Property:Remarks

From Fina Wiki
Showing 464 pages using this property.
A
There are four volumes: vol. 1 (1750); vol. 2 (1752); vol. 3-4 (1751). (en)  +
Italian edition edited by Dionigi Ottaviano Sada. The first edition was published in Spanish in 1587 (see Agustin 1587). (en)  +
Reprint of the 1587 edition. (en)  +
Pars I (1720): Johannis Kempii cimelii pars una: Quæ Mumias, Simulacra, Statuas, etc.; Pars II (1719): Johannis Kempii cimelii pars altera: Quæ Nummos continet. Cui præfigitur De Asse et Partibus ejus. (la)  +
Second edition. The first edition was published in Rome in 1616. (en)  +
[The Knight you mention is certainly known too, but never stays in a fixed place, and I do not cultivate his acquaintance. Nevertheless I have made an effort and met him, and greeted him in your name. He is concerned with describing the coins of the Saxon Kings, which he says he will publish]. (transl. A. Burnett) (fr)  +
La suite de la lettre porte le décompte des frais engagés par Panel, le coût du transport des orangers, et l’annonce que Panel doit se rendre à Grenoble et y préparer sa harangue scholastique. Pour la cinquième monnaie, je ne déchiffre pas bien les lettres du revers que Panel note en minuscules (info Guy Meyer) (fr)  +, test (en)  +
The book is part of: Catana illustrata, sive sacra, et civilis urbis Catanae historia a prima ejusdem origine in praesens usque deducta, etc., published in 4 volumes. (en)  +
collection de 3423 monnaies en bronze de tous modules, de Pompée à Héraclius, laissée par testament à la Casa dei poveri mendicati de la ville d’Imola ; la collection est estimée en 1713 à la mort de son propriétaire à 1366 scudi de Rome (fr)  +
Remarks A. Burnett: 22 Peter Lambeck (1628–80), historian and librarian of the Imperial library at Vienna. 23 Daniel Neffel (1630–1700), Lambeck’s sucessor as Imperial librarian. 24 The Ruzini collection was originally formed by Carlo Ruzini (d. 1644): I. Favoretto, Arte antica e cultura antiquaria nelle collezioni venete al tempo della Serenissima (Rome, 1990), pp. 141–3, who describes its later history. It originally included ‘presso à 3600 medaglie, fra lequali ne sono 380 d’Oro, e 2070 d’Argento, e tutte conseruate, dalle quali noi habbiamo cauato la certezza di molti edifici antichi, così Greci, come Romani, e stranieri’: Vincenzo Scamozzi, Dell’idea dell’architettura universale (Venice, 1615), p. 305. 25 The collection was begun by Girolamo Correr (1645–94), and continued by his son Angelo Correr (1605–78), and his daughter married Almorò Pisani The plates were printed in 1726 as In numismata aerea selectiora maximi moduli e Museo Pisano olim Corrario (Venice, [1726?] (not in Dekesel), and were later resissued with commentaries y Alberto Mazzoleno (Pontida, 1740–4 = Dekesel M 197). See M. Callegari, ‘Self-Promotion and Erudition – Numismatic Publications in the Serenissima Repubblica di Venezia during the 18th Century’, in (eds.) H. Winter and B.E. Woytek, Numismatik und Geldgeschichte im Zeitalter der Aufklärung Beiträge zum Symposium im Residenzschloss Dresden, 4.– 9. Mai 2009, Numismatische Zeitschrift 120/121 (Vienna, 2015), pp. 79–84, at 79–80. 26 Antonio Capello (1652–1759), Venetian collector: see Prodromus iconicus sculptilium gemmarum basilidiani amulectici atque talismani generis de musaeo Antonii Capello senatoris Veneti (Venice, 1702). As the preface says, Capello’s coins were often cited by Jean Foy-Vaillant, Numismata aerea Imperatorum Augustarum, et Caesarum, in coloniis, municipiis, et urbibus … percussa (Paris, 188, and later editions), and by Jean Foy-Vaillant, Numismata imperatorum, Augustarum et Caesarum Numismata imperatorum, Augustarum et Caesarum, a populis, romanae ditionis, graece loquentibus … percussa (Paris, 1698; and latere editions). 27 On the collection of the traveller Giovanni Antonio Soderini (1640–91), see Iacopo Morelli, Intorno ad alcuni viaggiatori eruditi Venziani (Venice, 1803), pp. 80–9. His collection was also cited by Vaillant (and Patin). 28 Carlo Torta: see Chapter 34. 29 Antoine Galland (1646–1715). 30 Sebastiano Bianchini (1662–1738), antiquario to the Medici. (fr)  
La lettre de Marinella à Morell date du 25 avril 1702. Celle-ci, sans date, doit dater de mai-juin le plus vraisemblablement. (fr)  +
[I had decided to send back the coins to the Prince de Ligne, but I will wait until we have been able to look at them together. … I am most grateful for the pains you took with the gold coin of Agrippa with M Ficoroni, but I find it strange that this man does not keep his word and always wants to have more. The coin is also in the collection of Signor Torta in Padua, and I hope to tell you all about this when I see you…. To encourage you even more to come here, I must tell you that since your last visit, we have received 156 beautiful imperial gold coins from the collection of the late Marquis de Seignelay, and you must see them.] (Trans. Spier and Kagan). (fr)  +
* François de Camps, évêque de Pamiers de 1685 à 1693, puis abbé de Signy. Jean Vaillant, né Foy, avait publié une partie de ses médaillons. Antoine Galland travailla plus tard à un catalogue de cette collection. ** Cf. Antoine Pagi, Critica historica-Chronologica... (Paris, 1689) p. 68. (fr)  +
* La santé de Thoynard a toujours été chancelante. ** Wilhelm Ernst Tenzel (1659-1707). (fr)  +
*Leers ou Lears, si je ne m'abuse, le nom est difficilement déchiffrable. On retrouve ce personnage dans la lettre du 8 octobre (fr)  +
Notes de Guy Meyer * Morell est prompt à se trouver des «patrons». ** Les correspondants de Thoynard lui reprochent souvent de ne publier pas ses découvertes. *** Euménius Pacatus désigne le père Hardouin qui avait signé sous ce pseudonyme un pamphlet contre Vaillant. **** L'abbé Bizot était décédé en 1696. (fr)  +
Notes de Guy Meyer * La chose est d'autant plus curieuse qu'il y a longtemps que Leibniz et Thoynard échange une correspondance. En fait, il semble que Leibniz souhaitait une correspondance plus régulière et des envois de livre, comme Thoynard le faisait avec Locke. ** La coiffure de Pompée est très caractéristique. *** AVC = ab Urbe condita, sosu les consulats d'Apuleius et de Silius Nerva, soit 20 a.C. **** Hardouin, Chronologiæex nummis antiquis..., (Paris, 1693) p. 5, cite les exemplaires Foucault et Dron de cette monnaie, cf. commentaire pp. 29-31 (fr)  +
Second edition with additions of Giovanni Pietro Bellori. The first edition was published in 1641 (see Angeloni 1641). (en)  +
First edition. The second edition was published in 1685 (see Angeloni - Bellori 1685). (en)  +
Note Guy Meyer : La cote principale est Ms Ital. cl. VI, 204 (6012). Dans le catalogue manuscrit, après le titre « Cod. CCIV. Membr. in S. XVII (M. 69) «, on trouve en rouge, en marge, le numéro 6012, puis un second titre, « C III.6. FRANCESCO ANGELONI. Serie delle medaglie...» Ce manuscrit est cité par V. Carpita 2006, p. 132-133, notes 27-29, qui donne quelques détails supplémentaires sur le contenu: « ff° 33r-42r: « Inventario delle medaglie che erano del q(uello) S(ignor) Natalizio Benedetti da Foligno comprate da me Fran(cesc)o Angeloni in n° di 3764 l’anno 1629 in Roma. Con alti inventari di medaglie e con diverse stime di medaglie di metallo, e di argento, benché la buona consevaz(io)ne possa alterare di molto essi prezzi, come lo esserelogore li sceme. Li prezzi posti da Dioniso Sada, che fu il traduttore, e il giuntatore di Antonio Agostin, e antiquario vecchio e la migliore di tutte [sic], col riguardo però sempre della maggiore, o minore conservatione. Vi sono ancora varie note di medaglie più rare, e di altre curiosità, et anche di quadri, e designi di vari maestri » (f° 33r), comprendente una « Memoria delle medaglie per serie grande scelte, che sono/erano nello studio del fu S(ignor) Natalizio Benedetti da Foligno comperate da me Francesco Angeloni il 28 decembre 1629 in Roma » (f° 35r) e una « Memoria dele serie mezzanina scelta, che fu nello studio del q(uello) S(ignor) Natalizio Benedetto comperate da me Francesco Angeloni » (f° 40r) » (note 27). La note 28 ajoute f° 44r: « Memoria delle medaglie che erano in più carte nello studio di Natalizio Benedetti ». Mme Carpita annonce dans cette communication la publication prochaine des listes du cabinet Benedetti. Carpita reproduit, p. 154, Doc. 3, la liste des objets conservés dans le cabinet de N. Benedetti, compilé en 1629 par Fr. Angeloni (BMV, ms Ital, cod. 204 (6012), f° 45r). (fr)  +
La monnaie décrite est un denier d'Auguste: RIC 296. (fr)  +
Castellani indica erroneamente la data del 1550. (it)  +
Castellani inserisce erroneamente la data del 18 giugno. (it)  +
This iconographic apparatus (containing 92 plates) precedes the critical text by Alberto Mazzoleni: see Mazzoleni 1740 vol. 1; Mazzoleni 1741 vol. 2; Mazzoleni 1744 vol. 3. The publication was mentioned by Apostolo Zeno in a letter to his brother Pier Caterino: "Son bene impiegate le lodi, che avete date nel Giornale all’opera dei Medaglioni Pisani. S’io fossi stato per altro in Venezia avanti la pubblicazione di essa, vi avrei fatti ammendare molti gravi errori corsi nelle leggende, massimamente Greche, dei Medaglioni. Di più non avrei lasciato che si attribuisse nella Tavola XIX. un medaglione che è di Faustina juniore, moglie di Marco Aurelio, a Faustina seniore, moglie di Antonino Pio, battuto in Tiana. Di più avrei avvertito, che tutti i medaglioni che si assegnano a Costanzo Cloro, padre di Costantino, sono fuor d’ogni dubbio di Costanzo juniore, figliuolo di Costantino. Ma al fatto non v’è rimedio, e ‘l parlarne adesso sarebbe un far dispiacere a quel dignissimo senatore" (see Apostolo Zeno - Pier Caterino Zeno - 1727-10-18). (en)  +
Jean-Jacques Bruand (1769-1826), homme politique (local), avocat, homme d’affaire et collectionneur, se suicida après le suicide de son fils en 1826. Il possédait un médaillier de 8 000 monnaies dont 60% d’antiques. Sa collection fut achetée 8 000 francs par la municipalité, en 1827. Les Mss 1723-1724 de la bibliothèque municipale de Besancon sont les Catalogues du médaillier de Jean-Jacques Bruand, et notes relatives à sa collection par lui-même, commencement du XIXe siècle, en deux volumes de 334 et 131 feuillets, papier, 243x185 et 235x118 mm, portefeuilles en carton recouverts de basane, autographe (notice CCFr). Il y a quelques informations sur ces catalogues dans un article de Guy Labarre, «Hérô et Léandre dans le médaillier de Besançon», DHA, 39, 1 (2013), pp. 107-120 (CAIRN): «Les catalogues de la collection J.-J. Bruand établit par lui-même à diverses reprises se trouvent à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon. Tous ne sont pas datés, mais il vont de l’»état somaire de mon père ainsi que je l’ai eu en 1795» (folio 212) à 1806, 1809 et 1811 (folios 1 à 15).» (p. 112). Labarre donne en note un total partiel, au f° 205, de 7269 monnaies. (fr)  +
Notes critiques: a) 14 remplace «onze», biffé. b) à cet endroit, ΑΛΕΞΑΝΙ, raturé (et incohérent). (fr)  +
Note critique (Guy Meyer): a) Schefer transcrit mummia, pour moumie, i.e. momie, sans doute un Osiris, à la rigueur un Min ou un Sokar, dieu momifié à tête de faucon. (fr)  +
Note critique: a) Shefer imprime la date du 15 février, alors que le manuscrit donne celle du16. b) Une main anonyme (Schefer ou un de ses lecteurs) a biffé Anubis au crayon et écrit au-dessus Serapis, ce qui correspond au texte imprimé par Schefer. c) Schefer imprime GEN...VRICI, alors que le manuscrit donne pour les trois lettres manquantes dans le texte imprimé: une sorte de C très plat suivi de deux L dont les hastes horizontales montent légèrement de gauche à droite. (fr)  +
Notes critiques (Guy Meyer): a) après «medailles», «qu'on luy envoioit», raturé. b) «esto», pour estoit, raturé remplacé par avoit. c) avant «aux», «les» raturé. d) Le mot «estoit», en diagonal, ajouté après coup. (fr)  +
Notes critiques (Guy Meyer): a) Schefer transcrit: AUT. KAI. SEBHRO. SEK. Au lieu d'un rho, P, Galland transcrit avec un R, comme dans Ch(e)irônos. Le nom se transcrit normalement SEOUHROS. b) Schefer a omis le B, qui indique la seconde néocôrie d'Éphèse. c) «petit», en suscription. d) Galland a d'abord écrit «chevre», puis biffé la fin du mot et ajouté «eval», en suscription. e) Le texte est à cet endroit difficile à déchiffrer. Galland a d'abord écrit CIRWNOS, puis barré le I et ajouté EI en suscription: il faut lire, comme sur le dessin CEIRWNOS, si ce n'est sur le dessin on lit CEIRWNWS. Schefer a omis le rho, écrit R. f) Galland a raturé, et pratiquement oblitéré quatre lignes et demi de texte, qui commençaient par «qui pouvoit faire connoistre qui ...». En ce qui concerne le dessin dans Schefer, qui n'est pas très bien reproduit, dans la légende, à gauche, le chi initial est omis et les traces de lettres, à droite ne sont pas signalées (fr)  +
-A dater 4 déc. 1713 ? Lettre de 1713 : « Je vous envoie au juste le dessin du revers de la médaille d’Auguste, frappée par les soins de L. Caninius Gallus. A la seule inspection de ce revers vous reconnaîtrez un milliarium et en même temps le milliarium aureum, et non pas une base. Feu Mr. de Morel après avoir vu la médaille, s’est trop fié à sa mémoire, en y représentant sans avoir l’original devant les yeux, une base telle qu’on la voit dans l’édition de son Specimen, faite en Allemagne, et que Mr. Schott trompé sur la bonne opinion qu’il avait de la fidélité d’un homme aussi habile, a fait graver après lui. Vous y remarquerez le point entre les deux lettres C. C. tel qu’il est sur la médaille, lequel exclut absolument les juges ducenaires. Mr. Schott m’a paru de si bonne foi dans sa lettre, que si vous voulez bien lui faire tenir l’une des deux copies du dessin, il reconnaîtra que j’ai eu raison de rejeter les juges ducenaires, pour m’arrêter au millaire d’or, en m’appuyant sur l’autorité de Dion, dont le passage convient au temps et aux personnes, et qu’il saura mauvais gré à Mr. Morel d’en avoir imposé au public sur cette médaille. J’aurais l’honneur de vous envoyer copie de ma réponse à la lettre de Mr. Schott, si je n’en étais détourné par d’autres occupations, et rebuté de le faire par la longueur du travail. Je joins à ces deux copies du dessin celle du revers de la médaille grecque de Néron, que vous souhaitez devoir » (Cuper 1743, XLI, p. 135-136). (fr)  +
Note (Guy Meyer) : Galland a reçu de Spon: 1) le manuscrit du premier volume du Voyage (de Lyon à Smyrne); 2) des monnaies que Spon souhaite vendre, dont une monnaie de Pompeiopolis, cf. W. Leschhorn, P. R. Franke, Lexicon der Aufschriften auf griechischen Münzen, I (Vienne, 2002), p. 242, s. v. (fr)  +
Note : le Registre-Journal ajoute : « On a remarqué que la méthode numismatique de cet académicien serait trop longue pour un Dictionnaire où l’on ne doit point faire entrer des dissertations ; et quant à l’article des nécocores, il a fort réveillé les idées différentes de Mrs. Vaillant et Boivin sur cette matière ; leur imagination s’est échauffée, et la séance s’est trouvée employée en disputes presque sans y penser ». Info Guy Meyer (fr)  +
Notes de Guy Meyer 1) Vibiana Sabina, épouse d’Hadrien, fille de Salonina Matidia (nièce de Trajan) et de L. Vibius Sabinus. 2) Ce qu’on vient de lire, bien que de la main de Galland, sont les remarques du Révérend Père anonyme, à propos d’une dissertation anonyme, elle aussi. Or ces critiques correspondent presque mot pour mot à la réponse du Père de Grainville à la Lettre de M. de La Chausse, publiée au Journal de Trévoux de 1704, aux pages 1551-1553, qui se termine par ces mots: «peut-être ne sera-t’on pas fâché d’avoir vü ces remarques, pour être en garde contre ce qu’on lit avec plaisir dans la Dissertation dont je parle« (pp. 1552-53). Le correspondant anonyme est donc le Père de Grainville qui a adressé à Galland, par lettres ses remarques, sous une forme sans doute un peu plus concise que dans l’article, mais identique en substance. De même, la réponse de Galland, doit être en substance, ce qu’il présenta à l’Académie. La personne qui archiva la pièce ne souhaitait, sans doute, conserver que la réponse de Galland. On ne doit qu’au hasard de la transcription d’avoir la fin des remarques de Grainville au recto (page 5) du début du texte de Galland. 3) Michel Ange de La Chausse, fréquentait à Rome les milieux antiquaires et artistiques. Il a travaillé en collaboration avec Bellori. En 1704, il avait déjà publié: le Romanum Museum, sive Thesaurus eruditae antiquitatis (1690); Le gemme antiche figurate (1700); l’Aureus Constantini Augusti nummus de Urbe... (1703). Le Grand évoque son livre sur les Gemme antiche dans une lettre à Galland, du 29 mai 1700 (Ms intitulé, Suite de lettres touchant les médailles et autres sujets, p. 37, Ms Fr 6138, sur Gallica; cf. Abdel-Halim, lettre CXXI, p. 291)), avec la réponse de Galland, de Caen, le 2 juin 1700: «Il y a desja du temps que je connois M. de la Chausse par son Museaeum Romanorum, qu’il a dédié à M. le Duc du Maine, dont nous avons ici un exemplaire« (idem, p. 42; Abdel-Halim, lettre CXXIII, p. 295), plus la réponse de Le Grand, le 5 juin 1700,(idem, page 55; Abdel-Halim, lettre CXXIV, pp. 297-298). 4) «Donnent»: la marque du pluriel a été ajouté après coup, faisant une ligature artificielle avec «aucune». 5) La colonne «historiale» d’Antonin, ou colonne Antonine, doit être, en fait, attribuée à Marc Aurèle. 6) Élision osée: remarqu(er qu)’il. 7) DIVO ANTONINO AVG. PIO ANTONINVS AVGVSTVS, ET VERUS AVGVSTVS FILII. in M.-A. de La Chausse, Lettera, p. 11 (CIL, VI, 1004; ILS, 347). 8) C.-r. du livre de M.-A. de La Chausse, dans le Journal des Sçavans pour l’année MDCCIV, pp. 343-348 (à la date du 2 juin 1704). 9) A. Occo, Imperatorum Romanorum numismata a Pompeio Magno ab Heraclitum (1579, puis seconde édition, 1601, 1625), refondu par Fr. Mezzabarba Birago en 1683, dont on donna une édition augmentée en 1730. J. (Foy-Vaillant est l’auteur d’un choix des monnaies les plus remarquables de l’époque impériale, Numismata imperatorum romanorum præstantiora, a Julio Cæsar ad Postumum et Tyrannos (première édition, 1674 et dernière en 1696, avant une refonte complète en trois volumes au XVIIIe siècle. 10) Base de la colonne, Musée du Vatican (Wikipedia) Commentaires : cf. la séance de l’AIBL du 18 juillet 1704:Discours sur «les remarques du Père de Grainville sur l’ouvrage de Mr. De La Chausse«, en faveur de ce dernier contre Grainville, P.-V. du 18 juillet 1704, f° 100r, lu en son absence.Michel-Ange de La Chausse avait publié deux Lettres en italien circa la colonna dell’apoteosi di Antonino Pio scoperta in Roma nel Campo Marzo (Naples, 1704 et 1705). La première (seulement consultable sur Arachne), fut résumée dans les Mémoires pour l’histoire des sciences... (Journal de Trévoux) de septembre 1704, pp. 1537-1544, suivi des «Remarques du P. de Grainville jésuite sur une dissertation de Mr. de la Chausse«, pp. 1544-1553. La seconde lettre de La Chausse, qui est une réponse à Grainville n’est pas ici directement en cause. Galland, dans sa correspondance, notamment avec Cuper, évoque à ce sujet une monnaie du cabinet Foucault dont il adressa un dessin à Vignole, cf Epistola ad Antonium Gallandi V. C. de nummo imp. Antonini Pii qui in tertio ejus cosulatu percussus columnam quandam exhibet in cimelio D. Foucault (Rome, 1709). CF. pour la suite de ces polémiques le P.-V. du 8 février 1709; Abdel-Halim, pp. 338-339. Cf. encore, les papiers de Gros de Boze, BNF Fr NAF 3543, f° 76; Archives du Cabinet des Médailles, Année 1707. La lettre CCI, p. 475, évoque l’envoi à Vignoli du dessin d’une médaille singulière d’Antonin le Pieux qui est au cabinet de M. Foucault. Galland est revenu sur le même sujet, devant l’Académie, le 8 février 1709 : »Discours qui fait connaître que la colonne représentée sur une médaille de moyenne grandeur d’Antonin Pie du cabinet de M. Foucault, n’est pas la même que celle qu’on voit sur d’autres du même empereur, avec la légende DIVO PIO» (titre du Journal), P.-V. du 8 février 1709, f° 215v. Cf. Journal parisien, p. 259, et pour les suites, pp. 410, 416, 417, 418, 420, 423. La monnaie avec la légende au revers DIVO PIO est reproduite par Vignoli, p. 26.Une autre médaille, du cabinet Foucault porte au revers FELICITAS AVG, Vignoli, p. 19. Sur cette dernière et, ensuite, la polémique avec Vignoli, lettre CCXLIX, p. 544, et lettre CCLI, p. 546. Galland annonce qu’il a reçu le livre de Vignoli dans la lettre CCLXII, p. 563. La lettre CCLXVI, p. 573, évoque ce discours: «Avant d’entreprendre ce petit voyage [en Picardie, à Noyon], j’ai fait, et mis au net un dicours pour être lu dans l’Academie Royale des inscriptions et des médailles, sous ce titre: Discours qui fait connoistre que la colomne representée sur une médaille de moienne grandeur d’Antonin Pie, du cabinet de M. Foucault, n’est pas la même que celle qu’on voit sur d’autres du même empereur qui ont esté frappées apres sa mort avec la legende DIVO PIO; et lettre CCLXXIII, p. 589: « le huitieme de ce mois, j’eus occasion de faire lecture enfin du discours sur la médaille du cabinet de M. Foucault, qui represente la colonne colchlis d’Antonin Pie... «; lettres CCLXXXXIV et CCLXXXV, pp. 605-606: Galland explique, entre autres choses, que le dessin de la médaille FELICITAS AVG qu’il a envoyé à Vignoli par l’intermédiaire de M. Fontani est corrompu. Pour la polémique outre les références supra, 18 juillet 1704; JS, suppl. mai 1709, pp. 229-231, c. r de la lettre de Vignoli à Galland (Epistola ad Antonium Gallandium... (Rome, 1709).Une partie de la polémique tient au fait qu’on attribuait à Antonin la colonne de Marc Aurèle. La monnaie du Cabinet Foucault ne se retrouve pas dans les catalogues modernes: cet exemplaire unique est plus que douteux. Elle ne peut, en aucune façon, se rapporter à la colonne de Marc Aurèle. (fr)  
Commentaire de Guy Meyer : J’ignore s’il s’agit d’empreintes de médailles. Le même Nolhac, Bibliothèque de Fulvio Orsini (Paris, 1887), p. 18, écrit à propos de Fulvio Orsini: « On le voit tenant Granvelle au courant des découvertes qui se font à Rome, le guidant dans ses achats et lui envoyant des empreintes de médailles» (sans référence). (fr)  +
In his letter, Doni mentions his important work "Le medaglie del Doni fiorentino" (see Doni 1550). (en)  +
Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Fondo Ashburnham, Ms. 1502: Diario Zeniano scritto da Marco Forcellini (autografo); Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Fondo Ashburnham, Ms. 1492: Diario Zeniano scritto da Marco Forcellini (copia redatta da Giulio Bernardino Tomitano nel 1810) (Forcellini 2012, p. 12-13). (it)  +
Il conte Silvestri (famiglia di Rovigo) menzionato nella lettera è da riferirsi a Carlo (1681-1754). La collezione di medaglie (cioè monete) era stata raccolta già dal padre Camillo (1645-1719). (it)  +
Nelle pubblicazioni del 1752 e del 1785 è riportata per errore la data del 25 febbraio 1702 M. V. (1703). (it)  +
*The letter was published with a wrong date. The correct date is 1734. (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo%2BZeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
Il sito www.nuovabibliotecamanoscritta.it (vedi link) indica la data del 16 febbraio: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (it)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
Nel sito www.nuovabibliotecamanoscritta.it (vedi link) la lettera, segnata con il numero 70, viene descritta come non pubblicata, ma si tratta di un errore: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (it)  +
Il sito www.nuovabibliotecamanoscritta.it (vedi link) indica la data del 31 gennaio 1739 M. V. (1740): https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (it)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
Su suggerimento di Apostolo Zeno il denario di Pertinax con il tipo MENTI LAVDANDAE venne inserito nella nuova edizione dell'opera di Jean Foy-Vaillant, Numismata Imperatorum Romanorum Præstantiora a Julio Cæsare ad Tyrannos usque (1743), curata da Gianfrancesco Baldini: Foy-Vaillant 1743, vol. 2 (de aureis, et argenteis), p. 195-196; Tomassoni 2021; cfr. anche: https://fina.oeaw.ac.at/wiki/index.php/Apostolo_Zeno_-_Lorenzo_Patarol_-_1726-3-30 Baldini inserì anche l'antoniniano di Hostilianus rientrante nella collezione Zeno: Foy Vaillant 1743, vol. 2, p. 330: "In museo D. Apostoli Zeno"; cfr. anche Tomassoni 2021. (it)  +, From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
From the website www.nuovabibliotecamanoscritta.it: https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37269&tipoRicerca=A&urlSearch=pagCorrente%3D2.0%26segnatura%3D%26codBiblioteca%3D52%26titolo%3D%26__checkbox_autografi%3Dtrue%26__checkbox_musicali%3Dtrue%26responsabilita%3D%26parola%3D%26anticasegnatura%3D%26__checkbox_palinsesto%3Dtrue%26tipo_corpo_codice%3D%26__checkbox_carteggio%3Dtrue%26__checkbox_decorati%3Dtrue%26tipo_parola%3DA%26__checkbox_immagini%3Dtrue%26tipoRicerca%3DA%26__checkbox_datati%3Dtrue%26nome%3DApostolo+Zeno%26explicit%3D%26linguaMan%3D0%26__checkbox_composito%3Dtrue%26__checkbox_restauro%3Dtrue%26__checkbox_astampa%3Dtrue%26incipit%3D%26argomento%3D%26data_da%3D%26data_a%3D%26language%3Dit%26ordinaDatazione%3Dfalse%26ordineInverso%3Dfalse&codice=&codiceDigital= (en)  +
Su suggerimento di Apostolo Zeno il denario di Pertinax con il tipo MENTI LAVDANDAE venne inserito nella nuova edizione dell'opera di Jean Foy-Vaillant, Numismata Imperatorum Romanorum Præstantiora a Julio Cæsare ad Tyrannos usque (1743), curata da Gianfrancesco Baldini: Foy-Vaillant 1743, vol. 2 (de aureis, et argenteis), p. 195-196; Tomassoni 2021; cfr. anche: https://fina.oeaw.ac.at/wiki/index.php/Apostolo_Zeno_-_Gian_Francesco_Baldini_-_1741-12-9 (it)  +
https://archive.org/details/bub_gb_O_TUkH7dxeAC/page/n379/mode/2up (fr)  +
È probabile che la moneta d'argento di Pacatianus menzionata da Apostolo Zeno sia la stessa attualmente conservata presso il Münzkabinett di Vienna, n° inventario RÖ 18242: https://www.ikmk.at/object?lang=en&id=ID70352&view=vs Cfr. anche Tomassoni 2021. (it)  +
N. B. The pataka may be rated at from tlnee shillings to three and fourpence. Vide Brown's Travels, p. 57 ; eighty-five medins make a pataka. The price of a good copy of the Koran, not exceedingly embellished, is therefore about L. 2 : 10*. (fr)  +
Work published in 4 volumes between 1741 and 1759. (en)  +
Ravara Montebelli 2011, p. 332-333: "La certezza che sia le correzioni che le note a margine siano di mano dell’Arrigoni ci viene da un documento incontrovertibile: la notizia dell’acquisto di queste tavole da parte di Giovanni Bianchi a Senigallia il giorno 20 luglio del 1748. Bianchi infatti annota nei suoi Diari di viaggio: ‘‘[...] la mattina scrissi le antecedenti cose, poi uscij, e vidi vari amici e da un librajo veneziano comprai il libro dell’Abate Onorio Arrigoni, mio amico, che è in foglio, e che tratta di varie monete e assi librali antichi, ma non avea che le figure, e alcune note e correzioni di mano dell’autore’’ (BGR Sc-Ms 973, Odeporici, 20 luglio 1748. Bianchi non conosceva i tre tomi dell’opera usciti fino a quella data questo è infatti l’unico tomo che possiede la Gambalunga e potrebbe derivare da questo fatto lo stupore per la presenza delle sole figure. Questo tomo è poi stato salvato dalla dispersione, come molto altro materiale documentario appartenuto a Giovanni Bianchi, dal bibliotecario Zefirino Gambetti). Da una minuta di lettera di Giovanni Bianchi a Giovanni Daniele Gheisel, scopriamo che Bianchi conosceva bene quelle tavole perché le aveva già viste a Rimini, infatti: ‘‘Mi sono noti i pesi antichi e l’altre medaglie che possiede il Sig. Ab.e Arrigoni avendo egli la bontà quando passa per Rimino con i suoi cimeli, il che accade spessissimo, di venirmi sempre a ritrovare, e ho vedute le stampe de’ suoi pesi antichi intorno de’ quali egli ha più studio che alcun altro Antiquario" (BGR, Sc-Ms 969, Minute di lettere 1739-1745, Lettera di Giovanni Bianchi al Sig. Gio. Daniele Gheisel, Rimini 25 febbraio 1740). (fr)  +, Il volume di Giovanni Bianchi è costituito da una raccolta di tavole con una carta iniziale che reca il solo titolo: ''Nummi urbium et populorum antiqui numeralibus notis distincti'', privo di note tipografiche, segnato 12. U. I. 18, con coperta in cartone e il titolo sul dorso di mano del Bianchi che ha scritto, al verso della carta col titolo, l'indice, e annotato il volume di suo pugno. Proviene dalla collezione del canonico Zefirino Gambetti (1803-1871) da lui descritta in: http://cataloghistorici.bdi.sbn.it/file_viewer.php?IDIMG=2282&IDCAT=219&IDGRP=2190006&LEVEL=&PADRE=&PR=25&PROV=INT . (it)  +
B
Work in 4 volumes, all published in 1788. (en)  +
This volume includes: Mémoires sur la vie et sur quelques uns des ouvrages de J. J. Barthélemy, écrits par lui-même en 1792 et 1793, p. 1-48. (en)  +
Remarques (Guy Meyer) : Selon l'unanimité de ses biographes Guillaume Beauvais serait né à Dunkerque, en 1698, puis sa famille se serait installée à Orléans. L'intéressé lui-même écrit dans une lettre adressée à Charles-Clément-Martin de Saint-Amand (1700-1763), receveur du tabac à Toulouse, datée d'Orléans, le 12 janvier 1751 : « Je suis né en 1698, d'un père négociant en gros à Orléans, d'une vertu exemplaire, et mort en odeur de sainteté » (Besançon, Bibliothèque Municipale, Ms 610, f° 21 r. Il signe ses lettres Beauvais l'Aîné. Il était l'ami et le compatriote de Daniel Polluche auquel il était peut-être apparenté par alliance. Les biographies de Beauvais semblent en contradiction avec l'autobiographie succincte de la lettre du 12 janvier 1751. Beauvais critique dans la Lettre recopiée par Bouhier une dissertation du père Alexandre-Xavier Panel, S.J., sur de prétendus triumvirats induits par de fausses monnaies, « Article LXXIII. Dissertation en forme de lettre adressée à M.*** sur le triumvirat de Galba, Othon, et Vitellius, et sur celui de Pescennius, Albin et Sevére : par le Père Panel, de la Compagnie de Jésus », Mémoires pour l'histoire des sciences et des beaux-arts (ou Journal de Trévoux), août 1735, pp. 1349-1382. Jean de La Roque avait déjà répondu à Panel par une « Lettre de M.D.L.R. sur l'erreur de quelques antiquaires qui préfèrent l'autorité de certaines médailles à celle des monumens historiques », Mercure, décembre 1735, p. 2616-2636. (fr)  +
Remarque (Guy Meyer) : Au moment de cette explication, cette monnaie appartenait à Roman de Rives qui l'avait fait graver. Le dessin de cette médaille appartenant à Beauvais est joint à sa lettre datée du 21 décembre 1749 adressée à Saint-Amand de Toulouse (Besançon, BM, Ms 610, f° 16, avec des notes manuscrites du correspondant). (fr)  +
The dissertation on the distinction between ancient and counterfeit coins was published as early as 1739 (see Beauvais 1739). (en)  +
The text includes only 2 pages. (en)  +
The work was reprinted in 1685. (en)  +
Commentaire de Guy Meyer : il s’agit d’un volume imprimé avec des apostilles de Bellori ou des feuilles manuscrites ajoutées en vue d’une réédition. C’est d’ailleurs un des arguments (pas le seul) pour attribuer ce livre à Bellori. L’édition italienne (et plus tard, à l’identique à quelques détails près, celle réalisée au Pays-Bas) ne porte que le nom du graveur, Bellori n’y apparaît pas. (fr)  +
This dissertation was extensively contested by Apostolo Zeno (see the following letters: Apostolo Zeno - Pier Caterino Zeno - 1725-4-14; Apostolo Zeno - Pier Caterino Zeno - 1725-5-19; Apostolo Zeno - Pier Caterino Zeno - 1726-9-14). (en)  +
Note Guy Meyer : La cote principale est Ms Ital. cl. VI, 204 (6012). Dans le catalogue manuscrit, après le titre « Cod. CCIV. Membr. in S. XVII (M. 69) «, on trouve en rouge, en marge, le numéro 6012, puis un second titre, « C III.6. FRANCESCO ANGELONI. Serie delle medaglie...» (fr)  +, Ce manuscrit est cité par V. Carpita 2006, p. 132-133, notes 27-29, qui donne quelques détails supplémentaires sur le contenu: "BMV, ms. Ital. Cl. VI, cod. 204 (6012), c. 33 r-42 r : « Inventario delle medaglie che erano del q. S. Natalizio Benedetti da Foligno comperate da me Franc. o Angeloni in n° di 3764 l’anno 1629 in Roma. Con altri inventari di medaglie e con diverse stime di medaglie di metallo, e di argento, benché la buona conservaz.ne possa alterare di molto essi prezzi, come lo essere logore li scema. Li prezzi posti da Dionisio Sada, che fu il traduttore, e il giuntatore di Antonio Agostin, et Antiquario vecchio è la migliore di tutte [sic], col riguardo però sempre della maggiore, o minore conservatione. Vi sono ancora varie note di medaglie più rare, e di altre curiosità, et anche di quadri, et disegni di vari maestri » (c. 33 r), comprendente una «Memoria delle medaglie per serie grande scelte, che sono/erano nello studio del fu S.Natalizio Benedetti da Foligno comperate da me Francesco Angeloni il 28 Decembre 1629 in Roma » (c. 35 r) e una «Memoria della serie mezzanina scelta, che fu nello studio del q. S. Natalizio Benedetti da Foligno comperate da me Francesco Angeloni » (c. 40 r)." c. 44 r : «Memoria delle medaglie che erano in più carte nello studio di Natalizio Benedetti ». (fr)  +
Pieter van Damme discussed the arrangement of the coins with Bentinck and supervised the printing of the three volumes (see Williams 2018, p. 133, note 46). (en)  +
Pieter van Damme discussed the arrangement of the coins with Bentinck and supervised the printing of the three volumes (see Williams 2018, p. 133, note 46). (en)  +
Pieter van Damme discussed the arrangement of the coins with Bentinck and supervised the printing of the three volumes (see Williams 2018, p. 133, note 46). (en)  +
Claude Martin est dit être décédé en août 1696. (fr)  +
Le destinatiare n'étant pas donné, il ne peut s'agir que de Jean-Paul Bignon ou de Claude Gros de Boze (fr)  +
The second and third volumes of the Antichità remained manuscripts, and were published in 2002, and 2003 (see Bertoli 2002 vol. 2, and Bertoli 2003 vol. 3). (en)  +
Riproduzione del ms. 7493, Fondo Cernazai della Biblioteca P. Bertolla del Seminario arcivescovile di Udine. (it)  +
Riproduzione del ms. 7493, Fondo Cernazai della Biblioteca P. Bertolla del Seminario arcivescovile di Udine. (it)  +
This is a reprint of the 1711 edition. (en)  +
2 vol. de 94 p. chacun, 19 x 13 cm. Le vol. I décrit la collection de monnaies romaines, Patin est souvent cité, Spon parfois ; le catalogue est inachevé (une page seulement de petits bronzes, s’arrête à Auguste). Le vol. II compte quelques monnaies grecques et quelques modernes (fr)  +
Second edition. The first edition was published in 1748 (see Bianconi 1748). (en)  +
Written by Pietro Bortolotti et al. (D. Antonio Masinelli, D. Antonio Dondi, D. Luigi della Valle). (en)  +
- Volume 1 was first published in 1754 with the same title. - The work was continued by Stefano Ticozzi: Raccolta di lettere sulla pittura, scultura ed architettura scritte da' più celebri personaggi dei secoli XV, XVI e XVII pubblicata da M. Gio. Bottari e continuata fino ai nostri giorni da Stefano Ticozzi, volumi I-VIII, 1822-1825, per Giovanni Silvestri, Milan. - In additional, Michelangelo Gualandi published further three volumes: Nuova raccolta di lettere sulla pittura, scultura ed architettura scritte da' più celebri personaggi dei secoli XV. a XIX. Con note ed illustrazioni di Michelangelo Gualandi in aggiunta a quella data in luce da Mons. Bottari e dal Ticozzi, volumi I-III, 1844-1856, Bologna. (en)  +
This book is part of Bottari 1757-1773. (en)  +
This book is part of Bottari 1757-1773. (en)  +
Remarque (Guy Meyer) : Sur la collection du duc du Maine dont Vaillant fut le ciméliarque, (Blanchet 1939a, pp. 196-200, extraits de la correspondance échangée entre Duveau et Gros de Boze, non encore dépouillée). (fr)  +
New supplemented edition of Thesaurus nummorum Sveo-gothicorum..., edited by Nicolas Keder. (en)  +
The work had seven edition: 1) 1515 (Parisiis); 2) 1516 (Parisiis); 3) 1522 (Venetiis); 4) 1524 (Parisiis); 5) 1527 (Parisiis); 6) 1532 (Parisiis); 7) 1541 (Parisiis) posthumous edition. There were also numerous reprints (see Sanchi 2012). (en)  +
There are many editions both of the "De Asse..." and the "Breviarium". To examine in depth this question see: Sanchi 2012, and Burnett 2017. (en)  +
The Guillaume Budé Opera Omnia comprises four volumes. (en)  +
The inserted link includes all five volumes. (en)  +
This is the most extensive book ever published on numismatic antiquarianism. There are too many persons or keywords to be quoted. (fr)  +
C
Remarques : Luis Francesco de La Cerda n'est pas connu comme collectionneur à la différence de plusieurs de ses prédécesseurs, voir I. M. Iasiello, Il collezionismo di Antichità nella Napoli dei viceré, Naples, 2003, p. 41-44. (fr)  +
nb de Guy Meyer : « que je n’ai pas vérifié » . « je ne comprends pas pourquoi la fiche de la BNF donne 1737 comme date d’édition ni pourquoi elle indique un second exemplaire à Richelieu, cabinet des Médailles, FOL-RES IMP-268, non communicable »). (fr)  +
Error of date: Richardson died in 1741 (fr)  +
The third volume was not published. (en)  +
Commentaire de Guy Meyer : La dissertation de Carry est restée inédite quoiqu'annoncée dans l'article du Journal de Trévoux, 1734, p. 1723 : « On attend de M. Carry une dissertation qui l'éclaircira pleinement ». On voit, par la note de Bouhier, que cette dissertation était sinon aboutie du moins déjà rédigée en 1732 et qu'elle circulait parmi les érudits. Le président de Mazaugues en avait communiqué un exemplaire au président Bouhier qui en avait fait une copie dans ses papiers. Le Journal de Trévoux, toujours à la page 1723, précise que M. Laisné, « habile antiquaire », « a communiqué au père Tournemire la description de cette rare médaille ». Peut-être avait-il reçu lui aussi la dissertation de Carry. Cette dissertation ne fait partie des essais inédits conservés dans les archives de L'Académie de Marseille dont Carry était un des membres fondateurs. Le monde savant fut informé de l'existence de cette monnaie d'or par une Nouvelle littéraire de Paris, aux pages 1721-1723. Outre cette publication, la monnaie fut décrite par Scipio Maffei, dans ses Galliæ Antiquitates, Bouhier, destinataire de la quatorzième lettre, renvoie à la première édition, de Paris, en 1733, p. 109 (lettre 22, adressée au numismate Apostolo Zenio; p. 118, de la seconde édition, de Vérone, 1734). Sans réellement oser contester l'authenticité de la monnaie, Maffei était dérouté par ce qu'il considérait comme des irrégularités : « Numismatis fides num in tuto sit, pronunciare non audeo ». Bouhier renvoie ensuite aux « Dissertazione VI. Sopra nuove scoperte nelle medaglie del Baron Giusseppe di Bimard de La Bastie, socio dell'Academia Reale di Parigi, tradotta dal francese dal canonico Filippo Venuti di Cortona », Saggi di dissertazioni accademiche publicamente lette nella noblle Accademia Etrusca dell'antichissima città di Cotona, III, 1741, p. 168 qui correspond à la traduction en italien des commentaires ajoutés par Bimard aux remarques de Jobert dans le second volume de La Science des médailles. Nouvelle édition, Paris, 1739, pp. 348-353 et pl. XII, n° 3, l'ensemble étant titré « Addition aux nouvelles découvertes », p. 328, ce qui explique le titre italien. A cette époque, la monnaie était passée du cabinet de Carry à celui de M. de Clèves [Pierre-Daniel de Clèves, secrétaire du roi]. Cette monnaie d'or fut acquise par le roi en 1755, mais elle fut dérobée lors du vol de 1831 (RN, 1843, p. 255). (fr)  
For a full bibliography about Caylus, see: http://caylus-recueil.huma-num.fr/spip.php?article7 (fr)  +
Note Guy Meyer : Antonio Francesco Gori, Musei florentini in quo exhibentur antiqua numismata maximi moduli, vol I-III (Florence, 1740). (fr)  +
Note Guy Meyer : Cf. la correspondance entre Bianchi et Bourguet sur la dispersion du cabinet Moscardo. Le comte Lodovico Moscardo avait publié des Note overo memorie del Museo del conte Lodovico Moscardo nobile veronese (Verone, 1672), médailles, p. 1-7. Scipio Maffei traite de ces collections au vol. III, de Verona illustrata (Vérone, 1732), Mario Bevilacqua, p. 390-426 (médailles, p. 391); Moscardo, p. 426-429 (médailles, p. 429, cf. Vaillant, Colonies, préface); Saibente, p. 446-451 (« medaglie d’uomini illustri », p. 447). (fr)  +
Note Guy Meyer : Brosses profite de son voyage en Italie pour préparer une édition de Salluste qu’il ne donnera qu’en 1777, sous le titre Histoire de la République romaine dans le cours du VIIe siècle par Salluste (Dijon), en trois volumes (neuf planches de monnaies). Cette remarque de méthode le situe dans la lignée des meilleurs antiquaires du XVIIe siècle. (fr)  +
Note Guy Meyer : il s’agit de Niccolo-Marcello Venuti (1700-1755), aussi directeur des fouilles d’Herculanum, dont Brosses parle aussi à ce sujet. (fr)  +
Note Guy Meyer : Filippo Argelati (Bologne, 1685-Milan, 1755), pensionné par l’empereur Charles VII, avec le titre de secrétaire pour ses travaux scientifiques, ami de Muratori. Il publia en 1730 une réédition augmentée de la refonte de l’Occo par Mezzabaerba Birago, de 1723 à 1751, les Rerum italicarum scriptores de Muratori, et de 1732 à 1737, les Opera omnia de Carlo Sigonio ou Sigonius (Modène 1520-1584). (fr)  +
Note Guy Meyer : sur ces deux cabinets, cf. F. Missere Fontana, « Francesco Mezzabarba Birago (1645-1697) tra collezione ed erudizione numismatica nella Milano del seicento «, RIN, 101 (2000), p. 159-215. Brosses avait été déçu par sa visite à Pavie. (fr)  +
Note: Ficoroni, dont Brosses reparlera (p. 255), était bien correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, déjà depuis vingt-cinq ans au moins en 1739-40. Il est mentionné dans la correspondance du chevalier Fountaine. (fr)  +
Two other letters are noted on f° 43 and 60. (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Le site d'Aphrodisias avait déjà été visité trois fois par Sherard, consul de Grande-Bretagne à Smyrne en 1705, 1709 et 1716, mais les papiers de Sherard étaient restés inédits sinon que des copies avaient circulées. Spanheim, par exemple, en avait eu par l'intermédiaire d'un médecin suisse qui avait accompagné Sherard lors de sa première excursion. Chishull, cependant, avait publié dans ses Antiquitates Asiaticae (Londres, 1728), pp. 149-155, deux inscriptions et deux monnaies d'après Scherard, avec la localisation (p. 149) à Geyra. Le chirurgien qui avait informé Peyssonnel n'était jusque là pas connu et il reste anonyme. La forme fautive Tauropolis trahit la source du chirurgien, une inscription du VIIe siècle après J.-C., sur la porte Nord-Est du mur d'enceinte d'Aphrodisias, cf. Ch. Roueché, Aphrodisias in late Antiquity (Londres, 1989), n° 42, où le toponyme Aphrodisias a été en partie martelé pour être transformé en Stavropolis, mais où le sigma initial se confond avec le sigma final du génitif du mot précédent par manque de place. Le toponyme «Geyra» dans la lettre dérive d'un autre plus tardif donné à la cité, Caria, forme actuelle Gera (cf. Roueché, pp. 148-151). Le fleuve Timélès apparait sur des monnaies d'Aphrodisias et d'Héraclée du Sabalké ainsi que dans une inscription de cette dernière. La monnaie mentionnée ici est certainement une monnaie d'Aprodisias qui permet à Peyssonnel d'établir la succession des toponymes. Peyssonnel revient sur cette exploration de la moyenne vallée du Méandre dans un manuscrit du Muséum d'Histoire Naturelle, Ms 44, qui provient des papiers du géographe Jean-Denis Barbié du Bocage, second cahier, à savoir un questionnaire sur la topographie de l'Asie Mineure rédigée, en 1749, par l'Académie des Inscriptions à son intention, avec les réponses de Peyssonnel dans le marge, en date du 25 septembre 1754, soit cinq ans après. Dans le même cahier, à la suite, une lettre de Peyssonnel reprend par le menu les diverses explorations qu'il a patronées en Asie Mineure. Il cite un extrait de l'inscription où l'ethnique des Aphrodiséens a été martelé en partie et transformé en (S)tavropolitains, sur l'architrave de la porte Nord-Est de l'enceinte urbaine (VIIe siècle p. C., Ch. Roueché, Aphrodisias in Late Antiquity, Londres, 1989 n° 42"; Inscriptions of Aphrodisias 2007", sur Internet, n° 12 101) et il ajoute f°9 r-v: «On peut se rappeler qu'avec ma dissertation sur Gueyra ou Aphrodisias, j'envoyai à Mr. Pellerin une médaille singulière de la ville d'Aphrodisias au revers de laquelle étoit un fleuve couché avec le nom TIMELHS (en grec, majuscules).» J'ai retrouvé cette monnaie dans Joseph Pellerin, "Recueil de médailles de peuples et de villes... ", vol II, Paris, 1763, p. 122, pl. LXVI, 15, Dèmos au droit et Timélès au revers, avec cette remarque: «Aucun auteur ni géographe n'a fait mention du fleuve TIMELHS (en grec, majuscules) qui se trouve ainsi nommé sur celle qu'on rapporte ici, n° 15.» C'est, sans aucun doute possible, la médaille envoyée par Peyssonnel. Ce fleuve est aussi mentionnée dans une inscription honorifique d'Aphrodisias à propos d'un captage pour alimenter la ville et il figure dans le monnayage d'Héraclèe de la Sabalkè, ce qui n'est pas sans poser des problèmes topographiques. Ces deux cités sont, en effet, de chaque côté d'une ligne de partage des eaux, et donc sur deux bassins versants différents. (fr)  
(note d’Anthony MacKenna : Baudelot de Dairval évoque François de Camps (1643-1723) comme évêque de Pamiers, quoique ce jeune intrigant n’eût jamais reçu ses bulles : voir Lettre 449, n.17. Proche d’Hyacinthe Serroni et de Léon Bacoué, cet ancien moniteur aux petites écoles de Port-Royal, devenu abbé de Signy, numismate accompli et qui avait par ce moyen cultivé la faveur du Père François d’Aix de La Chaize, allait publier, quelques années plus tard, ses Selectioria numismata in ære Maximi moduli musæi Illustrissimi D.D. Francisci de Camps Abbatis Sancti Marcelli, Ecclesiæ Appamiensis Episcopi designati. Pars prima (Parisiis 1690, folio) avec des planches gravées par François Ertinger. François de Camps fut un intrigant ambitieux, certes, mais aussi homme de goût et un véritable connaisseur en peinture, comme on voit par l’étonnante histoire des portraits des douze apôtres par Georges de La Tour, conservés à Albi : voir J.C. Boyer, « Les Apôtres de Georges de La Tour, de Paris à Albi », in Les Apôtres de Georges de La Tour. Réalités et virtualités, Catalogue du Musée Toulouse-Lautrec, Albi (Paris 2004), p.47-60). (fr)  +
"L abbe Albertrandi bibliotecaire et ami du R. de Pologne, a passe, par hasard, ici l automne passe. Il est trop estimé pour ces connaisances, nommement en antiquites et la numismatique semble etre sa pation favorite (…) je luy ay montré autent de mes medailles qu il m a ete possible, dans le tres peu de sejour qu il a fait (…)" (fr)  +
The dissertation on the distinction between ancient and counterfeit coins, written by Guillaume Beauvais, was published as early as 1739 (see Beauvais 1739). (en)  +
Notes de Guy Meyer : 1) Claude-Nicolas Chifflet (on trouve les deux orthographes «Chiflet» ou «Chifflet»), issu d’une dynastie d’érudits bisontins, dont l’aumônier de la reine Christine, Henri-Thomas Chifflet, auteur d’une dissertation posthume sur les monnaies d’Othon en bronze, de Othonibus areis (Anvers, 1656, imprimé avec l’ouvrage de Claude Chifflet, ci-après), mais aussi Claude Chifflet (mort en 1580, à Dôle), auteur d’un de Antiquo numismate (Louvain, 1627), Jean Chifflet dit le Jeune, auteur d’un Abraxas (Anvers, 1657) [dont les pierres font parties du cabinet familiale ainsi que celles qui ont servi à la redaction d’un Socrates (s.l., 1661), et surtout Jean-Jacques Chifflet, auteur d’une trentaine d’ouvrages dont l’Anastasis Childerici primi, Regis Francorum (Anvers, 1655). Claude-Nicolas fut conseiller au Parlement de Franche-Comté, en 1715. Il s’était marié en 1698. Sur les Chifflet, N.-A. Labbey-De-Billy, Histoire de l’Université du comté de Bourgogne, I (Besançon, 1814), pp. 235-252 (liste plus complète que dans L. Delobette et P. Delsalle, Autour des Chifflet: aux origines de l’érudition en Franche-Comté (Besançon, 2007) qui ne donnent qu’un tableau simplifié des principaux Chifflet», des premières générations, pp. 15-16). 2) la pagination ou foliotation est erratique, de même que l’ordre dans lequel sont reproduites les pages: e.g. les pages de la suite impériale ne sont pas dans l’ordre chronologique des règnes, même chose pour la lettre écrite pour la vente du cabinet, infra«Correspondance». 3)Le nom de l’abbé est transcrit Boisot dans la table moderne et la table ancienne au début du manuscrit et Boizot dans la pièce originale. Ce personnage semble avoir jouer un rôle d’intermédiaire. (fr)  +
Son Discours de la religion, illustré de plus de 400 reproductions de médailles, a permis de reconnaître en Du Choul l'un des plus grands numismates de son temps. La castrametation décrit précisément les techniques des soldats romains pour élever leurs camps. L'illustration de ce bel ouvrage est entièrement due à Pierre Vase qui dessina la marque de l'imprimeur ainsi que les nombreuses reproductions de médailles, les vues de soldats et camps romains, puis celles des bains dans la seconde partie. Pierre Vase, traduction du patronyme germanique Pierre Eskirch, fut une « figure majeure de la gravure sur bois à Lyon au milieu du XVIe siècle. Né à Paris vers 1518-1520 d'un père allemand, graveur sur métal, Eskirch est mentionné à Lyon à partir de 1548 où il travaille pour l'éditeur Guillaume Rouillé, qui l'emploie pour l'illustration de livres. De confession protestante, il partagera son activité entre Lyon et Genève durant de longues années » (E. Leutrat, Les débuts de la gravure sur cuivre en F rance: Lyon 1520- 1565. Genève, 2007). (fr)  +
Translation and notes by Andrew Burnett: [I was overwhelmed with great joy when the illustrious Mr Leibniz sent me some copies of the English coins, which through your research and efforts have seen the light. Especially so when I was immediately able to recall your charming conversation and friendship which at that time you showed not only to Morel but to which you also admitted me. I would like very much that I could (add?) something to the same from my collection now. But although I am sure that you have everything I will nevertheless ensure that you have those as soon as possible which I perhaps may have as if by chance. But I cannot fail, even here, to add what the wish of His Very Highness my Count (who greets you warmly through me), that is a coin struck for the Duke of Portsmouth, which has the same man in portrait on one side, and on the other a harbour with the inscription ‘intus dulcis aquae’ [inside are sweet waters].6 So if you could make a copy of the same, you will do a very kind and in every way obliging thing for him, even if you sent it a drawing as a model. So farewell, and continue your work as planned and ensure that we can see your Coin Muses quickly. Again farewell. Your special Christian Schlegel Arnstadt 1 November 17001] 6 ‘Intus aquae dulces’: Vergil, Aeneid I, l. 167, referring to the harbour in Libya reached by Aeneas and his surviving companions after a terrible storm. At this date, however, there was no Duke of Portsmouth, but only a Duchess of Portsmouth, Louise de Kéroualle (1649–1734: see Register), one of King Charles II’s mistresses, who received the title from 1673. No such medal, however, seems to exist, although Schlegel’s description is very specific and apt. Many thanks to Hugh Pagan and Philip Attwood for their help. (en)  +
For Lorenzo Patarol see p. 110-122. (en)  +
L'ouvrage de Bellori Veterum illustrium philosophorum, poetarum, rhetorum et oratorum imagines, ex vetustis nummis, gemmis, liermis, marmoribus, aliisque anliquis monumenlis de sumptae, parut à Rome cette année, in-fol. (fr)  +
Problème: 2 lettres à la même date? (à vérifier) (fr)  +
[9] Jean-Baptiste Dubos, Histoire des quatre Gordiens, prouvée et illustrée par les médailles (Paris 1695, 12°), ouvrage recensé dans le JS du 23 janvier 1696, et dans l’ HOS de Basnage de Beauval, juillet 1696, art. V. Voir aussi A. Lombard, L’Abbé Du Bos : un initiateur de la pensée moderne (1670-1742) (Paris 1913 ; Genève 1969), p.21-40. [10] Antoine Galland répondit, en effet, par une Lettre touchant l’« Histoire des quatre Gordiens » (Paris 1696, 12°), recensée dans le JS du 5 mars 1696. Gijsbert Kuiper (Cuper) n’allait pas tarder à entrer dans cette querelle : voir M. Abdel-Halim, Antoine Galland, sa vie, son œuvre (Paris 1964), p.360-369, et Correspondance d’Antoine Galland, éd. M. Abdel-Halim (Paris 1964), lettre 100, p.253-254 et lettre 119, p.286. (fr)  +
(fr)  +
Died 1730/1738 (en)  +
The Collège was founded in 1564 by the Jesuits as the Collège de Clermont, in honour of Guillaume Duprat, Bishop of Clermont. From 1682 it took the name of Collège Louis-le-Grand. The sale of the collection of antiquities and the library is connected with the suppression of the Society of Jesus. For the sale of the library see: http://reliures.bnf.fr/ark:/12148/cdt9xjhh/ (en)  +
The Collège was founded in 1564 by the Jesuits as the Collège de Clermont, in honour of Guillaume Duprat, Bishop of Clermont. From 1682 it took the name of Collège Louis-le-Grand. The sale of the collection of antiquities and the library is connected with the suppression of the Society of Jesus. (en)  +
https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0803&cln=1 Matthieu Compain (Lyon vers 1600-ibid. 1675), s.j., était natif de Lyon, et y passa l’essentiel de sa vie. Sa correspondance avec Charles Patin s’expliquait aisément (Michaud) : « personne ne poussa aussi loin que lui la manie d’acquérir des médailles et des objets d’antiquité de tout genre ; mais quand son corps et son esprit eurent été affaiblis par l’âge et par les maladies, il ne vit plus dans ses trésors qu’une marchandise et il vendit cette précieuse collection à un noble Allemand qui la paya fort cher. Compain trouva dans le prix qu’il en retira le moyen de rendre son nom immortel : il fit construire une fort belle bibliothèque dans la maison, dite de Saint-Joseph, que les jésuites possédaient à Lyon, au confluent du Rhône et de la Saône, et y fit transporter un grand nombre des livres qu’il avait achetés de ses propres deniers, et même ceux qui lui avaient été donnés. Il voulut que cette bibliothèque s’accrût au moyen d’une rente annuelle et perpétuelle qu’il constitua à cet effet, sans que cette rente pût être détournée à un autre usage. Lors de la suppression des jésuites en 1762, la bibliothèque fondée par Compain fut sans doute réunie à celle du collège ; quant à la rente destinée à l’accroître, elle a eu le sort de toutes ces fondations libérales ou pies, qui se sont englouties dans le gouffre de nos révolutions. (fr)  +
Reprint of 5 letters published in the "Magasin Encyclopédique, ou Journal des Sciences, des Lettres et des Arts": 1° letter: Magasin Encyclopédique, 1807, tome III, p. 106-133; 2° letter: Magasin Encyclopédique, 1807, tome V, p. 51-88; 3° letter: Magasin Encyclopédique, 1808, tome III, p. 76-110; 4° letter: Magasin Encyclopédique, 1810, tome I, p. 283-309; tome II, p. 5-40; 5° letter: Magasin Encyclopédique, 1808, tome I, p. 5-48. (en)  +
(fr)  +
First edition. (en)  +
Second edition. (en)  +
For the reference about Cuper as author of this book see Van der Aa 1858, p. 925: "Cimeliarchium, seu Thesaurus Nummorum tam antiquissimorum, quam modernorum, aureorum, argenteorum et aeneorum Frid. Aug. Ducis Wurtembergiae, cum notis manuscriptis (by Cuper, ndr). Stutg. 1710, fol.". (en)  +
D
[16] Larroque annonce les grands ouvrages de Jean-Foy Vaillant (1602-1706) sur les médailles antiques : d’abord, Numismata ærea imperatorum Augustarum et Cæsarum in coloniis municipiis et urbibus jure latio donatis, ex omni modulo percussa (Parisiis 1695, folio), ensuite, Numismata imperatorum Augustarum et Caesarum : a populis, Romanæ ditionis Græcè loquentibus, ex omni modulo percussa, quibus urbium nomina, dignitates, prærogativæ [...] et alia plurima ad eas spectantia consignantur, ed. altera, ab ipso auctore recognita, emendata, septingentis nummis aucta ; additis ad quemlibet imperatorem iconibus, cui accessit de notis Græcorum numismatum literalibus, et altera de numeralibus explanatio (Amstelædami 1700, folio). (fr)  +
[5] Le Père Jean Hardouin s’en était pris aux spécialistes de la numismatique dans sa volonté de contester l’authenticité des témoignages historiques. Sur Jean-Foy Vaillant, voir Lettres 252, n.3 et 160, n.140. Bayle avait suivi la querelle entre Hardouin et Vaillant dans les NRL, mars 1685, cat. iv, faisant état des plaintes d’ André Morell et de Jean-Foy Vaillant contre les plagiats du Père Hardouin, et, en juin, cat. iii, il avait fait état de la réponse du Père jésuite à ses accusateurs : voir Lettres 357, n.8, 395, n.16, 439, n.17, et 446, n.9. C’est en 1688 que Jean-Foy Vaillant avait publié ses Numismata ærea Imperatorum, Augustarum, et Caesarum : in Colomis, municipis et urbibus jure latio donatis, ex omni modulo percussa (Parisiis 1688, folio), qui firent l’objet d’un compte rendu dans le JS du 16 août 1688. En 1689, avait suivi l’ouvrage de Jean Hardouin, Antirrheticus de nummis antiquis coloniarum et municipiorum ad Joan. Foy-Vaillant (Parisiis 1689, 4°), avec un compte rendu dans le JS du 25 avril 1689. Basnage de Beauval suivit également la querelle entre Hardouin et Vaillant : voir l’ HOS, mars, juin 1689, février 1690, août 1692. Sur l’ensemble de ces batailles numismatiques, voir T. Sarmant, La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières (Paris 2003). (fr)  +
The link refers to the 1636 edition. (en)  +
Circa 1624. Zaccariotto 2021, p. 75, note 1: "was acquired by the GRI’s Archives for the History of Art in 1985 from New York dealer H. P. Kraus, who reportedly acquired it from the libraries of Frederick North, 5th Earl of Guilford, and Sir Thomas Phillipps (ex. ms. 5236)." (fr)  +
Première partie. État de la monnoie Romaine depuis son origine jusqu'au règne de Constantin le Grand (647-698). Seconde partie. État de la Monnoie sous Constantin le Grand, et sous quelques-uns de ses Successeurs (p. 698-753). (fr)  +
un exemplaire imprimé annoté par l’auteur et collationné par le notaire royal. Cet exemplaire, passé en Belgique fut racheté par Baron Jérôme Pichon, puis revendu à Edmond Bonnaffé, cf. rubrique «Inventaire de collection» (information Guy Meyer). Collocation inconnue. (fr)  +
Notes de Guy Meyer 1) Ed. Bonnaffé, Dictionnaire des amateurs français au XVIIe siècle (Paris, 1884), p. 91, dans sa notice consacrée à François Du Périer, en cite en tout quatre exemplaires dont, le manuscrit et l’exemplaire de la Méjanes. Il ajoute deux exemplaires imprimées: l’un à la bibliothèque de Carpentras (Inguimbertine) et l’autre aux mains du Baron Jérôme Pichon (1812-1896), ce dernier avec des ajouts manuscrits comme dans l’exemplaire belge et collationné comme l’autre par le notaire royal. Cf. aussi deux articles du même Bonnaffé, «Un dossier de catalogues inédits», Gazette des beaux-arts (1878, 1), pp. 420-421; «Catalogue de Du Périer», Revue de Marseille, 1887, pp. 18-27. Bonnaffé ajoute, dans ce dernier article un cinquième exemplaire imprimé dans des notes manuscrites de Peiresc conservé à la Bibliothèque Westreenen de La Haye. Il apparaît que l’exemplaire publié par Tolliez, dont Bonnaffé ignore l’article, est le même que celui du Baron Pichon acquis par Bonnaffé en 1885. 2) Charles de Lorraine (1571-1640). En fait l’achat se fait pour le cabinet du roi. 3) Rascas de Bagaris, garde des médailles d’Henri IV puis de Louis XIII, cf. P. Tamizey de Larroque, Les correspondants de Peiresc, XII. Pierre-Antoine de Rascas sieur de Bagaris (Aix, 1887). (fr)  +
E
Observations (Guy Meyer) : Bouhier renvoie dans cette note aux Acta eruditorum, anno MDCCXXI, « Jo. Georgii Eccardi epistola de Nummis quibusdam sub regimine Theoderici Ostrogothorum regis in honorem Imperatorum Zenonis et Anastasii cusis, ad Maxime Reverendum D. Anselmum Bandurum, monach. Benedict. et Magni Etruriæ Ducis bibliothecæ præfectum, Hanveræ, 1720 », p. 353 : CONOB ergo in ima posticæ parte comparens hic non Constantinopoli sed Conio. S. Iconio Augusti osignatam monetam designare arbitratur ». Les lettres CONOB etc. firent l'objet d'apres discussions au début du XVIIe siècle, cf. « Sur les lettres CONOB, ou COMOB, qui se trouvent à l'exergue des médailles d'or du bas Empire », Histoire de l'Académie des Inscriptions, I, 1717, p. 263-270, à la suite de deux dissertations, l'une de Vaillant le Père, présentée en 1706 et l'autre par son fils Jean-François Foy-Vaillant sur des documents rassemblés par son père, en 1707, avec la polémique qui s'en suivit. (fr)  +
La date du 2 octobre est sand doute erronée et doit être corrigée en 2 décembre (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Sur E. Calvet directeur des hôpitaux Sainte-Marthe et Saint-Bénézet, professeur à la faculté de médecine d’Avignon, et ses collections, cf. O. Cavalier, La Grèce des Provençaux au XVIIIe siècle (Avignon, 2007), p. 26-37. (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Je suppose que les parenthèses inversées «)( «qui indiquent le revers sont, en fait un R à jambage barré. La première monnaie est une monnaie de Vélia, il faudrait sans doute écrire [Y]. La tête casquée est celle d’Athéna. Il faut corriger en et la seconde en MHTROPOLEWS, comme il faut corriger en et en NERWN et le revers en KAISAREWN, à la rigueur en KAISARIA, j’ignore comment corriger les deux lettres qui suivent (une ère ?). (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Il est question de « M. Niel, libraire distingué de cette ville (Avignon) au début de la lettre qui a des vues sur une bibliothèque nîmoise, et qui doit porter la lettre de Calvet à Séguier ». (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Le livre de G. A. Oderici, n’est pas comme le pense l’éditeur de la lettre les Dissertationes et adnotationes in aliquot ineditas veterum inscriptiones... (Rome, 1765), mais De argento Orcitirigis numo coniecturae (Rome, 1767). Sur la monnaie en possession de Calvet, cf. A Blanchet, Traité des monnaies gauloises, I, p. 161, fig. 13; II, p. 408 (catalogue BN 5044). Le nom du droit doit se lire DVBNOSOV, que Blanchet identifie à Dumnorix. (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : On voit que, par rapport à ses premières lettres, Calvet a élargi la gamme de ses collections. (fr)  +
See also a letter to Eckhel, June 2, 1796; Vienna, KHM, MK Archiv V, 51, ff. 1v‒2r: “Il est à ma connoissance qu’O(sman) B(ey) s’est joué de la crédulité de diverses personnes, et j’ay lieu de croire que pendant le séjour qu’il faisoit de tems en tems à Constant(ino)ple il a vendu indirectement des piéces fausses, qui peuvent s’être glissées dans la collection de M(onsieu)r Ainslie. J’ay examine derniérement dans cette capitale une collection entreprise depuis peu de tems, et j’y ai trouvé des médailles qui sont décidément de la même main” (fr)  +
F
[7] Sur François Charpentier, académicien pensionnaire de l’Académie des Inscriptions et Médailles, adversaire deBoileau à l’Académie française et défenseur de la langue française pour les inscriptions des monuments publics, voir Lettre 90, n.7, 121, n.11, et 132, n.23. [8] Sur l’ abbé Paul Tallemant (1652-1712), intendant des devises et inscriptions, secrétaire de l’Académie des Inscriptions et Médailles, membre de l’Académie française depuis 1666, voir Lettres 103, n.37, et 105, n.24. [9] Sur Pierre Rainssant, médecin et numismate, voir Lettres 160, n.140 et 141. [10] Henri de Bessé, sieur de Milon-la-Chapelle, connu sous le nom de La Chapelle-Bessé (vers 1625-1694), contrôleur des bâtiments du Roi, secrétaire de l’Académie des Inscriptions et Médailles, fréquentait le milieu de M me de Sablé et les lundis du président Guillaume de Lamoignon ; il est surtout connu comme l’auteur de la préface de la première édition desRéflexions ou sentences et maximes morales (Paris 1665, 12°) de La Rochefoucauld. Voir le Dictionnaire de Port-Royal,s.v. [11] Sur Jean Vaillant, dit Jean-Foy Vaillant, voyageur érudit, antiquaire du roi et du duc du Maine, voir Lettre 347, n.15. [12] André Morell (1646-1703) montra ses premiers dessins à Charles Patin, alors en exil à Bâle. Il se rendit ensuite à Paris et fut reçu dans le milieu du duc d’Aumont, jouissant d’un accès libre au Cabinet des médailles du roi. Il publia un Specimen universæ rei nummariæ antiquæ (Paris 1683, 8°), qui attira sur lui l’attention de Pierre Rainssant : c’est ainsi que Morell devint dessinateur du Cabinet des médailles. Pour différentes raisons, parmi lesquelles son adhésion à la foi réformée, Morell fut embastillé sur ordre de Louvois en 1688-1689 et de nouveau en 1690-1691, mais, pourvu parOudinet des ouvrages nécessaires, il poursuivit son travail en prison. Libéré en 1691, il se retira à Berne, puis dans l’Empire ; en 1694, le prince de Schwarzburg l’appela à Arnstadt en Thuringe, où le numismate fut chargé du cabinet princier. Cette même année, il rencontra à Halle Leibniz et Ezéchiel Spanheim ; ce dernier le présenta à l’ Electeur de Brandebourg, Frédéric-Guillaume, qui l’invita à Berlin, où le ministre Eberhard Danckelman encouragea son projet de corpus des médailles antiques. Mais Danckelman fut disgracié et les choses s’arrêtèrent là. Morell mourut en 1703 sans avoir réalisé son grand projet, dont seuls des morceaux furent publiés par la suite : Thesaurus Morellianus (Amstelodami 1734, folio) pour les monnaies consulaires, et Thesauri Morelliani tomitres (Amstelodami 1753, folio) pour les monnaies des douze premiers Césars. Voir T. Sarmant, La République des médailles, p.77-79. (fr)  
(fr)  +
First edition of the work. It was reprinted in 1682. (en)  +
First edition of the work. It was reprinted in 1682. (en)  +
Remarque : il doit s'agir de Seleucidarum imperium sive historia regnum Syriæ, ad fidem numismatum accomodata, per J. Foy-Vaillant Bellov(acem), d(octorem) med(icum) et regis antiq(uarium), à Paris, chez Louis Billaine, d'autres exemplaires chez Moette, la veuve de François Clouzier, et Pierre Aubouin, 1681, de Vaillant. (fr)  +
Second edition of the work. (en)  +
Second edition of the work. (en)  +
An Amsterdam edition was also published in the same year. The work was reprinted in 1696 both in Paris and Amsterdam. (en)  +
An Amsterdam edition was also published in the same year. The work was reprinted in 1696 both in Paris and Amsterdam. (en)  +
Remarques : (1) Ce qui tient à la publication des médaillons dont il s'agit ici, s'est passé de la manière qu'on va le raconter. Après la mort de Jérôme Corraro qui le premier les avait recueillis, et qui s'était servi de Bianchini pour commencer de les faire graver à Rome par Joseph-Marie Junster. Ange son fils, jaloux de perpétuer la gloire de son père, voulut que l'ouvrage se continuât et se finît : et je conserve à part moi, une des premières épreuves, pour ne pas dire la seule, de ces médaillons dans chacun desquels on voit sur le cordon qui l'entoure, les armes de Corraro avec cette inscription au haut gravée en cuivre : Numismata selectiora Maximi Moduli Aerea ex musaeo Illustriss. et Excell. D. Angeli Corrarii a Hieronymo ejus patre Senatore Veneto præstantissimo olim inchoata et collecta, nunc demum aucta et in lucem data Venetiis ann. MDCXCVI. in fo Mais comme d'un côté Ange Corraro aurait voulu que ces monumens d'antiquité parussent enrichis de belles et utiles explications, et que d'ailleurs trop distrait par les affaires publiques et les sciences particulières, il ne pouvait donner assez de tems au succès de cette entreprise, la mort l'ayant surpris au milieu de toutes ces causes de retard, en 1705, l'ouvrage fut laissé là et resta ignoré jusqu'en 1712. A cette époque Isabelle sa fille épousa Almoro Pisani fils de Louis alors Chevalier et Procurateur de St-Marc, et puis Doge. Cette Isabelle apporta en dot à son mari avec des fonds considérables et des meubles précieux, une quantité de livres, et ce célèbre Musæum composé non-seulement de médaillons, mais de très-riches médailles grecques et romaines, puisque une assez grande quantité de celles du moyen-âge et moderne, qu'on conservait dans.la Bibliothèque Pisani, a été acquise, par mes soins, par les frères Chevaliers Âlvise, et François encore vivans. A l'époque de ce mariage, un autre Âlmoro Pisani oncle du mari d’lsabelle et l'un des frères du Doge, celui justement qui fut le bienfesant instituteur de cette Bibliothèque, conçut le projet de faire tirer des planches de Junster, dont on a fait mention plus haut, et qui avaient suivi le sort du Musæum, un grand nombre d'exemplaires de ces mêmes médaillons, et de les publier, ce qu'il fit, en donnant pour titre à l'ouvrage Numismata ærea sélection: , e Musoeo Pisano, olim Corrario, sans date, et sans aucune explication, ‘relicto sua cuique pro Minerva, dissertationum loco‘, à l'exemple des plus fameux médaillons anciens de Louis XIV, auxquels le Directeur du cabinet royal donna cette inscription: nullas inscribi notas sapientius durit: et cela, d'après l'avis du seul Abbé Joseph De Capitani, qui dans son avant-propos lib Pisanorum Numismatum etc. in-4° imprimé et adressé à Almoro Pisani, s'avisa de vanter ce dernier ouvrage et la manière de l'annoncer qu'il se proposait lui-même d'imiter. Le Chanoine Bianchini était d'un avis différent, et après la mort du Docteur Bon qui avait été chargé par Ange Corraro d'en donner l'explication avec cette lettre écrite, je ne sais à qui, mais bien certainement à une personne qui avait des rapports d'intimité avec la famille Pisani, il offrit au Procurateur Louis frère d'Almoro de se charger lui-même de cette illustration ; c'était un homme d'une immense érudition dans l'histoire et sur l'antiquité, et en cela très-capable d'une pareille entreprise. On voit par le fait que sa proposition ne fut point acceptée : et long-tems après, c'est-à-dire en 1740, et après la mort de Bianchini, on vit paraître un volume portant pour titre : in numismata aerea selectiora e Musaeo Pisano, olim Corrario, commentarii in f° dédié au Doge Pisani, et dont le père D. Albert Mazzoleni depuis Abbé Bénédictin du Mont Cassin était l'auteur bénévole : ce volume fut suivi de deux autres Animadversiones etc. in-f° qui parurent en 1741-44; ouvrage, il est vrai, d'un travail immense et plein de mérite, mais qui aurait dû l'être davantage, si Mazzoleni avait su joindre à sa vaste et rare érudition une critique plus éclairée. Il ne faut pas dissimuler la crainte qui aurait pu naître un jour dans la famille Pisani de se voir dépouillée du Musaeum, qu'Isabelle y avait apporté en dot. Elle cessa aussitôt que le 3o septembre 1757 on eut publié son testament qui existe dans les actes de Louis Gabrieli N. V., où la testatrice s'exprime ainsi : (Omissis) « Je légue au N. Almoro Pisani mon petit-fils, fils d'André mon fils, le Médailler et les livres appartenans à ma famille Corraro, et qui sont déjà dans la Bibliothèque de la maison Pisani : et dans le cas où ledit Almoro n'aurait pas d'enfans, je veux que le Médailler et les livres restent, ainsi qu'ils le sont, dans la Maison Pisani ». Cet Almoro mourut en effet en 1766 âgé de 19 ans, fiancé, mais non-marié; et en vertu de la prévoyante disposition testamentaire d' Isabelle, la possession et la propriété du célèbre Musaeum fut assurée à la Maison Pisani. (N. de l'Éd.) (1) Ce n'est réellement pas de Jérôme, ainsi qu'on l'a vu, mais d'Isabelle sa fille, que ce Médailler a passé à la Maison Pisani. (N. de l'Ed.) (1) Né à Amiens en 1645, mort à Paris en 1725. De la condition de servir des messes, il devint Evêque. On a de lui des dissertations sur les médailles et l'histoire de France. (N. du Tr.) (2) Le P. Paolo Pedrusi Jésuite. On a de lui un traité des médailles impériales en 8 vol, in-folio, imprimé à Parme en 1694. (id.) (1) Le Journal des Savans d'Italie, tom. II, pag. 422, nous apprend que le Docteur Nicolas Bon Jurisconsulte, était né à Candie en 1654, d'une famille noble Venitienne transplantée dans cette île : qu'en sortant de l'Université de Padoue où il avait fait ses premières études, et d'où il revint fort-instruit dans les langues Grècque et Latine, il s'établit à Venise : que s'y étant dévoué particulièrement à l'étude des Médailles et de tout autre genre d'antiquité, il s'y distingua de manière à mériter et à obtenir d'être recherché pour présider à la conservation des plus illustres Musaeum qui existaient de son tems à Venise, tels que ceux de Morosini, Marcello, Corraro, afin de les mettre en ordre, et de les augmenter. Il est à présumer qu'il aura donné les mêmes soins au Musaeum du N.V. Jean-Dominique Tiepolo avec qui il était liè d'amitié. Sa réputation le rendit bientôt célèbre dans toute l'Italie, et même au-delà des Alpes. En effet on a vu recourir à ses rares connaissances ou personnellement ou par voie de correspondance, non-seulement des jeunes gens qui désiraient d'être initiés dans cette science, mais des Savans d'un âge mur qui cherchaient à s'instruire dans tout genre quelconque d'érudition, et parmi lesquels on distingue le Card. Noris, le Co. Mezzabarba, le Vaillant, Gisbert Cuper, Jacq. Gronovius, C. Patin, Spon, Leibnitz, Laurent Beger, qui l'ont tant vanté ensuite dans leurs écrits. Nous n'avons de lui, au-moins qui soient à ma connaissanse, que deux lettres latines imprimées et adressées à Spon sur l'explication des ara ignotorum atque obscurorum quorumdam Deorum: lettres qui sont insérées dans le tom. 7 Antiquitatum Graecarum de Gronovius, pag. 257 et 268. Mezzabarba dans son catalogue déjà cité Auctorum et illustrium Musæorum etc., nous apprend que cet antiquaire était occupé de faire par ses médailles une illustration de l'histoire des Rois de Syrie, et qu'il se proposait aussi d'augmenter et d'enrichir des trésors de son érudition les ouvrages de le Vaillant. Et le docteur Bon lui-même dans la première de ses deux lettres à Spon dont il a été question ci-dessus, après avoir dit qu'il avait une opinion toute différente de celle d'Albert Rubenius sur les Néocores, ajoute : ut te aliquando perlegere juvabit in eo libro (de Neocoris) cui adornando in cumbo, illum forte brevi editurus. Mihi crede, quoeso, circa hanc materiam me evolvisse quidquid libri marmoraque suggerunt. Mais après sa mort arrivée en 1711, on n'a plus entendu parler d'aucun de ses écrits; il est à croire ou qu'ils ont péri, ou qu'ils sont restés tout-à-fait inconnus dans quelqu'une de nos Bibliothèques » (N. de l'Éd.) (fr)  
Same letter at Basel, BU, UB Handschriften G2 I 23a: f° 18. Das Buch wurde dem Papst überreicht: warum es so lange gedauert hat. Grosse Anerkennung seitens des Papstes. (fr)  +
Translation: [You give me the honour of sending my respects to you while in Venice with my last letter, which I hope has already reached you. In that letter I hoped to renew my devoted service to you, flattering myself with the thought that you would continue your patronage. I advanced the money to Abbe Severoli, to whom Your Excellency sent me to look at the paintings, but I thought it advisable to take the pictures, since he had a shortage of funds. Among these, following some friends’ advice, I took that picture by Van Dyck that shows the martyrdom of Saint Peter, with many figures of pilgrims who are kissing the statue of him, and since I remembered that you said that you could have it for 30 doppie, I thought it would be good to let you know about it. Although there is someone here who wants it, I will keep it until I receive a response from you. I beg you to send my respects to my most esteemed Mylord and Mr Rapin, of whom I always keep fond memories, and I beg that you pay my respects to the Prince de Ligne. If you happen upon the struck silver coin of Brutus or the other of Lepidus with the name of Sublici, I would be grateful if you sent it to me. I greatly look forward to hearing from you, I remain yours.] (trans. Spier and Kagan). (fr)  +
Publiée avec les lettres de 1775-1778. (fr)  +
Remarque de Guy Meyer : Je ne connais pas l'abbé de Ligny ou Ligny, mais je connais bien l'abbé de Signy (légère correction) soit François De Camps, collectionneur de Médaillons pour qui Galland a travaillé à la rédaction d'un catalogue (nombreuses allusions dans le Journal parisien des années 1709 à 1715). Bély dit précisément, p. 338, que l'abbé, auteur de la lettre, prépare la publication son catalogue de médaillons. (fr)  +
Notes (Guy Meyer): l’honnête homme anonyme était l’abbé de Saint-Michel; Il s’agit ici de monnaies gauloises, qui légendées portent les noms GOTTINA, LUCOTTO, VOCASAN (sic, Lalanne). (fr)  +
[7] Sur François Charpentier, académicien pensionnaire de l’Académie des Inscriptions et Médailles, adversaire de Boileau à l’Académie française et défenseur de la langue française pour les inscriptions des monuments publics, voir Lettre 90, n.7, 121, n.11, et 132, n.23. [8] Sur l’ abbé Paul Tallemant (1652-1712), intendant des devises et inscriptions, secrétaire de l’Académie des Inscriptions et Médailles, membre de l’Académie française depuis 1666, voir Lettres 103, n.37, et 105, n.24. [9] Sur Pierre Rainssant, médecin et numismate, voir Lettres 160, n.140 et 141. [10] Henri de Bessé, sieur de Milon-la-Chapelle, connu sous le nom de La Chapelle-Bessé (vers 1625-1694), contrôleur des bâtiments du Roi, secrétaire de l’Académie des Inscriptions et Médailles, fréquentait le milieu de M me de Sablé et les lundis du président Guillaume de Lamoignon ; il est surtout connu comme l’auteur de la préface de la première édition desRéflexions ou sentences et maximes morales (Paris 1665, 12°) de La Rochefoucauld. Voir le Dictionnaire de Port-Royal,s.v. [11] Sur Jean Vaillant, dit Jean-Foy Vaillant, voyageur érudit, antiquaire du roi et du duc du Maine, voir Lettre 347, n.15. [12] André Morell (1646-1703) montra ses premiers dessins à Charles Patin, alors en exil à Bâle. Il se rendit ensuite à Paris et fut reçu dans le milieu du duc d’Aumont, jouissant d’un accès libre au Cabinet des médailles du roi. Il publia unSpecimen universæ rei nummariæ antiquæ (Paris 1683, 8°), qui attira sur lui l’attention de Pierre Rainssant : c’est ainsi que Morell devint dessinateur du Cabinet des médailles. Pour différentes raisons, parmi lesquelles son adhésion à la foi réformée, Morell fut embastillé sur ordre de Louvois en 1688-1689 et de nouveau en 1690-1691, mais, pourvu parOudinet des ouvrages nécessaires, il poursuivit son travail en prison. Libéré en 1691, il se retira à Berne, puis dans l’Empire ; en 1694, le prince de Schwarzburg l’appela à Arnstadt en Thuringe, où le numismate fut chargé du cabinet princier. Cette même année, il rencontra à Halle Leibniz et Ezéchiel Spanheim ; ce dernier le présenta à l’ Electeur de Brandebourg, Frédéric-Guillaume, qui l’invita à Berlin, où le ministre Eberhard Danckelman encouragea son projet de corpus des médailles antiques. Mais Danckelman fut disgracié et les choses s’arrêtèrent là. Morell mourut en 1703 sans avoir réalisé son grand projet, dont seuls des morceaux furent publiés par la suite : ThesaurusMorellianus (Amstelodami 1734, folio) pour les monnaies consulaires, et Thesauri Morelliani tomitres (Amstelodami 1753, folio) pour les monnaies des douze premiers Césars. Voir T. Sarmant, La République des médailles, p.77-79. (fr)  
Rainssant fut à la fois garde des médailles et médecin personnel de Louvois, envoyé au service de ce dernier par Mgr Le Tellier, archevêque de Reims. (fr)  +
Les edd. identifient le commandeur de Gaut avec Pierre du Pont, chevalier de Gault, toulousain, d’après F.-J.-G. Pinard, Chronologie Historique-militaire, VI (Paris, 1763), p. 376 (ils ne donnent ni le tome ni la page), titre «Des maréchaux de camp», à la date du 16 août 1652; le même personnage, dans J. de Boislisle, Mémoriaux du conseil de 1661 (paris, 1905), p. 264. Il me semble que cette identification, pour des raisons chronologiques, entre autres, n’est pas assurée. (fr)  +
Il pourrait s’agir d’une médaille moderne, mais voir infra, lettre 419. (fr)  +
Monnoye: en principe des monnaies médiévales ou modernes. Ici, la mise en garde sur le nettoyage semble faire allusion à des monnaies antiques, mais Louvois emploie le mot «médailles» aussi bien pour les antiques que pour des pièces contemporaines commémoratives. (fr)  +
Gobaille apparaît dans Guiffrey, les Comptes des Bâtiments du roi, II, col. 1008: à la date du 20 octobre 1686, au Sr Gobaille, pour une médaille d’argent de Pertinax, 34 livres 10 sous (note des ed.).Cf. lettre suivante, n° 242. (fr)  +
On voit bien par cette lettre que Louvois, huit jours après sa nomination, était bien résolu à chasser Carcavi, inféodé au clan colbertien, pour détournement et qu’à cette date l’affaire était déjà engagée avec l’approbation du roi.Sur cette affaire, cf. Sarmant, op. cit., pp. 44-46, Carcavi fut finalement innocenté des charges qui pesaient contre lui, ce qui n’empêchât pas son renvoi.Nicolas Clément (1647-1712), cité dans la lettre, était l’adjoint de Carcavi, puis de Melchisédech Thévenot.Goeton correspond à Jean Goyton, imprimeur en taille-douce, chargé des planches du cabinet du roi (notes des éditeurs). (fr)  +
Le coadjuteur de Rouen était Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707), archevêque coadjuteur de Rouen (1680), en titre (1691-1707), etc. en charge de la Bibliothèque royale pour le compte de son frère cadet, Louis Colbert, né en 1669, garde de la Bibliothèque et du Cabinet des Médailles depuis la mort de son oncle Nicolas Colbert, évêque de Luçon, décédé en 1676 (note des éditeurs). (fr)  +
Le duc du Maine (ou plutôt, le roi au nom de son fils légitimé) avait recruté Vaillant, comme son antiquaire, chargé de s’occuper de ses médailles. cf. infra, lettre 410. (fr)  +
La note des éditeurs à Jean Rou, Tables historiques, chronologiques et généalogiques, contenant ce qui s’est passé de plus mémorable depuis la création du monde, Paris, chez l’auteur, 1672-1675, 9 planches doubles (...) est insuffisante.Il y a autour de ces Tables une ténébreuse affaire qui implique Louvois et Rainssant. L’auteur, Jean Rou (1638-1711), avocat au parlement était protestant, comme le rappelle la note. Ce qu’ils omettent c’est que le livre fut saisi et en partie anéanti (il en subsiste quelques rares exemplaires), et son auteur embastillé. Il en fut libéré par une intervention du duc de Montausier, son protecteur. Le dossier est rapporté par Francis Waddington, Mémoires inédits et opuscules de Jean Rou (Paris, 1857), I, pp. XI-XIV, pp. 28-29, 39-63, 97-109, 205-209, 216-218, 315-316. L’affaire est évoquée à plusieurs reprises dans les lettres de la Correspondance de Pierre Bayle éditée par Anthony McKenna et Fabienne Vial-Bonacci dont il existe une édition papier, chez Champion, et une édition électronique (avec de précieuses annotations): lettre 78, de Pierre Bayle à Joseph Bayle, le 8/2/1675; lettre 160, de Pierre à Jacob Bayle, 26/11/1678, ; lettre 439, de Raissant à Bayle, le 12/6/1685; lettre 448, de Pierre Bayle à Pierre Salbert de Marcilly, le 27/7/1685; lettre 548, de Pierre Bayle à Jean Rou, 10/4/1686 (avec extrait d’une lettre de Rainssant); Lettre 558, de Rainssant à Bayle, c. 15/5/1686; lettre 564, de Rainssant à Bayle, 28/5/1686; lettre 605, de Rainssant à Pierre Bayle, le 31/7/1686; lettre 582, de Rainssant à Bayle, le 25/6/1686; lettre 590, de Pierre Bayle à Jean Rou, le 5/7/1686; lettre 605, De Pierre Raissant à Pierre Bayles, le 31/6/1686. Une partie de ces lettres est déjà cité par Waddington, pp. 207-209. Il apparait que Louvois avait obtenu le tirage de six exemplaires environ pour le Cabinet des médailles. Rou avait été soutenu dans son entreprise par Colbert. Rainssant dans la correspondance avec Bayle évoque les tables d’un certains Roy, soit les Nouvelles tables historiques dressées par ordre du Roy pour l’usage de Monseigneur le Dauphin par Me I. Roy, advocat au Parlement (Paris, 1675): ce sont les tables de Rou, dont Rainssant était très satisfait, expurgée de ce que critiquait Bossuet comme relevant de l’hérésie RPR. Les tables originales de Rou étaient dédiées au Dauphin. (fr)  
Les frères de Launay (Jean et Pierre-Albert), généalogistes, étaient de célèbres faussaires dans leur domaine: ils établissaient de fausses généalogies et d’abord la leur. Jean, pseudo-baron de Launay fut exécuté à Tournai en 1687. Sur Jean de Mesgrigny, gouverneur de la citadelle de Tournai (1678), capitaine de la compagnie des cadets-gentilshommes de Tournai (1682), voir la note des edd., à la lettre 7, page 5 (note 10). Sur la collection de Launey, cf. infra, lettre 459 (fr)  +
Sur cette affaire et l’abbé Boisot, cf Chifflet, Claude-Nicolas dans «3-Inventaires de collections numismatiques». Les edd. identifient en note l’abbé Boisot, à Jean-Baptiste Boisot (1638-1684), abbé de Saint-Vincent de Besançon, bibliophile et collectionneur qui avait acheté la bibliothèque, les tableaux et les médailles du cardinal Granvelle. Boisot légua ses collections aux bénédictins de son abbaye, à condition qu’elles soient ouvertes au public. Ils se fourvoient, en revanche, quand ils identifient le Chifflet en question à Philippe-Eugène Chifflet. (fr)  +
Lettre déjà publiée par Camille Rousset, Histoire de Louvois et de son administration politique et militaire (Paris, 1862-1863), III, p. 172 (note des edd.).Camille Le Tellier, abbé de Louvois (1675-1718), n’avait pas dix ans. Non seulement le responsable du Cabinet des médailles était sous l’autorité du surintendant des bâtiments du roi, Louvois en l’occurrence, mais encore, Camille Le Tellier, étant enfant mineur, c’est son père qui exerce sa charge à sa place. Louvois rembourse 30 000 livres à Hodier, agent des Colbert, pour l’office, mais, dans la mesure où elle est augmentée de l’intendance et de la garde des médailles, il la porte à 40 000 livres. La lettre suivante, 365, page 128 se rapporte à la même affaire. (fr)  +
Notes : n. 555 : Les collectionneurs du temps s’intéressaient aux anciennes monnaies d’Israël, en relation avec la lecture des textes bibliques. On pensait en général que le sicle était la plus ancienne monnaie; d’où la création de nombreuses monnaies de fantaisie; «Toutes les médailles hébraïques où il y a la teste de Moyse ou de quelque autre personne sont fausses ou modernes» (L. Jobert, La science des médailles, 1692, p. 165). n. 556 : Denis Moëne Grimaldi de Copponay, mi-chimiste, mi-charlatan, était adepte de la médecine spagirique. Il avait fondé, en 1684, l’Académie chimique, ducale et royale de Savoie (L. Sevez, «Notice sur l’académie chimique, ducale et royale de Savoie et sur Grimaldi de Copponay, son fondateur», 1859). (fr)  +
Daubeil: le père Jean-François d’Obeilh, chapelain de l’ambassadeur, Paul de Barillon d’Amoncourt. «Plutôt que d’un médaillon, il doit s’agir d’un aureus de l’empereur romain Pescennius Niger (193-194, au revers de Jupiter assis, pièce d’une extrême rareté» (notes des edd.).Claude Gros de Boze, «Réflexions sur les médailles de Pescennius Niger...», Mémoires de l’Académie, 24 (1756, lu le 10 mars 1750), pp. 105-108 est formel, il n’y avait pas de Pescennius d’or au cabinet du roi ni dans aucun autre, avant qu’on ne lui en propose un, en juillet 1749 (p. 108). D’autre part, A. Schnapper, Le géant, la licorne la tulipe (Paris, 1988), p. 152 pense que ce médaillon de Pescennius correspond à celui acheté par Vaillant, puis revendu par lui au cabinet du roi. Je ne le crois pas. Il cite un extrait des Comptes des bâtiments, II, col. 537, qui se rapporte à la transaction du 22 février 1684 et qui ne concerne donc pas Vaillant: «16 avril [1684]: au sieur CLERY, pour son remboursement de ce qu’il a payé à Londres pour le prix d’un médaillon d’argent de l’empereur Pescennius Niger, envoyé au Roi par M. de BARILLON, ambassadeur à Londres... 440 (livres)». Vaillant avait payé le sien 30 louis d’or. (10 livre valent une pistole; soit 40 pistoles = 400 livres, j’ignore à quoi correspondent les 40 livres supplémentires). Vaillant a acquis cette monnaie avant 1692. Voir lettre 370, ci-après. (fr)  +
Cf. supra, lettre 307.Il semble ici que le Louis vaut dix livres, à moins qu’il faille inclure les quarante livres de restes, ce qui mettrait l’équivalence à 11 livres ? (fr)  +
Rainssant était lui aussi en correspondance avec Chabert qui lui servait d’intermédiaire avec Bayle, cf. Correspondance de Bayle, lettres 508, 526, 551, 564, 639.Il semble être question ici de médailles modernes. Anton Meybuch était un graveur danois qui contribua à l’Histoire métallique de Louis XIV (note des edd.). (fr)  +
Dans une lettre à cachet volant, le sceau est placé de telle manière qu’une tierce personne (ici Rainssant) puisse la lire sans l’endommager avant de la transmettre au destinataire (l’abbé Gallois). Cette lettre correspond au n° 298, la suivante. (fr)  +
Gallois, abbé Jacques ou Jean (1632-1707), rédacteur du Journal des Savants, assura l’intérim de Carcavi en 1683-1684 (note des ed.). (fr)  +
Il peut s’agir de médailles modernes ? (fr)  +
Pour le règlement, cf. Comptes des Bâtiments du roi, II, col. 538: «23 juillet [1684]: au sieur de Wasqual, pour plusieurs médailles qu’il a fournies pour le cabinet des médailles, 60 (livres)». (fr)  +
G
Remarques : 46 TORREMUZZA 1770. 47 Nella Praefatio a TORREMUZZA 1769 (integralmente ripresa in ID. 17842), XI, si legge: Catanensia nonnulla jam pridem communicaverat Epigrammata Vitus Maria De Amico […] eorum postea auxit Syllogen praeclarissimus Vir et sanguinis spendore, et omnigena eruditione illustris Ignatius Paternionus Castellus Princeps Biscaris, qui et Marmora omnia in suum Antiquitatum ditissimum Museum invecta excribenda, et mihi mittenda curavit, aggiungendo, in nota: Ea sunt, quae passim in hoc Opere titulum Musei Paternioni inscriptum praeferunt. Già in TORREMUZZA 1762 sono menzionate epigrafi del museo Biscari (vd., ad esempio, p. 264, nota C e p. 342, nota A). 48 Vd., con altra bibliografia, PAFUMI 2009b. 49 PARUTA 1723, II, tavv. 32-32***. 50 CARRERA 1639-1641. In Memorie 1804, pp. 7-8, Torremuzza ricorda come tale «opera, di cui non si fa conto alcuno», ebbe però un ruolo importante nella sua formazione: «a questo inutile libro capitato, come ho detto per sorte in mie mani, devesi ascriver la causa d’essermi io rivoltato, e posteriormente tutto immerso negli studj dell’antiquaria». 51 Su queste monete vd. TORREMUZZA 1770, pp. 223-226. 52 HOOVER 2012, pp. 163-164, nn. 559-565 (tetradrammi datati intorno al 461-450/445 a.C.). 53 Vd. nota 46. 54 AMICO 1741, tav. 5, n. 10 e tav. 7, nn. 12-3. 55 Luigi Maria Gravina, collezionista palermitano. 56 Bertrand Capmartin de Chaupy (1720-1798); il 18 maggio 1770 è presente alla scoperta della dedica di Facundus Porfyrius Mynatidius al Genius splendidae urbis Catinae (CIL X, 7014 = KORHONEN 2004, pp. 149-151, n. 7) nel Teatro romano di Catania (BISCARI 1771, p. XVI, nota 10). 57 CAPMARTIN DE CHAUPY 1767-1769. 58 CLUVERIUS 1619. (fr)  +
59 ASCT, Biscari, busta 1644.3 [1104 bis/P] [1053/*], cc. 14-15; regesto in GRASSO - IOZZIA 2003, p. 156, n. 2. 60 PARUTA 1723, II, pagina non numerata tra l’Index omnium titulorum tabularum numismaticarum e le tavole. 61 Vd. infra. 62 Le due monete sono edite, rispettivamente, in TORREMUZZA 1770, pp. 258-259, tav. I, n. 15 e pp. 259-260, tav. I, n. 16; da questa tavola è tratto il ritaglio incollato a c. 14v. Per monete di Katane con questa legenda vd. HOOVER 2012, p. 170, nn. 607 (tetras o trionkion di bronzo) e 608 (onkia di bronzo). 63 Vd. nota precedente. (fr)  +
83 ASCT, Biscari, busta 1644.3 [1104 bis/P] [1053/*], cc. 165-166; regesto in GRASSO - IOZZIA 2003, p. 158, n. 8. 84 Il dispaccio reale di approvazione del Plano di Biscari è del 15 maggio 1779; il biglietto con cui il viceré comunica a Biscari tale approvazione è del 26 maggio 1779 (PAGNANO 2001, pp. 243-244); vd. anche lettera n. 7. 85 Un dispaccio reale del 15 maggio 1779 invita Torremuzza a regolarsi come Biscari per la redazione del suo Plano; il Plano di Biscari è inviato come modello a Torremuzza con dispaccio reale del 26 maggio 1779; il Plano di Torremuzza, concluso il 3 luglio, è inviato il 15 luglio, ricevuto a Napoli il 4 agosto e approvato il 14 agosto (PAGNANO 2001, pp. 243-244); l’approvazione è comunicata a Torremuzza con biglietto viceregio del 27 agosto, cui il principe risponde il 4 settembre (GIUFFRIDA 1984, pp. 29-30, doc. 8). 86 TORREMUZZA 1781; sulla stampa di questo volume si veda il carteggio in GIUFFRIDA 1984, pp. 20-22, doc. 2 (26 ottobre 1778); pp. 26-27, doc. 5 (30 gennaio 1779); pp. 27-28, doc. 6 (19 luglio 1779); pp. 28-29, doc. 7 (14 agosto 1779); pp. 33-35, doc. 11 (25 febbraio 1780); pp. 38-39, doc. 13 (6 ottobre 1780); p. 40, doc. 14 (25 luglio 1781); pp. 40-41, doc. 15 (28 luglio 1781); sulla stampa di TORREMUZZA 1789, vd. GIUFFRIDA 1984, pp. 81-82, docc. 49-50 (7 marzo 1789). (fr)  +
103 ASCT, Biscari, busta 1644.3 [1104 bis/P] [1053/*], cc. 189-190. 104 In realtà non sono note emissioni auree di Leontinoi, vd. almeno HOOVER 2012, pp. 187-199. 105 Per le emissioni auree di Gela e di Tauromenion vd. HOOVER 2012, p. 163, nn. 334-336 e p. 411, nn. 1571-1572. (fr)  +
Remarques (Guy Meyer) : La dissertation de Galland est insérée dans un article intitulé, « Dissertation de M.A.G. sur une médaille grecque de Diaduménien frappée à Éphèse, etc. Supplément à la VIII. Lettre du Voyage littéraire de Normandie », pp. 891-913 et encadrée par une introduction et une conclusion de Jean de La Roque, à qui Galland avait adressé cette dissertation qui n'est pas conservée autrement, peu après le 13 juillet 1705. Jean de La Roque fait allusion à cette dissertation dans la « Suite du Voyage de Basse-Normandie. Lettre VIII », parue dans le Mercure d'avril 1732, p. 639, après avoir cité pp. 638-639, un extrait d'une lettre que Galland lui avait adressée de Caen, le 13 juillet 1705, lui annonçant cette découverte : « Au retour de mon voyage à Paris, M. Foucault, qui avait fait travailler à Vieux pendant mon absence, me donna à examiner un grand nombre de médailles fort crasseuses qu'on y avait déterrées. Il s'en est trouvé une de moyen bronze où l'on apercevait presque rien, ni du côté de la tête ni au revers; je la nettoyai et je vis paraître une très belle médaille grecque de Diaduménien, ayant d'un côté la tête de cet empereur, avec cette légende C et, sur le revers, le philosophe Héraclite debout avec le manteau de philosophe et une massue qu'il tient de la main gauche et ces deux mots, C. Cette médaille a donné lieu à une dissertation que je mets actuellemnent au net et que je me propose de vous faire part ». Ce à quoi La Roque ajoute : « M. Galland tint sa parole : il m'envoya peu de temps après cette dissertation avec un dessin exact de la médaille en question que j'ai depuis vue en original dans le Cabinet de M. Foucault, je vous communiquerai l'une et l'autre en son temps » (Mercure, avril 1732, pp. 638-639). Cette médaille alors qu'elle n'était encore connue que par la lettre de Galland du 13 juillet 1705 telle que publiée dans le Mercure d'avril 1732 provoqua une intervention polémique de Daniel Polluche publiée dans le Mercure de juillet 1734, pp. 1516-1520, elle-même recopiée par Bouhier dans son manuscrit de Mélanges, ff° 124 v-125r, voir infra. Polluche contestait le revers. Il y voyait un Hercule et il pensait que la monnaie était signée et non pas légendé, Héraclite. Le président Bouhier avait recopié, toujours dans le même manuscrit de Mélanges, ff° 78 v-80 r, la huitième lettre du Voyage de Basse-Normandie, sous le titre, « XIII. Lettre sur quelques antiquitéz considérables trouvées en Normandie au lieu de Vieux, près de Caen, tiré du Mercure de France d'avril 1732. Pag. 631 », suivie, ff° 80 v-83 v, des « Remarques sur les ruines de Vieux », tirées du même Mercure d'avril 1732, pp. 641-656, où La Roque reprend à son compte les critiques de Galland contre Huet au sujet des origines de Caen. Outre la monnaie de Diaduménien, il est plusieurs fois question de découvertes de médailles dans ces deux articles. La dissertation de Galland n'avait circulé que sous forme manuscrite. La lettre de Galland à Jean de la Roque, du 13 juillet 1705, correspond à la lettre CCXVIII, p. 503, de l'édition de sa Correspondance par Abdel-Halim. Les lettres de Basses-Normandie devaient être publiées en un volume dont il subsiste le manuscrit à la Médiathèque de Chantemerle, Corbeil-Essonnes, Ms 6, Voyage littéraire de Normandie. La lettre de Galland s'y trouve p. 132. (fr)  
(fr)  +
Remarque de Guy Meyer : Voir la lettre de Du Bos à Thoynard du 17 avril 1701. (fr)  +
The article examines the general topics of the Eckhel's work. (en)  +
This article continues the examination of the Eckhel's work, in particular pertaining to the first volume. (en)  +
The article examines the second volume of the Eckhel's work. (en)  +
The article continues to illustrate the second volume of Eckhel. (en)  +
The article examines the third volume of Eckhel. (en)  +
The article continues and concludes the examination of the third volume of Eckhel. (en)  +
Lecture superficielle et fautive (fr)  +
[An English Knight called Fountaine as here with me a few months ago, who had travelled with the son of the excellent Earl of Portland’s son in Italy and Germany. He was not only keen on ancient coins and very clever but he had also bought several of the greatest rarity for himself and he agreed that he would send some copies, not yet come; and since that has not yet been done, I ask you very strongly that you should remind him of his promises (for I don’t doubt that you know such an elegant and learned young man, or that you might approach him), and indicate that I will always retain my memory of the conversation which I kept going at my house almost into the middle of the night.] (transl. A. Burnett) (fr)  +
De façon étonnante, le post-scriptum paraît dater de plus de sept mois après la rédaction de la lettre. (fr)  +
Pacatus is Jean Hardouin (fr)  +
[I understood the Knight Fountaine had a great passion for ancient coins and was marvellously skilled in interpreting them, even though he shall just now have reached only his twenty-fourth year, not only from the letters of the Prince de Ligne, from your letters, those of Morel, and of others, which were given to me by Rapin the teacher and tutor to the young son of the Earl of Portland.43 He told me that the Knight had bought for himself in Italy that Pecennius Niger in silver, and a Messalina, for which I congratulate him, and I ask you again and again, that, when it is convenient, you will greet him with the with the most repectful and affectionate words from me.] (fr)  +
[The Knight Fountaine was here with me, and you, distinguished Sir, were a great part of our conversation, and he greatly praised your kindness and learning, as well as that of the most excellent Beger. I observed the young Englishman has a mind of exceptional gifts, and that he is very skilled and well-equipped in ancient coins. He saw and examined my little collection, and stated that it contained some coins of great rarity. We examined a further fifty, which had just been sent to me from Venice, and we saw that notable ones, such as of Otho and Pescennius Niger, and others, were of bad stamp, and that the Italians wanted to impose on me. As soon as I received and examined them, my doubts were immediately raised, but the Englishman taught me the skill, and showed me how cleverly those deceitful dealers were able to make coins.] (trans. A. Burnett) (fr)  +
Uncertain year. With a date in the Kalends of January it should be noted that a problem may exist regarding the year. The year specified could be either the one in which the letter was written, or it could be the year in which the Kalends of January actually fell and from which the writer was calculating backwards. (fr)  +
Guy Meyer: 1) la date est explicitée in fine: 1er janvier 1699 correspond au calendrier julien, le 11 au calendrier grégorien, en vigueur aujourd’hui. 2) Il s’agit, je pense, de l’édition de 1691 (Oxford), de la Chronique de Jean Malalas, par Edmund Chilmead et Humphrey Hody. Jean Malalas est un chroniqueur byzantin. 3) Lire Saint Asaph, au Pays de Galles. 4) Les deux cités épiscopales étaient fondu au sein d’un même évêché. Il est question ici de William Lloyd (1627-1727), correspondant de Cuper, qui fut successivement évêque de Saint Asaph, de Coventry (en 1692), puis Worcester. Il s’était rendu au pays-Bas lors du marriage de Mary fille du duc d’York avec le Prince d’Orange, en 1677-1678 (source ODNB) H. Hody (1659-1707) fut chapelain de l’évêque de Worcester (1690), puis de Canterbury (1694; ODNB). 5) Antoine Pagi (Roques, Gard, 1624-Aix, 1699) faisait des recherches sur la chronologie. Il est l’auteur des Critica historico-chronologica in Annales ecclesiasticos Baronii (1689). 6) Gabriel Daniel (Rouen, 1649-Paris, 1728), Jésuite, aborde les légendes monétaires mentionnées par Cuper au premier volume de son Histoire de France (Paris, 1696). Les lettres CONOB sur les monnaies furent discutées par Vaillant et Galland à l’Académie. 7) Il s’agit des Numismata imperatorum augustarum et cæsarum, à populis Romanæ ditionis græce loquentibus ex omni modulo percussa... per Joan. Vaillant bellovacum, doct(orem) medicum, & serenissimi ducis Cenomanensis antiquarum, publié pour la première fois à Paris, chez Cramoisy, en 1698, suivi d’un second tirage, en 1699, à Paris, chez Jombert, et, enfin, d’une seconde édition, pour le compte des frères Huguetan, à Amsterdam, en 1700. 8)Mot difficile à déchiffrer, avec une surcharge: le i(?) écrit sur un s. 9)Thoynard (1629-1706) avait publié des In Lactantium de Mortibus Persecutorum notae (Paris, 1690), mais une partie de ces remarques étaient déjà connues dans le monde savant et avait été intégré dans d’autres éditions. Cuper, lui-même avait rédigé des notes sur Lactance. Il y citait une inscription de Smyrne que lui avait communiquée Daniel Cosson, vice-consul de Smyrne et l’un de ses correspondants, assassiné par les Barbaresques peu après le tremblement de terre de juillet 1688. 10) Cf. note précédente. L’édition de 1692 (Utrecht) du de Mortibus persecutorum intégrait des notes de Cuper (déjà parues en 1684), ainsi que celle de Thoynard. 11)Seconde allusion à W. Lloyd. Je n’ai pas trouvé trace de cette dissertation qui ne fut peut-être pas imprimée. 12) Eusèbe de Césarée, contemporain de Constantin, auteur d’une Histoire ecclésiastique. 13)Dittographie. 14)J’ignore qui est ce M. Tullievre. 15) Ouvrage posthume de Nicolas Thoynard (ou Toinard), publié en 1707. Cette allusion assure l’identité du correspondant de Cuper, mais cf. déjà les notes sur Lactance. Thoynard, correspondant du Cardinal Noris (et beaucoup d’autres), possédait une collection numismatique et en discutait avec François Dron (cf. la Correspondance de ce dernier avec Thoynard dont un volume est conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, le reste est dispersé). Il s’intéressait surtout aux ères qui figuraient sur les monnaies, aux puissances tribuniciennes ainsi qu’aux années de règne, en gros tout ce qui touchait à la chronologie.Sur Thoynard, cf. Br. Neveu, Erudition et religion (Paris, 1994), pp. 53-54. Il est originaire d’Orléans où son père fut président du parlement. 16)Le n final est surmonté d’un trait horizontal, marque d’abbréviation. La citation complète est «nonum prematur in annum», Art poétique, Epi. III, 388. 17)L’expression se retrouve deux fois dans Virgile, Métamorphoses, XV, 24 et Héroïdes, IV, 147, ainsi que dans la Pharsale de Lucain. Elle fut reprise dans l’Art poétique de Vida, dans un passage inspiré de Virgile, v. 421. 18)Jean Hardouin (Quimper, 1646-Paris, 1729), jésuite, numismate, défendait des opinions paradoxales qui déclenchèrent de violentes polémiques à son égard de la part de Vaillant, Galland, Noris, et même Cuper.Son ordre lui interdit même un temps de publier quoi que ce soit. Cf. Ed. Galletier, «Un Breton du XVIIe siècle à l’avant-garde de la critique: le père Jean Hardouin, de Quimper», Annales de Bretagne, 36 (1924), pp. 461-483. 19) Eusèbe Renaudot (Paris, 1646-1720), érudit, petit-fils de Théophraste Renaudot, fondateur de la Gazette, membre de l’Académie Française et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. 20) Jean-Baptiste Du Bos (Beauvais, 1670-Paris, 1742), parent de Vaillant qui se fit connaître en défendant la thèse des quatre Gordiens (combattue par Galland et Cuper). Il fut plus tard élu à l’Académie Française. (fr)  
Guy Meyer 1) Il s’agit des Numismata imperatorum augustarum et cæsarum, à populis Romanæ ditionis græce loquentibus ex omni modulo percussa... per Joan. Vaillant bellovacum, doct(orem) medicum, & serenissimi ducis Cenomanensis antiquarum, publié pour la première fois à Paris, chez Cramoisy, en 1698, suivi d’un second tirage, en 1699, à Paris, chez Jombert, et, enfin, d’une seconde édition, pour le compte des frères Huguetan, à Amsterdam, en 1700. 2) Allusion au petit volume de Galland, Lettre de M. G. touchant quatre médailles antiques nouvellement publiées par le R. P; Chamillard (Caen, 1697), 54 pages in 8°, chez Cavelier. Il en est rendu compte dans le JS de 1697, pp. 433-434, en date du lundi 16 décembre 1697. 3) Il s’agit en fait d’une monnaie de Néron, et non d’Auguste, page 15 des deux tirages de la première édition (1698 et 1699), page 17 de la seconde, au Cabinet du roi. La légende a été mal lue, il faut déchiffrer KAISARIA H PROS SEBASTWLIMENIL , soit Caesarea Maritima, année XIV, cf. RPC, I, n° 4862. 4) Il s’agirait d’une monnaie de Smyrne (p. 111 de l’édition de 1700), mais la monnaie est soit fausse, soit retouchée, soit mal lue et mal attribuée. Elle absente du monnayage de Smyrne. Le nom curieux Aur. Antôn. Eutychès ne se retrouve pas non plus dans Leschhorn, Lexicon, vol. II. 5) La correspondance de Cuper avec l’abbé Nicaise est publiée partiellement par E. Caillemer, «L’abbé Nicaise et sa correspondance», Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 21 (1885), pp. 235-260, LXVIII-LXXV; il signale d’autres lettres dans le Ms Fr 9359, 234-251. 6) Antoine Pagi (Roques, Gard, 1624-Aix, 1699) faisait des recherches sur la chronologie. Il est l’auteur des Critica historico-chronologica in Annales ecclesiasticos Baronii (1689). 7) Le père Jean Hardouin, jésuite, soutenait des positions paradoxales. Entre autres, il croyait que Palmyre ne se trouvait pas à l’endroit des ruines de la cité et il doutait que les inscriptions palmyréennes soient authentiques. 8) Cette expédition fut publiée dans les Philosophical transactions, 19 (1695-1697), sous le titre: «A relation of a voyage from Aleppo to Palmyra in Syria; sent by the Reverend Mr. William Halifax to Dr. Edward (late) savilian Professor of Astronomy in Oxford, and by him communicated to Dr. Thomas Smith Reg. Soc. S.», pp. 83-110. Cornelius De Bruyn, reproduit le texte de la description de Palmyre, Voyage au Levant, II (17252; première édition hollandaise, Delft, 1698; première édition française, Delft, 1700), pp. 381-425, avec une planche face à la page 380, inspirée par le tableau mentionné par la suite qui aurait été réalisé par G. Hofsted van Essen (le peintre cité par Cuper). Comme De Bruyn ne c’est pas rendu lui-même à Palmyre, il semble qu’il ait eu accès aux papiers communiqués à Cuper soit à Alep, soit en Hollande, cf. Bianca Chen, «Politics and Letters: Gisbert Cuper servant of two Republics», in M. Keblusek, V. Noldus (edd.), Double agents: cultural and political brockerage in early modern europe, p. 92. 9) Il faut corriger en Calckberner. Conraad Calckberner fut consul des Pays-Bas à Alep, de 1687 à 1694, cf. H. El-Mudarris, O. Salmon, Les relations entre les Pays-Bas et la Syrie Ottomane: les 400 ans du consulat des Pays-Bas à Alep [Alep, 2007, chez l’Auteur], pp. 56 et 70. Il adressa à Cuper les notes de voyage avec des copies des inscriptions levées par les Anglais à Cuper en 1694, sur les relations entre Cuper et Clackberner, cf. Bianca Chen, «Politics and Letters: Gisbert Cuper servant of two Republics», in M. Keblusek, V. Noldus (edd.), Double agents: cultural and political brockerage in early modern europe, pp. 89-92; et sur le tableau des ruines de Palmyre, aujourd’hui au Allard Pierson Museum d’Utrecht, p. 71 et fig. 6, pour le tableau. 10)Titre complet: Chronologiae ex nummis antiquis restitutae prolusio de nummis Herodiadum (Paris, 1693), repris dans les Opuscula selecta, pp. 328-356 (Amsterdam, 1709). 11) Allusion au livre de Baudelot de Dairval, Histoire de Ptolémée Aulète, dissertation sur une pierre gravée du Cabinet de Madame (Paris, 1698). Galland dans une lettre qui circula sous le manteau, cf. M. Abdel-Halim, Antoine Galland (Paris, 1964), pp. 378-380, critiqua cet ouvrage. 12) De l’utilité des voyages, en deux volumes, à Paris (1693). 13) Jacob Spon et George Wheler firent ensemble un voyage au Levant. Jacob Spon publia le premier son récit, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant fait aux années 1675 et 1676 par Jacob Spon docteur médecin agrégé à Lyon et George Wheler gentilhomme anglois (Lyon, 1678), en 3 vol., reproduit l’année suivante à Amsterdam, avec des illustrations imaginaires, en deux volumes.Wheler fit paraître son Journey into Greece in company of Dr. Spon of Lyons, à Londres, en 1682, seulement, traduit en français, en deux volumes en 1689, Voyage de Dalmatie de Grèce et du Levant (Paris). 14)Jean Dumont, Huguenot français émigré en Hollande, auteur des Voyage de Mr. Du Mont en France, en Italie, en Allemagne, à Malthe, et en Turquie (La haye, 1699), en 4 vol. Les Nouveaux Voyages (La haye, 1694) du même auteur sont une version abrégée du précédent. 15) Libraires-imprimeurs originaires de Lyon, huguenots réfugiés en Hollande, s’étaient spécialisés dans les rééditions pirates de ce qui était publié en France. 16) Le père Guillaume Bonjour (Toulouse, 1670-Chine 1714) était aussi un correspondant de Nicaise. Assistant du Cardinal Noris, il s’était spécialisé dans l’étude du copte. 17) Conseiller d’Etat du roi du Danemark.Son édition de Libanius ne fut jamais achevée, mais servit de base à l’édition de Wolfius, parue à Amsterdam en 1738. 18) Lambecius (ou Lambeck) publia un catalogue de la Bibliothèque impériale de Vienne sous le titre Commentariorum de augustissima bibliotheca Caesarea Vindobonensi, les lettres de Libianus préparées par Holsten devraient se trouver au vol. V, consultable sur Europeana. 19) Le Z final recouvre un R écrit avant la rature. 20) Sur les Quatre Gordiens de l’abbé Du Bos, parent de Vaillant, et la polémique qui s’en suivit, cf. Abdel-Halim, Antoine Galland, pp. 360-369. (fr)  
* Bencivenni Pelli refers to the Zanetti's work Nuova raccolta delle monete e zecche d'Italia, in 5 volumes, published between 1775 and 1789. (en)  +
Repris dans le GD comme une lettrede Cattaneo à Magnavacca. A contrôler. (fr)  +
This book is part of a series of 4 books with a general title: Graecia sive historiae urbium et populorum Graeciae ex antiquis numismatibus restitutae. Libri Quatuor: Lib. I. Sicilia et Magna Graecia; Lib. II. Epirus, Peloponesus, Thessalia, Macedonia et Thracia; Lib. III. Insulae Graeciae; Lib. IIII. Asia, Syria, Aegyptus et Africa. Only the first book was published. (en)  +
This book is included in: Sicilia et Magna Graecia sive historiae urbium et populorum Graeciae ex antiquis numismatibus restitutae. Liber Primus (see Goltzius 1576a). (en)  +
Reprint of first edition published in 1576 (see Goltzius 1576a). This book is part of a series of 4 books with a general title: Graecia sive historiae urbium et populorum Graeciae ex antiquis numismatibus restitutae. Libri Quatuor: Lib. I. Sicilia et Magna Graecia; Lib. II. Epirus, Peloponesus, Thessalia, Macedonia et Thracia; Lib. III. Insulae Graeciae; Lib. IIII. Asia, Syria, Aegyptus et Africa. Only the first book was published. (en)  +
Second edition with scholia by Andreas Schott. The first edition was published in 1576 (see Goltzius 1576a). (en)  +
Reprint of the second edition published in 1618 (see Goltzius 1618b). The first edition was published in 1576 (see Goltzius 1576a). (en)  +
Translation A. Burnett: I have no doubt that M. Morel at Amstadt, and M. Imhof at Nürnberg, will also be much obliged to me. One is fortunate when one has a person like yourself to produce. The Queen16 still thinks herself my debtor for having introduced you, although you were more than sufficiently so by Madame the Electress’s letter;17 and Mademoiselle de Pellnitz,18 as well as the other ladies, often ask me news of you; not to speak of your wit, your good looks, or rather your beauty, remains engraved in their imagination, and makes as much noise at Court as your learning does among our savans, who have had the advantage of your acquaintance.] 15 Jacob Wilhelm Imhof (1651–1728), historian and genealogist. 16 Sophia Charlotte of Hanover, Queen of Prussia (1668–1705). 17 Sophia, Electress of Hannover (1630–1714), mother of King George I. 18 Henriette Charlotte von Pöllnitz (c. 1670–1722). See below for a letter written by Leibniz to her on 7 December 1703. (fr)  +
Erreur de datation dans EMLO: 1693 et pas 1683 (fr)  +
Remarque : Lord Pembroke, qui fut un collectionneur de monnaies, était l'un des protecteurs d'Andrew Fountaine. Sur Fountaine voir la lettre du 11 novembre 1702, de Leibniz à Sophie de Hanovre. Sur la collection de lord Pembroke, voir la lettre de Leibniz à Spanheim, du 24 décembre 1701 : « On me dit que Milord Pembroke est un grand connaisseur de médailles et a un beau cabinet » (série I, Allgemeiner politischer und historischer Briefwechsel, 20, Göttingen, 2006, p. 680, lettre 391). (fr)  +
[17] L’impression de cet énorme ouvrage d’ Ezéchiel Spanheim prit trois ans : Juliani Imperatori Opera quæ supersunt omnia, et S. Cyrilli Alexandriæ Archiepiscopi contra impium Julianum libri decem (Lipsiæ 1696, folio, 4 vol.). Voir le commentaire de Kuiper à Nicaise dans sa lettre du 26 juillet 1695, in Cuper, Correspondance, p.439, et le compte rendu de Basnage de Beauval, HOS, janvier 1697, art. VII. [18] Voir Callimachi Hymni, epigrammata, et fragmenta ex recensione Theodori J.G.F. Graevii cum ejusdem animadversionibus. Accedunt N. Frischlini, H. Stephani, B. Vulcanii, P. Voetii, A.T.F. Daceriæ, R. Bentleji, commentarius, et annotationes [...] Ezechielis Spanhemii nec non præter fragmenta, quæ ante Vulcanius et Daceria publicarant, nova, quæ Spanhemius et Bentleius collegerunt, et digesserunt. Hujus cura et studio quædam quoque inedita epigrammata Callimachi nunc primum in lucem prodeunt (Ultrajecti ad Rhenum 1697, 8°, 2 vol.). Le volume II s’intitule : Ezechielis Spanhemii in Callimachi hymnos observationes. La publication se fit chez François Halm et Guillaume van de Water. [19] Lorenz Beger, Thesaurus ex thesauro Palatino selectus, sive gemmarum et numismatum quæ in electorali cimeliarchio continentur elegantiorum ære expressa, et convenienti commentario illustrata dispositio (Heidelbergæ 1685, folio). [20] Lorenz Beger, Thesaurus Brandenburgicus selectus : sive gemmarum, et numismatum græcorum, in cimeliarchio electorali Brandeburgico elegantiorum series, commentario illustratæ (Coloniæ Marchicæ 1696-1701, folio, 2 vol.). (fr)  +
Remarque (Guy Meyer) : Leibniz relate ici sa rencontre avec Morell et surtout sa découverte de la collection de moulages à la colle de poisson. (fr)  +, (fr)  +
Remarques (Guy Meyer) : Leibniz rapporte ici les débuts de la polémique qui opposa sur sa fin Antoine Galland à l'abbé de Valmont, sur celle-ci Abdel-Halim 1964, p. 375-377 (avec des erreurs et des manques). Il y reviendra dans d'autres lettres postérieures, d'autant plus que Morell qui gardait une dent contre Galland suivait l'affaire de loin mais avec intérêt. Spanheim qui y reviendra lui aussi dans la troisième édition (1717) de ses Dissertationes, Vol II, p. 306, en avait déjà traité dans Les Césars de l'Empereur Julien traduit du grec, Paris 1683, p. 103 [anonyme sur la page de titre mais il signe l'épitre dédicatoire] où il commente l'expression « démarche de femme » : « à quoi je pourrait rapporter une médaille d'or assez extraordinaire de cet empereur, laquelle se trouve dans le cabinet d'un prince illustre de l'Empire, au rapport des savants antiquaires qui l'ont vu qui m'assurent qu'elle est antique et de qui j'en ai eu le dessin, où il se trouverait l'inscription suivante de Gallienæ Augustæ, avec le visage de Gallien. Je me contente de l'exposer à la vue et au jugement des curieux dans un endroit qui y parait si propre ; soit, après tout, qu'il y ait du dessin ou du hasard dans une telle inscription... » (avec la reproduction de la monnaie). Jean Hardouin c'est exprimé sur cette monnaie, en renvoyant à Spanheim, dans sa Chronologia veteris testamenti, paris, 1697, p. 119 (première partie sous l'année sixième), expliquant que GALLIENAE équivalait au vocatif, Galliene. Il souligne ensuite que les légendes des monnaies ne sont pas insolentes ou ironiques comme aurait pu le laisser penser Spanheim. Le Lorrain de Vallemont, plutôt néophyte en la matière, intervint avec sa Nouvelle explication d'une médaille d'or du cabinet du roi, sur laquelle on voit la tête de l'Empereur Gallien avec cette légende : GALLIENAE AUGUSTAE, Paris, 1698 (suivi d'une seconde lettre en 1699, contre Galland et Baudelot. Cette monnaie avait déjà été mentionnée par Charles Patin in de Numismate antiquo Horatii Coclitis..., Padoue, 1678, p. 43). Vaillant qui l'avait intégré en 1692 dans ses Numismata Imperartorum Romanorum praestantiora, II, p. 385, retient l'idée d'une caricature et souligne qu'il n'y avait nulle part la paix dans l'empire pendant le règne de Gallien. Il qualifie cette pièce d'extrêmement rare. Dès 1697, Galland, Lettre de M. G. touchant quatre médailles antiques nouvellement publiées par le R.P. Chamillard J., publiée à Caen, p. 13-14, qui pour une fois est du même avis que le père Hardouin (les monnaies ne sont jamais satiriques et il opte lui aussi pour un vocatif ; pour une fois aussi Galland prend le contrepied de l'explication de Vaillant ; la publication de la lettre de Galland suit de peu celle de Hardouin), puis, plus spécifiquement dans Lettre touchant la nouvelle explication d'une médaille d'or du cabinet du Roy, Caen, 1698, et Baudelot, Réponse à M. G``` où l'on examine plusieurs questions d'antiquité et entr'autres la Dissertation publiée depuis peu sur le Gallien d'or du Cabinet du Roy, Paris, 1698, p. 32-55, où B. défend une « facétie » (p. 54) ou une satire dans une monnaie frappée par quelque ennemi de Gallien (p. 44). La polémique autour de cette monnaie n'en est encore qu'à son début. Vallemont était loin d'avoir dit son dernier mot à ce sujet. Il invoquera une prétendue monnaie de Galliena Augusta qu'il avait retrouvée dans Goltzius. Les arguments de Vallemont sont principalement tirés d'un épisode apocryphe de l'Histoire Auguste. Gallien n'a jamais eu de cousine dénommée Galliena. Sur cette monnaie, J. P. C. Kent, « Gallienae Augustae », NC, 13 (1973), p. 64-68, qui explique la légende comme Hardouin [et Galland qu'il ne mentionne pas] par un vocatif hypercorrecte ; sur l'épisode apocryphe, Jacques Schwartz, « La fable de l'usurpateur Celsus », AC, 33, 1964, p. 419-430. La querelle entre Vallemont et Aymar à propos de la baguette de sourcier est longuement narrée par l'abbé Du Bos dans une lettre à Bayle, du 27 avril 1696, citée dans FINA pour d'autres extraits [Gigas 1890, p. 261, Lettre III ; http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/, Lettre 1107]. (fr)  
Remarque (Guy Meyer) : L'anecdote rapportée par Leibniz qui la tient du chevalier Fountaine souligne la vénalité éventuelle et surtout les maladresses du philosophe John Toland (1670-1722) au sujet des prétentions de Sophie au trône d'Angleterre. Toland avait reçu des médailles modernes de Sophie, à son effigie et à celle de membres de sa famille, valant chacune un écu d'argent de 24 bons gros (monnaie de Hanovre). C'est le prétexte de la flèche finale que Leibniz lui décoche à la fin de la lettre, convaincu qu'il est de sa vénalité : « Il aurait fallu, pour le moins, autant de guinées [sc. que de médailles qu'il a reçues] ou au moins quelques belles médailles d'or. Je ne sais s'il en a eu du roi [Frédéric Ier de Prusse] ». Mais Leibniz, et peut-être avant lui Andrew Fountaine, joue sur le mot « doppie », jeu qu'on peut rendre en traduisant par « doublons ». Le mot ne désigne ici pas simplement des doubles laissés à l'appréciation du collectionneur en quête d'éclaircissement sur sa médaille, mais aussi les monnaies frappées en métaux précieux au double de la valeur de la pièce de référence dont le doublon d'or espagnol ou « pistole » (au XVIIIe siècle la pistole n'est plus, en France qu'une monnaie de compte valant dix livres). « Doppia » (plur. doppie) est d'ailleurs très proprement le nom de la pistole en Italie et elle vaut à Venise deux ducats. La mention de guinée (monnaie d'or) ou de médailles d'or semble valider cette interprétation. Si le mot est repris du chevalier Fountaine, ce qui semble bien être le cas puisque la point qui en fait le sel est en italien, il nous dit quelque chose de l'âpreté au gain du docteur Bon, réelle ou supposée, et du sens de l'humour du voyageur anglais, mais Leibniz ne manque pas non plus d'esprit. Il s'agissait du voyage d'Andrew Fountaine (1676-1753) alors qu'il accompagnait Lord Macclesfield pour transmettre l'Acte de succession à l'électeur de Hanovre, voyage débuté en 1701 et qu'il poursuivi en 1702. Sur ce voyage, voir la lettre à Nicaise du 24 août 1701. Sur l'affaire « Toland » qui revient dans plusieurs lettres de Leibniz voir, e.g., la lettre de Leibniz à Burnett, du 27 février 1702, Leibniz 2006, p. 809, Lettre 467, ou Leibniz 2012, p. 351, Lettre 228, à Spanheim, du 24 juin 1702. On peut légitimement se demander qui a cherché à profiter de l'autre, de la Maison de Hanovre ou de Toland, ou plutôt comment une manœuvre correspondant à un intérêt réciproque bien compris a finalement tourné en eau de boudin, du fait des vantardises de Toland et du jeu de balance entre whigs et tories. (fr)  
Remarque : Leibniz résida à Paris de 1672 à 1676. Le père Ferrier décéda le 29 octobre 1674. Son successeur fut pressenti dès janvier 1675 sur la recommandation de Nicolas de Neuville, frère aîné de l'archevêque de Lyon. Le père de La Chaise devint le confesseur du roi le 12 février 1675. (fr)  +
Date sans doute erronée: Morell est mort en 1703 et Leibniz n'est plus à Hannovre en 1706. (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Je me promets depuis longtemps de reprendre la question des planches de l’ouvrage jamais publiées de Gottifredi. Il existe d’autres collections de ces planches. D’autre part, un tirage des dites planches était entre les mains de Cameli, ce qui est bien normal dans la mesure ou il existait des liens de maître à élève entre Gottifredi et Cameli. C’est Gottifredi qui a introduit Cameli auprès de Léopold. Elle sont restées avec les monnaies de Gottifredi dans les collections de la reine après la démission de Cameli. Il est assuré qu’une partie des planches de Gottifredi ont servi pour la publication du cabinet de la reine Christine. Vaillant avait acquis un tirage partiel de ces planches qu’il avait proposé à Carcavy. Il ne semble pas être au Cabinet des Médailles, pas plus que la bible manuscrite qu’il proposait dans le même courrier. La confusion était donc implicite entre les deux collections, celle de Gottifredi et celle de Christine. (fr)  +
Commentaire (Guy Meyer) : On sait peu de choses sur Claude Genébrier, et pas même l'orthographe exacte de son nom, avec ou sans accent ou leurs places respectives. D'après une lettre de l'abbé Lebeuf au père Prévost, Auxerre, 23 avril 1723, il serait originaire de Lyon et il fit au moins deux voyages en Angleterre. Dans l'article du Mercure, il publie et commente une médaille de Carausius du cabinet de Lord Pembroke (Herbert-Thomas, huitième comte de Pembroke, membre puis président de la R.S.). Dans son commentaire, G. discute l'inscription CIL, VII, 11, d'après la publication princeps de R. Gale, écuyer et vice-président de la R.S., « An account of a Roman inscription, found at Chichester », Philosophical Transactions, 32, 1722-1723, pp. 391-400. Genébrier s'était justement rendu en Angleterre en 1723-1724. Le titre exacte de l'article paru en mars 1732 était : « Explication d'une médaille antique très singulière de Carausius, Empereur des anciens Bretons, au temps de Dioclétien et de Maximien-Hercule, adressée à S.A.S. M. le duc du Maine, Prince souverain des Dombes, etc. Par M. Genebrier, docteur en médecine ». (fr)  +
Commentaire (Guy Meyer) : Le titre exacte de l'article paru en mars 1732 était : « Explication d'une médaille antique très singulière de Carausius, Empereur des anciens Bretons, au temps de Dioclétien et de Maximien-Hercule, adressée à S.A.S. M. le duc du Maine, Prince souverain des Dombes, etc. Par M. Genebrier, docteur en médecine ». (fr)  +
H
(fr)  +
[c.1560] - [c.1580] 2 vols Bibliografische referentie: Jan Denucé, Catalogue des manuscrits, 1927, nr. 20 De eerste 28 folio's met "Antiqua aliqua monumenta ut hodierno die Romae ..." bevatten tekeningen en zijn op ander papier dan de rest van het handschrift Titel varieert: Antiqua aliqua monumenta ut hodierno die Romae in diversis locis spectantur ad vivum delineata (en)  +
I
75 : TORREMUZZA 1773 e ID. 1774 76 : È probabilmente una delle tavole di TORREMUZZA 1781, allora in preparazione. (fr)  +
194 BCP, ms. Qq E 136, f. 278; trascritta anche da DI GIOVANNI 1878, pp. 286-287; PAGNANO 1995, pp. 142-143, n. 8; EQUIZZI 2006, p. 303. 195 Domenico Schiavo; su questa scoperta vd. BISCARI 1781c, p. 10. 196 Biscari (vd. anche lettera n. 29) si mostra allineato alla posizione espressa da DI BLASI 1755, contro l’opinione dominante, difesa soprattutto da Anton Francesco Gori, che assegnava all’Etruria la produzione di tutti i vasi figurati; sulla disputa vd. anche DI BLASI 1826; SCLAFANI 2002; MUSCOLINO 2011a, pp. 29-30, 34-35. (fr)  +
J
(Commentaires d’Anthony MacKenna : [23] Jacob Spon, Miscellanea eruditae antiquitatis... (Lyon 1685, folio). [24] Cet ouvrage dut rester inachevé à la mort de Spon en 1685 : il ne devait pas voir le jour). (fr)  +
“Abbé Dolce, son-in-law to the late Christiana (sic!) Dehn, who made the sulphurs from gems, and who continues that business, is now making a collection of impressions from the Medaglions in the Vatican, from those belonging to Card.e Alexander Albani, and some others in Rome” (en)  +
Erreur de date chez Sarmant: janvier et non août. (fr)  +
Considérant l'autre lettre de Foy-Vaillant aux frères Hughetan et l'âge de Dubosc en 1689, il est plus probable que cette lettre de 1699 et non pas de 1689. (fr)  +
[26] A la fin de l’article consacré aux Lettres choisies de feu Monsieur Gui Patin, Docteur en Médecine de la Faculté de Paris, et Professeur au College Royal (La Haye, Genève 1683, 12°) ( NRL, avril 1684, art. I), Bayle mentionne la permission qu’a reçue le fils de cet auteur, l’antiquaire et médailliste Charles Patin, de retourner à Paris après sa disgrâce. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Il faut comparer ce que Du Bos dit du cabinet de Maximilien-Emmanuel de Bavière dans sa lettre du 28 septembre 1699 à Thoynard. Il est possible qu'il existe un autre exemplaire de cette lettre à Utrecht dans les archives Graevius. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Le calamiteux Histoire des quatre Gordiens prouvée par les médailles de Du Bos, parut en 1695. Il s'attira deux répliques cinglantes, l'une de Galland, Lettre touchant à l'histoire des quatre Gordiens prouvée par les médailles, Paris, 1696 et l'autre de Gisbert Cuper, Historia trium Gordianum, Deventer, 1697. Cette polémique commune fut à l'origine de l'amitié qui liait Galland et Cuper. Il est possible qu'il existe un autre exemplaire de cette lettre à Utrecht dans les archives Graevius. (fr)  +
Remarque (Guy Meyer) : On peut se demander si le Suisse ne serait pas Morell ? [un jeudi entre le 21 juillet 1698 et le 10 février 1700; Denis 1912, la date de mai 1692 [même date chez Lombard 1913], les allusions historiques contenues dans la lettre semblent lui donner raison], s. l. (Paris ?). (fr)  +
Remarques de Guy Meyer: La lettre est certainement expédiée de Paris. L'achevé d'imprimé du livre de Baudelot, Histoire de Ptolémée Aulètes, est du 10 septembre 1698. La lettre est nécessairement postérieure. Galland en reçut à Caen un exemplaire dans la seconde moitié de décembre 1698. On peut supposer que la lettre de Du Bos se situe quelque part entre la fin octobre 1698 (il est encore à Lille autour du 15 octobre) et février 1699. La critique de Du Bos est encore plus dévastatrice pour Baudelot que celle de Galland dans sa lettre à Genébrier du 24 décembre 1698 : il a reconnu non pas Ptolémée Aulète mais Dante Alighieri ! Voir la lettre de Du Bos à Thoynard du 17 septembre 1699. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Delaulne est à la fois l'éditeur des Quatre Gordiens et du Journal des Savants. Le résumé préparé par Du Bos et révisé par Thoynard paru dans le numéro du 23 janvier 1696 du JS, p. 30-33. Au moment de la lettre Thoynard réside à Paris, rue Mazarine. Henri Basnage de Beauval en publia une critique dans son Histoire des ouvrages des sçavans de juillet 1696, p. 486-489, plutôt favorable. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Cette lettre est difficile à suivre car elle est toute en allusion et sous-entendu. Elle est expédiée de Beauvais, car à la fin Du Bos explique que son beau-frère Lucien Danse, mari d'Élisabeth Du Bos (sur cette famille voir la monographie de P. Goubert, Familles marchandes sous l'Ancien Régime : les Danse et les Motte de Beauvais, Paris, 1959 ; la fille de ce couple, et donc nièce de Du Bos, épousa un Le Caron de Troussures ce qui explique, en partie, la richesse de la collection du château de Toussures, mais les Le Caron sont apparentés à toute l'aristocratie « bourgeoise » de Beauvais, elle même caractérisée par une forte endogamie ; la collection de Troussures, en ce qui concerne les lettres et les manuscrits des XVIIe-XVIIIe siècles, a été dispersée, à la suite de diverses épisodes, entre l'Institut de France et la collection d'autographes des Rothschild, aujourd'hui à la BnF) qui peut se charger d'une commission pour Thoynard. Le premier paragraphe renvoie à l'édition annotée par l'auteur de Bergier, Histoire des grands chemins..., voir la lettre de Du Bos à Bayle, du 25 juin 1696. La suite est beaucoup plus compliquée. Du Bos poursuit ici sa remise en cause de l'histoire romaine sur des intuitions mal fondées : il semble postuler un voyage de Trajan en Orient dès 106. Il s'oppose sur ce point à plusieurs érudits. Le premier, désigné comme une « éminence antiquaire » doit être le cardinal Henrico Noris. Le titre abrégé, et sans doute mal transcrit, doit renvoyer, à l'Epistola consularis de Noris, publiée à Bologne en 1678. L'évêque de Saint-Asaph n'est autre que William Lloyd (1627-1617, évêque de Saint-Asaph, au Pays de Galles, de 1680 à 1699, puis évêque de Worcester), plus connu pour son protestantisme intransigeant et militant que pour se travaux d'érudition. C'était pourtant l'ami d'Henry Dodwell (1641-1711) polémiste anglican et non moins savant. Lloyd avait collaboré aux Dissertationes in Irenæum (Oxford, 1689) de Dodwell. Dodwell et Lloyd avait entretenu une correspondance avec le père Pagi et le cardinal Noris au sujet de questions de chronologie, sujet qui était au centre des recherches de Thoynard qui échangeait lui-même avec ces deux religieux catholiques, sur Lloyd et Dodwell et leurs relations épistolaires avec Noris et Pagi voir Jean-Louis Quantin, « Anglican scholarship gone mad ? Henry Dodwell (1641-1711) and Christian Antiquity », in Chr. Ligota et J.-L. Quantin edd., History of scholarship : a selection of papers from the Seminar on the history of scholarship held annually at the Warburg Institute, Oxford, 2006, pp. 313, 316, 318, 326-328. Lloyd publia les résultats de ses recherches chronologiques dans les Series chronologica, Oxford, 1700. Les recherches et les lettres de Lloyd sont explicitement mentionnées par le Père Antoine Pagi, dans ses critiques contre Baronius, Critica historico-chronologica in Annales ecclesiasticos, Paris 16891, première partie, pp. 72-73, 81, 84, 86, 89, 94; seconde partie, pp. 4, 8, 9, 12, 19, 22. J'avoue ignorer absolument ce qu'est la médaille de « Rabathamna » [c'est bien l'orthographe du manuscrit]. La suite est encore plus obscure. Le « El Bizarro », selon Dom Paul Denis serait, avec un « ? » toutefois, l'historien Pierre Bizzarri (1530-158?), mais, dans son Specimen, p. 57, Morell renvoie à « Vaillant, p. 124, Tom. II », ce qui correspond exactement à la référence donnée par Du Bos. Pourquoi donc Du Bos désigne-t-il son cousin Vaillant sous cette appellation cryptée ? La monnaie décrite par Du Bos, figure à la planche V du Specimen, avec une fleur de lys qui indique le cabinet du roi (selon un système mis au point par Vaillant et qu'il avait présenté devant le cercle du duc d'Aumont ou celui du président Bignon qui en avait pris la suite : Thoynard, Du Bos, et Morell avaient tous fréquentés les réunions numismatiques du président Bignon, tout comme Galland et Foy-Vaillant). Si l'on se fie à la planche de Morell, la légende du droit est mal retranscrite autant par Morell que par Du Bos : IMP. TRAIANVS AVG. GER. DAC. P.M. TR.P. COS VI P.P. [de plus, Du Bos a omis le titre de Père de la Patrie à la fin de la légende]. La même monnaie, sans la légende du droit, dans Vaillant, Numismata præstantiora, II, p. 124 (édition de 1694). On retrouve une mention « del Bizarro » dans une lettre de Du Bos à Thoynard, datée d'Amsterdam, le 4 septembre 1698 [Denis 1912, p. 70, Lettre 64 ; Lombard 1913, p. 33, Lettre 61, incipit seulement] : On veut réimprimer ici l'œuvre del Bizarro. Les Numismata praestantiora avaient déjà été réimprimé chez Gallet, à Amsterdam, en 1696 (2 vol.). Sur « El Bizarro », voir aussi la lettre de Du Bos à Thoynard datée de Bruxelles, le 25 septembre 1698 qui confirme, s'il en était besoin, l'identification de Foy-Vaillant derrière ce sobriquet, péjoratif semble-t-il, ou à tout le moins, ironique. Ce ridicule surnom apparaît quatre fois sous la plume de Du Bos, toujours dans des lettres adressées à Thoynard, outre la lettre ci-dessus du 19 octobre 1696 et celle qu'on vient de citer du 25 septembre 1698, dans celles du 4 septembre 1698 et du 4 octobre 1699. (fr)  
Remarques de Guy Meyer : Pour le livre de Cellarius contre Hardouin, voir la lettre de Du Bos à Bayle du 10 août 1696. Le livre de Lorenz Berger (1653-1705), premier volume d'une série, s'intitule exactement, Thesaurus Brandenburgicus selectus sive gemmarum et numismatum Græcorum in cimeliarchio Electorali Brandenburgico, Cologne, 1696. Bergier fut le garde du cabinet de Karl-Ludwig von Pfalz, prince Palatin, père de Madame, cf. Van der Cruysse 1986, p. 20. Il passa à Berlin avec la collection numismatique de son ancien maître. Sur le livre de Bergier, voir la lettre de Du Bos à Bayle du 25 juin 1696 et la correspondance avec Thoynard. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Sur les projets des Huguétan concernant les livres de Vaillant, voir ci-dessous la lettre du 4 septembre 1698 et les remarques ci-dessus à la lettre du 19 octobre 1696. Plus précisément, sur les Numismata... græcè loquentibus..., réimprimés augmentés par les Huguétan voir les lettres de Foy-Vaillant aux Huguétant du 10 septembre 1698 et du 2 octobre 1699, cf. Chr. E. Dekesel, « Jean Foy-Vaillant (1632-1706) : the Antiquary of the King », Wolfenbütteler Forschungen, bd. 64, Numismatische Literatur 1500-1864, Wolfenbüttel, 1995, pp. 50-53, qu'il faut compléter des lettres de Du Bos sur ce point. Sur la toute première édition de ce livre par souscription, voir la lettre de Du Bos à Foy, abbé de Saint-Hilaire, du 18 aôut 1696. (fr)  +
Remarque : Cette lettre confirme, s'il en était besoin l'identification d'El Bizarro avec Vaillant. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Je rappelle qu'El Bizzaro est Jean Foy-Vaillant. Apparemment, Vaillant nourrissait une sorte de jalousie vis-à-vis de Thoynard quant à l'affection de Du Bos à l'égard de ce dernier. Dans la lettre à Graevius, datée du 20 décembre 1699, il évalue la collection à environ deux mille trois cents monnaies. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer: Sur cette affaire au long court voir les lettres à Bayle, du 25 juin 1696 et à Thoynard du 19 octobre 1696. Pour le passage de Du Bos à Utrecht, en août 1698, voir la lettre à Thoynard du 21 août 1698. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : L'abbé de Louvois supervisait alors, en tant que Bibliothécaire du roi, le Cabinet des médailles. L'original de la lettre a été vendu [fichier Charavay]. (fr)  +
Remarque de Guy Meyer : Par « ligure » Du Bos entend-il un navire ? Sur cette médaille voir la lettre suivante. (fr)  +
Remarque : Le dessin est perdu. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Baudelot avait publié à Paris en 1698, Histoire de Ptolémée Aulètes. Dissertation sur une pierre gravée antique du cabinet de Madame. Dans la préface, il évoque déjà des différents avec Galland quant à l'identification du sujet qui reposait selon Baudelot sur la parfaite identité du profile du personnage gravé sur l'améthyste, et non pas une agate, de la duchesse d'Orléans avec celui de Ptolémée Aulète sur certaines monnaies. Galland en reçut rapidement un exemplaire par l'intermédiaire de Genébrier, ami commun de l'un et de l'autre. Il répondit à Genébrier par une lettre critiquant sévèrement Baudelot, datée de Caen, le 24 décembre 1698. Galland révèle dans sa correspondance qu'il adressa des copies de cette critique à plusieurs amis parisiens et à l'abbé Nicaise, à Dijon. Ces copies circulèrent et on en fit d'autres. Il y en a un exemplaire dans le manuscrit de la Bibliothèque de l'Arsenal MS 5447, Barthaud tome XX, ff° 254-258, qui n'est pas autographe. Dans un premier temps, Denis 1912, pp. 77-81, Lettre 68, publia la copie manuscrite de l'Arsenal, attribuant cette lettre à Du Bos. Lombard, dès l'année suivante, pp. 34-35, après sa Lettre 67, démontra l'inanité de cette attribution. M. Abdel-Halim retrouva une minute autographe dans BnF, MS FR 6137, pp. 107-123 et en rendit la paternité à Galland, voir Correspondance, pp. 242-243, Lettre XCIII, incipit seulement, et Antoine Galland, pp. 378-380. Il put aussi nommé le destinataire original de la lettre, le médecin numismate Claude Genébrier. Le secret fut relativement bien gardé, mais pas suffisamment pour que Baudelot ne finisse pas par lire cette critique et en savoir l'auteur. Il y fit une réponse manuscrite, Arsenal MS 5447, ff° 263-286, et se brouilla avec Galland. Non seulement Galland n'était pas convaincu par l'identification, mais surtout il reprochait à Baudelot de corriger abusivement des extraits de Pline l'Ancien et de Cicéron, mais encore de ne pas maîtriser le grec en commettant des erreurs dans ses citations et des confusions dans ses traductions. L'expression « les néocores d'Utrecht » doit être prise au pied de la lettre, il s'agit des « gardiens du temple du savoir » regroupés autour de Graevius, mais c'est aussi un jeu de mot sur le nom de l'un des auteurs de la recension Ludolphus Neocorus (Ludolph Küster, 1670-1716) associé à Henricus Sikius (Heinrich Sike, mort en 1712). Ils avaient publié une critique tout aussi sévères que celle de Galland dans la Bibliotheca librorum novorum, IV, 1699, pp. 367-379, périodique publié à Utrecht. La fin de l'article, p. 379 (il manque la dernière phrase dans la lettre de Du Bos) est encore plus destructrice que les critiques de Galland, puisqu'ils reconnaissent à coup sur le profil de Dante sur l'Améthyste. Or, ils semblent bien devoir cette identification à Du Bos qui l'adressait à son cousin Léonore Foy, abbé de Saint-Hillaire dès l'automne 1698 ou l'hiver 1699. L'anonyme qui a communiqué cette critique dévastatrice ne peut-être que Du Bos, à moins, mais c'est peu probable, que les censeurs d'Utrecht l'aient trouvé d'eux-mêmes. Du Bos, en revanche, ne leur a pas fourni les critiques anonymes de Galland dans sa lettre à Genébrier. Le compte-rendu des deux professeurs d'Utrecht était totalement indépendant de la lettre de Galland et, à une exception près (pp. 374-376, à propos de Potheinos changé par Baudelot en Photinguios ; les remarques sur les couronnes est trop générale pour constituer autre chose qu'un passage obligé d'autant plus que Galland et les recenseurs de la Bibliotheca invoquent des arguments et des auteurs distincts), porte sur des points différents. Il n'y a donc aucun rapport entre ces deux critiques. Sur la lettre de Galland, voir la lettre de Du Bos à Bayle du 26 févier 1699. Claude Deshayes-Gendron (c. 1663-1750) était l'un des médecins attaché à la maison d'Orléans, ami de Thoynard et de Du Bos. Sur les travaux de Du Bos dans le cabinet de médailles de Bruxelles (classement des séries et catalogue), appartenant à Maximilien-Emmanuel de Bavière, voir les lettres suivantes datées de Bruxelles et celle de Du Bos à Graevius du 20 décembre 1699. (fr)  
Remarque de Guy Meyer : Jeanne-Baptiste d'Albert de Luynes, comtesse de Verrue (1670-1736), maîtresse du duc Victor-Amédée II de Savoie s'était enfuie, en octobre 1700, en emportant une importante collection numismatique offerte par son amant dont les monnaies d'or, ou partie d'entre elles, fut achetée par Madame princesse douairière d'Orléans. J'ignore qui est le père Périer, je ne l'ai pas retrouvé parmi les numismates Lyonnais de cette époque. La réponse de Thoynard, datée du 10 août 1701, est publiée dans Denis 1912, p. 178, Lettre 156, avec ce résumé cryptique : « Il [Thoynard] s'engage à examiner une médaille de Titus dans la collection du P. Perier, minime ». (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Sur la collection du cardinal Giacomo Cantelmo Suart (1640-1702), archevêque de Naples depuis 1691, I. M. Iasiello, Il collezionismo di Antichità nella Napoli dei viceré, Naples, 2003, p. 186, qui souligne avec Du Bos l'érudition du personnage. Montfaucon dans son Diarium Italicum, Paris, 1702, p. 303, rapporte la visite de son cabinet composé de plusieurs séries de médailles, après avoir lui aussi souligné son application aux études. Il possède aussi de nombreuses monnaies avec des légendes en samaritain, grec et latin dont il n'eut pas le temps de prendre en notes. Les mots « antiquaire de renom » remplacent deux mots raturés illisibles. La légende de la première monnaie est traduite du phénicien. Les quatre dessins sont conservés. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Si l'on suit la double négation de Du Bos, Galland aurait affirmé que Zosime, bien qu'antérieur au Pseudo-Capitolin aurait cité ce dernier. Bien que nous sachions aujourd'hui que Zosime est postérieur au pseudépigraphe, Galland ne dit rien qui puisse tomber sous la critique de son censeur : «Mais comme lui [Zosime] et Capitolin étaient à peu près contemporains [une cinquantaine d'année les sépare], je ne sais si l'on pourrait croire que Zosime eût lu l'ouvrage de Capitolin ou même qu'il l'ait connu ou qu'il ait entendu parlé de lui » (Lettre touchant à l'histoire des quatre Gordiens, p. 41). Galland reproche surtout à Du Bos de corriger Zosime pour le conformer à sa thèse aventurée (Lettre touchant l'histoire..., p. 24-30, où il est évident que le manuscrit de la bibliothèque du roi est corrompu mais que la correction proposée par Du Bos à cet endroit ne vaut rien). Le Specimen universae rei nummariae antiquae parut à Leipzig en 1695. L'abbé Pierre Bizot, spécialiste de numismatique « moderne », mourut en 1696. (fr)  +
[19] « Au vice-César, gouverneur de l’empire romain ». [20] Jean Hardouin, Antirheticus, de nummis antiquis coloniarum et municipiorum (Parisiis 1689, 4°). Dubos fait remarquer que l’abréviation V.C.R.I.M.R. doit se lire V.C.R.IM.R. c’est-à-dire : Vice Cæsaris rector imperii Romani et non pas, comme le voudrait Hardouin dans son Antirheticus en prenant le deuxième R pour O, imperii Orientis. [21] « de l’empire d’Orient ». Remarque de Guy Meyer : Personne n'a été capable de retrouver la défense des quatre Gordiens de M. de Longpré. Il s'agit peut-être d'un article paru anonymement. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer : Marc-Antoine Oudinet, garde des médailles du Cabinet du roi, fut d'abord avocat. Il était originaire de Reims comme Pierre Rainssant qui gravitaient tous deux dans l'orbite du frère de Louvois, archevêque de Reims lequel avait la charge de la Bibliothèque et du cabinet des médailles au nom de son neveu sous la tutelle de son frère ministre depuis la mort de Jean-Baptiste Colbert. Rainssant, médecin de Monseigneur Le Tellier devint, sur sa recommandation, le médecin personnel de Louvois et le garde des médailles du cabinet du roi. Nicolas Bergier, auteur de l'Histoire des grands chemins de l'Empire romain, Paris, 16221, était lui aussi rémois. Oudinet connaissait une version avec des annotations autographes. Henninius (Henning) travaillait alors à une traduction latine de cet ouvrage pour le Thesaurus antiquitatum Romanorum, vol. X, de Graevius, paru à Utrecht en 1699. Le traducteur a bénéficié, comme le rappel Graevius dans sa préface des corrections et des ajouts inédits de Bergier grâce à Oudinet et Du Bos, nommément cités tous les deux à la première page de la préface de ce volume. De plus cette édition est enrichie de gravures de médailles qui manquent dans la première de 1622. Cette dernière version (1699) a servi pour une seconde édition française, à Bruxelles, en 1728, en deux volumes, suivie d'un second tirage en 1736. Marc-Antoine Oudinet (1643-1712); Nicolas Bergier (1567-1623), Histoire des grands chemins de l'Empire romain, Paris 1622 et 1728; Henninius, traducteur (en latin); sur Du Bos et Mabillon, Lombard 1913, p. 22 et lettre 1191, n. 3. Dans la lettre suivante à Bayle, du 23 septembre 1696, Du Bos informe son correspondant : «J e n'ay point encore reçu Bergier apostillé de la main de l'auteur que Monsieur Oudinet doit m'envoyer ». [Gigas 1890, p. 277, Lettre V; 1148] Réponse de Bayle : du 23 juillet 1696, de Rotterdam, Lettre 1137; + 1) lettre de Bayle, du 3 septembre 1696, 1156; 2) p. 288, lettre VI, du 18 novembre 1696, Lettre 1160. (fr)  
[41] Jean-Foy Vaillant, Numismata imperatorum, Augustarum et Cæsarum : a populis Romanæ ditionis, Græce loquentibus ex omni modulo percussaquibus urbium nomina, dignitates, Prærogativæ, [...] consignantur (Lutetiæ Parisiorum 1698, folio ; Amstelædami 1700, folio). [42] Il s’agit d’une thèse présidée par Christophorus Cellarius le 7 janvier 1696 à l’université de Halle : Flaviana Herodum historia [...] nummis antiquis conciliata, quam [...] pro honoribus [...] magistri philosophiæ [...] consequendis, præside Christophoro Cellario [,..]. a.d. 7 januar. 1696 [...] ad disputandum proponit Joannes Justus Adelung (Halæ Magdeburgicæ [1696], 4°). Cet ouvrage fait l’objet d’une annonce dans un « Extrait d’une lettre de Rotterdam » dans le JS du 30 avril 1696 : « La dissertation du P[ère] Hardouin De nummis Herodiadum, a esté imprimée en Al[l]emagne, avec une refutation, sous ce titre Flaviana Herodum Historia adserta et nummis antiquis conciliata. L’auteur est professeur en histoire et en éloquence dans la nouvel[l]e université de Hall[e], et se nomme Sellarius. » [43] Dubos écarte donc l’ouvrage sceptique de Jean Hardouin comme un recueil de spéculations superstitieuses. [i] tamquam herba solstitialis : « comme l’herbe du solstice [d’été] », une plante qui s’épanouit l’été mais qui se fane très rapidement. Voir Plaute, Pseudolus, 38, « quasi solstitialis herba paulisper fui : repente exortus sum, repentino occidi ». [44] Il confond l’ Hérode mentionné à plusieurs reprises dans les lettres de Cicéron à Atticus avec Hérode le Grand, roi de Judée. Remarques de Guy Meyer: Sur Bergier, voir la lettre précédente. La première édition des Médailles impériales grecques ou Villes grecques de Vaillant (titre exact, Numismata Imperatorum, Augustarum et Cæsarum, à populis romanæ dictionis græcè loquentibus ex omni modulo percussa...), à Paris, chez André Cramoisy, suivie en 1699 d'un second tirage avec des planches, chez Jombert. L'édition augmentée et définitive, qualifiée de seconde édition, fut confié au soin des frères Huguétan, anciens libraires Lyonnais protestants réfugiés en Hollande, imprimé par Gallet, à Amsterdam, pour leur compte (« Hugetanorum », page de titre). En 1693, le père Hardouin avait publié les Chronologiæ ex nummis antiquis restitutæ, à Paris, chez Anisson. L'édition originale de la dissertation polémique de Christophorus Cellarius (Christoph Martin Keller, 1638-1709) s'intitule, Flaviana Herodum adserta et nummis antiquis conciliata, Halle am der Saale (et non pas Leipzig), 1696. Elle a été rééditée plusieurs fois notamment en 1700, à Halle am der Saale, augmentée et révisée, sous le titre Flavii Iosephi de Herodibus Historia, a suspicione in quam V(ir) Cl(arissimus) Ioannes Harduinus S. I. nuper vocavit, iustis vindiciis adserta, et nummis antiquis conciliata, puis en 1712 dans les Dissertationes Academicæ, de Cellarius, à Leipzig, pp. 207-231, sous le titre « Dissertatio XI, qua Flavii Iosephi de Herodibus Historia, a suspicione contra Ioannem Harduinum iustis vindiciis adseritur, & nummis antiquis conciliatur, habita A. 1696 », et in Havercamp, Flavii Josephi, Opera omnia, Amsterdam, 1726, II, pp. 324-329. Le Journal des Savants, 1697, pp. 312-313, qui rend compte de du livre de Cellarius introduit une certaine confusion en prétendant que l'auteur s'appellerait Sellarius et que sa réplique était accompagnée d'une édition allemande de l'ouvrage incriminé du père Hardouin. Contrairement à ce qui est affirmé dans la note 42 à la lettre 1148 de la Correspondance de Pierre Bayle, Cellarius n'a pas présidé une thèse, mais il est l'auteur d'une dispute sur un sujet proposé Johannes Justus soutenue devant l'Académie Frédéricienne. (fr)  
Remarques : Sur l'affaire de l'Histoire de Ptolémée Aulètes de Baudelot, voir les lettres de Du Bos à son cousin Foy de Saint-Hillaire, sans lieu ni date mais fin 1698 ou début 1699 de Paris et la lettre du même à Thoynard du 17 septembre 1699. On peut supposer de la lettre précédente et apparemment perdue de Du Bos à Bayle qu'il lui annonçait la parution de ce livre et peut-être même qu'il y avait reconnu Dante. Dans l'extrait ci-dessus, Du Bos parle à Bayle de la lettre de Galland adressée à Genébrier le 24 décembre 1698. Cette lettre quoique communiquée à d'autres amis dont l'abbé Nicaise à Dijon devait rester secrète, mais Du Bos porte témoignage de sa circulation en autographes et en copies dont celle du manuscrit de l'Arsenal 5417, ff° 254 sqq. Ce qui devait finir par arriver arriva : Baudelot eut connaissance de la critique et de son auteur. A priori donc, la lettre devait restée secrète, mais l'idée d'une publication effleura Galland puisqu'il en recopia la minute dans le manuscrit BnF, Fr 6137, p. 107-123, destiné, dans son esprit du moins, à la publication. De fait, elle ne fut jamais imprimée avant 1912. C'est par cette lettre que Denis 1912 ignorait que Lombard 1913, p. 34-35, à démontré l'inanité de l'attribution de la lettre du 24 décembre 1698 à Du Bos par Denis et qui doit maintenant être rendue à Galland. (fr)  +
Commentaire de Guy Meyer : Scipio Maffei, dont Séguier fut le secrétaire, est décédé le 11 février 1755. Sur la monnaie dont il est question, S. Maffei, Verona Illustrata, III (Vérone, 1732), p. 484: « ma molti più preciosa è la susseguente, perchè ci fa vedere un re, non più veduto in medaglia, cioè Tarcondimoto. Dominò questi una parte della Cilicia presso il monte Amano. Se ne ha la prima menzione in un’epistola di Cicerone, dove lo chiama fedelissimo compagno, ed amico del popolo Romano.] (fr)  +
- Friedrich Reinhold von Berg, un jeune noble letton venu à Rome en 1762, enflamma le cœur de Winckelmann (ils étaient âgés de 26 et 45 ans). Leur correspondance n’a pas fini de faire couler une encre abondante. (fr)  +
(« La plus ancienne médaille, du moins autant que je sache, sur laquelle se trouve un Ω a plus ancienne ω, est celle de Polémon, roi de Pont, avec cette inscription: ΒΑCΛΕωΣ ΠΟΛΕΜωΝΟΣ. Elle est dans le cabinet des pères Franciscains, à San Bartholomeo all’Isola. Il est facile de se tromper lorsqu’on ne veut juger que d’après l’élégance des caractères. J’ai vu dans le cabinet de Faucaulti à Naples, ainsi que dans le cabinet de la reine de Suède, chez le duc de Bracciano à Rome, des médailles des rois de Pont (sic!), dont les caractères sont d’une grande élégance, mais dont le dessin et le coin sont plus que barbares. À l’égard de la beauté même des caractères, on pourrait établir quelques règles : les points et les boules aux bouts extérieurs des caractères grecs, par exemple, commencèrent à être en usage du temps d’Alexandre le Grand, et ôtèrent beaucoup de l’élégance que ces caractères avaient eue jusqu’alors. Je me suis proposé d’écrire une Paléographie numismatique, si Dieu m’en accorde le temps... (p. 265) La figure d’un autre Hercule plus jeune & avec une barbe plus fournie, ressemble parfaitement à celle de ce héros qu’on voit sur les médailles grecques de Capoue & de Téano, qui sont dans le cabinet du duc de Noïa à Naples. La médaille de cette dernière ville porte cette inscription (lettres osques)» (trad. : Recueil de lettres de M. Winckelmann sur les découvertes faites à Herculanum, à Pompéii, à Stabia, à, Caserte & à Rome, I, Paris, 1785, p. 245-6 et 265 – traduction à nouveau fautive ou approximative en maints endroits). (fr)  +
Bibliothécaire de l’historien Heinrich von Bünau, au château de Nöthnitz, près de Dresde, là même où Winckelmann passa les années 1748-1754 avant son départ pour Rome, Johann Michael Francke (1717-1775) a laissé son nom dans l’histoire de la bibliothéconomie pour avoir mis au point un nouveau système de classement. Ami et parfait contemporain de Winckelmann, il rédigea l’index de la Geschichte (voir M. Mühlner, «‘Der erste Bibliothekar, den Deutschland je aufzuweisen hatte’, Johann Michael Francke», Buch und Bibliothek, 52, 2000, p. 240-5). (fr)  +
A letter without date and place but quoting literature published in 1788. To be published in Williams - Woytek (en)  +, (fr)  +
L
Commentaire (Guy Meyer): Au début, polémique contre le père Hardouin. Cette lettre fait suite à « lettre de M. D(e) L(a) R(oque) à M. Boyer, docteur en médecine de la Faculté de Montpellier, docteur régent de celle de Paris, sur une médaille latine de la ville de Troade, et une médaille grecque des Dardaniens », Mercure, juin 1731, pp. 1262-1275, avec gravures des deux médailles. Jean de La Roque revient sur le sujet dans « Lettre de M. L. D. R. écrite à M. Maillart, ancien avocat au Parlement, sur quelques sujets de littérature », Mercure, avril 1737, p. 640. Un petit mystère Bouhier et La Roque, Mercure d'avril 1737, p. 640 renvoient pour le début de l'article à la page 1334 du Mercure de juin 1732, alors que dans l'exemplaire que j'ai consulté il débute p. 1344. L'occasion de ces lettres de La Roque est rapportée au début du premier article de juin 1731 : « Ce n'est pas assez, Monsieur, d'avoir reçu avec reconnaissance les onze médailles antiques qu'il vous a plu de me donner ces jours passés que vous avez rapportées de vos voyages du Levant et qui ont été trouvées aux environs des Dardanelles et des ruines de Troie, c'est-à-dire sur les lieux du Monde les plus fameux dans l'Antiquité grecque et romaine » (pp. 1262-1263). Quant à Boyer, il s'agit de Jean-Baptiste Boyer (Marseille, 1693- Paris, 1768), célèbre médecin qui fit, avant 1717 deux voyages au Levant. (fr)  +
(fr)  +
attention : voir idem : lettre du 6 nov. 1652 infra). (fr)  +
fl. 1707-1715 (fr)  +
This letter is also published in Nuova raccolta d'opuscoli scientifici, e filologici [...] 1759 vol. 5. (en)  +
(fr)  +
Cfr. https://www.nuovabibliotecamanoscritta.it/Generale/ricerca/AnteprimaManoscritto.html?codiceMan=37319&tipoRicerca=S&urlSearch=area1%3DLorenzo+Pignoria&codice=&codiceDigital= (fr)  +
M
L’histoire de ce manuscrit et de la collection des médailles peut être retracée de la manière suivante. 1- Jean Martin (1624-1691), un marchand horloger genevois, se constitue une importante collection de médailles romaines. Un inventaire de cette collection a été dressé à la fin du XVIIe s. ou au début du XVIIIe siècle ; il est conservé à la BGE sous la cote « Ms. fr. 366 » : Indice des médailles qui sont dans le cabinet de Jean Martin de Genève […]. Jean Martin possédait également des livres de numismatique ; l’un d’eux, le Imperatorum romanorum numismata de Charles Patin, imprimé à Strasbourg en 1671, conserve son ex-libris sur le contreplat supérieur : Le 1er décembre 1673. Jean Martin (ouvrage conservé à la BGE sous la cote Ga 597, exemplaire relié en cuir brun). 2- Après la mort de Jean Martin, Guillaume Franconis (1646-1722), procureur général, issu d’une riche famille genevoise, achète cette collection et la donne à la Bibliothèque de Genève en 1707. (cf. Arch. BPU, Dd 2, p. 116 : Le 19 novembre 1707, Monsieur Guillaume Franconis a fait présent à la Bibliothèque des médailles du Sieur Martin, qu’il a achetées à ce dessein, et d’un beau cabinet, ou buffet des Indes ; de deux coupes d’argent dont le dedans est d’une belle gravure ; du portrait de Jean Hus, et de celui de Jérôme de Prague sur une planche de bois ; et des livres suivan[t]s […]) Guillaume Franconis est connu pour avoir fait don à la ville de Genève d’une importante somme, qui permit la construction du nouvel hôpital général à partir de 1707. 3- Après 1707, un bibliothécaire dresse l’inventaire de ce don ; c’est le Ms. lat. 278. 4- En 1825, le médailler de la Bibliothèque est remis au Musée Académique de Genève, qui a été créé en 1818, tandis que les deux inventaires (Ms. fr. 366 et Ms. lat. 278) restent à la BGE. En 1873, le médailler est transféré au Musée Archéologique, installé au sous-sol du nouveau bâtiment de la Bibliothèque dans le parc des Bastions. En 1910, le médailler est remis au tout nouveau Musée d’Art et d’Histoire de Genève, où il est conservé jusqu’à maintenant. (fr)  
pour la traduction française, A.-M. Moulin, P. Chuvin, Lady Mary Montagu, l’Islam au péril des femmes, une Anglaise en Turquie au XVIIIe siècle, Paris, 1981, p. 177-178 – info : Guy Meyer (fr)  +
Remarque : l’électeur de Saxe, Frédéric-Auguste II, dit le Fort (1670-1733), électeur depuis 1694, puis roi de Pologne en 1697, cf. Nugent, The Grand Tour (17783), II, p. 262-263 (info Guy Meyer). (fr)  +
Work published in three volumes between 1740 and 1744 by Alberto Mazzoleni. The book with the iconographic apparatus (92 plates) was published in 1726 (see Anonymous 1726). (en)  +
Michel = Germain Michel ? (fr)  +
Remarque (Guy Meyer) : M. de Savigny doit être le marquis Anthelme-Michel-Laurent de Migieux, seigneur de Savigny-lès-Beaune qui d'après la correspondance de Séguier s'intéressait aux antiquités, voir lettre de Migieux à Séguier, du 18 septembre 1778, BM. Nîmes, ms 98, ff° 32-33. Il possédait entre autres curiosités des antiquités égyptiennes, mais aussi des inscriptions latines et sans doute des monnaies. Le château de Savigny avait un temps appartenu à la famille Bouhier de Dijon. (fr)  +
On ne connaît pas la date ni le lieu de sa mort. (fr)  +
For coin collections see in particular p. 76-117. (en)  +
N
Note (Guy Meyer): cette monnaie est passée à Angeloni qui l’a reproduite dans son Historia Augusta, cf. V. Carpita, p. 118, fig. 2; cf. Historia Augusta (Rome, 1685, seconde édition corrigée par Bellori), p. 59, fig. 9. (fr)  +
Note (Guy Meyer): cf. Familiae romanae quae reperitur in antiquis numismatibus ab urbe condita ad tempora Divi Augusti ex bibliothece Fulvi Ursini [1577], p. 210; Dialoghi di D. Antonio Agostini archivescovo di Tarracona... (Rome), pp. 156-157 (cinquième dialogue). On retrouve la série des Muses de la gens Pomponia au frontispice du livre de Giovanni Sambuco (Joannes Sambucus, János Zsámboky, hongrois, 1531-1584), Emblemata cum aliquot nummis antiqui operis (Anvers, première édition de 1564, seconde édition augmentée 1566, et, même date traduction hollandaise, puis en 1567, traduction française et quatre rééditions: 1569, 1576, 1584, 1599). L’ouvrage, sans le titre, première édition, se trouve dans la liste des livres de Benedetti. La liste des livres adressées par Benedetti à Peiresc faisait partie de cette lettre dont il manque l’incipit (cf. la réponse de Peiresc, du 25 mai 1614). Pour les livres du premier extrait, voir la note à la réponse de Peiresc, du 25 mai 1614. J’ignore qui est V. Gruberger. (fr)  +
Note Guy Meyer : l’allusion à Métrodoros concerne une statue provenant, peut-être, de Smyrne représentant un stéphanéphore, avec une base inscrite que Peiresc avait vue et copiée à Venise chez Federico Contarini, I. Smyrna, II, 1, 655, et déjà S. Reinach, «Statue de stéphanéphore», RA, 31 (juillet-décembre 1897), pp. 341-342. (fr)  +
Note Guy Meyer : cf. CIL, XII, 1122; ILN, Apt, 33. (fr)  +
Notes Guy Meyer : La question des poids et mesures était l’un des centres d’intérêt principaux de Peiresc. Il est ici combiné aux problèmes des langues anciennes et de l’étymologie, ce qui dans sa correspondance n’est pas si fréquent. Il est piquant de trouver aussi tôt un rapport présumé entre l’étrusque et le basque. (fr)  +
Note Guy Meyer: l’éditeur, p. 190, n. 30 donne cette note: «En 1636, La Charce s’entretient avec Peiresc de ses découvertes archéologiques: Carp. ms. 1854, f° 154v « et après quy nous pouvoit donner des nouvelles particulieres des urnes quy était(sic) en la tombe où le simeterre fut treuvé, a été cause que Mr Boulle et moy n’avons esté sur le lieu pour nous en informer ... Je vous envoye Monsieur quelques médailles treuver à La Charce en diverses tumbes, les plus grosses était(sic) avec le simeterre dans la même tombe; il y en avait quantité qu’on lesa (sic) perdre» (La Charce à Peiresc, 13.I.1636). Et Peiresc note dans un de ses recueils d’antiquités: « Lance de pique trouvée à une montaigne qui est vis à vis La Charce, nommée St-Romane, elle semble être de leton » (Paris, BnF, ms. fr. 9530, f 132). - La Charce, Drôme, arr. de Nyons; Saint-Romain (Isère) arr. de La Tour du Pin.»L’identification de la seconde commune avec le lieu de la découverte ne tient pas, elle est beaucoup trop loin, vers le Nord. Il y a un Saint-Romain-en-Viennois, face à Mirabel-aux-Barronies, qui touche à Vaison-la-Romaine et qui semble plus approprié, si ce n’est que La Charce, dans le Diois, est voisine des Hautes-Alpes et pas du Vaucluse, se trouvant au nord-est de Nyons. Le château de La Charce se dresse sur un éperon au confluent de l’Oule et du ruisseau de l’Establet. Saint-Romans est une montagne qui culmine à 1341, au sud-ouest de La Charce, face à la bourgade (carte IGN, Géopotail, échelle 1 771). La Charce figure dans La carte archéologique de la Gaule, La Drôme, 26 (Paris, 2010), pp. 206, 075: «Cette commune est située dans la haute vallée de l’Oule, aux confins des Hautes-Alpes et limitée au sud par la montagne de Saint-Romans (alt. 1341 m). L’église Sancta Mariae de Carrcere et la chapelle de Saint-Romans, ecclesia Sancti Romani, font partie des possessions de l’abbaye de l’Île-Barbe à Lyon, en 1183... Sur la commune, on a signalé à Peiresc, peu avant 1636, la découverte de tombes contenant des «monnaies romaines» (sic); A. Lacroix, 1888b, I, p. 208. Dans le secteur de Saint-Romans, les tombeaux découverts sont à mettre en relation avec la chapelle signalée en 1183... «La confusion avec l’arrondissement de La Tour du Pin, s’explique, peut-être par le fait que le marquisat de La Charce est passé à la famille qui porte ce nom. La notice de la Carte archéologique de la Gaule renvoie à A. Lacroix, L’arrondissement de Nyons... (Valence, 1888), p. 208: «des médailles romaines recueillies dans des tombeaux furent signalés à Peiresc en 1636». Lui-même renvoie à C.-G.-A Lambert, Catalogue descriptif et raisonné des manuscrits de la bibliothèque de Carpentras, III (Carpentras, 1862), p. 9 (LXXII, Généalogies diverses..., volume II, ff° 151-154): «Lettre de M. de La Charce à Peiresc. Mirbel, le 13 janvier 1636. (il lui envoie le mémoire précédent sur sa généalogie, et quelques médailles trouvées dans des tombeaux à la Charce)». (fr)  
Note : Le docteur Louis Savot n'était alors âgé que de 59 ans. C'était presque l'âge de Peiresc, né seulement un an plus tard que le numismate. On pouvait sans doute appliquer à Savot le mot qui a été dit plus tard d'un collectionneur gêné par de trop nombreux achats: « ll a plus de médailles que de monnaie ». (fr)  +
Note (Guy Meyer) : Le livre de Paul Petau, conseiller au Parlement de Paris, Antiquariae supellectis portiuncula (Paris, 1610, réédité en 1757 sous le titre Explications de plusieurs antiquités recueillies par Paul Petau, à Amsterdam, avec une légende générale, page 8, n° 23, «près de 300 Médailles anciennes & pièces de monnaies d’or, d’argent & cuivre en 22 planches, désignées par A, B, C, &c.», pl. C, de cette édition), reproduit diverses antiquités, d’objets égyptiens jusqu’à des miniatures carolingiennes sur des planches non-numérotées, dont une planche de monnaies gauloises, intitulées AVREI. Dans la quatrième rangée, en partant du haut, on trouve à gauche, la monnaie signée VOCARAN, au droit et au revers (fig. 2, du dessin ci-dessus), et une seconde anonyme avec les mêmes motifs de droit et de revers (fig. 3, du dessin ci-dessus). Les deux monnaies ci-dessous sont extraites de la planche de Pétau (la planche complète est reproduite dans l’édition Lebègue): Le titre indiqué par Peiresc, p. 73 de l’édition Lebègue, Veterum nummorum, correspond à une page de titre intermédiare, PA(uli) P(etavii), in francorum curia consilari (conseiller au Parlement), Veterum nummorum C, Parisius 1610. Les monnaies d’or des Trévires, avec la légende VOCARAN[T], au droit un œil, au dessus d’un motif en forme de chevron, R. cheval galopant à gauche, cf. base Joconde, Musée archéologique de Dijon. (fr)  +
Note (Guy Meyer): Gaston d’Orléans (1608-1660). L’évêque de Metz, à cette époque, est le cardinal Anne de Pérusse d’Escars (ou Des Cars) de Givry (1546-1612), évêque de 1608 à 1612, en lieu et place de Henri de Bourbon-Verneuil, bâtard d’Henri IV, et célèbre collectionneur. (fr)  +
Selon Fauris de Saint-Vincent, la lettre envoyée le même jour à Rubens l'aurait été de Paris... (fr)  +
a retrouvé le memorandum envoyé par Ortelianus avec la liste de ses avoirs numismatiques ; il lui envoie une monnaie d’argent de Commode et des bronzes d’Agrippa et de Lucilla ; se propose de faire l’intermédiaire avec un ami qui possède des romaines et serait prêt à échanger ; il a reçu des médaillons d’argent du Levant et aussi un Othon frappé à Antioche- « J’avais perdu de malheur le mémoire que vous m’aviez laissé sur les médailles que vous désiriez recouvrer, comme je vous avais écrit quelques temps y a ce qui m’empêchait de vous y servir comme j’eusse désiré. Mais par bonne fortune je l’ai retrouvé dans mon étude parmi les livres que j’avais fait venir d’Angleterre, parmi lesquels il s’était égaré. Ensuite duquel je vous envoie un Commodus d’argent assez net, avec l’inscription au revers FIDEI COMMODI &c. Et ensemble un M. AGRIPPA, et une LUCILLA e cuivre. Si j’étais assuré que la présente vous fut rendue bien sûrement, comme votre slence passé m’en fait douter, je vous enverrais quelque chose de meilleur. Il y a un mien parent qui s’en ira vous voir à ce printemps s’il plaît à Dieu, lequel y pourra suppléer. Cependant je vous dirai qu’il y a un mien ami lequel a une Julia Pia du revers de MATER SENATVS &c. une Julia Maesa, une Julia Aquilia, et une Barbia Orbiana, toutes grandes en cuivre, et nettes surtout l’Aquilia et l’Orbiana. Mais j’ai de la peine à le faire consentir à s’en défaire. Il est vrai, qu’ayant ouï parler de votre Alexander Mameae battu en Grèce, avec le revers d’Alexandre armé, et en ayant vu l’empreinte que vous me donnâtes, comme aussi de votre Galba d’argent avec la tête de GALLIA, et de votre SISCIA PROBI AVG. En cuivre, il m’a dit de vous écrire que si vous l’en voulez accommoder, il vous accommodera des siennes. C’est pourquoi, si vous me répondez promptement sur cela, ce mien parent les vous porterait en s’en allant de par delà, et retirerait les vôtres par même moyen. Vous y aviserez et en attendant, je vous prierai de m’employer librement en tout ce que me connaîtrez propre, et en faire état assuré. … PS : Depuis j’ai recouvré les empreintes des quatre médailles susdites, il est vrai qu’elles ne sont guère bien venues, même la Masa, vous les verrez et si c’est chose que vous ayez agréable, donnez m’en avis, au plutôt. J’ai reçu du Levant quelques médailles d’arhent, assez curieuses, et ensemble un médaillon d’argent d’Otho battu en Antioche du poids de quatre drachmes fort entier, et sans aucune doute de moderne. « (Leiden,Universiteitsbibliotheek Leiden: MS BPL 2755; Hessels 1887, n° 348, p. 824-825). (fr)  
Si tratta di una copia: in calce al f. 145 è scritto: “Reg. 41.1 pag. 328 e 332”.La minuta s.l. s.d. è alla BNF, n.a.f. 5172, c. 100r-v [328r-v]. Nel ms. 1809 della Bibliothèque Inguimbertine di Carpentras c’è una copia non autografa alle cc. 332r-333r e 343r, nella quale Peiresc ha scritto di suo pugno alcune iscrizioni latine e greche, nonché a c. 332r il luogo, la data (poco leggibile) e il destinatario della missiva nel margine superiore a sinistra; voir Carpita & Vaiani 2012, lettre n° IV, p. 37-39). (fr)  +
Liste attenante à la lettre: « [f. 124] Nota de Sigilli, Medaglie, Pronti che il Sig.re di Peiresc inviò al S.re Pasqualini li 2 Novem. 1608.1. Trassonto di un Cameo di Agata bellissimo con l’effigie di Carlo Magno, o di Pippino suo Padre, sartito ??? in lamine d’argento, dinanzi il sepolcro di San Dionigio in Francia.2. Pronto del sigillo cereo di Carlo Magno, sotto l’anno XI del suo regno, et quinto di quello di Lombardia, Datu__ Godingavilla, tirato di San Dioniggio.3. Pronto del sigillo di Carlo Magno, sotto l’anno VI. Dura Palatio, di San Dioniggio.# aggiunto in margine Pronto di sigillo di Carlo Magno sotto l’Anno VIII. Theodone villa. Di San Dioniggio.4. pronto del sigillo di Hludovico Pio sotto l’anno I del suo Imperio. Aquisgrani. Di San Dioniggio.5. Pronto del sigillo di Hludovico Pio sotto l’anno XXVI del suo Imperio. Attiniaco??. di San Dioniggio.6. Pronto del sigillo di Hludovico Pio sotto l’anno VII del suo Imperio. Sylviaco. di San Dioniggio.7. Pronto del sigillo di Hludovico Pio, ma era rotta la carta della parte della data; Compendio. Dal Monasterio Fossatense.8. Sigillo di Hlothario sotto l’anno dell’Imperio in Italia XX__ et in Francia II. Bonaloculla del Mon. Fossatense.9. Pronto del sigillo di Hlothario sotto l’Anno dell’Imperio in Italia XXIIII et in Francia IIII. Aquisgrani. Di San Dioniggio.10. Pronto del sigillo di Carlo Calvo, sotto l’Anno IIII. Redonis_ villa. Del Monast. Fossatense.11. Sigillo di Carlo Calvo, sotto l’Anno XXI del suo regno. Compendio. Di San Dioniggio.12. Pronto del sigillo di Carlo Calvo, sotto l’Anno XXXVIII del suo regno, et secondo dell’Imperio; et benché sia mal venuto questo pronto per essere molto consumato l’originale, vi si leggeva nondimeno distintamente KAROLUS GRATIA DI con trattino sopraIMPERATOR AUGUS. Poncione nel Monasterio Marcianense di Fiandra. [f. 127] 13. Sigillo di Carlo Semplice sotto l’Anno XI del regno suo, Metlinguevilla??. di San Dioniggio.14. Sigillo di Carlo Semplice sotto l’Anno XXV regnante, redintegrante XX. L. 4 Ind. VI. Attiniaco??. di San Dioniggio.15. Sigillo di Carlo Semplice, Regnante Carolo Anno XXVIII. Redintegrante XXIIII. Largiore hereditate adepta, X°. In Compendio. In Monast. di Compendio.16. Sigillo di Carlo Semplice, eod. Anno quo preced. XVIII. Compendio. Di Monast. Fossatense.Medaglia di metallo in originale IMP. C. MARIUS P. F. AUG. figura muliebris stans, dextra caduceum, sinistra cornucopiae. SAEC. FELICITAS.Medaglia di metallo di Sebastiano Erizzo co’l Dio LUNA masculo, Tiarato alla Persica o Phryggia con lettere , et Medaglia di Metallo appresso il Sig.re Vincentio Cobergo Pittore Fiamengho in Brusselles con quella Luna Tiarata alla Persica o Phrygia et lettere COL. CAES. ANTIOCH. IMP. CAES. L. SEPT. SEV. PERTIN. P. F. AUG.Moneta di Papa Hadriano, del secolo di Carlo Magno con lettere N. ADRIANUS PP. I Se pure i vestigij del primo et ultimo carattero non sono i cantoni della sede Apostolica nella quale sia sentato ??? detto Papa, che si dovrebbe leggere solamente HADRIANUS. PP. VICTORIA DN. N. ROM. CONOB.Medaglia di metallo appresso Fabricio, con Hercole che sacrifica vicino alle Colonne di suo nome et lettere SEPT. TYRUS METROP. COL. Altri leggono PETITURUS REGNA DEORUM. Ma trovandosi appresso il Duca di Sora una Medaglia di Severo con i Buoi et iscrittione netta SEPT. TYRUS METROP. COLON. non occorre più dubitarne. Sendo questa Medaglia di Caracalla posteriore a quella di Severo.Medaglia di Gordiano di metallo. Appresso Fabricio, con l’istesso sacrificio di Hercole, con fragmento d’Iscrittione ….S. METR….Medaglia di metallo appresso Fabricio, di Caracalla giovane con lettere IMP. CAES. M. AUR. ANTONINUS AUG. et nel rovescio le Colonne d’Hercole con un Querco sic, et sotto, il cane d’Hercole che mangia la Porpora Tyria con lettere TYRIORUM, il che mostra che Severo non l’haveva ancora fatta Colonia, come fece poi. [f. 126] Medaglia di metallo del S.r Contarini con lettere …C. VIBIUS. TREBO. GALLUS. AUG. et da rovescio, l’Albero di Querco, le Colonne d’Hercole, l’Altare, et due Porpore, con lettere COL. TYRO. METR.Medaglia di metallo appresso Fabricio con lettere M. OTAC. SEVER.__ AUG. et da rovescio i premij de’ giuochi Attiaci, et Heraclei, con la porpora sotto et lettere COL. TYRO METR. et poi ACTIA. ERACL.In Sardonio Indico vero, mezzo di Sarda, et mezzo di Onice, appresso Fabricio, Purpura Tyria, con una conchetta, un Granciolo, una Squilla, et un Polypo. Ma per essere lavorato sotto squadra, non si può spogliarsene il pronto.Medaglia di metallo in Londra appresso il S.r Giacomo Colio nipote dell’Ortelio. SISCIA PROBI AUG. XXI. T. due fiumi che escono dell’aque sic, et versano aqua sic ciascuno dal suo vaso __ Calapis in Savum influens.Medaglia di metallo, appresso Fabricio, di Antonino Pio, ma non è troppo ben venuto l’impronto per mancamento del metallo. Con la figura della SYRIA che calpesta la figorina, laquale pare voglia natare.Pronti di Monete o Medaglie d’oro o d’argento dalle due prime famiglie Regie Francesi, et di quelle che gli Antiquarij sogliono chiamare Gothiche: Due Medaglie d’oro di quelle che chiamano Gothiche. Sei Medaglie d’argento Gothiche. Tre Medaglie di metallo Gothiche. Sei Medaglie d’oro della prima Famiglia Regia Francese. Due Medaglie d’argento della detta prima Famiglia. Una Medaglia d’oro della seconda Famiglia di Re di Francia. Sei Medaglie d’argento della detta secunda Famiglia. Medaglia d’oro appresso il S.r Dionisio Villieri Cancelliero della Chiesa di Tournai in Fiandra, con la Phenice tanto famosa, et lettere DIVO TRAIANO PARTH PATR. I. In Corniola Cassandra stracinata sic per la chioma, da Aiace.Medaglia di metallo, appresso Fabricio, Testa rasa con il Diademate attorno et lettere . Corona di alloro con lettere dentro [f. 127] Medaglia di argento con l’anima di rame, della famiglia Hostilia. Tre figure di donne L. HOST. Testa piangente BABERNA di Città o Provincia Cattiva, più tosto che di pallore.Medaglia di metallo, appresso Fabricio, C. MATREIUS L. F. MAG. IUVEN. Corona con il numero XI o XII.Pronto et contrapeso di un peso di metallo, che è appresso Nicola Fabricio, con lettere DN. HONORIUS. AUG. et poi EXAGIUM SOLIDI.Pronto di quella Medaglia di metallo di ALLECTO, che era nella scatola smarrita; la Medaglia era molto più netta che il pronto.IMP. C. M. AUR. MARIUS. AUG.IMP. C. LAELIANUS P. F. AUG., VICTORIA AUG.IMP. CARAUSIUS P. AUG.IMP. C. ALLECTUS P. F. AUG., PAX. AUG. mi dispiace che non sijno megliori, ma incontrandole, non mancherò di farlene parte. Medaglia di metallo in Inghilterra appresso un Cavalier prencipale chiamato Ser Robert Cotton; PCULP CORLAELIANUS forzi IMP. C. ULPI. Cornelius Laelianus, o vero Caius Ulpius Cornelius Laelians sic, VICTORIA AUGUS.Scylla in Corniola mal conservata, abbruggiata nel meggio.In Pasta anticha, se pur non è gioia Aquamarina o altro. Testa con lettere L.L.C.In Corniola ΑΕΤΙΩΝ Re della Cilicia Trojana appresso Fabricio.Medaglia d’argento del Ill.mo S.r procurator Federico Contarini di Venetia, con lettere ΣΟΛΕΩΝ et la testa ornata di Cydari Caput Tiaratum, Solensium. Forzi di Aetione Re della Cilicia Trojana.Medaglia d’argento appresso fabricio, con testa Tiarata et Diademate.Medaglia di metallo appresso fabricio con testa Tiarata, senza Diademate, Tiara Bucculata, ma le fascie della tiara vengono abbracciare il mentone, come la Buccola della Casside militare. [f. 128]Ex Tabula Itinerarij antiqui Peutingerorum Augustae. Figura Antiochiae con Oronte aquam infundente.Dissegno della Corona Anticha.Operculum Cippi in Hortis Carpensibus, in quo Diogenes in dolio.Diogenes apud Fulvium Ursinum in Numismate aereo.Diogenes apud Ursinum in gemma” (fr)  
Réponse à la lettre du 24 janvier : « ... Ma lasciando questo per rispondere alla sua lettera sudetta, io le dirò che il primo libro dell’Huomini illustri dell’Ursino (che fu stampato in Roma in fol.) non si trova per danari, et manco in queste bande che in Italia, di che mi dispiace sommamente non poter dare questa sodisfattione a V.S. Ill.re; ma se per sorte mi! capitasse, ella può essere sicura che glie lo manderò senz’altro. L’altro si di Gio. Fabro in 4° Anversa, con la gionta lo mando per questa medesima strada. Il Colbergo haveva comminciato di stampare le Medaglie Imperiali d’oro dello studio del Duca d’Arscot, ma venendo a moriredetto Duca, bisogna che l’opera sii restata imperfetta, al meno io non l’ho mai veduta. (...) Ho veduti volontiere la lista de’libri di V. S. Ill.re, ma trovandone io parecchi de quali io non ho havuta notitia, più che tanto io la prego di volermene mandare un’altra lista più distesa, con i titoli intieri de detti libri per meglio distingerli uno dall’altro, et procurerà di mandarle tutti che potrà ritrovare che non sieno trà i suoi. Quanto alli Oboli di metallo io metterò insieme questa vacanze tutti quelli ch’io mi ritrovo, anco di chiarirla di quanto me sarà possibile che non gli prometto la cognitione di tutti,sendocene molti [per] me tropo difficile. Hè (sic) ben vero che si havessi l’improto di tutti quelli di V.S. forzi che la visita de l’uno potrebbe giovare per la dichiaratione di alcun altro. Quella Medaglia Crotoniata o contornita (sic) della quale mi ha mandato l’impronto è belissima, io non ci leggo (come ella dice) SERPENATIUS, ma più tosto SERPENTIUS, et credo che ciò che le ha potuto un A sia in ferro del dardo che tiene in mano, et stimo che sia di quelli Atlheti (sic) che combattevano nell’arena in honore delli quali si potevano fare Medaglie, come facevano all’honore de gli Aurigari vencitori nelli giuochi Circensi, quale è quello Domnus PHILODEMUS, mentionato nella Medaglia di Severo appresso il Panvinio de Ludis Circensibus cap. XI Tabula numero VI, et infiniti altri stravarii (sic) che si veggono per i studii d’Italia. Anzi vorrei credere che fosse stato di quei venatori che combattevano contra le bestie salvatiche per trattenimento del popolo, de quali fa mentione l’istesso Panvinio libro II cap. I Tab. 5 num. III et nello seguente, et che codesto Serpentio con suo dardo havesse vinto quella bestia extravagante che si vede nel rovvescio ferita d’un dardo, con una figura humana giacente appresso che poteva essere l’istesso Serpentio prima atterrato, et poi finalmente vencitore. Che se nella mano destra vogliamo dire che l’istessa figura porti una fonda (sic), di che dubbio per mancamento dell’impronto, havrà usato della fonda, et poi de dardo per offendere quella bestia a noi incognita, con quella coda si lunga. L’una delle due Monete d’argento è di un Re d’Inghliterra vecchio, di che la ringrazio sommamente. La medaglia di Galba sarrebe più fedele che il dissegno quando convenga stamparla. Delle nove Muse stampate nelle famiglie dell’Orsino, et di là transferite nelli Dialoghi di Ant. Augustino io ne ho veduto qualche d’una per sorte, ma non mi ha mai capitato di acquistarne alcuna; hebbi solamente l’Hercole Musarum il quale mando a V.S. qui inchiuso, dispiacendomi di non haver le compagne, ma trovandone le manderò subito; et desidero di sapere chi è quello che lavora intorno le Muse, se le piace, et lo servirò di quanto sarà a me possibile » (Bibl. Municipale d’Avignon, Ms 202 (1020), pp. 115-118, minute ; voir V. Carpita 2006, p. 150-151, doc. 9). Note (Guy Meyer): Le premier livre est Imagines et elogia virorum illustrium et eruditor ex antiquis lapidibus et nomismatib(us) expressa cum annotatione ex bibliotheca Fulvi Ursini (Rome, 1570), et le second, sur le même sujet, mais tiré principalement de monnaies, [Johannes Faber de Bamberg, médecin du pape (1574-1629), Imagines illustrium ex Fulvii Ursini bibliotheca (...), Commentarius (Anvers, 1606). Peiresc avait vu le cabinet du duc de Croÿ et d’Aerschot lors de son voyage en Hollande. Le livre Imperatorum romanorum a Julio Caesare ad Heraclium usque, numismata aurea, (...) Caroli ducis Croii et Arschotani &c., dessiné par Jacob de Bie (autre auteur, Jean Hémelar ou Hemelær, Hollandais, 1580-1655), fut imprimé à Anvers en 1615 (16272). Dans une lettre à Dupuy, du 11 novembre 1627, Peiresc demande à son correspondant « le commentaire de Jo. Hemelarius sur les médailles d’or du duc d’Arscot «, cf. tamizay de Larroque, Peiresc, Correspondance, I, Lettre LXXVIII, p. 410 (vente des livres de M. Aleaume). Peiresc fait allusion à propos de la monnaie « SERPENTIVS «, à Onofrio Panvinio, de Vérone, de Ludi circensibus libri II (Rome, 1600), p. 26 et la planche qui fait suite, et à la planche qui suit la p. 86. (fr)  
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f700.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f372.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f361.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f453.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f478.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f503.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f524.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f566.item.texteImage (fr)  +
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62302644/f571.item.texteImage (fr)  +
Il s'agit, dans cette lettre, de deux monuments de l'art antique qui ont joué un grand rôle dans les études et les correspondances de Peiresc et dont se sont occupés ensuite plusieurs antiquaires en relation avec lui et notamment Rubens. Ce sont le fameux Camée dit de la Sainte Chapelle, aujourd'hui conservé parmi les trésors du cabinet des médailles, pierres gravées et antiques de la Bibliothèque nationale de Paris, et du non moins fameux Onyx de Vienne. Comme ces monuments ont été pour le maître d'Anvers des objets de prédilection artistique, qu'il les a dessinés et fait graver, il nous semble nécessaire d'entrer ici dans quelques détails (1).((1) Pour ces deux camées, voir: Alberti Rubenii Dissertatio de Gemma Tiberiana et Augustaea dans Alberti Rubenii de Re Vestiaria Veterum libri duo, p. 187. Antv., Plantin, 1665. — Achates Tiberianus sive Gemma Caesarea Auctore Jacobo Le Roy. Amsterdam, 1683. — F. de Mely. Le grand Camée de Vienne (Gazette archéologique), p. 244. Paris, 1886. — Idem. Société archéologique du Midi de la France. Toulouse, 1894. — E. Babelon. La gravure en pierres fines, p. 151. Paris, Quantin, 1894. — Gassendi. Vie de Peiresc. — Inventaire des médailles, etc. de M. Peiresc. Gazette des Beaux-Arts. XIV, 2e période, p. 422. — Koehler. Mémoires et oeuvres, V, p. 21. St Pétersbourg, 1816. — Montfaucon. Antiq. expl. f°, V, p. 160. Paris, 1719. — Mariette. Traité des pierres gravées, 4°, p. 345. Paris, 1750. — Arnetti. Die antiken Cameen der K. K. Münz, u. Ant. Cab. in Wien, f°, pl. 1. Wien, 1849. — Trésor de Numism., etc. iconogr. rom., pl. VIII. — Bernouilli. Iconogr. romaine, II, p. 262. Stuttgard, 1886. — Eikhel. Choix de pierres gravées du Cab. de Vienne, f°. Vienne, 1788.) On constate l'existence du second, dès 1247, dans un inventaire de la Basilique de St Sernin, à Toulouse, où, pendant tout le moyen âge, il fut l'objet d'une vénération extraordinaire. On l'appelait le Grand Camaliel, et dans les registres de l'hôtel-de-ville il est qualifié de Lapis pretiosissimus, valoris incredibilis. On le disait offert par Charlemagne à l'église susdite. Sa réputation était universelle, son prix inestimable, c'est ce qui fut la cause de sa disparition du trésor où il était conservé. Clément VII et François Ier allaient se rencontrer à Marseille, en 1533. Les exigences de Charles-Quint engageaient le Pape à se rapprocher encore de la France qui l'avait déjà secouru en 1528. Il venait de traiter du mariage de sa nièce, Catherine de Médicis, avec le dauphin Henri. François Ier voulut, par des fêtes magnifiques et des présents royaux, lui montrer sa munificence. Aussi pensa-t-il à lui offrir le camée de St Sernin, tellement convoité par un de ses prédécesseurs, que Paul II avait proposé à la ville de Toulouse de faire construire, en échange de cette pierre, un pont de pierre sur la Garonne. François Ier avait vu ce camée à son passage, en août 1533, et aussitôt commence entre le roi et les Capitouls une curieuse correspondance. [300] Le roi écrit deux lettres, l'une de Castelnaudary, en août, l'autre de Marseille, du 20 octobre, priant les Capitouls de lui envoyer le camée. Ils résistent, disant qu'on ne peut le déplacer sans dispense du pape. Le roi insiste. Le 1r novembre, ils envoient une députation pour «esclairer le roy.» Celui-ci irrité de cette résistance, écrit le 7 novembre une lettre très dure à laquelle il n'y avait qu'à obéir; on apporte la pierre au roi, qui remercie les Toulousains, le 24 novembre 1533 et leur écrit: «nous avons promis le Camayeu en garde jusqu'à ce qu'il soit cognu et desclaré à qui il sera, pour après en recompenser celui qu'il appartiendra, de sorte qu'il s'en doive contenter.» M. de Mély conjecture que le pape l'aura gardé pour lui et qu'à sa mort (26 septembre 1534) ses biens personnels sont retournés aux Médicis et peut-être le Camée est-il entré dans la part de Catherine. Toujours est-il, qu'en 1560, on le trouve réintégré dans le trésor de France. Catherine de Médicis parat l'avoir donné, en 1561, au couvent de Poissy d'où il serait disparu, en 1562, lors du pillage du couvent par les Huguenots. Plus tard, il serait passé dans les mains de négociants qui, d'après ce que Peiresc nous apprend, le vendirent, en 1619, à l'empereur Rodolphe II au prix de 12. 000 écus d'or. Depuis ce temps, il fait partie du trésor des empereurs d'Autriche. D'après la tradition donnée par Peiresc, le camée aurait été rapporté de Palestine par les Chevaliers de St Jean de Jérusalem, donné par eux à Philippe-le-Bel, légué par ce roi au couvent des religieuses de Poissy, qu'il avait fondé en 1304, où il aurait été pris pendant les guerres de religion et vendu à Rodolphe. Les conjectures de M. de Mély sont fort acceptables. Le camée de Vienne est de dimensions un peu moindres que celui de Paris, mais il le dépasse par la conservation et par la perfection du travail. Il est partagé horizontalement en deux registres. Dans le haut, on voit Auguste sous la figure de Jupiter, entouré de personnages de sa famille et couronné par Cybèle. A sa gauche, Livie sous la figure de la déesse Roma, Germanicus et Tibère descendant d'un char conduit par la Victoire. Entre Auguste et Livie, le Capricorne, signe sous lequel naquit le premier. A sa droite, Agrippine, femme de Germanicus, avec les emblèmes de la fécondité, Neptune et Cybèle. Une autre interprétation voit dans les figures à droite Caelus au lieu de Neptune, Tellus au lieu d'Agrippine, Oekumene au lieu de Cybèle (1).((1) Album auserlesener Gegenstände der Antiken-Sammlung des Allerhöchsten Kaiserhauses, herausgegeben von Robert von Schneider, Wien, 1895, p. 16.) Dans la partie inférieure, le roi de la Pannonie, Bato, et des prisonniers [301] de guerre de cette nation sont assis à terre, tandis que des soldats romains érigent un trophée. Le fait historique rappelé est donc le retour victorieux de Tibère et de Germanicus. Le premier obtint les honneurs du triomphe, mais ne le célébra point. La guerre de Germanie ayant éclaté, il dut partir pour cette contrée et remettre la célébration de la victoire. Germanicus obtint les insignes du triomphateur: l'honneur de ce succès militaire remporté par les petits-fils d'Auguste, ses lieutenants, fut rapporté à l'empereur lui-même. Le Camée de France représente, d'après Peiresc, l'apothéose d'Auguste. Dans le haut, le fondateur de l'empire est reçu parmi les Dieux, il est monté sur Pégase et présenté à Jules César par Cupidon. Dans la partie du milieu, un homme contemple cette apothéose et Tibère se dévoue, lui et sa famille, au culte d'Auguste. Dans la partie inférieure, les nations vaincues. Voici l'explication la plus récente et toute différente qui en a été donnée: Au centre trônent Tibère en Jupiter et Livie en Cérès; devant eux s'avance Germanicus en armes, saluant l'empereur en portant la main à son casque: le vainqueur des Germains vient prendre congé de Tibère au moment de partir pour cette fatale expédition d'Orient d'où il ne devait pas revenir. Sa mère, Antonia, l'aide à revêtir son armure. Son fils, le petit Caligula, tout enfant a endossé la cuirasse, pris son bouclier, chaussé les caligae. Derrière lui est assise la femme du héros, Agrippine, tenant le volumen où elle écrira les glorieux exploits du jeune prince. Le guerrier qui élève un trophée est Drusus le Jeune, fils de Tibère, qui accompagna Germanicus en Orient; à côté de lui, sa femme Livilla, soeur de Germanicus. Un prisonnier Parthe, prosterné au pied du trône impérial, paraît plongé dans l'accablement. Le registre supérieur nous transporte dans l'Olympe, et ici se déroule le second acte du drame. On se souvient que Germanicus, parti pour l'Orient en l'an 17, mourut après de brillants succès empoisonné à Antioche, en l'an 19, à l'âge de trente quatre ans. Mais il fut bientôt vengé et on lui décerna les honneurs d'une apothéose dont notre camée consacre le souvenir. Germanicus est emporté au ciel sur Pégase et reçu par les ancêtres des Césars, savoir: Énée, costumé en Phrygien, portant le globe du monde, symbole de la domination universelle que devait exercer sa race; Auguste, divinisé et voilé en pontife; enfin, Néron Drusus l'ancien, père de Germanicus. Pégase est conduit par l'Amour, le génie protecteur des Julii, l'enfant de Vénus, la déesse mère des Césars. La double scène que nous venons de décrire représente donc le commencement et la fin de l'expédition de Germanicus en Orient: son départ plein de belles espérances et le moment où, après sa mort, il est reçu au rang des [302] divi. Les dix personnages entassés pêle-mêle dans le bas du tableau et donnant des signes non équivoques de tristesse et de deuil, symbolisent les barbares que Germanicus a fait prisonniers dans ses deux grandes expéditions de Germanie et de Syrie. Les Germains sont reconnaissables à leur barbe échevelée; les Parthes, à leur costume oriental et à leur bonnet phrygien. Le grand camée de France dut être exécuté peu après l'an 19, probablement quand Agrippine ramena en Italie les cendres de son mari, ou au commencement du règne de Caligula (l'an 37), qui prit à coeur de glorifier la mémoire de son illustre père, le plus populaire des généraux romains (1).((1) E. Babelon. La gravure en pierres fines, pp. 151-153.) Lors de la translation du siège de l'empire romain, le camée de France fut emporté à Constantinople avec le trésor impérial. L'empereur Baudouin II l'offrit à Saint Louis qui le déposa au trésor de la Sainte Chapelle. Au moyen âge, on y vit le triomphe de Joseph à la cour de Pharaon. Louis XVI le fit déposer au Cabinet des Médailles de la bibliothèque nationale. Il fut volé dans la nuit du 16 février 1804, mais repris par la police. Malheureusement il avait été dépouillé par les voleurs de la monture byzantine en or émaillé, dont il était enrichi et dont il n'existe point, paraît-il, de dessin. Rubens possédait un dessin du camée de Vienne que l'on devait se procurer sans trop de difficulté, puisque différentes empreintes de la pierre étaient dans la circulation. C'est de cette représentation que Peiresc lui demande une copie dans la présente lettre. Peiresc avait retrouvé le camée de la Sainte Chapelle l'année précédente, probablement vers le mois de septembre, et en avait donné le premier une interprétation plausible. Dans ses lettres à Jérôme Aléandre, il parle longuement du camée de la Sainte Chapelle et de celui de Vienne. Ces lettres ont été traduites de l'italien par M. de Mazaugues et la traduction a été publiée par Fauris de Saint Vincens. Nous croyons utile de les reproduire ici, vu la grande importance que Peiresc et Rubens attachaient à ces deux chefs d'oeuvre de la glyptique. (fr)  
Note: on Coberger [Wenceslas Van Obbergen], see the notice transmitted in 1600 to the Archduke Albert: “Wencislaus van Obbergen, ordinairement appelé à Rome : il signor Vincenzo, est natif de la ville d’Anvers, ayant servi autrefois à un peintre fameux nommé de Vos, est âgé d’envion quarante ans, de bonne représentation, courtois, et lequel se fait bien vouloir de sa nation et des étrangers. Il est marié pour la seconde fois depuis naguère avec une jeune fille âgée d’environ quinze à seize ans, native de Bruxelles, ayant le père d’elle demeuré à Paris et Rome quatorze ou quinze ans, se tenant encore présentement à Rome. Il parle italien, français et flamand, et encore qu’il ne parle ni latin ni grec, si est-ce toutefois qu’il se sait si bien aider desdites langues s’en sert en son étude de médailles et antiquités de telle manière qu’il peut être réputé entre les médiocres versés, à laquelle étude des dites médailles il surpasse la plus grande partie de ceux qui sont à Naples ou à Rome, et les a collecté avec tel soin qu’il n’y a épargné nul argent. Il a réduit les effigies en un volume beaucoup plus grand que celui de Golzius, mettant l’un et l’autre côtés desdites médailles, toutes tirées à la plume de sa main propre, avec l’interprétation des incriptions et figures en langue italienne, le tout en bon ordre, soit qu’on regarde le livre par lui composé et réduit ou aussi les médailles qu’il a disposées en son comptoir par layettes, et à un bon jugement de connaître les adultérines ou fausses. En la peinture qui est sa principale profession, il est très excellent et est tenu un des premiers de l’Italie” (Bruxelles, AGR, Correspondance historique, III, collection des Papiers d’Etat et de l’audience; Rooses & Ruelens 1900 III, p. 188-189). (fr)  +
Remarque : Bouhier recopie un des rares exemplaires de la première édition de cette lettre savante adressée au père Pagi et, bien informé, il corrige l'adresse de l'éditeur telle qu'elle est portée au titre. Ouvrage réimprimé dans Dissertationes tres, Leipzig, 1696 et dans ses Opera Omnia, vol. II, Vérone, 1729, coll. 646-665. (fr)  +
O
exemplaire ayant appartenu à Dionigi Ottaviano Sada, Lodovico Compagni, Leonardo Agostini et Giovan Pietro Bellori qui l’ont chacun annoté (fr)  +
Caution: unknow year (1750 is a best guess to make exist the document in the timeline) (fr)  +
Guy Meyer: sur la collection de l’abbé Charles d’Orléans de Rothelin (1691-1744), cf. son Éloge dans l’Histoire de l’Académie des Inscriptions, 18 (1746) [1753], p. 390: près de 8 000 pièces d’argent, 300 médaillons impériaux, 400 médaillons des rois et des villes grecques, 900 quinaires, parmi lesquels plusieurs en or, près de 9 000 petits bronzes impériaux, « qu’il donna peu de temps avant sa mort ». Il avait repris une partie au moins de la collection du duc du Maine qui avait été constituée par Vaillant. (fr)  +
Page 222, n. 2, la médaille fut acceptée par Léopold qui la fit nettoyer, par l’intermédiaire de F. Cameli (lettre 114), cf. ASF, Mediceo, 5564, c. 861 v.[Il y a de nombreux témoignage sur Cameli nettoyant des médailles. Il y a une allusion cryptique à cette spécialité de Cameli dans une lettre de Gottifredi à Léopold, citée par M. Fileti Mazza, Archivio del collezionismo mediceo, III, p. 42, n. 2: lettre du 31 octobre 1665: «Domani ne darò la cura a persona che lo sa fare meglio di tutti, essendo non solo prattico in tal professione, ma intelligente sopra tutti nella lingua greca, essendo stato segretario sin alla morte del già cardinale Astalli, e però, avendoli io specialmente avertito a non palesar ad alcuno d’aver veduto o rinettato tali medaglie, sono certo che Vostra Altezza ne resterà obedito» ASF, carteggio d’artisti, VIII, 295. Cameli fut d’abord secrétaire du cardinal Astalli, jusqu’en 1663, puis secrétaire du cardinal Maidalchini, avant de passer au service de Christine cf. Missere Fontana, Testimoni parlanti, p. 280. La monnaie grecque de Commode manque dans M. Fileti Mazza.] (fr)  +
Il s’agit de treize monnaies d’or que F sera chargé de montrer aux experts romains pour en vérifier l’authenticité. Après un jugement favorable de Cameli, Massimi et Gottifredi, dix furent acquises, cf. lettres 121 et 122). (fr)  +
Dans la longue note 3, G. signale que la correspondance d’Agostini avec Léopold, de 1651 à 1675, compose l’ASF, carteggio d’artisti, XVII. Pour la vente de la collection à Léopold: ASF, carte Strozzi-Uguccioni, serie III, vol. 205, cc. 69, 78; carteggio d’artisti IX, ins. 17, Pierre Séguin, cc. 250, 256, 258-259; ici les lettres de F, nn° 133, 134, 136, 162, 166, 167, 172, 173. Le 4 juillet 1671, Léopold a communiqué sa satisfaction d’acquérir toute la collection de monnaies, etc., d’Agostini (ASF, Mediceo, 5575a, ins. 4, c. 95). La fin de la transaction fut traitée par Domenico Maria Corsi (ASF, carteggio d’artisti, XVIII, cc. 24, 25, 27). [Cf infra, lettres 121, 132, 133]. (fr)  +
Page 211, n. 1 Innocenzio est identifié à Innocenzo Ferrari qui fut l’ami d’Agostini. Il fut impliqué dans le vol d’un paquet de médailles envoyé par Gottifredi à Léopold (ASF Mediceo 5358, cc. 111, 112, 121, 123). Ferrari adressa deux suppliques où il rappelait que par personne interposée, il avait procuré «les fameuses têtes de Germanicus, Marc Aurèle, Antoine et Pupien» (ASF, Mediceo, 5565 c. 210; 5537, c. 501). La confrontation d’une lettre d’Agostini (ASF, carteggio d’artisti, XVII, c. 609) avec une lettre de Ferrari à Léopold (ASF, Mediceo 5565, c. 210) on déduit que ce dernier a procuré au prince le groupe d’Amour et Psychée ; p. 211, n. 7: à propos de la monnaie de Vitellius.Cf. lettre 108 et un courrier d’Agostini qui précise que le revers porte la légende PAX GERMANIA ROMA (ASF, carteggio d’artisti, XVII, c. 88). (fr)  +
Le médaillon de Lucius Verus fut considéré comme authentique aussi par Giovan Pietro Bellori (ASF, carteggio d’Artisti, XVII, c. 88). Pour l’achat cf. lettres 109 et 110. [Il manque dans M. Fileti Massa, Archivio del collezionismo mediceo, au moins dans le troisième volume.]Note 9, page 217, G. hésite pour l’identification du médecin français entre Vaillant et Patin. [Il ne peut s’agir que de Vaillant].[Rare occasion dans cette correspondance, et dans le reste des lettres adressées à Léopold, de retrouver l’inimitié entre Gottifredi et Agostini. Sur celle-ci, cf. I. Herklotz, « Excavations, collectors and scholars in seventeenth-century Rome », in I. Bignamini (ed.), Archives and excavations, Archaeological monographs of the British School at Rome, 14 (Londres, 2004), p. 64-66 et Giovannini 1979, p. 157, note 17. Sur les liens entre Cameli et Gottifredi, cf. F. Missere Fontana, Testimoni parlanti (Rome, 2009), pp. 279-280.] (fr)  +
Page 218, note 2, la médaille de Faustine fut renvoyée à Florence avec un jugement négatif parce qu’il s’agit d’une frappe moderne (lettre 110). Agostini, par deux lettres des 11 et 25 septembre adressées à un secrétaire de Léopold affirme avec assurance que le «médaillon de Faustine avec le temple de Vesta» fut falsifié par le Padovano et Agostini donne des conseils pour reconnaître la falsification (ASF, carteggio d’Artisti, XVII, cc 88, 90) [Le Padovano (Padouan), Giovanni Cavino (1500-1570)préférait falsifier les monnaies d’époque flavienne, Missere Fontana, Testimoni parlanti, p. 369, suite de la note 52.] (fr)  +
Page 230, n. 3 L’exemplaire avec le rapt des Sabines fut nettoyé par Cameli (lettres 121, 122, 123, 124). Il est aussi mentionné dans une lettre d’Agostini (ASF, carteggio d’artisti, XVII, cc. 102,103). N. 4, la monnaie offerte par Bancherotto, sur un conseil d’Agostini (ASF, carteggio d’artisti, XVII, c. 102) et encore cité dans les lettres 121 et 126. Agostino Monanni communique, à ce sujet, le paiement de sept écus (ASF, Mediceo, 5571, c. 289)[Cf. M. Fileti Mazza, Archivio del collezionismo mediceo, III, pp. 223-224, médaillon de Constance, avec citation de l’extrait correspondant de la lettre d’Agostini, du 1er janvier 1669 et de l’extrait de la lettre supra de F. Pour le Priscus Attalus, pp. 299, avec un extrait de la lettre suivante, n° 121.] (fr)  +
[Rien sur le Médaillon de Maximus dans Fileti Mazza. Pour le médaillon de Geta, pp. 257-258, avec la lettre de Falconieri datée de 1670 ?] (fr)  +
Page 238, note 10: à propos de la monnaie de Valentinien. La monnaie reçut l’aval de principe de Léopold qui la fit restaurer par Cameli, cf. lettres 126 et 128, et ASF, Mediceo, 5571, lettre d’Agostino Monanni, c. 287.[Rien dans Fileti Mazza.]Note 11, à propos de la monnaie commune, un Marc Aurèle avec, au revers, la Concorde, cf. lettre d’Agostini, ASF, carteggio d’Artisti, XVII, c. 103 et courrier de Monanni, ASF, Mediceo, 5571, c. 287, les deux lettres à propos des deux monnaies.[Rien dans Fileti Mazza.] (fr)  +
Page 240, note 2, deux de ces monnaies citées ici en groupe représentent Olibrius et Euphémia (lettre 128); les deux autres, sans plus de précision, furent aussi acquises par Léopold (lettre 130).[Sur la monnaie d’Olibrius, Fileti Mazza, p. 288, lettre d’Agostini, du 9 mars 1669, carteggio d’artisti, XVII, c. 106 et la lettre de Falconieri supra; sur celle d’Euphémie, pp. 241-42, avec un extrait de la lettre 128. La même lettre d’Agostini, du 9 mars 1669, mentionne un Caligula d’argent, pp. 207-208; une Faustine Minor avec au revers un char tiré par des éléphants, p. 245; une Plotine grecque de diamètre moyen, p. 295; un Vespasien d’argent, grec, double de poids, p. 339.] (fr)  +
Giulio Florenzio est cité chez Vaillant, sous la forme latinisée Florentus, in Nomismata praestentiora, I (1674), p. 41 [et dans les monnaies grecques (1700), p. 138 (et dans les deux, index des cabinets)]. Leopold échangea avec lui une monnaie de Pertinax [cf. Fileti Mazza, pp. 293-294] contre une monnaie de Claude le Gothique [Fileti Mazza, pp.215-216]. Note 9:Les deux monnaies proposées par Bancherotto, l’Antinoos (cf. Fileti Mazza, pp. 188-189, qui cite en outre un extrait d’une lettre d’Agostini à ce sujet, infra) et le Gordien (outre la réf. à la monnaie précédente, cf. Fileti Mazza, pp. 270-271) ont été acquises par Léopold. Agostini (Carteggio d’artisti, XVII, c. 107) rapporte les avoir «levati di mano di un prete di pelo rosso genovese», sans doute Francesco Poggi, cf. lettre 148. [Fileti Mazza cite pour les deux monnaies supra des extraits d’une lettre d’Agostini à Léopold, carteggio d’artisti, XVII, carta 107, du 24 mars 1669: p. 189: Il signor abbate Falconieri recapiterà al serenissimo signor Principe Cardinale li due rarissimi medaglioni di Antinoo con il roverso di lui sopra una tigre, et il Gordiano greco con la quadriga di cavalli, capitati al Bancherotto, per opera mia levati di mano da un prete di pelo rosso e genovese, con il quale è bisognato adoprar qualche artifizio. Sono ambi bellissimi et sicuri antichi, a me pare non abbian bisogno di esser rinetti.] [Même citation tronquée, pp. 270-271] Les deux monnaies d’or sont les monnaies d’Olibrius et d’Euphémia que Léopold n’a pas retenues. (fr)  +
Les deux médailles d’or sont celles attendues par F. dans la lettre précédente. Les quatre autres ont été proposées par Innocenzio (lettre 128). Note 5: la médaille de Faustine, proposée avec trois autres par Innocenzo qui ont été fournies par un campagnard. [ Rien apparament dans Fileti Mazza, si ce n’est une lettre d’Agostini qui en fait les concerne: Carteggio d’Artisti XVII, à Léopold, carta 106, du 9 mars 1669 [même date que la lettre 128 où il est question pour la première fois de ces monnaies], p. 245, «Faustina Minore»: « Questa settimana gli ho fatto portare (...) una Faustina di Antonino con il roverso di due elefanti che tirano un carro; questa fu ritrovata dalla passata settimana in mano di un contadino, sono tutte rare e voglio credere che il serenissimo signor Cardinale non le lasserà fuggire. » La même lettre, p. 208, coupé différement: « Questa settimana gli ho fatto portare un Calicula di argento greco medaglia doppia (...) sono tutte rare e voglio credere che il serenissimo signor Cardinale non le lasserà fuggire. » Idem, p. 295: « Questa settimana gli ho fatto portare (...) una Plotina greca a mio parere questa è mezana, di metallo (...) sono tutte rare e voglio credere che il serenissimo signor Cardinale non le lasserà fuggire. » Idem, p. 339: éQuesta settimana gli ho fatto portare (...) una di Vespasiano greca pur medaglia di argento doppia pur di peso (...) sono tutte rare e voglio credere che il serenissimo signor Cardinale non le lasserà fuggire. Ces extraits ne permettent pas de savoir dans quel ordre Agostini mentionnait les deux dernières. On sait au moins quelles sont les quatre monnaies. Fileti Mazza cite encore un autre extrait de la même lettre, p. 241 et p. 288 (tronquée), à propos des monnaies refusées (Euphémia et Olibrius) par Léopold: « Il signor abbate Falconieri averà recapitato della settimana decorsa a Sua Altezza Reverendissima due medaglie d’oro, una di Olibrio et l’altra di Eufemia imperatrice, questa è medaglia rarissima che qui non l’ho veduta in alcuno studio, veda Vostra Altezza lo Strada, che forse vi sarà stampata, sono capitate al Bancherotto et io subito le feci recapitare al signor abbate. »Pour encore un autre extrait de cette lettre, cité par Giovannini cette fois, en note, cf. lettre suivante.] (fr)  
Page 241, note 4, on n’a pas le détail sinon que l’une est à l’effigie de Faustine (cf. lettre 130). Note 8, assez longue sur la famille Vitelli de Citta di Castello. La collection de médailles etr d’antiques fut rassemblée par Francesco Vitelli (1582-1646), nonce à Venise, puis archevêque d’Urbino. A sa mort la collection passa à son neveu, Alessandro, puis à son petit neveu Giovanni. Celui-ci vivait dans l’entourage de Christine de Suède. En 1678, ayant perdu son dernier fils, la collection passa à Christine, il semble que dès 1669, une vente fut envisagée; cf. P. Litta, Famiglie celebri d’Italia, fasc. 24 (1832), tableau généalogique des Vitelli, pl. III.Sur le médailler, lettre 162. (fr)  +
Aucune de ces pièces dans Fileti Mazza. Dans cette lettre, première mention de la vente des médailles d’Agostini à Léopold, premiers pourparlers chiffrés, cf. lettre 99, supra (fr)  +
Note 7: Da una lettera dell’Agostini ad un segretario di Leopoldo risulta che le due «medaglie» erano greche e ben conservate. La moneta con effigie di Adriano recava nel rovescio il «bue Api il quale tiene nel lato destro una luna» mentre la moneta con Antinoo presentava il «bue et una stella o vero il sole sopra la schiena con le lettere greche che dicono . Poiché l’analogia dei temi rappresentati sui rovesci poteva avvalorarne l’acquisto, l’Agostini inviava «un poco di trattato di questi due animali che ne fa il Marcellino parlando delle cose di Egitto» (Carteggio d’artisti, XVII, c. 618). [Rien sur ces monnaies dans Fileti Mazza] (fr)  +
Note 1. La monnaie de Claude le Gothique est décrite par Agostini [, même lettre déjà citée à propos de la lettre précédente], Carteggio d’artisti, XVII, c. 106, «medaglione di Claudio Gotico grande con la figura sua equestre et 4 soldati». [Pour cette monnaie, cf. Fileti Mazza, p. 215. Nicola Francesco Haym Romano, Del tesoro Britannico, parte prima (Londres, 1719), p. 284, à propos d’une monnaie de Claude le Gothique de son cabinet, revers ADVENTVS. AVG, l’empereur à cheval (fig. 39, p. 482), signale que Vaillant [j’ignore où] aurait vu un médaillon de même type dans le cabinet de Giulio Florenti (lire Florenzio).] Pour les médailles Vitelli, cf. lettre 162. (fr)  +
Note 12: [Dans le texte, crochet droit de Giovannini.]Mot illisible. Note 13: les médailles [trois ?] ont été remises à F. pour qu’il puisse consulter les experts. (fr)  +
Note 8: Giovanni Franco Morelli era proprietario di un orto, presso la chiesa di Santo Stefano Rotondo, per il quale il 10 gennaio 1653 gli veniva accordata una licenza di scavo (Lanciani, III, p. 71)... [Pour le groupe d’Amour et Psyché, cf. Fileti Mazza, pp. 186-187, avec deux lettres d’Agostini, sinon rien sur la monnaie d’Antinoos qui fut acquise par Léopold, cf. lettres suivantes. Note 10: crotone = contorniate. Note 11: sur la monnaie de Phocée ou de Phocas (?), acquise par Léopold.[Le poids, 22 jules, au moins 44gr et sans doute plus, doit permettre d’identifier la monnaie; Fileti Mazza comprend Phocas, cf. p. 253]. (fr)  +
Note 3: Il s’agit en réalité du buste d’Auguste avec celui de Marc Antoine (lettre 149) qui fut vraisemblablement acheté par Léopold (lettre 150).[Rien dans Fileti Mazza] (fr)  +
Médaille de Marc Aurèle, cf. lettre 156, envoyée par Léopold pour avoir l’opinion des experts, cf. lettre 158 [rien dans Fileti Mazza]. (fr)  +
Note 4: à propos de la monnaie de Marc Aurèle, lettre 157. [Dans cette lettre, il est question d’un Français au sujet d’intailles et de camés. Giovaninni pense à Louis Vouet (note 2). Il me semble plus vraisemblable qu’il s’agisse ici de Pierre Cherchemont ou, à la rigueur, de Vaillant.] (fr)  +
Lettre non datée mais placée entre décembre 1699 et octobre 1670. (fr)  +
La lettre n'est pas datée par Giovannini (fr)  +
La date n'est pas donnée par Giovannini (fr)  +
La lettre n'est pas datée par Giovannini (fr)  +
La lettre n'est pas datée par Giovannini (fr)  +
P
The work was continued by Pietro Piovene with the volumes 9 and 10 (see Piovene 1724, and Piovene 1727). (en)  +
Note (Guy Meyer): Cf. H.-J. De Dompierre de Chaufepiè, « Un manuscrit de Peiresc du Museum Meermanno Westhrenianum à La haye », RBN, 52, 1896, p. 107-120. L’histoire du manuscrit, passé par les mains du président Achille de Harlay, Claude Gros de Boze, le président de Cotte, puis van Damme (collectionneur hollandais) et enfin Westhreene est exposée aux p. 108-109. Le Journal d’Antoine Galland, permet de combler un vide entre Harlay et Gros de Boze, en date du 1er décembre 1708 (Bauden-Waller, Journal, I, p. 191): « Il me dit qu’il avait eu de bons livres de la Bibliotheque de feu M. Vaillant mort depuis peu de iours [i.e Jean-François Foy-Vaillant ou Vaillant le fils], entre autres deux volumes de memoires de la Bibliotheque de M. Peiresc... «Ces deux volumes furent donnés, ou vendus, à Gros de Boze par Melle Vaillant, après le décès de son frère et viennent de la bibliothèque de Jean (Foy-Vaillant, dit Vaillant le Père. Cf. encore L. Nièpce, Archéologie Lyonnaise, II. Les chambres de Merveilles (Lyon, s.d.), p. 91-92, rapide histoire du Ms et extraits concernant des collectionneurs lyonnais (Nièpce tient ses informations de L. Delisle); C.-G.-A. Lambert, Catalogue descriptif et raisonné des manuscrits de la bibliothèque de Carpentras, II (Carpentras, 1862), pp. 332-333, qui confirme que le manuscrit a appartenu à Vaillant. Il tient cette dernière information de B. de Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, II (Paris, 1739), p. 1186-1187, LV. Dompierre de Chaufepiè ignore cette bibliographie antérieure à son article. (fr)  +
Note (Guy Meyer): Cf. H.-J. De Dompierre de Chaufepiè, « Un manuscrit de Peiresc du Museum Meermanno Westhrenianum à La haye », RBN, 52, 1896, p. 107-120. L’histoire du manuscrit, passé par les mains du président Achille de Harlay, Claude Gros de Boze, le président de Cotte, puis van Damme (collectionneur hollandais) et enfin Westhreene est exposée aux p. 108-109. Le Journal d’Antoine Galland, permet de combler un vide entre Harlay et Gros de Boze, en date du 1er décembre 1708 (Bauden-Waller, Journal, I, p. 191): « Il me dit qu’il avait eu de bons livres de la Bibliotheque de feu M. Vaillant mort depuis peu de iours [i.e Jean-François Foy-Vaillant ou Vaillant le fils], entre autres deux volumes de memoires de la Bibliotheque de M. Peiresc... «Ces deux volumes furent donnés, ou vendus, à Gros de Boze par Melle Vaillant, après le décès de son frère et viennent de la bibliothèque de Jean (Foy-Vaillant, dit Vaillant le Père. Cf. encore L. Nièpce, Archéologie Lyonnaise, II. Les chambres de Merveilles (Lyon, s.d.), p. 91-92, rapide histoire du Ms et extraits concernant des collectionneurs lyonnais (Nièpce tient ses informations de L. Delisle); C.-G.-A. Lambert, Catalogue descriptif et raisonné des manuscrits de la bibliothèque de Carpentras, II (Carpentras, 1862), pp. 332-333, qui confirme que le manuscrit a appartenu à Vaillant. Il tient cette dernière information de B. de Montfaucon, Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova, II (Paris, 1739), p. 1186-1187, LV. Dompierre de Chaufepiè ignore cette bibliographie antérieure à son article. (fr)  +
Guy Meyer: cf. abbé Sévin, « Lettres de Constantinople », Paris, 1802, p. 55, qui montre que le manuscrit de la BNF est une copie plus tardive), manuscrit de 44 pages. J’ignore s’il fut jamais publié, (mais je pense que non) car Voltaire dit qu’il en a acheté un exemplaire (voir sur google «Dissertation sur les rois du Bosphore . (fr)  +
Proéblème évident de date (en 1744, Amaduzzi à 4 ans). (fr)  +
(Commentaires d’Anthony MacKenna : [2] A la fin de l’ "Histoire et éloge de l’archevêque d’Alby » dans les NRL, janvier 1687, cat. iv (voir la note suivante), Bayle annonce : « Le public verra sans doute plus amplement les éloges de cet archevêque, par les soins de M. l’évêque de Pamiers son neveu, qui est d’une grande érudition », mais il dut corriger cette remarque dans la Préface des NRL du mois suivant : « On s’est trompé dans les Nouvelles de janvier, en parlant de feu M. l’archevêque d’Alby, lors qu’on a dit que M. l’évêque de Pamiers est son neveu. » La méprise de Bayle est amusante et il s’en explique dans l’article « Serroni, Hyacinthe » du DHC. En effet, celui qu’il désigne comme l’érudit évêque de Pamiers est François de Camps, qui « avait l’honneur d’appartenir » à l’évêque d’Alby : Bayle avait mal interprété cette formule. François de Camps, ancien moniteur des Petites Ecoles de Port-Royal, intime d’Hyacinthe Serroni et de Léon Bacoué, avait su s’insinuer dans le petit milieu de la numismatique naissante et se faire nommer d’abord coadjuteur de Bacoué à Glandève et ensuite évêque de Pamiers par la faveur du Père de La Chaize : voir Lettres 449, n.17, et 618, n.11. Il avait peut-être servi d’intermédiaire pour l’envoi des NRL aux deux évêques, ses protecteurs : voir Lettre 455, n.15. (fr)  +
[3] Nicolas Thoynard (ou Toinard) (1629-1706) fut un des grands savants antiquaires du XVII e siècle, fréquemment consulté par les érudits, quoiqu’il eût lui-même publié peu d’ouvrages. On connaît de lui deux dissertations latines sur des médailles anciennes et de courtes notes sur Lactance, In Lactantium de mortibus perscutorum notæ (Paris 1690, 12°), dédiées à son ami Guillaume Prousteau, professeur en droit à Orléans. Thoynard fut par ailleurs proche de Port-Royal et joua un rôle dans les controverses autour du Nouveau Testament de Mons : voir Dictionnaire de Port-Royal, s.v. Il s’agit ici de sa dissertation Trajani et Caracallæ Alexandrina duo numismata, cum interpretatione (Parisiis 1689, 4°), dont un compte rendu parut dans le JS du 2 janvier 1690. (fr)  +
[11] Sur Charles-César Baudelot de Dairval, avocat au Parlement de Paris, voir Lettre 453, n.3. [12] Sur cet ouvrage de Baudelot de Dairval, voir Lettre 508, n.14. Il s’agit ici de l’édition De l’utilité des voyages, qui concerne la connoissance des médailles, inscriptions, statues, dieux lares [...] et autres choses remarquables, et l’avantage que la recherche de toutes ces antiquitez procure aux sçavans ; avec un mémoire de quelques observations générales, qu’on peut faire pour ne pas voyager inutilement (Leyde 1693, 12°, 2 vol.). [13] Sur Jacob Gronovius, érudit renommé qui habitait Leyde, voir Lettre 620, n.6. (fr)  +
[14] Johann Weidner, Pietas ex nummis antiquioribus delineata (Jenæ 1694, 4°). [15] Allusion aux liens entre Nicaise et Pinsson : ils partagaient les informations de la République des Lettres et les diffusaient par les réseaux des correspondants de Bayle et de Leibniz ; voir ci-dessus notre introduction au tome IX. [16] François Graverol était mort le 10 septembre 1694 ; sur ce membre de l’Académie de Nîmes, éditeur des Sorberiana, voir Lettre 221, n.40. (fr)  +
(commentaires d’Anthony MacKenna : [15] Jean Hardouin, Nummi antiqui populorum et urbium illustrati (Parisiis 1685, 4°). Bayle avait signalé cet ouvrage dans les NRL de janvier 1685, cat. vi ; voir aussi Lettre 388 et n.12. [16] Le compte rendu de cet ouvrage parut effectivement dans la livraison de mars (cat. iv). Bayle y faisait état des « tempêtes que [ce] livre a excitées dans Paris ». Des gens doctes, explique-t-il, « disent en toutes rencontres que le P. Hardouin, trouvant une extrême peine à déchifrer les médailles greques, eut recours à Mrs Vaillant et Morell, deux des plus habiles antiquaires de l’Europe ; qu’il en tira ce qu’il pût par la conversation ; et qu’il obtint même qu’ils lui prêtassent leurs ecrits et leurs desseins ; qu’il fit aussi en sorte d’avoir une copie du Catalogue des médailles de S. M. ; qu’après s’être enrichi de tant de dépouilles, il quitta tout à coup son Pline et composa cet ouvrage, sans avoir égard aux protestations qu’il avait faites à ces deux Mrs, de ne pas publier avant eux leur propre travail. Ils ajoûtent qu’il y a trop de faste dans son livre, puis qu’il dit dans la Préface qu’il n’a lû les antiquaires que pour les corriger, de sorte, dit-il, qu’on pourrait appeler mon livre ERRATA ANTIQUARIORUM. Ils trouvent mauvais qu’il n’ait jamais nommé Mr Morel, et qu’il n’ait parlé de Mr Vaillant que pour le reprendre […]. » Le P. Hardouin réagira à ces censures, et Bayle publiera sa réponse en la discutant dans les NRL de juin 1685, cat. ix. (fr)  +
[23] Ezéchiel Spanheim, Disputationes de usu et præstantia numismatum antiquorum (Rome 1664, 4°, 2 vol. ; 2 e éd. Amsterdam 1671, 4°, 2 vol. ; 3 e éd. Londres 1706-1717, folio, 2 vol.). (fr)  +
[8] Guillaume Du Choul (mort après 1555), Discours de la religion des anciens Romains (Lyon 1556, folio). L’année précédente avaient paru de cet auteur des Discours sur la castrametation et discipline militaire des Romains. Des bains et antiques exercitations <chgrecques et romaines (Lyon 1555, folio). Une deuxième édition de ces deux ouvrages fut publiée l’année suivante (Lyon 1567, 4 o). Ce livre connut des rééditions ainsi que des traductions en italien, espagnol et latin. [9] Antonio Agustin, dit Augustinus (1517-1586) canoniste et juriste espagnol qui prit part au concile de Trente et devint archevêque de Tarragone en 1574 ; il est l’auteur d’un ouvrage De familiis romanorum qui fut repris dans une publication ultérieure sur le même sujet : Fulvio Orsini, Familiæ romanæ quæ reperiuntur in antiquis numismatibus […] adjunctis familiis XXX ex libro Antonii Augustini (Romæ 1577, folio). L’ouvrage connut une nouvelle édition avec des additions par Charles Patin (Paris 1663, folio). (fr)  +
[43] Ezéchiel Spanheim, professeur de philosophie à Genève en 1650, puis résident à Paris de Frédéric-Guillaume I de Hohenzollern, électeur de Brandebourg. : voir Lettres 13, n.15, et 359, n.13. [44] L’imprimerie d’ Ulricus Liebpertus fut active entre 1691 et 1704 : elle publia des ouvrages archéologiques et numismatiques de Lorenz Beger, Pietro Santi Bartoli, Jacques de Bie et Johann Justus Appelius. [45] Lorenz Beger (1653-1705), Observationes et conjecturæ in numismata quædam antiqua. [...] Accedunt duæ Ez. Spanhemii ad authorem epistolæ iisque interjecta authoris ad priorem responsoria (Coloniæ Brandenburgicæ 1691, 8°), imprimées par Ulricus Liebpertus. (fr)  +
(commentaires d’Anthony MacKenna : [1] Pierre Rainssant, Dissertation sur douze médailles des jeux séculaires de l’empereur Domitien (Versailles 1684, 4°). Janiçon avait déjà mentionné cet ouvrage : voir Lettre 383, n.15. L’ouvrage, annoncé en février 1685 (fin de cat. viii), fera l’objet de l’art. II des NRL de mars 1685.[2] Bayle avait fourni une liste erronée des membres de l’Académie des Inscriptions et Médailles dans l’art. II des NRL de décembre 1684. Après avoir reçu la lettre de Rainssant, qu’il évoque à la fin de l’art. XI des NRL de février 1685, il en publie un large extrait le mois suivant à la fin de la notice iv du catalogue (voir ci-dessus, la rubrique « Imprimés »). Sur les débuts de la « petite Académie », voir Lettre 356, n.5. [8] Sur Henri de Bessé, sieur de La Chapelle, dit La Chapelle-Bessé, voir Lettre 356, n.10. En 1683, à la mort de Colbert, il succéda à Claude Perrault dans sa charge de contrôleur des Bâtiments du roi et devint ainsi secrétaire perpétuel l’Académie royale des Inscriptions et Médailles jusqu’en 1691. [11] Sur Jean-Foy Vaillant, le numismate, voir Lettre 252, n.3. [12] Sur André Morell, voir Lettre 356, n.12. [13] Sur l’ouvrage du jésuite Jean Hardouin, Nummi antiqui populorum et urbium illustrati (Parisiis 1684, 4°), voir Lettre 357, n.8. [14] NRL, mars 1685, cat. iv, compte rendu du traité de Jean Hardouin. Bayle y rapporte « ce qui se dit par des gens doctes contre ce nouveau Traité des médailles ». (fr)  +
MacKenna, lettre n° 508 [3] Rainssant avait déjà envoyé à Bayle une médaille de la part de Denis Talon, l’avocat général : voir Lettres 422, n.3, et 464, n.3. La médaille annoncée dans la présente lettre est apparemment un cadeau personnel de Rainssant à Bayle. [4] Les Rottier (ou Roëttiers) étaient une grande famille de graveurs de médailles flamands. Jean Rottier (1631-1703), né à Anvers, s’installa en 1661 à Londres, où il travailla pour la Monnaie de Londres entre 1670 et 1698 ; il fut l’auteur du dessin Britannia figurant sur les pièces de monnaie anglaise. Son frère cadet, Joseph (1635-1703), né également à Anvers, travailla aussi à la Monnaie de Londres avant de passer en France en 1673 ; il s’y fit naturaliser et travailla pour la Monnaie de Paris en tant que graveur général à partir de 1682 ; il y fut nommé « graveur particulier » en 1694. Il devint membre de l’Académie royale en 1683, étant un des tout premiers artistes à contribuer à la création des séries de médailles de Louis XIV vers 1680, en collaboration avec Jean Meuger, Henri Roussel, Michel Molart et d’autres. On lui connaît La Capture du Luxembourg, 1684, et La Paix avec Alger, 1684, toutes deux en collaboration avec Michel Molart. Pour la description de la présente médaille envoyée par Rainssant, voir Lettre 526, n.6. [6] Voir Jacob Voorbroek, dit Perizonius, Dissertationum Trias ; Quarum Prima de Constitutione Divina super ducenda defuncti fratris uxore ; Secunda de Lege Voconia, Feminarumque apud Veteres Hereditatibus ; Tertia de Variis Antiquorum Nummis agitur. Multa insuper alia passim per occasionem traduntur, nec pauca Auctorum utriusque Linguae, ut et S. Scripturae loca, Lapidumque ac Nummorum Inscriptiones illustrantur, explicantur, aut emendantur(Daventriæ 1685, 8°). Sur cet auteur, voir aussi Lettre 464, n.7. [7] Perizonius « reprend » les collections connues d’Ursinus et de Paris : Rainssant désigne ainsi les collections de Fulvio Orsini et de la ville de Paris. Fulvio Orsini, dit Ursinus (1529-1600), célèbre humaniste, historien et archéologue, fut secrétaire et bibliothécaire du cardinal Ranuccio Farnese, d’ Alessandro Farnese et enfin du cardinal Odoardo Farnese ; il étendit considérablement leurs collections au moyen de dessins de Michel-Ange, de Raphaël et de Sébastien del Piomboentre autres, et de tableaux d’ El Greco, qu’il protégea pendant son séjour à Rome (1570-1577). Il publia une étude de portraits : Imagines et elogia virorum illustrium et eruditor ex antiquis lapidibus et nomismatibus (Romæ 1570) et une histoire de Rome : Familiæ Romanæ ex antiquis numismatibus (1577), et édita l’apologie d’Arnobe (1583) et la Septante (1587). Ses acquisitions font toujours partie de la collections Farnese à Naples (Capodimonte et Musée archéologique). [14] Charles-César Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des antiquités procure aux sçavans (Paris 1686, 12°, 2 vol.). Bayle devait en donner le compte rendu dans les NRL, avril 1686, art. V. (fr)  
First edition. (en)  +
Second edition. (en)  +
Second edition. (en)  +
Third edition. (en)  +
Third edition. (en)  +
This volume is the continuation of the work curated by Paolo Pedrusi on the Farnese collection (see Paolo Pedrusi voll. 1-8). (en)  +
This volume is the continuation of the work curated by Paolo Pedrusi on the Farnese collection (see Paolo Pedrusi voll. 1-8). (en)  +
See also Ghesquière 1779. (en)  +
Remarque (Guy Meyer) : Polluche était un marchand érudit et collectionneur d'Orléans dont plusieurs lettres sont publiées dans le Mercure. Il fréquentait l'abbé Rothelin et entra en relation avec l'abbé Lebeuf lors d'une polémique sur la prétendue tentative d'usurpation d'Ovinius Camillus rapportée dans l'Histoire Auguste. Commencée sous de mauvais auspices, ils devinrent amis. Lebeuf mentionne précisément cet article dans une lettre adressée au président Bouhier, datée du 15 octobre 1732 : « ce qu'il dit en ce genre me paraît vraisemblable ». Sur Polluche qui fut aussi un historien d'Orléans, Beauvais de Préau [et Daniel Polluche], Essais historiques sur Orléans, Orléans, 1778, « Avertissement », p. II-IX, avec la bibliographie de ses ouvrages. En dépit d'un lapsus calami sur le numéro d'ordre de l'article, XIV pour XV, le suivant est bien numéroté XVI. (fr)  +
Remarque (Guy Meyer) : Dans cette article, Daniel Polluche conteste l'interprétation du revers d'une monnaie grecque de Diaduménien donnée par Galland dans une lettre écrite en 1705, publiée dans Jean de La Roque, « Suite du voyage de Basse Normandie. Lettre VIII », Mercure du mois d'avril 1732, pp. 638-639. Les remarques de Polluche sont datées du 5 juin 1732, p. 639, ce qui induit un décalage qui n'a pas échappé au président Bouhier lorsqu'il a lu que la lettre avait été publié dans le Mercure « du mois d'avril dernier », et ce d'autant plus que le président avait copié cet article et que plus loin il recopiera la dissertation que Galland avait rédigé sur cette monnaie. Sur la monnaie en question, trouvée à Vieux lors des fouilles menées par l'intendant Foucault, voir supra la dissertation de Galland dans Bouhier. (fr)  +
R
La lettre est sans date ni lieu. 1765 donnée comme une date approximative. (fr)  +
La date 1766 est donne comme approximative (fr)  +
S
Commentaire : sur Andrew Fountaine (1676-1753), voir Spier et Kagan 2000, 39-40: Fountaine qui avait racheté une partie de la collection de Patin, acheta pour lui-même et pour le compte de Thomas Herbert, 8ème comte of Pembroke (1656-1733), avant de revendre sa collection dans les années 1720 à William Cavendish, 2ème duc de Devonshire (1673-1729). (fr)  +
This work was edited by Willebrord Snell. (en)  +
La date de sa mort est inconnue mais après 1791. Il est mort soit à La Haye soit à Leyde. (fr)  +
The frontispiece of the book reports the date of 1779. (en)  +
Second edition of the work published in 1797. (en)  +
Remarque (Guy Meyer) : Il semblerait que le comte d'Arnstadt n'avait pas bonne réputation auprès de Sophie ni de certains marchands-collectionneurs. Réponse à la lettre de Leibniz du 13 août 1695. (fr)  +
Remarques de Guy Meyer: voir la lettre suivante du 1er avril 1711 et les réponses de Leibniz en date des 28 mars et 1711. Van Der Cruysse ne cite pas la réponse ni la seconde lettre. En cette même année 1711, en février, Sophie avait déjà offert à sa nièce une suite de médailles. (fr)  +
[Mylord Woodstock is here as a triumphant man in good fortune. All his appearances are for the good opinion he has of his beauty. The Chevalier Fontaine who is with him does not make as much case of his own. He is mocked as preferring better to see an old medal than a pretty woman. This is due to the fact that he is thinking more freely and he is witty.] (Trans. F. de Callataӱ.) (fr)  +
Remarque : en 1692, Vaillant n'a fait imprimer que deux ouvrages dont un pamphlet contre le père Hardouin, Ad totius Europæ antiquarios, anonyme. Il s'agit donc de la réédition augmentée et corrigée des Numismata imperatorum romanorum præstantiora, a Julio Cæsar ad Postumum et Tyrannos. Per Ionnen Vaillant, bellovacensem, doct(orem) med(icum) & seren(issimi) ducis Cenomansium antiquarium. Editio altera emendatior & plurimi rarissimis nummis auctior, parue cette année-là, à Paris, chez Jombert. (fr)  +
T
Pietro Fondi was the curator of the catalogue (see Apostolo Zeno - Annibale degli Abbati Olivieri - 1737-10-9). (en)  +
Pietro Fondi was the curator of the catalogue (see Apostolo Zeno - Annibale degli Abbati Olivieri - 1737-10-9). (en)  +
For Girolamo Francesco Zanetti see p. 233-235. (fr)  +
Tesi di Ricerca in cotutela con la Westfälische-Wilhelms Universität Münster Corso di Dottorato di ricerca in Scienze dell’Antichità ciclo XXXIII (fr) (fr)  +
First edition of the work. (en)  +
Second edition of the work. First edition published in 1635. (en)  +
Second edition of the work. First edition published in 1635. (en)  +
Second edition of the work. First edition published in 1635. (en)  +
Third edition of the work. (en)  +
Third edition of the work. (en)  +
Third edition of the work. (en)  +
V
Valore di varie medaglie antiche stabilito dalla Compagnia delli antiquari romani a norma della rarità e conservazione d’esse nell’anno 1620, manuscrit anonyme fournissant une liste des prix donnés aux monnaies antiques tels qu’établis en 1620 par une Compagnie des antiquaires romains, non autrement attestée (fr)  +
For tome 2 see: https://www.digitale-sammlungen.de/en/view/bsb10615759?page=216,217 (en)  +
[1] Sur la mort de Jacob Spon, le 21 décembre 1685 à Vevey, voir aussi Lettre 512, n.8, et NRL, février 1686, art. IX. [2] Jacob Spon avait donné à Bayle l’éloge funèbre de son père Charles : voir Lettre 297, publiée dans les NRL, juillet 1684, art. V. [3] Henri Moze (déjà mentionné Lettre 371, voir n.3), né à Lyon en 1645, était donc âgé de deux ans de plus que Spon. Cet apothicaire de profession était un collectionneur amateur de livres, de plantes sèches, de curiosités naturelles et de médailles : voir Y. Moreau, Jacob Spon, un protestant lyonnais dans la République des Lettres. Correspondance, érudition et religion. Mémoire de DEA sous la direction de Y. Krumenacker (Université Jean Moulin – Lyon III 2005), p.22, 27. [4] Daniel Puerari (1621-1692), qui avait étudié à Montpellier, devint docteur en médecine le 6 août 1649 ; il enseigna à l’Académie de Genève d’octobre 1650 à sa mort : voir Stelling-Michaud, v.250. [5] Kaspar Wyss (1634-1668), pasteur de l’Église réformée de langue allemande de Genève de 1659 à 1661, enseigna à l’Académie de théologie de 1656 à sa mort : voir Stelling-Michaud, vi.270. [6] David Derodon (vers 1600-1664), qui avait enseigné aux académies d’Orange et de Nîmes, s’était réfugié en 1663 à Genève, où il mourut l’année suivante : voir Haag 2, Stelling-Michaud, iii.85, et Lettre 10, n.28. [7] Sur ces médecins, voir L. Dulieu, La Médecine à Montpellier (Avignon 1986). Michel Chicoyneau (1626-1701), docteur en 1651, professeur en 1655 (iii.750s) ; Louis Soliniac (v.1599-1676), professeur en 1638 (iii.800) ; Pierre Sanche (1627-1668), docteur en 1653, professeur en 1659 (iii.793) ; Aimé Durand (1638-1694), docteur en 1660, professeur en 1665 (iii.759). [8] Johann Heinrich Boeckler (1611-1672) avait été nommé à la chaire d’éloquence de l’Université de Strasbourg alors qu’il n’avait que vingt ans. Il fut ensuite professeur d’éloquence à Upsal et historiographe de Suède, puis retourna à Strasbourg, où il fut nommé à la chaire d’histoire. En 1662, il avait été élevé au titre de conseiller de l’Electeur de Mayence et, dès l’année suivante, de conseiller de l’empereur Ferdinand III. Il avait publié de nombreux travaux d’érudition historique et politique, et des éditions d’auteurs anciens ( Hérodien, Suétone, Térence, Cornélius Népos, Polybe, Tacite, Hérodote). Le fils mentionné est Jean-Philippe Boeckler, mentionné par Y. Moreau, Jacob Spon, un protestant lyonnais dans la République des Lettres, p.111. [9] Sur Charles Patin, fils du doyen de la Faculté de médecine de Paris, lui-même médecin et numismate, voir Lettre 85, n.3. [10] Sur Jean-Foy Vaillant, voir Lettre 252, n.3. [11] Sur cet ouvrage, voir Lettre 160, n.122 et 123. [12] Les Recherches des antiquités de Lyon (Lyon 1674, 8°), avaient été mentionnées par Jacob Spon dans la liste de ses propres ouvrages qui figure à la fin de son éloge de son père, Lettre 297, p.205. [13] Sur tous ces ouvrages, voir Lettre 297, in fine ; certains ont fait l’objet d’allusions dans la correspondance : sur la Réponse à la critique publiée par Mr Guillet contre ses voyages, voir Lettre 160, n.123 ; sur l’ Histoire de Geneve, voir Lettre 219, n.10 ; sur la Lettre au Pere La Chaise, voir Lettre 371, p.205-206 ; sur les Miscellanea eruditæ antiquitatis, voir Lettre 382, n.23 ; sur les Aphorismi novi ex Hippocratis operibus passim collecti, voir Lettre 297, n.26 ; le titre des Ignotorum atque obscurorum quorundam deorum aræ (Lugduni 1676, 12°) n’avait pas été mentionné auparavant. [14] Cette lettre de Jacob Spon à Bayle ne nous est pas parvenue. [15] Une phtisie, c’est-à-dire la tuberculose pulmonaire. [16] Sur Pierre Rainssant, qui était devenu un correspondant régulier de Bayle, voir Lettres 160, n.140 et 141, et 356, n.6. [17] Jacob Spon, Histoire de la ville et de l’Estat de Genève depuis les premiers siècles de la fondation de la ville jusqu’à présent. Tirée fidèlement des manuscrits (Lyon 1680, 12°, 2 vol. ; 2e éd. Lyon 1682, 12°, 2 vol.). [18] Isaac Vigot, pasteur depuis 1666, exerçait son ministère à Issoire en Bourgogne (et non pas en Auvergne) ; à la Révocation, il est passé en Suisse : voir S. Mours, « Les pasteurs à la révocation de l’édit de Nantes », BSHPF 114 (1968), p.315. [19] Plusieurs Dapples, médecins cultivés, versificateur latins, étaient connus à Lausanne à cette époque, mais des incertitudes planent sur les dates précises de leurs activités. Il est possible que « Mr Dapples vieux médecin de Lausanne » désigne Pierre Dapples, docteur en médecine à Lausanne, régent du Collège lausannois et “versificateur” officiel de l’Académie, qui accueillit en vers John Dury au début de l’année 1655 : voir H. Vuilleumier, Histoire de l’Eglise réformée du pays de Vaud sous le régime bernois (Lausanne 1927-1933, 4 vol.), ii.485, et DHS, s.v. [20] Traduction : « Épitaphe du très célèbre Monsieur Jacob Spon enseveli dans l’Église Saint-Martin à Vevey. / Spon est enterré ici, ornement de la patrie, de la ville et de la terre. Elle ne le contenait pas, non plus que ne l’enferme une urne insignifiante après des labeurs supportés par terre et par mer jusqu’à ce qu’à la fin son corps trouvât un port sacré dans ce temple. Son esprit jamais rassasié de livres se rassasie abondamment, pleinement lui-même, en se nourrissant du bien suprême. / Distique chronologique. / Loin de sa patrie, Spon meurt dans la souffrance le jour de l’anniversaire de la naissance du Christ. » [21] Il ne semble pas que cette lettre de Charles Patin, si elle a en effet été composée, ait été publiée. [22] Voir Hérodote, Histoire, 3.34. Crésus, dernier roi de Lydie, célèbre par ses richesses, monta sur le trône vers l’an 559 av. J.-C. Il accompagna Cambyse II, roi de Perse (530-522 av. J.-C.) dans son expédition contre l’Égypte. Hérodote raconte que Cambyse avait demandé aux Perses de faire la comparaison entre lui-même et son père Cyrus. Les Perses ayant répondu qu’il valait mieux que son père en ce qu’il avait ajouté l’Égypte et l’empire de la mer aux possessions de Cyrus, Crésus flatta ingénieusement Cambyse en soutenant qu’il n’était pas encore l’égal de son père parce qu’il n’avait pas jusqu’alors un fils tel que son père en avait laissé un en la personne de Cambyse lui-même. [23] Charles II Spon était le frère aîné de Jacob ; il s’était immatriculé à l’Académie de Genève en 1660 (Stelling-Michaud, v.606). [24] « Depuis la mort des Spon les Muses ont perdu courage ». [25] Voir ce portrait de Jacob Spon en costume arménien, gravé par Matthieu Ogier, dans le présent volume, figure 4. [26] Sur François de Camps, ancien moniteur des Petites Ecoles de Port-Royal, intime d’ Hyacinthe Serroni, archevêque d’Albi, et de Léon Bacoué, évêque de Glandève, qui a su s’insinuer dans le petit milieu de la numismatique naissante et se faire nommer évêque de Pamiers grâce à la faveur du Père de La Chaize, voir 449, n.17. Il avait été nommé coadjuteur de Léon Bacoué, évêque de Glandève, lors de l’assemblée du clergé en avril 1682 : c’est ce qui explique le lapsus de Minutoli. [27] Spon avait adressé au Père François d’Aix de La Chaize une Lettre [...] sur l’antiquité de la véritable religion (Lausanne 1681, 12°) : voir Lettre 371, p.305-306. [28] Gilles Lacarry, dit Vuitanus (1605-1684), S.J., recteur du collège de Cahors puis prédicateur de différentes missions, se retira vers 1670 à Clermont-Ferrand, où il mourut en 1684. Il s’intéressa à l’histoire, rassembla une importante collection de médailles et publia de nombreux ouvrages érudits, parmi lesquels : Historia romana, a Julio Cæsare ad Constantinum Magnum, per numismata et marmora antiqua testata et illustrata. Series et numismata regum Syriæ, Ægypti, Siciliæ et Macedoniæ. Series consulum romanorum. Prolusio apologetica de re antiquaria numaria (Claromonti 1671, 4°) ; Historia christiana imperatorum, consulum et præfectorum prætorio Orientis, Italiæ, Illyrici et Galliarum. Notitia magistratuum Imperii utriusque. Notitia provinciarum Imperii utriusque (Claromonti 1675, 4°) ; Historia coloniarum a Gallis in exteras nationes missarum, tum extrarum nationum coloniæ in Gallias dedeuctæ. Disputatio de regibus Franciæ primæ familiæ deque lege salica (Claromonti 1677, 4°). [29] Nicolas Chorier (1612-1692), avocat de la ville de Grenoble à partir de la fin de l’année 1665, historien du Dauphiné. [30] Il s’agit de Denis de Salvaing de Boissieu (1600-1683), né et mort au château de Vourey, près de Moirans, sa propriété. Premier président en la Chambre des comptes du parlement de Grenoble, il était connu et respecté pour ses travaux d’écrivain, juriste et historien : voir A. Rochas, Biographie du Dauphiné, contenant l’histoire des hommes nés dans cette province qui se sont fait remarquer dans les lettres, les sciences, les arts, etc. ; avec le catalogue de leurs ouvrages et la description de leurs portraits (Paris 1856-1860, 2 vol. ; et Genève 1971), ii.384-388, s.v. [31] Il s’agit soit d’ Antoine Teissier (1652-1715), avocat de Nîmes qui deviendra historiographe du roi de Prusse, soit de Jean-Antoine Teissier, sieur de Terefolle, également avocat au barreau de Nîmes, exilé pour cause de religion. [32] François Graverol, avocat de Nîmes : voir Lettre 512 n. 4. [33] Sur Jean-Foy Vaillant et Pierre Rainssant, antiquaires et numismates, voir Lettres 252, n.3, et 160, n.140. Antoine Galland (1646-1715), traducteur célèbre des Mille et une nuits (Paris 1704-1717, 12°, 12 vol. ; éd. C. Nodier, Paris 1822-1825, 8°, 6 vol.) et auteur de nombreux ouvrages et articles concernant les médailles anciennes, fut membre de l’Académie des inscriptions à partir de 1701, professeur au Collège de France en 1709. Voir T. Sarmant, La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières (Paris 2003). [34] Sur Charles Patin, voir Lettre 85, n.3. [35] Comte Francesco Mezzabarba Birago, (1645-1697), antiquaire italien. [36] Luigi Settala (1552-1633) de Milan, médecin. [37] Antonio Magliabechi (1633-1714), célèbre érudit et bibliophile toscan, avait étudié auprès de Michele Ermini, bibliothécaire de Léopold de Médicis avant d’être nommé bibliothécaire de la bibliothèque palatine de Florence par Cosme III de Médicis, grand-duc de Toscane. Sa bibliothèque personnelle fut le noyau de l’actuelle Bibliothèque nationale centrale de Florence. Bayle le comptera parmi ses correspondants à partir de 1698. Voir M.M. Goggioli, La Biblioteca Magliabechiana : libri, uomini, idee per la prima biblioteca pubblica a Firenze (Firenze 2000) ; A. Mirto, I grandi fornitori di Antonio Magliabechi e della corte medicea (Firenze 1994). [38] Nicolò Bon (1635-1712) naquit à Candie en 1635 d’une famille originaire de Venise, où il se rendit à l’âge de seize ans. Il y poursuivit ses études et, après un passage à Padoue, s’appliqua à l’antiquité et à la numismatique, où il acquit une renommée considérable. Il fut en correspondance avec Leibniz, avec le cardinal Enrico Noris aussi bien qu’avec les numismates français Charles Patin, Jean-Foy Vaillant et Jacob Spon. Son réseau s’étendait aussi à Francesco Mezzabarba, André Morell et Jacob Gronovius : voir DBI, s.v. (article de G. Benzoni). [39] Sur Sir George Wheeler (1650-1723), archéologue et voyageur, voir Lettre 160, n.122. [40] Sur Gilbert Burnet (1643-1715), chapelain de Charles II, puis de la Rolls Chapel, historien du protestantisme, allié de Guillaume III d’Orange lors de la « Glorieuse Révolution », nommé ensuite évêque de Salisbury, voir T.E.S. Clarke et H.C. Foxcroft, Life of Gilbert Burnet (Cambridge 1907), et Dictionnaire de Port-Royal, s.v. [41] Sur Charles Drelincourt, voir Lettre 361, n.2. [42] Philippe Mestrezat (1618-1690), professeur de théologie à l’Académie de Genève (Stelling-Michaud, iv.523). [43] Théophile Bonet (1620-1689), médecin genevois, fils d’ André, également médecin, qui avait épousé en 1652 Jeanne, fille de Frédéric Spanheim. Théophile devint médecin à Genève vers 1643 et à Neuchâtel en 1656. L’hostilité de quelques Neuchâtelois le décida à revenir à Genève en 1666. Il devint sourd en 1670 et se concentra par la suite sur ses travaux scientifiques. Persuadé que la dissection permet de découvrir les causes des maladies, ce précurseur de l’anatomie pathologique a présenté de manière ordonnée 2934 observations de 470 auteurs, dans le Sepulchretum sive Anatomia practica [Cimetière ou anatomie pratique] (Genevæ 1679), son principal ouvrage, qui fut réédité par Jean-Jacques Manget en 1717. Il publia aussi Polyalthes, sive thesaurus medico-praticus (Genevæ 1690, 3 vol.) ; Labyrinthi medici extricati (Genevæ 1687) ; Medicina septentrionalis collatitia (Genevæ 1685-1687) ; Mercurius compitalitius (Genevæ 1682) ; Pharos medicorum (Genevæ 1668). A ces ouvrages s’ajoute sa traduction latine du Traité de physique (Paris 1671, 4°) de Jacques Rohault. Voir H. Buess, « Théophile Bonet », Gesnerus, 8 (1951), p.32-52, H.M.F. Koelbing, « Théophile Bonet », in DHS, s.v. (version du 14 novembre 2007), et M.-L. Portmann, « Jean-Jacques Manget (1652-1742), médecin, écrivain et collectionneur genevois », in Gesnerus, 32 (1975), p.147-152. Il existe un Jean Bonnet (1615-1688), médecin genevois, auquel Cioranescu attribue un Traité de la circulation des esprits animaux, par un religieux de la Congrégation de Saint-Maur (Paris 1682, 12°), mais, si cette attribution est juste, il ne s’agit apparemment pas de la même famille. [44] Sur Jean-Robert Chouet, voir Lettre 5, n.11. [45] Sur Michel Turrettini, voir Lettre 10, n.20. « coetanée » (latin : coaetaneus) : « contemporain ». [46] Jacques Flournoy (ou Flournois) (1645-1692) était pasteur et antiquaire (Stelling-Michaud, iii.329). Il est question de ses relations épistolaires avec Jacob Spon dans l’introduction à l’édition de son journal : Jacques Flournoy, Journal (1675-1692), éd. O. Fatio (Genève 1994), p.xi. [47] André Falconet (1612-1691), père de Noël (1644-1734), et grand-père du célèbre Camille Falconet (1671-1762), naquit à Roanne, où il fit ses études chez les jésuites ; il se rendit ensuite à Montpellier, où il fut reçu docteur en 1634. Il s’établit à Lyon en 1636 et se fit agréger en 1641 au collège des médecins lyonnais. Cette même année, il alla prendre à Valence le grade de docteur en droit. En 1663, il fut appelé à Turin pour soigner Christine de France, fille d’ Henri IV, et il fut ensuite nommé premier médecin de cette princesse. A l’occasion de son séjour à Turin, il inspira à Charles-Emmanuel II l’idée de faire réparer les bains de la ville d’Aix-les-Bains. Il était en correspondance avec Guy Patin et Charles Spon, et publia : Moyens préservatifs et méthode assurée pour la parfaite guérison du scorbut (Lyon 1642, 8° ; Lyon 1684, 8°). [48] Sur Henri Moze, voir ci-dessus, n.3. [49] Il s’agit sans doute ici de Pierre Garnier, médecin de l’Hôtel-Dieu de Lyon, connu surtout par son fils, également nommé Pierre Garnier, qui devint médecin au même hôpital en 1695 et se fit connaître par ses études de la syphilis. Il est auteur d’un Formulaire à l’intention des garçons-apothicaires et d’un traité pratique de la vérole : Nouvelles formules de médecine, latines et françoises, pour le grand hôtel-Dieu de Lion,... avec un traité de la vérole (Lyon 1716, 1739, 1747, 1764, 12°). Voir A. Bouchet (dir.), La Médecine à Lyon des origines à nos jours (Paris 1987), p.46 ; Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon (Lyon 1924), p.282-286 ; H. Hermann, « Histoire de la Faculté de médecine de Lyon », Revue lyonnaise de médecine, 1968 : n° spécial : Lyon et la médecine ; J. Rousset, Les Thèses médicales soutenues à Lyon aux XVII e et XVIII e siècles, le Collège royal de Chirurgie de 1774 à 1792 (Lyon 1950). [50] Parmi les médecins qui ont laissé leur nom dans les archives de l’hôpital de la Charité de Lyon figure un Deville à la date de 1697. Voir A. Bouchet (dir.), La Médecine à Lyon, p.46 ; Carle et al., Histoire de l’hôpital de la Charité de Lyon (Lyon 1934). [51] Sur cet ouvrage, voir Lettre 382, n.1. [52] Jacques Pons (1538-1612), était un médecin lyonnais. Son ouvrage Traité des melons... Nouvellement mis au jour (Lyon 1680, 12°), parut par les soins de Jacob Spon. [53] Michelangelo Guattini, Relation curieuse et nouvelle d’un voyage de Congo fait ès années 1666 et 1667 par les RR. PP. Michel Ange de Gattine et Denys de Carli (Lyon 1680, 12°). [54] Jean Huguetan, Voyage d’Italie curieux et nouveau : enrichi de deux listes, l’une de tous les curieux et de toutes les principales curiositez de Rome, et l’autre de la pluspart des sçavans, curieux et ouvriers excellens de toute l’Italie à présent vivans (Lyon 1681, 8°) : l’ouvrage fut enrichi par Jacob Spon. [55] Il s’agit certainement de l’édition lyonnaise du Glossaire de Charles Du Fresne, seigneur du Cange (1610-1688), qui parut deux ans plus tard : Glossarium ad scriptores mediæ et infimæ græcitatis. Accedit appendix ad Glossarium mediæ et infimæ latinitatis, una cum brevi etymologico linguæ gallicæ ex utroque glossario (Lyon 1688, folio, 2 vol.). [56] Sur Gilles Ménage, dont Bayle avait fréquenté les « mercuriales » à Paris, voir Lettres 79, n.26, et 81, n.33. [57] Claude Nicaise (1623-1701), chanoine de la Sainte Chapelle de Dijon, entretenait une vaste correspondance avec toute l’Europe savante. Dans sa jeunesse, il avait fait des séjours en Italie et s’y était lié avec Poussin, dont il composa l’épitaphe. Il revint à Paris en 1685 et y resta jusqu’en 1692 afin de soutenir un procès contre les jésuites, qui lui avaient fait perdre un bénéfice, procès qui fut finalement tranché en leur faveur. Il deviendra un correspondant de Bayle à partir de l’année 1687. Voir F. Choiset, « L’abbé Nicaise », Bulletin d’histoire et d’archéologie religieuse du diocèse de Dijon, 14 (1896), p.5-31 ; B. Neveu, « La vie érudite à Paris à la fin du siècle », dans Erudition et religion aux et siècles (Paris 1994), p.25-92, et C. Berkvens-Stevelinck, H. Bots et J. Häseler (dir.), Les Grands Intermédiaires culturels de la République des Lettres. Etudes de réseaux de correspondances du au siècle (Paris 2005). [58] Il s’agissait sans doute des lettres que le doyen de la Faculté de médecine avait adressées à Charles Spon, le père de Jacob : voir L. Jestaz (éd.), Les Lettres de Guy Patin à Charles Spon, janvier 1649-février 1655 (Paris 2006, 2 vol.). [59] Sur ce projet, voir Lettre 382, n.24. [60] Spon avait publié des Recherches des antiquités et curiosités de la ville de Lyon (Lyon 1673, 8°). Nous n’avons pas pu localiser l’ouvrage, Abbrégé de l’Histoire de Lyon qui semble ne pas avoir vu le jour. [61] Spon avait publié ses Miscellanea eruditæ antiquitatis sive supplementi Grouteriani liber primus, in quo eruditiora marmora a Grutero omissa enodantur (Francfort 1679, folio), qui connurent une seconde édition lyonnaise : Miscellanea (Lyon 1685, folio). [62] Ces observation sur les eaux minérales ne semblent pas avoir été publiées. (fr)  
This volume includes a biography of Charles Van Hulthem: "Notice sur Charles Van Hulthem", p. I-LXX. (en)  +
This volume includes the list of the numismatic literature: "Numismatique", p. 439-462. (en)  +
W
The author is anonymous, but the work is attribuited to John Ward. (en)  +
Date: c. 1690 ? (Enrico Noris est décrit comme travaillant à Noris 1691). Voir aussi (apparemment la même très longue lettre): -Lettre sans date ni lieu: Though engrossed in various business he puts it aside to reply to P. He does not propose to deal with all the points P. raised but with the most urgent ones, which relate to the period up to Domitian. He advises him on the correct dating of the secular games, which he argues in documented detail that is impossible to summarise. He refers to coins, quotes the «hateful» Martial for evidence on the date of Domitian’s Dacian campaign and the signification of his various «IMP.» titles, for Martial is the only official recorder of this period month by month. He quotes «The Danube hot with hoofbeats» etc. He proceeds to deal with the precise dating of Trajan’s Dacian campaign and his proclamation as IMP. on the banks of the Danube. He adduces many testimonies from Pliny’s Panegyric. He confutes P’s objections to his view on the date of Trajan’s second Dacian campaign, and refers to EUSEBIUS’s and MALELA’s authority. He proceeds to support further conjectures against P’s arguments, e.g. on the date of Hadrian’s tibunate; and on the occasion, of each of the series of Trajan’s proclamation as «IMP». He quotes many references to Pliny’s letters with a view to fixing the years of his office as legate to Bithynia and the editing of his letters. He speculates on the date of Pliny’s and Martial’s deaths. He proceeds to a detailed examination of the date of Ignatius’ martyrdom, referring to Ussher’s edition of his letters and to COTTONIAN parchments. He concludes that he way martyred in 116 A. D., the same year in which Dodwell argues that Simon CLEOPAS. Bp. of Jerusalem, perished. He differs from P’s view that the quinquennalia were celebrated regularly from Tiberius’ time onwards, and holds that coins were struck in several years in public thanksgiving without a specially solemn occasion. He passes on to P. Dodwell’s requests to be allowed to copy any Greek texts on IRENAEUS that may lurk in his libraries. He craves acquaintance with NORIS, who to his research on the Syro-Macedonian eras will, he hopes add interpretations of the coin inscriptions in Samaritan characters, a perhaps impossible task, unless N. can from Italian libraries supplement the precious mutilated fragment of PORPHYRIAN edited by Scaliger who received it from CASAUBON. But he is glad to hear that N. hopes to complete LAMBECIUS’ edition of the consular Fasti, for none is so well as he fitted by skill and ties of affection to carry on and use the text of a forerunner and perfect it as a monument redounding to the honour of both of them. He mentions his friendship to TOINARD, and regret for COTELIER’s death. (Oxford, Bodleian Library, MS Cherry 29, f° 34-95). (fr)  
Testremark BK (en)  +
Z
English translation by Andrew Burnett: [Do not take it ill, if I advise you that an error was made without any doubt by the typesetter in the name of the person, who decorated my Livy with his own hand. For he is called VAN DER BORCHT, not indeed Bocht [footnote: In the 1721 Hamburg edition, this mistake has been corrected. For this excellent artist, see Joachim de Sandrart’s Academy of Pictorial Art, f. 310, where he is called Henricus van der Borch, or Borchensis]. Nor indeed was he the antiquarian to Karl Ludwig, the Elector Palatine: but it was his son who had the same name and an equal understanding of antiquities. The father was a friend of the Earl of Arundel, who was most enthusiastic about antiquity, as you will be able to see from the following inscription, placed below the same man’s portrait, illustrated by the son, and engraved in copper by the most skilled Wenceslas Hollar, which I recently acquired by chance. … I have transcribed it, following the original orthography, and with the mistakes that were made. Of coins, which he with the greatest skill added to my Livy, there were 983; and of Greek and Latin inscriptions, 542. And I cannot pass over in silence, that I possess three other books illustrated by the same man’s work, and with similar images from antiquity. They are a Julius Caesar, Occo’s Coins, and the very rare work of a certain Italian, Discorso sopra le Medaglie by Sebastiano Erizzo. The last excels in the large number of coins struck in honour of the Roman Families. 13 August 1714. (fr)  +
For the name of Girolamo Francesco Zanetti as author of this book, cf. Tipaldo 1838 vol. 6, p. 234. (en)  +
Les 80 volumes de correspondance d'Apostolo Zeno ont disparu dand l'incendie en 1769 de la bibliothèque du couvent de l'Ordre des Serviteurs de Marie, Venise (Negri 1816, p. 432; Tomassoni 2021). (fr)  +
Tomassoni 2021, p. 24, note 38: Sul controfrontespizio del codice è riportato un calco di un ritratto di Apostolo Zeno con la seguente didascalia: APOSTOLUS ∙ ZENUS ∙ VENETUS HIST ∙ ET ∙ POETA ∙ REG ∙ CAESAREUS A ∙ C ∙ MDCCXLVII ∙ AET ∙ SUAE ∙ LXXIX. In fondo alla carta è possibile leggere la firma dell’autore: Clementinus Tomitanus Opiterginus cal. fecit an. 1808. Il frontespizio riporta la seguente dicitura: LETTERE INEDITE DEL SIGNOR APOSTOLO ZENO ISTORICO E POETA CESAREO – RACCOLTE E TRASCRITTE DA GIULIO BERNARDINO TOMITANO OPITERGINO MEMBRO DEL COLLEGIO ELETTORALE DEI DOTTI – ODERZO M ∙ D ∙ CCC ∙ VIII. (it)  +
d
He was the uncle of Charles de Valois. (en)  +
(fr)  +