Property:Remarks

From Fina Wiki
Showing 20 pages using this property.
A
Second edition with additions of Giovanni Pietro Bellori. The first edition was published in 1641 (see Angeloni 1641). (en)  +
First edition. The second edition was published in 1685 (see Angeloni - Bellori 1685). (en)  +
Note Guy Meyer : La cote principale est Ms Ital. cl. VI, 204 (6012). Dans le catalogue manuscrit, après le titre « Cod. CCIV. Membr. in S. XVII (M. 69) «, on trouve en rouge, en marge, le numéro 6012, puis un second titre, « C III.6. FRANCESCO ANGELONI. Serie delle medaglie...» Ce manuscrit est cité par V. Carpita 2006, p. 132-133, notes 27-29, qui donne quelques détails supplémentaires sur le contenu: « ff° 33r-42r: « Inventario delle medaglie che erano del q(uello) S(ignor) Natalizio Benedetti da Foligno comprate da me Fran(cesc)o Angeloni in n° di 3764 l’anno 1629 in Roma. Con alti inventari di medaglie e con diverse stime di medaglie di metallo, e di argento, benché la buona consevaz(io)ne possa alterare di molto essi prezzi, come lo esserelogore li sceme. Li prezzi posti da Dioniso Sada, che fu il traduttore, e il giuntatore di Antonio Agostin, e antiquario vecchio e la migliore di tutte [sic], col riguardo però sempre della maggiore, o minore conservatione. Vi sono ancora varie note di medaglie più rare, e di altre curiosità, et anche di quadri, e designi di vari maestri » (f° 33r), comprendente una « Memoria delle medaglie per serie grande scelte, che sono/erano nello studio del fu S(ignor) Natalizio Benedetti da Foligno comperate da me Francesco Angeloni il 28 decembre 1629 in Roma » (f° 35r) e una « Memoria dele serie mezzanina scelta, che fu nello studio del q(uello) S(ignor) Natalizio Benedetto comperate da me Francesco Angeloni » (f° 40r) » (note 27). La note 28 ajoute f° 44r: « Memoria delle medaglie che erano in più carte nello studio di Natalizio Benedetti ». Mme Carpita annonce dans cette communication la publication prochaine des listes du cabinet Benedetti. Carpita reproduit, p. 154, Doc. 3, la liste des objets conservés dans le cabinet de N. Benedetti, compilé en 1629 par Fr. Angeloni (BMV, ms Ital, cod. 204 (6012), f° 45r). (fr)  +
La monnaie décrite est un denier d'Auguste: RIC 296. (fr)  +
Castellani indica erroneamente la data del 1550. (it)  +
Castellani inserisce erroneamente la data del 18 giugno. (it)  +
This iconographic apparatus (containing 92 plates) precedes the critical text by Alberto Mazzoleni: see Mazzoleni 1740 vol. 1; Mazzoleni 1741 vol. 2; Mazzoleni 1744 vol. 3. The publication was mentioned by Apostolo Zeno in a letter to his brother Pier Caterino: "Son bene impiegate le lodi, che avete date nel Giornale all’opera dei Medaglioni Pisani. S’io fossi stato per altro in Venezia avanti la pubblicazione di essa, vi avrei fatti ammendare molti gravi errori corsi nelle leggende, massimamente Greche, dei Medaglioni. Di più non avrei lasciato che si attribuisse nella Tavola XIX. un medaglione che è di Faustina juniore, moglie di Marco Aurelio, a Faustina seniore, moglie di Antonino Pio, battuto in Tiana. Di più avrei avvertito, che tutti i medaglioni che si assegnano a Costanzo Cloro, padre di Costantino, sono fuor d’ogni dubbio di Costanzo juniore, figliuolo di Costantino. Ma al fatto non v’è rimedio, e ‘l parlarne adesso sarebbe un far dispiacere a quel dignissimo senatore" (see Apostolo Zeno - Pier Caterino Zeno - 1727-10-18). (en)  +
Jean-Jacques Bruand (1769-1826), homme politique (local), avocat, homme d’affaire et collectionneur, se suicida après le suicide de son fils en 1826. Il possédait un médaillier de 8 000 monnaies dont 60% d’antiques. Sa collection fut achetée 8 000 francs par la municipalité, en 1827. Les Mss 1723-1724 de la bibliothèque municipale de Besancon sont les Catalogues du médaillier de Jean-Jacques Bruand, et notes relatives à sa collection par lui-même, commencement du XIXe siècle, en deux volumes de 334 et 131 feuillets, papier, 243x185 et 235x118 mm, portefeuilles en carton recouverts de basane, autographe (notice CCFr). Il y a quelques informations sur ces catalogues dans un article de Guy Labarre, «Hérô et Léandre dans le médaillier de Besançon», DHA, 39, 1 (2013), pp. 107-120 (CAIRN): «Les catalogues de la collection J.-J. Bruand établit par lui-même à diverses reprises se trouvent à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon. Tous ne sont pas datés, mais il vont de l’»état somaire de mon père ainsi que je l’ai eu en 1795» (folio 212) à 1806, 1809 et 1811 (folios 1 à 15).» (p. 112). Labarre donne en note un total partiel, au f° 205, de 7269 monnaies. (fr)  +
Notes critiques: a) 14 remplace «onze», biffé. b) à cet endroit, ΑΛΕΞΑΝΙ, raturé (et incohérent). (fr)  +
Note critique (Guy Meyer): a) Schefer transcrit mummia, pour moumie, i.e. momie, sans doute un Osiris, à la rigueur un Min ou un Sokar, dieu momifié à tête de faucon. (fr)  +
Note critique: a) Shefer imprime la date du 15 février, alors que le manuscrit donne celle du16. b) Une main anonyme (Schefer ou un de ses lecteurs) a biffé Anubis au crayon et écrit au-dessus Serapis, ce qui correspond au texte imprimé par Schefer. c) Schefer imprime GEN...VRICI, alors que le manuscrit donne pour les trois lettres manquantes dans le texte imprimé: une sorte de C très plat suivi de deux L dont les hastes horizontales montent légèrement de gauche à droite. (fr)  +
Notes critiques (Guy Meyer): a) après «medailles», «qu'on luy envoioit», raturé. b) «esto», pour estoit, raturé remplacé par avoit. c) avant «aux», «les» raturé. d) Le mot «estoit», en diagonal, ajouté après coup. (fr)  +
Notes critiques (Guy Meyer): a) Schefer transcrit: AUT. KAI. SEBHRO. SEK. Au lieu d'un rho, P, Galland transcrit avec un R, comme dans Ch(e)irônos. Le nom se transcrit normalement SEOUHROS. b) Schefer a omis le B, qui indique la seconde néocôrie d'Éphèse. c) «petit», en suscription. d) Galland a d'abord écrit «chevre», puis biffé la fin du mot et ajouté «eval», en suscription. e) Le texte est à cet endroit difficile à déchiffrer. Galland a d'abord écrit CIRWNOS, puis barré le I et ajouté EI en suscription: il faut lire, comme sur le dessin CEIRWNOS, si ce n'est sur le dessin on lit CEIRWNWS. Schefer a omis le rho, écrit R. f) Galland a raturé, et pratiquement oblitéré quatre lignes et demi de texte, qui commençaient par «qui pouvoit faire connoistre qui ...». En ce qui concerne le dessin dans Schefer, qui n'est pas très bien reproduit, dans la légende, à gauche, le chi initial est omis et les traces de lettres, à droite ne sont pas signalées (fr)  +
-A dater 4 déc. 1713 ? Lettre de 1713 : « Je vous envoie au juste le dessin du revers de la médaille d’Auguste, frappée par les soins de L. Caninius Gallus. A la seule inspection de ce revers vous reconnaîtrez un milliarium et en même temps le milliarium aureum, et non pas une base. Feu Mr. de Morel après avoir vu la médaille, s’est trop fié à sa mémoire, en y représentant sans avoir l’original devant les yeux, une base telle qu’on la voit dans l’édition de son Specimen, faite en Allemagne, et que Mr. Schott trompé sur la bonne opinion qu’il avait de la fidélité d’un homme aussi habile, a fait graver après lui. Vous y remarquerez le point entre les deux lettres C. C. tel qu’il est sur la médaille, lequel exclut absolument les juges ducenaires. Mr. Schott m’a paru de si bonne foi dans sa lettre, que si vous voulez bien lui faire tenir l’une des deux copies du dessin, il reconnaîtra que j’ai eu raison de rejeter les juges ducenaires, pour m’arrêter au millaire d’or, en m’appuyant sur l’autorité de Dion, dont le passage convient au temps et aux personnes, et qu’il saura mauvais gré à Mr. Morel d’en avoir imposé au public sur cette médaille. J’aurais l’honneur de vous envoyer copie de ma réponse à la lettre de Mr. Schott, si je n’en étais détourné par d’autres occupations, et rebuté de le faire par la longueur du travail. Je joins à ces deux copies du dessin celle du revers de la médaille grecque de Néron, que vous souhaitez devoir » (Cuper 1743, XLI, p. 135-136). (fr)  +
Note (Guy Meyer) : Galland a reçu de Spon: 1) le manuscrit du premier volume du Voyage (de Lyon à Smyrne); 2) des monnaies que Spon souhaite vendre, dont une monnaie de Pompeiopolis, cf. W. Leschhorn, P. R. Franke, Lexicon der Aufschriften auf griechischen Münzen, I (Vienne, 2002), p. 242, s. v. (fr)  +
Note : le Registre-Journal ajoute : « On a remarqué que la méthode numismatique de cet académicien serait trop longue pour un Dictionnaire où l’on ne doit point faire entrer des dissertations ; et quant à l’article des nécocores, il a fort réveillé les idées différentes de Mrs. Vaillant et Boivin sur cette matière ; leur imagination s’est échauffée, et la séance s’est trouvée employée en disputes presque sans y penser ». Info Guy Meyer (fr)  +