Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Palamède Fabri de Valavez - 1626-6-14

From Fina Wiki
Revision as of 08:57, 17 April 2022 by Tomassoni (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)


Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, Aix-en-Provence

Nicolas-Claude Fabri de Peiresc - Palamède Fabri de Valavez - 1626-6-14
FINA IDUnique ID of the page  737
InstitutionName of Institution. Paris, Bibliothèque nationale de France
InventoryInventory number. Nouv. Acq. Françaises 5170, f° 383
AuthorAuthor of the document. Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
RecipientRecipient of the correspondence. Palamède Fabri de Valavez
Correspondence dateDate when the correspondence was written: day - month - year . June 14, 1626
PlacePlace of publication of the book, composition of the document or institution. Aix-en-Provence 43° 31' 47.42" N, 5° 26' 50.89" E
Associated personsNames of Persons who are mentioned in the annotation. Pieter Paul Rubens, Hubert Goltzius, Jean Tristan de Saint-Amant
LiteratureReference to literature. Goltzius 1618aGoltzius 1618a, Tamizey de Larroque 1896 vol. 6, lettre CLXIV, p. 553-558Tamizey de Larroque 1896 vol. 6, Callataÿ 2017, p. 113, n° 143.Callataÿ 2017
KeywordNumismatic Keywords  Gem , Engraving , Book , Plates
LanguageLanguage of the correspondence French
External LinkLink to external information, e.g. Wikpedia  https://www.academia.edu/34630611/2017 Glory and misery of Belgian numismatics from the 16th to the 18th c
Map
Loading map...
You can move or zoom the map to explore other correspondence!
Grand documentOriginal passage from the "Grand document".

Lettre du 14 juin 1626 (d'Aix-en-Provence, à Paris), 555-556: “J’ai été bien aise de voir l’estampe partorite de Mr Rubens et eusse trouvé bien excellente celle du camée de Tibère si je l’eusse reçue avant la peinture ; mais après avoir vu la force qui paraît en la peinture, tout le reste paraît si plat et si niais que c’est pitié. Tant y a que toujours j’ai vu fort volontiers et désirerais bien que vous le pussiez faire caver et enluminer légèrement, par quelqu’un qui y rapportat bien fidèlement les diverses couleurs de la pierre. Mais il faudrait que cela se fit sur le lieu même, pour ne rien suppléer de tête et pour cet effet je vous renverrai par la première commodité de paquet un peu grosset la feuille que vous m’avez envoyée, bien marri qu’elle ne soit en une belle feuille de papier entière avec toutes ses marges, pour la pouvoir plus commodément placer dans le recueil que j’ai des desseins de l’antiquité plus remarquables. J’y trouve les ressemblances des visages assez bien et fidèlement représentées. Pour la défectuosité des planches de la Grèce de Goltzius, il ne faut pas que vous en doutiez, car j’avais vu autrefois les planches mêmes en cuivre dans Anvers, et en avais fait des recueils sur la gravure sans qu’elles fussent imprimées sur du papier et depuis je les ai vues imprimées toutes souvent, même chez Mr Tristan” (Paris, BnF, Nouv. Acq. Françaises 5170, f° 383; Tamizey de Larroque 1896 vol. 6, lettre CLXIV, p. 553-558).