instrumenta rustica, ad aedificia, ad domus suppellectilem, ad rem nummariam, i cc. 418ʳ⁻ᵛ (cm 33x24)  +
Lettre du 20 mars 1598 (de Bologne) : vente à Orsini d’une monnaie avec l’effigie de Cicéron (Vatican, Biblioteca apostolica vaticana, Ms. Lat. 4105, fol. 333-334 [fol. 337-338 : paiement le 14 fév. 1598] ; voir Missere Fontana 1995, p. 200, note 205).  +
Lettre du 24 novembre 1736 (de Rome) : Non hò havuto tempo di rispondere alla sua in mia casa, havendo io dovuto applicare ad un Discorso di medaglie, et Antichità, di tre Antiquarij cioé P.re Baldini somasco, Abb.te Valerio, e Francesco Palazzi unitisi da me; Dico adunque in fretta, che ieri ricevei dal Procaccia lo scatolino coll’Intaglio di due teste iugate ed il Cammeo della probabile testa di Alessandro; in quanto al detto Intaglio assolutamente non è ritratto meno del E. Duca Cosimo, del quale havendone io molte medaglie di metallo e di Argento, non assomiglia certamente à quelle, onde certamente può stimarsi Antico moderno. Il Cammeo poi al certo, è bellino, e di bella pietra, tutta colore, che viene aiutato dalla [c. 118v] foglia di rubino posta di sotto comparato questa con alcuna medaglia di oro greca che io tengo di Alessandro Macedone e con altro Cammeo, che io posseggo in una Torchina della Rocca, Legato et incassato in anello d’oro famosamente dal celebre B. Cellini non assimiglia al sicuro à nessuna di queste, e per ciò dalla molta lucidezza della pietra (che dà segnale non essere stata sotto terra), e da tutto il lavoro si può assolutamente giudicare, che esso sia lavoro di quei valenti huomini che descrive Giorgio Vasari nelle vite de Pittori, cioé [...] delle Corniole Matteo del [Nassero] Posto ciò io l’ho fatto consegnare al medesimo Procaccia franco di porto allei diretto.” (Firenze, Biblioteca Marucelliana, BVII, 7, f° 118r-v – online).  +
Lettre du 8 juillet 1740 (de Malte): “Sono stato da questo Monsignor Inquisitore, il quale mi ha mostrato una superbissima raccolta di cammei, e intagli, e la serie degli Imperadori in medaglie d’oro, tutta roba del suo Zio.” (Firenze, Biblioteca Marucelliana, BVII, 7, f° 196r-v – online).  +
-Lettre du 22 avril 1741 (de Malte): “In quanto al poter io acquistare medaglie antiche, e quasi impossibile non ci essendo niente di buono, ma in caso [c. 199v] sappia esserci qualche cosa non dubiti, che cercherò d’averla.” (Firenze, Biblioteca Marucelliana, BVII, 7, f° 199r-v – online).  +
Lettre du 15 février 1744 (de Rome): “Ricordo alla sua gentile Amicizia il procurarmi co miei danari qualche acquisto non solo di libro o ms. di buon Autore Toscano, ò di medaglie et antichità ma così ancora alcun pezzo o monumento di Cammeo, Intaglio o bronzo Antico per li quali le professerò somma obbligazione e qui pregandola di nuovi suoi comandi per fretta assai mele ricordo vero S. Div.mo” (Firenze, Biblioteca Marucelliana, BVII, 7, f° 150r-151v – online).  +
-Lettre du 16 févr. 1565 (de Rome) : lamentando la scarsità del materiale, aveva inviate il 16 febbraio 1565 « alcune medagliette dell’ordine piccolo delle quali il Calicula con la sorella è rarissimo, et un Augusto gra(nde) » (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/1 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
-Lettre du 7 avr. 1565 (de Rome) : Alessandro de Grandi asserisce di avere « havuto commissione da Ms. Agostino Mosti in nome suo che non manchi ogni settimana mandare qualche medaglia » (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/2 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
-Lettre du 5 mai 1565 (de Rome) : « une medaglia di Calicola con la corona civica di riverso, la quale ho mandato per esser assai conservata, et non gia perche ne manchi di simile, et di migliori assai ». Nella stessa lettera vediamo che Alfonso acquistava anche a Parma, infatti Gio. Federico Buongioanni, ovvero Bonzagni, della famiglia di medaglisti di quella città, che gli aveva offerto tre medaglie per « 200 ducati di oro in oro », aveva già inviato a tal proposito una lettera all’antiquario ducale Enea Vico, e copia (inviata da Mosti) era giunta anche fino a Grandi (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/3 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
-Lettre du 3 avr. 1566 (de Rome) : Grandi inviata quattro « medagliette, una delle quali è rarissima, cioè il Procopio chef u parente di Giuliano Apostata, & creato imperatore in Bithinia non fu mai vedutta in Roma ; et le altre tre hanno ancora esse qualche cosa di buono » (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/6 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
-Lettre du 8 mai 1566 (de Rome) : envoi de quatre autres « medagliette » (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/7 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
-Lettre du 19 févr. 1567 (de Rome) : envoi de 2 autres médailles (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/9 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
-Lettre du 26 mai 1567 (de Rome) : « una medaglia di Giulio Cesare assai buona, et ch’accompagnava quell’ordine suo di piccole, et un altra ancora di Domitiano mediocremente buona » (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/10 ; Missere Fontana 1995, p. 225).  +
Lettre du 31 mars 1568 (de Rome) : annunciando di avere trovato un nuovo antiquario per il Duca, ovvero Ligorio, il De Grandi annota di avere « fatto vedere le medaglie da persone intelligenti et cavatone quello che si è possuto come V. Ecc.a vederà da una informatione mia data al d° S.r Caval. (il Cavalier Camillo Gualengo ?) », intendendo probabilmente dar notizia di un consulto chiesto in tema di medaglie ad antiquari romani per il Duca, che, morto il Vico l’anno prima, non aveva più un antquario ducale esperto di questi temi (Modena, ASMo, ASE, Cancelaria Ducale, Ambasciatori, Roma, b. 71, n. 337/11 ; Missere Fontana 1995, p. 225-226).  +
-Lettre du 24 décembre 1703 (de ?) : « Eques cujus mentionem facis est mihi certe notus, sed non in certa sede commoratur, nec ejus consuetudinem colo, illum tamen data’ opera’ conveni et tuo nomine plurimum salutavi. Regum Saxonum nummos describendos curat quos ait se editurum » (Nationale Bibliotheek, Hague, 72 H 21, ff.11–12, at f.11 ; Burnett 2020b, p. 1606).  +
-Lettre du 15 octobre 1705 (de ?) : « Le Chevalier ffountain èst arrive en ce pay icy, pour attrapèr des Medailles, pour moy je n’ay a jammais Marchandizè en ce traffique la. J’avois bien de la joy de savoir de vous Monsr que Monsgr della Torre Eveque d’ Adria, Monsigr Bianchini et Sigr ffontanini etoient enbonne santè. Ils sont tous trois des mes amis intimes, après la mort du Cal Noris ces Messrs sont les plus savants en Italie pour l’Antiquitie, et quant al honnettetie ils sont sans pareils, je voudrois que fficaroni eut tant de bonne foy, mais il est amis de Chevalier et illi optimum quod utilissimum est » (Nationale Bibliotheek, Hague, 72 H 21, f° 65–6 ; Burnett 2020b, p. 1607).  +
-Lettre sans date, au revers du dernier feuillet: « D’avig(non) + A Monsieur, Monsieur Chiflet conseiller au Parlement, Franche Comté, A Besançon»: f° 152 : « Monsieur, Ce fut le 27 du mois passé que j’entrepris le voyage que vous souhaitiez que je fisse. La pluie me surprit à trois lieues d’Aix fut cause que je ne pus faire que cinq lieues ce jour-là. Le lendemain, samedi, malgré le mauvais temps qui continuait, j’en fit sept, et j’arrivai à Arles, mouillé comme un canard. Je vis à loisir le cabinet de Madame de Remusa. Ses médailles de bronze n’ont rien d’extraordinaire; et vous avez déjà une suite beaucoup plus belle que la sienne. Son argent quoiqu’il ne se monte qu’à 261. médailles est très beau. L’on y compte près de 100 consulaires, dont la plus grande partie sont de prix. La suite impériale se surpasse. Cinq Jules Cæsar qui se présentent d’abord vous charment. Les plus beau revers d’Auguste y sont; deux Caligula, un Claude, Pertinax, Albin, Pupien, Macrin, Maxime, Hostimien, tous bien conservés. Madame de Remusa consentit à me détacher ses méd. d’argent, de celles de bronze.Mais le prix qu’elle en demande est si haut, qu’il me paraît difficile de rien conclure avec elle. Il ne s’agit que rien moins que de 1000≠. Ce fut inutilement que je lui en offris cent écus. Ses gravures montent à 104. parmi lesquelles il y a dix agates d’un beau relief; six tout aussi larges qu’une pièce de 50. sols. Le reste consiste en des cornalines dont une quinzaine ont de très belles têtes. Quatre de celles-ci sont montées sur l’or. Le moins qu’elle en demande est aussi 1000≠. Elle a encore 22 petites idoles antiques <à ce que je pense> de bronze qui pourraient passer sur le marché si vous achetiez ou les gravures, ou les méd. d’argent. Le cabinet est tapissé de tableaux qui me paraissent beaux, quoique je ne m’entende point en peinture. Le lundi le temps s’étant mis au beau, j’allai aux Martegues, éloignés de 9 lieues d’Arles.Mr Dieulfit était dans une maison de Campagne éloignée d’une lieue; je l’envoyai chercher, mais comme il ne revint que fort tard, je ne pus le voir ce jour-là. Le lendemain matin je vis ses médailles; elles sont d’argent, et montent à une centaine. Les plus belles sont deux Jules, trois M. Antoine, une Antonia, un Germanicus, quelques beaux Trajans, Hadriens, et Sévères. Il veut les vendre toutes à la fois, et dix frans la pièce l’une compensant l’autre. Je perdis mon latin à force de l’exhorter à me séparer ses deux Jules, ses Marc Antoines, Antonia et Germanicus; je lui en offris un Louis d’or; mais inutilement. Aprés avoir dîné, je partis sur les neuf à dix heures: des Martegues à Aix l’on compte sept lieues; je me détournai de deux grandes lieues pour aller à Aigues voir un muletier de ma connaissance, et m’informer de lui comment on pourrait transporter d’Yeres à Avignon, vos orangers. Neuf heures du soir [Verso] étaient sonnées quand j’arrivai à Aix. Ce qui fut cause que je ne pus aller loger au collège. Je renvoyai mon cheval à son maître, et fis chercher un autre pour le lendemain. Arles et le Martegues sont au couchant d’Aix et Riez (?) au levant, de sorte que j’étais forcé de repasser par Aix. Quoique j’en partis sur les trois heures du matin, je n’arrivai à Riés qu’à dix heures du soir. Vous n’en serez pas surpris si vous faites réflexion que je fis ce jour-là onze lieues, mais onze lieues de Provence qui demandaient pour la plupart une heure et demi, ou deux heures à un homme à cheval. Des que la nuit tomba, je pris un guide pour me conduire à travers les montagnes de Riés. Le soir même que j’arrivai, je vis Mr l’avocat Chauvet, et achetai de lui quelques médailles. Le lendemain, jeudi, je remontai à cheval à deux heures après minuit, et mon guide me conduisant jusqu’au jour, j’arrivai ce jour même à Aix. Les méd. de M Cauvet sont en argent 1° caput muliebre R Longium... figura stans imponens aliquid in capram.2° Cap. muliebre Bala R Bigae. 3° cap. virile laureatum. R. Q. Anto. Barb. pr. Quadrigae. 4° cap. virile Sabin. R L. Titi. Bigae. 5° M. Anton. Imp. cap. Antonii nudum. R M chr (?) rpe (?). Templum in quo caput solis. 6°Legio V. 7° Leg. VIIII. 8° Legio XII. Antonii Scilicet. 9 Augustus R Imp. X. Act. 10° Vespasianus R victoria aug. (quinaire) 11° Vespasianus R augur m por. Instrumenta Pontificalia. 12° Domitianus R Imp. VIII.&c. capitus nudus insidens clipeo quadrato. 13° Antoninus Pius R Roma Cos. III fig. sedens. 14° Caracalla R Tr pot &c hercules stans. 15° Nero R Roma mulier sedens. Deux gros médaillon de bronze dont l’un représente Marie première femme de Louis douze, le second Anne de Bretagne la seconde femme de Louis douze qui est au revers. Ces 15 médailles coûtent 20≠.» (Bibliothèque Municipale de Besançon, Collection Chiflet, Ms 111, Documents généalogiques sur des familles nobles originaires de Franche-Comté ou alliées à des maisons de cette province, sur ce manuscrit cf. supra « Inventaires »).  
-Lettre du 10 novembre 1742 (de Lyon) : « Serait-ce de Mr l’Abbé de Rothelin, de Mr le Marquis de Beauveau, de Mr Pellerin, du R. P. Souciet, de Mr le Président Bouhier, ou de Mrs les Sénateurs Theupolo, que vous auriez appris que j’ai découvert la vraie suite, ou succession chronologique des rois du Bosphore ? Telle est du moins la manière obligeante, dont ces Messieurs s’expriment la plupart sur mon système ; si cependant on peut appeler système ou découverte ce qui saute aux yeux de quiconque, sachant que les rois de Thrace n’ont point et n’eurent jamais d’ère marquée sur leurs monnaies, leur ôtera celles qui leur ont été jusqu’à présent attribuées, et les rangera parmi celles des rois du Bosphore, selon l’ordre chronologique, qu’elles énoncent elles-mêmes. C’est ce que je m’avisai de faire, après avoir vu le catalogue des médailles des rois de Thrace, du Bosphore et du Pont, qui du cabinet de Mr le Maréchal d’Estrées ont ensuite passé dans le trésor royal. Quelle agréable surprise pour moi de trouver dans ces médailles réunies à celles que je connaissais d’ailleurs, une suite assez peu interrompue des rois du Bosphore, depuis l’an de Rome DCCLXXXI jusqu’à celui de MLXXIX. Je devrais peut-être, depuis la XIV de Tibère, jusqu’à la II. De Flave Claude Constantin, pour m’approcher de la conviction, où vous êtes, de la pluralité des Constantins ; conviction que vous devez, me dites-vous, Mr à l’étude sérieuse, que vous venez de faire, et à la confrontation des médailles de ces princes, que tous, à l’exception du P. Hardouin, ont jusqu’à présent confondues, en attribuant à un seul Constantin, ou Constantin le Grand. S’il y a sur les médailles du Bosphore des époques postérieures à cette date, elles me sont inconnues. Peut-être que j’en découvrirai quelques-unes dans le cabinet de S.M.C. ou dans ceux des princes et des curieux d’Allemagne. Mr Liebe s’est obligeamment offert lui-même à faire à ce sujet les diligences nécessaires. La suite de ces rois, telle que je l’avais d’abord formée, vient d’être bien augmentée par les nouvelles médailles que Mr Pellerin a récemment acquises, par celles de Mr Bosanquet, à Londres, dont il a bien voulu m’envoyer les empreintes en colle de poisson. Mrs Theupolo m’ont de même enirchi des dessins parfaitement exécutés de celles qui sont dans leur magnifique cabinet. Vous la perfectionnez encore cette suite, Mr, par les gravures de Milord comte de Pembroke, et par les empreintes en plomb des médailles de cette espèce, que vous avez rapportées de vos voyages littéraires en Italie, et en Angleterre. Je les dois à votre générosité. La République littéraire entrera un jour en part de ma reconnaissance. Nulle de ces nouvelles médailles, que vous me faites connaître, Mr, qui contredise moin système ; nulle au contraire qui ne le soutienne, et même l’affermisse. Vous en jugerez par vous-même. Si je m’égare, vous me remettrez dans le bon chemin. Vous le devez au moins à notre amitié. D’ailleurs ma déférence à vos lumières vous est connue. Je suppose d’après les médailles que le commencement de l’ère du Bosphore répond à l’automne de l’an 2 de Rome CCCLVI avant J.-C. CCCLXXXXVII. C’est aussi le sentiment du P. Hardüin. On ne la trouve, cette ère, ce me semble, constamment marquée sur les monnaies d’or et d’argent, que depuis Rhescuporis, ou l’an de Rome DCCLXXXI. J’omets ici l’énumération d’un grand nombre de médailles des prédécesseurs de ce prince, et de ses successeurs, parce qu’elles n’indiquent point d’ère, ou que si elles en portent une, ce n’est pas celle de la monarchie. L’arrangement de ces médailles demande des discussions qui seraient ici des hors-d’œuvre : je les réserve ailleurs. A cette découverte de la suite des rois du Bosphore, je pourrais en ajouter deux autres, qui ne sont pas, à mon avis, moins intéressantes. Vespasien et Trajan eurent pendant une année et quelques mois pour collègues à l’empire, le premier Titus son fils, le second Hadrien son successeur. C’est-à-dire, que l’un et l’autre mourut étant encore Auguste, Vespasien pendant les premiers mois de sa onzième puissance tribunicienne, et Trajan dans les premiers mois aussi de la vingt-et-unième année de cette même puissance. Je vous en enverrai les preuves démonstratives, si vous le souhaitez : elles le seront en même temps du respect avec lequel je suis. » » (Madrid, Biblioteca Nacional de Espana, MSS/12925, f° 72-73).  
-Lettre du 23 juin 1729 (d’Avignon) : « Il y a longtemps que la réputation que vous vous êtes acquise dans la République numismatique me fait souhaiter passionnément l’honneur d’être en commerce de lettres avec vous. Un médailliste de votre mérite est à rechercher ; on ne peut que beaucoup profiter de vos lumières et je saurai faire tout le cas de celles que vous voudrez bien me communiquer ; dans mes moments de loisir je m’appliquerai à l’étude des médailles et à former un petit cabinet. Peut-être serai-je assez heureux de pouvoir vous procurer les têtes ou les revers qui vous manquent. Par des échanges réciproques, il sera facile de nous assortir. Si vous avez en particulier des médailles d’or dont vous ne seriez pas fâché de vous défaire, je vous prie de m’en envoyer la description et ce que vous demandez en échange. Je puis vous fournir des médailles d’argent, du grand et moyen bronze grec et latin et des médailles des rois et des villes. Je recherche aussi les médailles d’argent pur du Bas-empire, le petit bronze depuis Jules César jusqu’à Gallien. Peut-être en aurez-vous qui n’entrent pas dans vos suites. Quoique les médaillons de bronze du plus Bas-empire depuis Justin et au dessous soient mis dans le rebus par la plupart des /[fol 41 v°] curieux, je serai charmé d’en trouver. Ces sortes de médailles sont assez communes pour la plupart. Dans le mémoire que j’espère que vous daignerez me faire des médailles que vous aurez à échanger, il faudra me spécifier quelles sont les suites que vous formez, ce qui vous manque et ce que vous souhaitez en échange. J'ai l’honneur d’être avec respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, f° 41 ; Guillemain, Les jésuites, à paraître).  +
-Lettre du 21 juillet 1729 (d’Avignon) : « C’est avec regret que j’ay laissé partir M. Novy sans lui remettre ma lettre, et même sans avoir eu l’honneur de le voir dans son logis. Il m’avait dit que son séjour en cette ville serait de plusieurs jours, sur quoi j’avais compté d’être à temps de lui rendre une visite jeudi, c’est-à-dire aujourd’hui. J’ai été frustré de mon attente, son départ a été plus prompt qu’il ne le comptait lui-même, comme il m’a fait l’honneur de me le dire. La condition que vous mettez dans l’échange de vos médailles est trop onéreuse. A la place du Gordien Pie, vous demandez un Auguste grand bronze, c’est-à-dire une médaille de 15 à 20 lt., car on en trouve pas au dessous de ce prix à Rome d’où j’ai fait venir la plupart de celles que j’ai. Je vous avais proposé d’ailleurs en échange six médailles ; vous ne m’en avez envoyé que cinq. La Pomponia s’est trouvée à redire /[fol 42 v°] mais quand même vous m’auriez envoyé cette consulaire, et, que les autres seraient à fleur de coin, toutes ensembles elles n’égaleraient jamais un Auguste. Ainsi, comme l’échange que j’avais eu l’honneur de vous proposer ne vous convient pas, et que je ne puis admettre la condition que vous exigez, j’ai pris le parti qui m’a paru le plus sage, c’est de vous les renvoyer. Une autrefois, je serai sans doute plus heureux. La difficulté d’avoir le Justinien d’or m’est un motif assez pressant pour ne pas y penser. Peut-être qu’après vous être donné bien de la peine pour l’acquérir, vous n’en viendrez pas à bout puisque comme vous me le marquez le possesseur ne veut pas s’en défaire. Après tout, les médailles de cet empereur sont plus communes en ce métal qu’en aucun autre. J'ai l’honneur d’être avec respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, f° 42).  +
-Lettre du 29 octobre 1731 (de Nîmes) : « La fatigue du voyage m’empêcha de vous écrire vendredi passé. Je n’ai pas voulu renvoyer plus loin les remerciements que je vous dois pour toutes les politesses dont vous m’avez comblé. Elles sont gravées trop profondément dans mon cœur pour que le souvenir puisse en être jamais effacé. Je vis à Arles M. Raybaut quelque tard qu’il fût. Je le pressai de me mener dans son cabinet et de me montrer son recueil d’inscriptions. Elles sont dispersées par-ci par-là dans un corps d’histoire de la ville d’Arles à laquelle il travaille. …M. de Mazaugues n’était pas à Aix lorsque j’y arrivai. Comme il était à sa terre à 9 lieues d’Aix, je n’eus pas le courage de faire ce voyage. Je lui écrivis au sujet des inscriptions et surtout pour celle de Plotine pour laquelle vous m’aviez donné un mémoire. La lecture que j’en ai fait, me la fait regarder comme fausse. Elle n’a sûrement pas le goût antique. /[f° 47 r°] J’ai écris à Lyon, Mâcon, Châlon, Grenoble, Vienne, Dijon et Besancon pour avoir toutes les inscriptions qu’on y connaît ou qu’on trouvera dans les manuscrits des cabinets des curieux. Si vous n’avez personne qui puisse vous rendre le même service à Carcassonne, Narbonne, Béziers, Toulouse, Agde, Perpignan, il faut s’adresser au P. Senaut. Je lui écrirai aussi à ce sujet. En Italie, j’aurai aussi des agents. Petit à petit, nous irons loin. Hâtez-vous de mettre au net vos inscriptions. J’ai rapporté d’Aix le Latium vetus, livre assez nouveau où je trouverai quelque chose en ce genre. M. Lebret n’a pas fait encore imprimer ses nouvelles inscriptions venues du levant. En attendant, je profiterai de la 1ère commodité pour vous envoyer les anciennes. Au reste, on m’a chargé de vous proposer un Numérien grec petit bronze qui a un revers inconnu a Bauduri et à tous les antiquaires. Je crois que c’est le type de l’espérance, à changer contre votre Antonin Pie et votre Septime Sévère latin, petit bronze. Numérien est fort rare en grec. Marquez-moi si l’échange vous convient pour que je puisse rendre compte de ma commission. Mes respects à M. de Caveirac, aux PP. Allec et Folard quand vous les verrez. Je suis avec respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, f° 46-47 ; Guillemain, Les jésuites, à paraître).  
-Lettre du 26 novembre 1731 (de ?) : Un de mes amis d’Aix, à qui j’avais donné avis de vos médailles, comptant qu’il s’accommodait du tout avec vous, m’en a envoyé six pour vous les proposer à échanger contre votre Hadrien […] novi, Antonin pie petit bronze, Severe petit bronze et Divo caro parthico. Celle-ci est rare dans Banduri, Vaillant marque la rareté de l’Hadrien et ne dit rien des deux autres. Voyez ce que vous avez à faire. Je m’acquitte de cette commission d’autant plus volontiers qu’elle étoit accompagné /[fol. 41 v°] de cette inscription découverte depuis peu en Savoie : MERCURIO AVGVST / SACRVUM / T TERENTIVS CATVLLVS / VSLM. Avez-vous achevé de mettre au net les vôtres? On m’en a promis depuis peu quelques-unes qu’on a trouvé dans les papiers de feu M. Rigord de Marseille. J’ai écrit de tous côtés. Il y a apparence que nos recherches auront quelques succès. Avez-vous trouvé un correspondant à Narbonne ? Donnez m’en avis, afin que je sache au cas que non du Sieur Fabre à qui vous pouviez vous adresser. Plus je pense à notre projet, plus je le goûte, plus le succès m’en paroit sûr. Je cherche à présent un Grutter à acheter. Vous ferez bien de vous en pourvoir d’un. J’ai l’honneur d’être avec respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. ms. 145, fol. 412).  +
-Lettre du 22 décembre 1731 (d’Avignon) : « Quant aux médailles que j’ai eu l’honneur de vous envoyer, comme elles ne m’appartiennent pas et que la personne qui me les a dressées est d’un rang à ne pouvoir lui faire la proposition de les rendre, il ne faut pas penser à cet expédient. S’il avait été praticable, et qu’on eut demandé de ces médailles un prix raisonnable, je les aurais achetées pour le père Senaud à qui je compte en procurer bientôt de belles, en grand bronze, qu’on m’a annoncées. Dans l’incertitude s’il est à Nîmes, je prends la liberté de vous envoyer la lettre que je lui écris et de vous prier de la lui faire tenir » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, f° 48v ; Guillemain, Les jésuites, à paraître).  +
-Lettre du 23 octobre 1732 (d’Avignon) : » Me voici sur mon départ d’Avignon, prêt d’entrer dans une nouvelle carrière. Mes études de théologie sont finies et désormais je ne m’occuperai plus qu’à mon ouvrage sur les médailles. Je vais demeurer à Marseille avec les pensionnaires. Cette ville me fournira la facilité d’entretenir par la voie de mer avec les savants des pays étrangers. …À mon tour, vous recevrez tout ce que je découvrirai et je découvrirai beaucoup j’en suis sûr. Si vous avez acquis quelque belle médaille d’or, d’argent, de bronze. Vous me ferez plaisir de m’en apprendre le détail. Je suis avec respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, fol. 52-53).  +
-Lettre du 12 février 1732 (d’Avignon) : « Les médailles dont j’avais eu l’honneur de vous parler ont été vendues depuis longtemps, je veux dire depuis la Noël. Si j’en savais même à acheter d’or, d’argent ou de bronze, pourvu qu’elles fussent et raisonablement conservées et à un juste prix, je les acheterai pour un de mes amis à qui je viens de procurer 167 consulaires d’argent qu’un colporteur avait trouvé dans un village. J’en ai donné 160 lt. Si vous saviez quelque médailler à vendre et que vous ne pensassiez pas à le prendre pour vous, je vous prie de m’en donner avis. Je suis avec un profond respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, fol. 51-52).  +
-Lettre du 28 mars 1732 (d’Avignon) : « Je n’ai pas réussi pour les médailles. On les trouve trop chères. Celles de bronze ne sont bonnes que pour le fondeur et on ne s’est pas soucié de celles d’argent. Un minime de Marseille me vint voir hier. Il fait une suite en argent, et il offrit 10 lt de celles qui sont de ce métal. Une autre fois, je serai plus heureux, du moins je l’espère. C’était votre bronze dont je vous avais demandé si vous vouliez vous défaire. Quand même vous seriez dans ce dessein, je vous conseillerai de garder ce que vous avez de plus beau, de mieux conservé dans le grand. C’est la suite qui fait plus de plaisir. Dans les premières années vous vous contenterez /[fol 50 v°] d’en amasser pour vous tout ce que vous trouverez digne de figurer un jour et lorsque vous y penserez le moins, vous aurez un grand bronze choisi et curieux. Vous n’avez personne qui marche sur vos brisées à Nimes. Vous ne pouvez manquer d’aller bien loin » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, fol. 50).  +
-Lettre du 10 avril 1737 (de Lyon) : « Me voici occupé au cabinet des médailles de la ville [fol 55 v°] de Lyon. J’ai commencé à m’y faire connaître par le petit imprimé dont je vous envoie des copies. Bientôt j’en ferai quelques autres. Dites-moi, je vous prie, ce qu’est devenu le médailler de M. de Nîmes, où il est, si on n’en a distrait aucune médaille. Votre médailler a dû bien se perfectionner dans vos voyages. À quelles suites vous attachez vous en particulier ? Si vous avez encore un Antonin Pie, petit bronze, que je vous ai vu autrefois, je vous offre en échange un Pupien ou un Balbin grand bronze ou un Macrin petit bronze grec. Nous en avons un semblable au vôtre, à ce que je pense mais mal conservé. Il a un aigle au revers TR.POT….. /[fol 56 r°] Dès que je saurais où adresser mes lettres à M. Maffei, j’aurai l’honneur de lui écrire. Il me tarde que son corps d’inscription paraisse. Quand vous me ferez l’honneur de m’écrire par la poste, mettez vos lettres sous le pli de M. Perrichon conseiller d’Etat ordinaire commandant et prévôt des marchands à Lyon. Je suis avec respect » (Nîmes, Bibliothèque municipale, ms. 147, fol. 55-56).  +
-Lettre du 15 décembre 1760 (de Madrid) :« Quelle joie pour moi, que celle de recevoir de vos nouvelles ! Votre lettre a produit dans moi des sentiments d’allégresse, qui depuis longtemps sont brouillés avec moi, et qui m’ont remis dans ma situation naturelle. Si cette situation pouvait durer ! La misanthropie reprendra bientôt le dessus. L’exercice, que vous me conseillez, que je pratique, mais peu fréquemment, me deviendra plus familier. Je charme mon humeur sauvage avec les médailles. Actuellement je mets au net la description de celles d’Egypte : j’achève celles d’Hadrien. Je me suis mis à cette description, pour faire d’une pierre deux coups, donner à celles-ci leur explication, en même temps que je travaillerai à celle des médaillons d’argent, que nous avons de M. l’abbé de Rothelin : médaillons presque tous de potin, et dont une bonne partie a déjà son explication finie. Le roi fera les frais de la gravure de ces médaillons (ils sont déjà tous parfaitement dessinés), et de leur explication. Voilà le motif qui m’engage à y travailler, lorsque je suis en état de le faire. Ici les auteurs sont obligés d’imprimer leurs ouvrages à leurs frais. Les libraires ne font que vendre, et n’impriment point pour leur compte. Procurez-moi, je vous prie, la description exacte de vos méd(ailles) d’Egypte de Vitellius ; de la 23, 24, 25 année, si vous en avez (y en a-t-il à Paris, de votre connaissance ?) et d’Aelius C aesar. Avez-vous fait le catalogue de toutes vos médailles des Augustes, frappées en Egypte ? Vous devez en avoir une suite bien nombreuse. Mon compagnon copie l’index des dix tomes in 8° des Méd(ailles) de villes géographiquement rangées. A chaque médaille, dont je donne une description exacte, j’ai laissé une page et son revers pour son explication. Plus de 800 explications sont faites. Nous nous sommes rencontrés dans l’arrangement : le vôtre est cependant le meilleur, puisque vous rangez les méd(ailles) des îles après celles de terre ferme. J’ai mis les îles d’Europe, après celles de la terre ferme en Europe. La semaine prochaine je vous enverrai mon index. Parmi les méd(ailles) d’Espagne j’ai mis les villes, dont nous avons les monnaies de rois goths ; j’en ai usé de même pour les méd(ailles) de nos rois de la première race. Depuis bien des années je ne vois presque plus de méd(ailles) d’Espagne : il s’est élevée une foule d’amateurs aveugles, qui les recherchent, ne savent pas même les lire, et ne veulent les montrer à personne. J’oubliais de vous dire, que dans ma (cette) collection géographique de médailles, j’y fais entrer celle des Augustes. Quel dommage pour la république littéraire que les 1500 méd(ailles) que vous avez fait dessiner, ne soient pas gravées ! Mrs Corrari et Arigoni pour la vente des seules estampes de leurs médailles, ont retiré les frais de la gravure. Voilà une planche dont la gravure m’a coûté 22 ( ?). J’en ai plus de 15 semblables, de même prix. Elles ont été gravées en France, mais secrètement, dans la crainte que les graveurs de Paris n’excitassent le mien à chanter plus haut. Si vous voulez vous en servir, pour le dépayser, il faudra que tout se fasse en mon nom. Je vous donnerais là-dessus des instructions nécessaires. J’ai bonne envie de vous gronder : vous le méritez. Pourquoi tenir cachées les notes que vous avez faites sur vos médailles ? A ces notes donner le titre de Testament ( ?) ou de Horae subcisivae ; dites dans une courte préface, que vous les aviez jetées sur le papier pour votre usage, sans penser à les rendre publiques ; en voilà plus qu’il ne faut pour vous mettre à couvert de la critique, que vous craignez si mal à propos. En tout cas, faites-moi copier ces notes ; envoyez-les moi ; je serai alors celui qui courra avec plaisir le risque auquel vous ne voulez pas vous exposer. On rejettera sur l’éditeur la censure, et non sur l’auteur. Je vous remercie d’avance des planches gravées des méd(ailles) de rois, que vous m’annoncez. Il vous sera facile de me les faire sûrement parvenir par M. l’abbé de la Ville. Il ne tiendra pas à moi que je n’augmente vos méd(ailles) d’Espagne. Le comte de Saceda m’a prié de lui faire acheter toutes les méd(ailles) d’argent d’Albin, de Pupien, ou de Balbin qui pourraient se trouver. C’est un curieux qui s’élève, et qui est en état de faire de la dépense, si son goût augmente ; et il augmentera à proportion des acquisitions qu’il fera, et qu’ici on n’a pas occasion de faire. N’oubliez pas, je vous prie, de me dire à quoi montent les frais des dessins de vos méd(ailles) que vous avez eu la bonté d’avancer. C’est un il le faut, autrement je n’oserai plus vous demander pareilles grâces. Je suis avec les sentiments les plus tendres d’attachement et de respect, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. Panel, de la Comp. de Jésus. Madrid, 16 Déc. 1760 » (Paris, BnF, Fonds français, n. acq. 1074, f° 109-110).  
-Lettre du 23 février 1761 (de Madrid) : « Monsieur, C’est l’amitié, qui vous suggère les avis que vous me donnez sur le soin de ma santé. Jugez par vous-même des tendres sentiments de ma reconnaissance : je voudrais pouvoir les faire connaître. Les planches de vos méd(ailles) de rois me viennent d’être rendues. Que de richesses ! Et vous ne vous faites pas scrupule de ne pas les donner au public avec les notes que vous y avez faites ? Ce larcin ne peut être pardonné. Votre modestie vous en impose : faites en usage ailleurs : ici elle est illusion. Le roi Mostis m’est inconnu, je ne trouve nulle part le roi NIKA de la 3e planche, et je ne sais pas lire la méd(aille) suivante. Dans la 5e planche les méd(ailles) que vous attribuez à Ptolémée philadelphe, et qui ont le Pégase, la foudre, et une proue, ne seraient-elles pas plutôt de Ptolémée roi de Syrie, dont Pline parle ? Nous avons ici, dans le cabinet de l’Infant D. Luis les deux dernières ; leur fabrique est syrienne. Il est vrai que l’air du visage est celui de Ptolémée philadelphe. Dans la planche VI la méd(aille) que vous attribuez à Ptolémée IX est, à mon avis, d’Alexandre le Grand, ainsi que celle que Vaillant attribue au même Ptolémée. Leur fabrique n’est rien moins qu’égyptienne : or j’en ai vu de semblables que M. Cary avait reçues de Sidon ; dans la pl. XVI j’ai été surpris d’y voir donner le surnom de junior à ( ?). Dès qu’il fut fait Auguste on lui donna sur quelques-unes de ses méd(ailles) un air un peu moins jeune, quelquefois même une barbe naissante, comme on le remarque sur la méd(aille) de Géta, de Fl. Cl. Julien. Dans la pl. XIX, vous donnez à la méd(aille) d’Amyntas au roi de la Cibyratide. Mais la fabrique, qui en est belle, et de goût, ne s’y oppose-t-elle pas ? J’oubliais la méd(aille) de la jeune Cléopâtre, de la planche 6 est pour moi une énigme. Ce qui m’y embarrasse est le C avant C. Enfin, pl. 21, le roi ne serait pas le roi de Numidie, que Justin appelle Gala ? De les copistes ont pu facilement lire ou écrire , Gala. Voilà quelques remarques ridicules que j’ai faites à la première vue de vos planches. Vous en rirez avec raison ; qu’importe, si elles vous prouvent ma reconnaissance. J’avais fait un écrit sur les méd(ailles) de Vaballathus, que je dis être fils d’Athénodore, et mari de Zénobie. Il faut que pendant que les vertiges me travaillaient, il se soit égaré avec tant d’autres de cette espèce. Je l’ai cherché pour vous l’envoyer, sans le trouver. S’il paraît, vous le recevrez. Le graveur, qui m’a gravé quelques planches de méd(ailles) est mort ; celui qui me les dessine est un jeune Espagnol, établi à Madrid. Je vais écrire à Lyon et à La Haye pour trouver un graveur de goût, et qui ne soit pas cher. J’en ferai aussi chercher un à Nuremberg, Hambourg et Dantzig par un de mes amis qui est ici. Les 10 vol. du recueil géographique de méd(ailles) sont minces, in 4to ; chaque ville a deux pages, ou un feuillet. J’y ai mis les méd(ailles) des Augustes, la plupart des gauloises, et quelques-unes des monnaies de nos rois de la première race. Vous le connaîtrez aisément par le catalogue que je vous envoie. L’idée de ce recueil me vint à l’occasion d’un très grand nombre d’explications, ou plutôt de parerga, que j’avais faites sur plusieurs villes et rivières, et qui se sont perdus. A mesure que j’en retrouve quelques-uns, je les copie dans mon recueil. A mesure que je travaille à ces parerga, je découvre que j’ai quelquefois attribué à une ville des méd(ailles) qui ne lui appartiennent pas. Depuis le commencement de cette année, je n’y ai pas donné un coup de plume, ou parce que j’étais malade, ou que la cour m’a occupée. Dans le mémoire, que vous m’envoyez des méd(ailles) de villes d’Espagne, il y en a plusieurs que je ne connais pas. Je ne sais où vous les aurez découvertes. On n’en apporte plus ici de l’Andalousie et de l’Estrémadure. On les y recherche sans savoir les lire, et on les tient fermées, sans qu’on les laisse voir à personne. Je garde votre mémoire, pour en faire usage. Le comte de Saceda n’a pu encore acquérir 30 méd(ailles) d’Espagne ; il n’est par conséquent pas en état de faire des échanges. Vous devriez m’envoyer tout ce que vous avez de méd(ailles) grecques, égyptiennes et de colonies, y joindre vos deux Balbins et vos deux Pupiens d’argent, et y mettre un prix. Je vous les négocierai. M. l’abbé de Rothelin en usait ainsi, et il faisait bien. Par la il se débarassait des doubles, qui le mettaient à même de s’en procurer d’autres plus facilement. L’année prochaine, si vous le permettiez, je pourrais vous envoyer mon recueil des méd(ailles) des Augustes, frappées en Egypte, pour l’enrichir de la description des vôtres, que je n’aurai pas connues, et citer de votre cabinet celles que je cite d’ailleurs. Peut-être demanderai-je la même grâce à M. l’abbé Barthélemy. Vous êtes surpris de ce que je ne fais rien imprimer. Ici ce ne sont pas les libraires mais les auteurs qui font les frais de l’impression. Je suis avec les sentiments les plus respectueux et les plus tendres, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. Panel, de la Compagnie de Jésus. Madrid. 23 févr. 1761. Nouveaux remerciements des descriptions de vos méd(ailles) égyptiennes, de Vitellius, et du dessin de celle de petit bronze. C’est Canope qu’elle représente. Cette divinité est diversement coiffée sur les méd(ailles) de ce pays-là. Sur quelques-unes le vase est chargé de hiéroglyphes, sur d’autres il lui sort du menton un long poil, ou brin de barbe, tel que je lai vu sur des figures chinoises en estampes. Qui peut mieux savoir que vous, qui ne pouvez ne pas avoir quelques milliers de méd(ailles) égyptiennes des Augustes ? Pourriez-vous me donner la description de vos méd(ailles) où le titre de SEMNOS est donné à quelques Augustes, de même que sur leurs méd(ailles) grecques ? Gordien l’Africain le Père l’a sur toutes les siennes ; Domitien sur une de Smyrne ; Septime Sévère . Est-il vrai qu’à Paris on a vu un Carausius d’argent, au revers de OVIVNA AVG. son épouse ?» (Paris, BnF, Fonds français, n. acq. 1074, f° 111-112).  
-Lettre du 29 mars 1734 (d’Ornex) : Panel reçoit la Verona Illustrata de Maffei à Ornex ; il s’est fait communiquer discrètement les œuvres de Jean Hardouin (Avignon, Bibliothèque municipale, Ms. 2374, f° 207 ; Guillemain 1993, p. 111, note 3).  +
-Lettre du 4 mars 1734 (d’Ornex) : Panel reçoit la Verona Illustrata de Maffei à Ornex ; il s’est fait communiquer discrètement les œuvres de Jean Hardouin (Avignon, Bibliothèque municipale, Ms. 2374, f° 205; Guillemain 1993, p. 111, note 3).  +
-Lettre du 30 octobre 1620 (de Vic) : « Il ne sera besoin de me renvoyer lesdites médailles [sc. gothiques] pour ce qu’elles sont vôtres… » (Paris, BnF, Ms Fr 9538, f° 250 r-v; voir A. Reinbold, Correspondance Nicolas Fabri de Peiresc - Alphonse de Rambervillers (1620-1624), Paris, 1983, p. 21 - info Guy Meyer).  +
-Lettre du 18 septembre 1620 (de Vic) : « Monsieur, Pour satisfaire à mes dernières, que je vous ai envoyé depuis huit jours, j’ai reconnu en mon cabinet les médailles qui pouvaient être gothiques, et ayant longtemps demeuré en doute, si je vous devais faire tenir chose de si peu, j’ai enfin pris résolution de vous les envoyer, avec créance qu’elles vous seraient agréables, je vous prie donc en recevoir quinze, des plus belles que j’ai pu trier parmi les autres. Il faut que je confesse qu’elles me sont inconnues, ne pouvant pénétrer l’intelligence d’icelles. Je serai extrêmement content si elles vous apportent du plaisir ») (Paris, BnF, Ms Fr 9538, f° 252; voir A. Reinbold, Correspondance Nicolas Fabri de Peiresc - Alphonse de Rambervillers (1620-1624), Paris, 1983, p. 14-15 - info Guy Meyer).  +
-Lettre du 30 septembre 1620 (de Vic) : mentionne en passant les médailles gothiques (Paris, BnF, Ms Fr 9538, f° 250 r-v; voir A. Reinbold, Correspondance Nicolas Fabri de Peiresc - Alphonse de Rambervillers (1620-1624), Paris, 1983, p. 18 - info Guy Meyer).  +
-Lettre du 8 septembre 1620 (de Vic) : « Je suis infiniment satisfait d’entendre que vous prenez plaisir aux médailles Gothiques et tâcherai de vous en envoyer celles que j’estimerai les plus belles de mon cabinet. Pour mon inclination, ayant une native proclivité à la peinture, je vois volontiers les impériales, pour ce qu’outre le témoignage de la vérité de l’histoire qu’on en peut tirer, aussi il y a de quoi contenter l’esprit en contemplant l’excellence de la sculpture ou gravure, qui était alors florissante. (...) (Paris, BnF, Ms Fr 9538, f° 251; voir A. Reinbold, Correspondance Nicolas Fabri de Peiresc - Alphonse de Rambervillers (1620-1624), Paris, 1983, p. 12-13 - info Guy Meyer).  +
Lettre du 30 oct. 1697 (de Milan) : (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 247, note 51).  +
Lettre du 13 nov.. 1697 (de Milan) : (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 247, note 51).  +
-Lettre du 15 oct. 1698 (de Milan) : sur le marché conclut entre le fils Mezzabarba et l’antiquaire genevois Voisin : les pierres gravées de la comtesse de verrua (Jeanne de Luynes) contre les monnaies de Mezzabaraba (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 247, note 55).  +
Lettre du 5 nov. 1698 (de Milan) : sur le marché conclut entre le fils Mezzabarba et l’antiquaire genevois Voisin : les pierres gravées de la comtesse de verrua (Jeanne de Luynes) contre les monnaies de Mezzabaraba (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 247, note 55).  +
Lettre du 23 juil. 1698 (de Milan) : « V.S. ha molto ben raggione a dirla in tutta confidenza che le medaglie di bronzo che haveva l’amico (Renzi) possino essere dello studio del fu s. conte Mezzabarba ; ma che lo stesso le abbi havuto a dirittura dalla dama (Jeanne-Baptiste d’Albert de Luynes) non creda, ma le à pigilate cred’io del Genevrino (Voisin) che li motivai con mia passata che mi mostro la pietra ; per quanto io ho potuto scoprire ; il studio di medaglie sudette io va esistando il s.r. conte suo figlio (Francesco Maria) essendomi capitato a me solo ieri alcune medaglie d’oro che non le comprai, per esser delle più picole del secolo basso et una moderna di Carlo V, mal fatta e rinettata malle, con saldato attorno una cornice fatto a aloro di maliss.mo gusto, come pure alcune di argento consolari et certe monete antiche di Milano, pure queste non le pigliai, per averne io molte anche duplicate ; con che la serie che con tanta fatica e studio questo virtuoso cavagilere racolse hora se ne và volando ; perché la gioventù vole starsene alegramente senza altro pensare (e cosi vanno le cose del mondo) » (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2000, p. 198 et 2012, p. 247, note 55).  +
-Lettre du 30 juil. 1698 (de Milan) : sur le marché conclut entre le fils Mezzabarba et l’antiquaire genevois Voisin : les pierres gravées de la comtesse de verrua (Jeanne de Luynes) contre les monnaies de Mezzabaraba (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 247, note 55).  +
Lettre du 20 août 1698 (de Milan) : sur le marché conclut entre le fils Mezzabarba et l’antiquaire genevois Voisin : les pierres gravées de la comtesse de verrua (Jeanne de Luynes) contre les monnaies de Mezzabaraba (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 247, note 55).  +
Lettre du 27 août 1698 (de Milan) : sur le marché conclut entre le fils Mezzabarba et l’antiquaire genevois Voisin : les pierres gravées de la comtesse de verrua (Jeanne de Luynes) contre les monnaies de Mezzabaraba (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 248, note 70).  +
Lettre du 4 mars 1699 (de Milan) : (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 19/679 ; voir Missere Fontana 2012, p. 248, note 67).  +
Lettre du 3 juin 1699 (de Milan) : « L’amico nostro Carrara mi disse anche di haver visto madama di Verrua, tutto il suo copioso studio di medaglie et una grandissima quantità di pasticci mandati del Amico nostro di Roma (Renzi), qualle per quanto si vede è ancora in gratia di detta dama, abenché la medesima l’abbi richiamato a Torino et elli si scusa di essere agravato d’indisposizione tale che non puole per qualche tempo moversi di Roma, havendo ahuto ordine lo stesso Carrara di sfiorare lo studio di tutte le medaglie false et in questo suo viaggio raccogliere cio che mancherà » (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 249, note 81).  +
Lettre du 29 juil. 1699 (de Milan) : Carrara, « l’Astrologue », est parti content, » Ma l’altro Amico di Roma (Renzi) è screditato affatto, havendo conosciuto benissimo quei signori che nel antiquaria non se sa pataca ; né socome si finirà tal facenda ; mi spiace pero del suo cativo incontro » ; sur l’activité du faussaire Dervieux : « E qui a Milano di presente un certo francese che è venuto da me a mostrarmi diverse medaglie rare, si in bronzo, come in argento et oro, ma se bene lo non sono niente perito, mi pare che vi siano di gran pasticci. Ha una medaglia in oro di Domiziano con Roverso la testa di Domizia, ma conosco benissimo che è un getito ; come anche un Gordiano Africano che pure conosco che è patina moderna, come li ho aponto detto, et elli mi ha risposto che è vero, ma che se il da tal patina doppo haver rineato bene l’antiche ; vorrebbe cambiar con due ma non ci voglio far altro perché vedo di gran pesticci » (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 250, note 86, p.251, note 114).  +
Lettre du 11 août 1699 (de Milan) : « che li siano ricercate le cose che esporto da Torino, che consistevano in gran quantità di oro e di argento, pietre et altro » (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 250, note 87).  +
Lettre du 23 sept. 1699 (de Milan) : sur le faussaire Michel Dervieux : « un bravo virtuoso in far medaglie antiche » (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 251, note 116).  +
Lettre du 21 oct. 1705 (de Milan) : sur Carrara, « l’Astrologue », qui était à Gênes mais qui « ora starà a Napoli in casa di quel Capellano Maggiore da lui tanto nominato per gran diletante di Medaglie » (Archivio di Stato di Bologna, FMC, IV, 18/678 ; voir Missere Fontana 2012, p. 250, note 102).  +
Bologne, Archivio di Stato, FMC, s. IV, b. 74/734: Descriptio Musei Tadaei Amonii Prioris Capituli S. Petronii – manuscrit autographe de Gian Giacomo Amadei, daté du 11 jan. 1739 ; collection de 3423 monnaies en bronze de tous modules, de Pompée à Héraclius, laissée par testament à la Casa dei poveri mendicati de la ville d’Imola ; la collection est estimée en 1713 à la mort de son propriétaire à 1366 scudi de Rome (voir Missere Fontana 2001-2002, p. 215, note 43).  +
-Lettre du 21 février 1795 (de Venise) : « Se alcuno costì aspirasse a far compera d'un museo di medaglie, lo avrebbe per mez so mio. Un celebre letterato ottogenario defunto il lasciò vendibile. Contiene tre mille medaglie, Consolari, Imperiali, Medaglioni ec. Ve ne son di rarissime. Io me ne fo mallevadore. Le 392. d'argento sono anche illustrate in un MS. dallo stesso posseditore, che si prepara a pubblicarle. Volendo, vi darò un conto più esatto, anche con poca fatica: è già tutto ordinato. Comunicatelo ai dotti, ma non poveri amici. » (L’epistolario ossia 1795, lettre 183, p. 128).  +
-Lettre du 11 juillet 1795 (de Venise): « Gli antichi premiavan le bestie, e le crearono talvolta numi. Voi che olezzate d'antichità, ne avrete viste le immagini nelle medaglie, e letti gli elogi nelle lapidi. Li direste forse irragionevoli? Lo dando le bestie, lodiamo l'opere del Creatore benefico agli uomini nei loro istinti. Addio. (L’epistolario ossia 1795, lettre 302, p. 223).  +
-Lettre du 19 janvier 1796 (de Venise): “Il Patino nella sua Introduzione alla scienza delle medaglie è debitore a Savot Francese. Salmasio rubbò le pagine intiere dal gesuita Bisciola, ed egli disse di non averlo mai letto. Scioppio ha copiato la Minerva di Sanctius. Milton prese la idea del suo poema dalla Sarcotea del gesuita Masenius. Ma questi plagiari hanno infine ragione, esclamando con Montagna: malheur aux anciens qui m'ont volè mes pensées, e il Bibiena nella sua Calandra, rubbata presso che intiera da Plauto, asserì nel prologo, staria bene a Plauto l'errer rubbato per tenere le cose sue senza chiave . . . si cerchi in Plauto, e troverasri che niente gli manca. Ciò posto, vedete il destino della letteratura. Leggete il Menkenio de Charlataneria eruditorum, e vi maraviglierete assai meno. Sappiate esser plagiario, e desterete più invidia che compassione. Addio » (L’epistolario ossia 1796, lettre 29, p. 24).  +
-Lettre du 4 avril 1796 (de Venise): “Sopra le Terme Romane con una fontana appresso: Nymphis Loci. Bibe, Lava, Tace. In una medaglia della famiglia Vinicia ad Augusto per la riparazion delle strade: Caesari Augusto Quod Viae Munitae Sunt. Dopo queste brevi mie riflessioni, giudicate se quella lunga ampollosità nè chiara nè latina della vostra mandatami, possa esser ridotta da me allo stil Lapidario. Io la ripongo tra le quisquilie dell'Agro Romano, ed auguro all'amico un esemplare di buone Lapidi, su cui tenti una riforma alla sua depravazione. Un uomo che ha sul tavolino Grutero, Reinesio, Maffei, Muratori, Oderico, Zaccaria ec.; può farla da Areopagita, anche lontano dal Campidoglio. Addio » (L’epistolario ossia 1796, lettre 193, p. 143-144).  +
-Lettre du 5 avril 1702:« A Morellii codicillas literis ad Baldingerum injectus. 5 Apr. 1702. Maxima cum laetitia perlegi, quae de epistola mea scripsis doctissimus Franciscus de Ficoroni, sed quia conditio et qualitas tanti viri in meam nobiliam non pervenerunt benevolentiae eius pro lubitu et debito respondere non licet. Placet interea eadem frui, & de quibusdam perscriptis mentem aperire, at certus esse possit de mea orga benevolum observatia. Gratias ago maximas quod epistolam meam annunciare volerent. Ill. Bianchini, & summi viri observationes ac jussa debito caltu expectabo. Nummis ex aere magno cum capito Jani bifrontis ab una et rostro navis ab altera parte Ursino & Patino ignotos in quam plurimis familiis Romanis observari atque delineari, interim gratissima mihi esset (?) non visi (?)am accessio, qua propter de communicatione enixe rogo. Nummus argenteus cum capiti Herculis inter inientos a Patino locatus, & docenti ejus inscriptione, prout iam / observabit Ursinus Deo Semoni faneo dedicatus vulgaris est, & occurrit cum diversis literis notisque monetalibus.Amicus quidam credit hunc nummum ad familiam Quinctam referendum esse, quod tamen non praestiti, sed inter incertus reliqui. Huic numini D.S.S. naves etiam dicatam fuisse, indicant nummi gentium Caesiae & Liviae. Nummus gentis Lolliae cum inscriptione HONOR a parte capitis rarissimus & insignis est, illumque nunquam vidi, potest tamen esse ut in nummo detrito a nova manu restitutum fueris nomen onoris pro Libertatis, nam tales fraudes in aliis nummis iam observari, tantaque arte effictas, ut etiam expertus Rupertus decipi posset, quapropter rogo, ut ectypon mihi mittatur cum sequentis nummi rarissimi Q. D. SEPTIMVS L. CORNELI. Ex aere medio et cum capite senili ab una, & bove ad altera parte neque unquam in conspectum meum venit.Nummum Augusti adjecto nomine NASSICA, & alterum STATI. TREBO. vidi in thesauro Regio Versaliae, illosque iam an mandavi. Gratulor de rescepto opere artis eternae antiquitatum, eiusque editionem ex opto ; ad plurima doctissima exquirere rossimus cum ( ?)nimis laboribus celeberrimi artificus Bartoli. Caracallae nummum vidi et delineavi, in cuius aversa parte vir quidam sive Hercules taurem donat; alias occurrit cum (?) prostrato sei hi nummi contorniati fuat, non Graeci. Rarissimus est nummus gentis Horatiae cum inscriptione COCLES illumque iam edidit Gorlaeus, sed alter ab Ursino editus et a Traiano restitutus nondum comparuit, quanuis Patinus in dissertatione sua nulla de eo locutus fit, et nummum ipsum summa cum fraude Ducii Parmensi obtulerit. Interim optarem ectypa nummis cum inscript. COCL. LICINIVS. nec video quo modo optare possit. Ultimus ven ad familiam Terentiam pertinet, eiusque delineationem heic submitto, ut iudicari possis, an aliquo modo differat an illo, quem possidet Dn. De Ficoroni, cui humilis servus cum officiosissima saluti permaneo» (Paris, BnF, Manuscrits, Nouvelles acquisitions latines 389 : Correspondance numismatique d’André Morell d’ Arnstatt, pendant les années 1702-1703, p. 41-43 [en ligne sur Gallica]).  
-Sans date (début 1702) :« Monsieur le Chevalier, J’ai reçu la lettre que vous avez eu la bonté de m’écrire du 11 janvier, et je puis dire avec vérité, que j’ai eu peu de jours si agréables, car outre la joie de votre souvenir et bienveillance, j’ai eu au même moment les premières nouvelles, qui sont venues d’Angleterre avec la belle et généreuse résolution de votre incomparable nation, pour pré( ?)er le reste de l’Europe d’un esclavage. Si j’avais été encore en bonne constitution, je me serais comporté ce jour là comme un véritable Suisse en buvant la santé de sa Majesté Britannique, et de tous les membres du Parlement, qui ont contribué au bien public. Cette joie s’est encore beaucoup augmentée de beaucoup, par la nouvelle que Monseigneur le Comte de Pembroke commandera en chef la plus considérable flotte, car je m’imagine que l’on a fait en cela un grand honneur à la curiosité des médailles, en faisant un si illustre curieux PRAEF. CLASS. ET ORAE MARIT comme a été Pompée, et je souhaite à ce seigneur qu’il puisse acquérir le nom de MAGNVS dans ses expéditions, en sorte que le monarque qui a pris ce titre, et contre lequel il faut combattre, puisse perdre la première lettre de ce superbe titre, et devenir AGNVS, et omnis populus dicat Amen ! Je m’étonne qu’il y ait si peu de curiosité à Vienne. Ignoti nulla cupido, car ils n’ont jamais eu de véritables connaisseurs en médailles, quoique d’ailleurs fort savants. Le cabinet de l’Empereur est sans doute incomparable, sans qu’on le sache, et je le juge par les très belles et singulières médailles que Octavius Strada en a publiée ; outre cela, le cabinet d’Innsbruck (nb : écrit « Inspruc ») a encore été mené à Vienne, d’où Occo avait tiré tout son ouvrage mais on m’a dit, que tout était encore sans être ouvert ou dépaquetté. Lambecius était un grand et savant homme ; mais il n’avait pas la moindre connaissance des médailles, comme aussi le dernier mort, Mr Neffel, qui songeait plus aux médailles courantes pour en remplir sa bourse, par le moyen du cabinet auquel il était préposé. Je vous suis sensiblement obligé d’avoir présenté une de mes épîtres à Mr le Nonce. Je n’ai jamais eu l’honneur de le voir mais tous ceux qui m’en ont parlé, l’ont fait avec de grandes louanges, comme d’une personne de très grand mérite, et d’une âme généreuse. Ceci n’est pas la seule bonté que vous avez eue envers moi, puisque je vois par une lettre de Mr le Général Marsili, que vous parlez de moi avec trop d’avantage, et prenez garde de ne pas vous faire tort en cela à vous-même puisque ma conscience me dicte le contraire, et que je n’ai aucun mérite mais seulement un désir extrême d’apprendre et d’être serviteur très humble à tous les honnêtes gens. Ce seigneur général m’a aussi envoyé un dessin de sa médaille d’or de la famille Plautia, et je la trouve fort considérable. Je vous envoie ci-joint les médailles ou dessins demandés, et y ait fait ajouter un Ptolémée fils de Juba que j’ai trouvé depuis votre départ dans un sac de rebut, que je n’avais pas encore vu. Tout ce que j’ai est à votre service, mais dans peu je serai fort malheureux pour servir les amis puisque mon graveur s’en ira, après avoir fini son travail, et je n’aurai personne pour dessiner. Monseigneur le Comte de Schwartzbourg n’est pas sorti du lit depuis votre départ, ayant été furieusement tourmenté par une espèce de goutte vagabonde et de la pierre, en sorte que j’ai souvent été dans la peine de perdre un si bon maître, lequel est encore très fâchéde n’avoir pas pu vous entretenir lui-même, et a aussi lu votre lettre avec plaisir. Je me recommande à la continuation de votre souvenir, surtout si vous rencontriez quelque médaille consulaire considérable, et qui n’était pas dans Ursin et Patin ; je ne doute pas, qu’il s’en trouve plusieurs dans les cabinets considérables de Venise et autres de l’Italie. Monsieur le Docteur Bon (auquel je vous supplie de faire mes compliments, et que je suis fort fâché que ma maladie m’ait empêché de correspondre avec lui) pourra le mieux dire, où il s’en trouve. Ne manquez pas de voir les cabinets de Ruzini, Cornara, Capello, Godesinida ( ?). Et faites moi la grâce de quelque information sur eux. Il y a aussi des curieux à Padoue, et on m’a dit qu’il y a une suite d’or considérable chez un gentilhomme nommé Torta. Mr Galand m’a écrit de Paris, et il veut soutenir la cause de Mr Beger, en faisant d’un bât de chameaux une couronne, et il est encore plus ridicule, car il dit, que la figure à genoux auprès du chameau dans la première médaille de la famille Aemilia est une victoire ; on ne l’a jamais vue à genoux pour demander très humblement pardon d’avoir battu et offensé ses ennemis. Je vous supplie de m’informer du sentiment sur cela des Italiens, car cette médaille est fort commune, et entre les mains de tout le monde : ainsi si une grande quantité ne montrent qu’un bât sur le chameau, pourquoi croire une seule, où très peu, qu’il y a une couronne royale, et quoique cela semble être, il m 'est plus vraisemblable que les graveurs ont figuré les bâts différemment, chacun suivant son imagination, ou que les bâts étaient en effet différents pour porter ou hommes et plusieurs sortes de ballots et marchandises. Cela me fait souvenir de la coutume des bouchers à Paris, lesquels ont une certaine manière à mettre sur un cheval avec plusieurs crochets ou pointes pour pendre à chacun un mouton, et s’il n’y a point de moutons, ces pointes de la machine semblent aussi une corona radiata, si on gravait un cheval avec une semblable machine sur une médaille ; ainsi un sublime Dulodorus (nb : le nom d’un des personnages fictifs de Beger) s’y tromperait aussi facilement dans ses arrêts, qu’il prononce quasi avec quelque commandement. Revenons aux médailles d’or, à Padoue, chez le Signor Torta, desquelles je serais bien aise d’avoir information particulière, car on m’a dit, qu’il y avait des choses singulières, entre autres : Agrippa cum corona rostrata ; Antonius cum Cleopatra ; Elagablus cum Julia Aquileia, et sembables. Ainsi je vous supplie très humblement de tâcher d’avoir un catalogue de ce cabinet, et savoir si on le voudrait vendre, et combien on les estime. Et en cas qu’il y ait apparence de traiter avec ce gentihomme, quelles précaution et sûreté on pourrait prendre pour la réalité et véritable antiquité desdites médailles pour n’être pas trompé par des fausses ou moulées. Pour de côté on offre le paiement, et donner toutes les assurances nécessaires à Venise avec toute satisfaction raisonnable, mais on désire réciproquement une entière sûreté comme de raison. Je vous demande mille pardons de la hardiesse que je prends de vous prier pour tant de peines dans une semblable commission, et n’aurais pas osé le faire sans la confiance que j’ai en votre bonté et générosité, et ferez en cela ce que vous jugerez vous-même être bon et nécessaire. Surtout il faudra prendre garde que rien ne soit distrait, et tout demeure ensemble. J’espère que vous me ferez cette grâce car je serais bien aise de perfectionner la suite d’or de mon illustre seigneur et maître. Si vous arrivez à Florence, je vous supplie de saluer de ma part Mr Bianchi lequel a en sa garde les médailles du Grand Duc de Toscane, et demandez le s’il n’a pas encore deux lettres de moi, et que je le supplie de me faire savoir s’il y a encore des médailles d’or à laisser ou vendre chez lui, et qu’il ait la bonté de m’envoyer les colles ou dessins des médailles consulaires, qui se trouvent sous sa conduite. Je les publierai avec son choix, et j’espère qu’il se souviendra que j’ai aussi fait pour son service tout ce que j’ai pu à Versailles, pendant le temps que j’ai eu l’honneur de l’y voir. J’entends des médailles consulaires, qui ne sont pas dans Patin, ou fort particulières. Excusez de ce que je vous entretiens si longtemps. Et quand vous reviendrez en Angleterre, ayez la bonté de continuer la correspondance avec moi, et si vous pouvez faire avoir des médailles, monnaies ou écus d’Angleterre pour le cabinet de Mr le Comte, je vous en serai très obligé, et vous satisferai régulièrement, en vous servant réciproquement en tout cequ’il vous plaira me faire l’honneur de commander. Mes respects et compliments à votre bonne compagnie. Je vous souhaite un heureux voyage, bon retour, et tout ce que vous pouvez désirer vous-même, et à moi que je vous puisse montrer dans quelque occasion avec quel désir, je m’efforcerai d’être, Monsieur le Chevalier, votre très humble et très obéissant serviteur. A. Morell » (Paris, BnF, Manuscrits, Nouvelles acquisitions latines 389 : Correspondance numismatique d’André Morell d’Arnstatt, pendant les années 1702-1703, p. 3-9 [en ligne sur Gallica] ; Callataÿ 2015, p. 303-305; Burnett 2020b, p. 1593-4).  
-Lettre du 4 avril 1702 (d’Ambach) :« Monsieur, J’ai reçu la vôtre du 17 mars avec la plus grande joie du monde ; mais j’y réponds dans une grande affliction causée par la triste nouvelle d’Angleterre, que je viens de lire. La description que vous faites du Dr Bon convient fort avec les conjectures que j’en avais auparavant ; mais laissons-là le bonhomme. Je m’étonne que vous n’ayez rien trouvé à Venise. Je sais pourtant qu’il y a des choses incomparables dans les cabinets de Morosini, Ruzzini, (S)oclerini et autres, à moins qu’il n’y sois arrivé un grand changement. Je viens de recevoir de Rome un envoi d’un certain Sr Francesco de Ficoroni que je ne connais pas, lequel travaille à un ouvrage sur les antiquités romaines. Il m’écrit de plusieurs belles médailles qu’il possède ; entre autres d’une médaille de la famille HORATIA ( ?) et non restituée par Trajan, comme Grotius l’a publiée. Je vous prie de faire connaissance avec cet homme et de l’assurer de mes très humbles services. Il me semble que j’ai encore beaucoup de choses à vous dire mais je ne saurais m’en souvenir ; tout ce que je souhaite est de pouvoir vous envoyer mon cœur afin que vous y puissiez lire avec quel respect de passion je suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur, A. Morell » (Paris, BnF, Manuscrits, Nouvelles acquisitions latines 389 : Correspondance numismatique d’André Morell d’Arnstatt, pendant les années 1702-1703, p. 22 [en ligne sur Gallica] ; Callataÿ 2015, p. 306).  +